AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2917689412
Éditeur : Actusf (07/11/2012)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Et si les extraterrestres nous observaient la nuit ? Et si l’on pouvait se concentrer à l’extrême sur un seul sujet ? Ou connaître tout notre avenir depuis l’enfance ? Ou bien avoir des rendez-vous réguliers avec un visiteur du futur ? Et si on pouvait désinventer des inventions ?
L’anthologie officielle des Utopiales rassemble des auteurs importants de l’imaginaire mondial et francophone et rend, cette année, un hommage à Roland C. Wagner.

Som... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
gruz
  09 décembre 2012
Comme chaque année, voici le recueil de nouvelles édité en parallèle au festival des Utopiales de Nantes, cuvée 2012.
Une fournée ayant pour thème fédérateur les origines.
On y retrouve de grands noms de la SF (Gaiman, Bordage, Wilson...) côtoyant des auteurs moins connus.
Origine comme :
- les origines de l'univers version Pierre Bordage, dans le plus pur style Bordage, pour une nouvelle somme toute assez convenue
- les origines de la coopération entre humains et entités étrangères, dans une nouvelle de Sara Doke, qui ne m'a pas parlé
- les origines des extra-terrestres, dans une nouvelles du généralissime Robert-Charles Wilson, datant de 2000, sans grande surprise, mais où l'on retrouve la sensibilité et l'humanisme de cet auteur majeur
- les origines de la pensée par Nancy Kress, intéressante thématique, bien menée
- les origines...de quoi ? (sur ce coup là je sèche), selon Laurence Suhner, une nouvelle qui n'a éveillé aucun intérêt chez moi
- les origines des inventions (ou pas) dans un court texte de 7 pages qu'éclabousse de son talent Neil Gaiman, prouvant en si peu de mots qu'il est une star du genre
- les origines du futur, par Claude Ecken, dans un texte dur et touchant avec une chute inattendue
- les origines des dégats nucléaires par Tommaso Pincio dans une nouvelle dystopique sur les enfants de l'atome, très bien tournée et totalement cynique
- les origines du futur, encore, mais cette fois à travers le prisme de quatre yeux (Laurent Queyssi et Xavier Mauméjean), dans une nouvelle assez touchante
- les origines d'un totalitarisme très particulier, par Ayerdhal, en hommage à son ami disparu Roland C. Wagner, récit assez délirant, plein de verve et de bons mots.
Au final, un recueil inégal (comme souvent dans ce genre de compilation hétéroclite), avec certains récits valant vraiment le détour. Une anthologie plutôt intéressante, comme un melting-pot de ce que peut proposer les lectures de l'imaginaire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
BlackWolf
  02 avril 2013
En Résumé : J'ai passé un bon moment avec cette anthologie qui nous offre des textes variés et plaisants même si, j'avoue, certains m'ont plus ou moins accrochés. On se laisse tout de même facilement captiver par des textes divertissants, intelligents, nous forçant à réfléchir et à se poser des questions sur des sujets souvent d'actualité et aussi qui ne manquent pas, parfois, de poésie et de magie. Comme je l'ai dit tous les textes ne sont pas au même niveau, mais, au final, on retrouve avec ce livre une anthologie de nouvelles de SF divertissantes et efficaces et qui se laisse lire avec plaisir.
Retrouvez ma chronique complète sur mon blog.
Lien : http://www.blog-o-livre.com/..
Commenter  J’apprécie          180
TwiTwi
  18 janvier 2013
Après une préface de Roland Lehoucq et Ugo Bellagamba, qui semble avoir été écrite sous l'influence d'un quelconque psychotrope, l'anthologie des Utopiales nous propose 10 textes à l'intérêt variable. Petit aperçu :
Origo, Pierre Bordage. Nouvelle un brin mystique qui manie des concepts de physique avec lesquels je ne suis pas du tout familière tel que le Mur de Planck. le résultat est étonnant et pas du tout désagréable à lire.
Fae Space, Sara Doke. Nouvelle mêlant les êtres de faërie à la science-fiction. Je n'ai pas du tout accroché à cette nouvelle. Cette histoire de fées qui tout d'un coup se révèle aux humains pour les aider à explorer l'espace m'a paru complètement tirée par les cheveux.
L'observatrice, Robert Charles Wilson. Très beau texte poétique sur l'altérité, la peur de ce qui est différent. Sandra est une jeune fille qui voit des extraterrestres. Ses parents la croient dérangée et l'envoient chez un oncle en Californie chez qui elle fera la rencontre de Hubble...
La finale, Nancy Kress. Où un type très brillant mais complètement inadapté socialement met au point un médoc qui permet de focaliser une personne sur un sujet en particulier. Je vous laisse imaginer que l'expérience tourne mal ... Voilà une nouvelle qui me parle beaucoup étant du genre à penser toujours à trois ou quatre choses en même temps. de quoi se réconcilier avec ses pensées parasites.
La chose du lac, Laurence Suhner. Une histoire à suspens sympathique. A la fin du 19ème siècle, au lac Léman, des personnes disparaissent dans le lac. Des rumeurs courent qu'un monstre y a élu domicile...
"Et pleurer comme Alexandre", Neil Gaiman. Très chouette et très divertissante nouvelle. Obediah Polkinghorn est désinventeur : il supprime les inventions qui perturbe le bon fonctionnement de la société. Sauf que c'est dommage il ne peut désinventer des choses qui ont été inventées après sa venue au monde, il ne peut donc pas débarrasser l'humanité de l'énergie nucléaire. Les mots chantent dans cette nouvelle très rythmée, comme le nom du héros.
La fin de Léthé, Claude Ecken. Femme qui se fait raconter son futur par un type qui voyage dans le temps. Evidemment elle trouve ça assez insupportable : elle n'a pas envie de savoir ce qui est arrivé à ses enfants, comment elle va rencontrer son mari, etc. Sauf qu'à un moment donné, l'histoire bascule complètement. le renversement de perspective est assez saisissant.
Petite excursion à l'endroit des atomes, Tommaso Pincio. Une nouvelle très émouvante, assurément la meilleur nouvelle de ce recueil. L'histoire est comptée du point de vue d'une petite fille qui raconte avec ses mots comment son quotidien tourne autour d'une catastrophe nucléaire survenue il y a une dizaine d'années.
En attendant demain, Laurent Queyssi & Xavier Mauméjean. le petit frère de la narratrice se met à voir le futur. Il vit en prévoyant tout, jusqu'à la rencontre avec son épouse C'est joliment écrit, intéressant du point de vue de la psychologie du personnage, qui se retrouve complètement dépendant au fait de tout prévoir.
RCW, Ayerdhal. Hommage assumé à Roland C. Wagner. Bourré de références à la série de l'auteur "Les futurs mystères de Paris", que je n'ai pas lue et certainement pleine de private jokes liés à l'auteur, j'ai l'impression d'être passée complètement à côté de cette nouvelle. L'histoire est sympathique et assez prenante mais je reste avec la désagréable sensation de ne pas avoir saisi la moitié. Plutôt frustrant.
Mes nouvelles préférées de ce recueil sont clairement : Petite excursion à l'endroit des atomes, L'observatrice, "Et pleurer comme Alexandre", La finale et La fin de Léthé.

Lien : http://ledragongalactique.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
FaBmNrD
  07 novembre 2012
Les éditions ActuSF présentent une nouvelle fois le recueil de nouvelles du festival des Utopiales pour 2012.
Cette année, la thématique retenue pour le festival est "Origines" et comme le disent les co-organisateurs du festival, Roland Lehoucq et Ugo Bellagamba, "comment rendre hommage aux origines de la science-fiction, à celles du festival des Utopiales, si ce n'est en laissant leurs rejetons libres de crier leur force, leur identité, leur envie de vivre et partager le monde, avec tous les autres enfants des étoiles ?".
Au programme donc, un florilège de nouvelles de Neil Gaiman, Robert Charles Wilson, Pierre Bordage, Nancy Kress, Tommaso Pincio, Claude Ecken, Laurence Suhner, Sara Doke, Laurent Queyssi, Xavier Mauméjean et un hommage d'Ayerdhal à Roland C. Wagner.
Comme tout recueil de nouvelles, on en distingue certaines d'un très fort niveau (RCW, Origo, Et pleure comme Alexandre, etc.) et d'autres un peu moins. Mais dans l'ensemble, ce sont des textes qui vous font voyager, réfléchir et peut-être même mieux comprendre le monde qui nous entoure !
Rendez-vous au festival pour rencontrer ces auteurs !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
gloubik
  27 mars 2016
Ça commence mal. Pourquoi se sentir obligé de débuter ce genre de recueil par une préface ? Pourquoi l'auteur (ici, les auteurs) de la dite préface se sent-il obligé de répondre à l'appel alors qu'il n'a visiblement rien à dire d'intéressant sur le sujet et qu'il n'a pas envie d'écrire sur le sujet.
voilà un recueil qui est loin de m'avoir emballé. Seuls trois textes ont retenu mon attention : La Chose du lac de Laurence Suhner, « Et pleurer, comme Alexandre » de Neil Gaiman et La Fin de Léthé de Claude Ecken. Pour les autres, ils n'ont pas su me captiver. Et ce ne sont pas ces textes-là qui m'ont donné envie de découvrir ces auteurs. Dommage, c'est pourtant, en théorie, l'idée sous-jacente à ce genre de publication. Qui a sélectionné ces textes ? Qui les a relus avant de les envoyer à l'imprimeur ?
Lien : http://livres.gloubik.info/s..
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
TwiTwiTwiTwi   29 décembre 2012
Ma maman m'a raconté que, quand je suis née, je ressemblais plus à un sac en pastique qu'à une petite fille. Je n'avais pas de trous comme tout le monde : bouche, oreilles et nez. Je n'avais même pas les trous dont on a besoin pour aller aux toilettes. Sur le dossier de l’hôpital, il y avait écrit que j'étais "un individu de sexe féminin né avec de multiples pathologies complexes". [Petite excursion à l'endroit des atomes]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
TwiTwiTwiTwi   29 décembre 2012
Tu as le chic pour tourner les yeux vers l'intérieur, si bien que tu les vois. Et ils te voient.Et tu as peur parce qu'ils viennent d'un avenir incréé, d'un endroit, je pense, où ,l'espèce humaine est parvenue à sa dernière incarnation, ils viennent de la fin du monde matériel. Peut-être de la fin de tous les mondes. Et ils sont tristes - ou plutôt mélancoliques -parce que pour eux, tu ressembles à un ange, l'ange du passé, l'ange de tous les possibles. Des possibilités perdues. Des voies non suivies. [L'observatrice]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
TwiTwiTwiTwi   29 décembre 2012
Un archétype se sert de Fiction Nationale pour foutre le bordel dans la psychosphère [...] [RCW]
Commenter  J’apprécie          30
TwiTwiTwiTwi   29 décembre 2012
Mais bon, ce qui est défait est défait et on ne défait pas d'omelette sans décasser des oeufs. ["Et pleurer comme Alexandre"]
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Robert-Charles Wilson (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert-Charles Wilson
Payot - Marque Page - Robert Charles Wilson - Les affinités
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2523 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre