AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2879298709
Éditeur : Editions de l'Olivier (03/05/2012)

Note moyenne : 3.73/5 (sur 286 notes)
Résumé :
Pourquoi être heureux quand on peut être normal? Etrange question, à laquelle Jeanette Winterson répond en menant une existence en forme de combat. Dès l'enfance, il faut lutter: contre une mère adoptive sévère, qui s'aime peu et ne sait pas aimer. Contre les diktats religieux ou sociaux. Et pour trouver sa voie. Ce livre est une autobiographie guidée par la fantaisie et la férocité, mais c'est surtout l'histoire d'une quête, celle du bonheur. "La vie est faite de c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (75) Voir plus Ajouter une critique
canel
  04 janvier 2013
Après le succès outre-Manche de son ouvrage autobiographique 'Les oranges ne sont pas les seuls fruits' (adapté en téléfilm au Royaume-Uni), Jeanette Winterson se livre à nouveau sur sa jeunesse, son éducation à la fois traumatisante et stimulante, son homosexualité, son amour pour les mots (lecture et écriture), la recherche de ses parents biologiques.
Née près de Manchester en 1959, Jeanette a connu une enfance difficile, sans amour. Sa mère adoptive était une femme rigide, glacée, rendue dingue et étouffée par son carcan religieux… Il restait bien peu de place pour le père dans ce foyer dirigé par les conventions sociales et une perception de Dieu totalement castratrice.
Dans ce témoignage, l'auteur ne larmoie pas, ne cède jamais à l'auto-apitoiement ni aux règlements de compte. Malgré des souvenirs douloureux et des passages sombres, le ton est léger, plein d'humour, dynamique et optimiste. Jeanette Winterson dresse un constat de son passé et l'éclaire de réflexions nourries de littérature, de psychologie, de philosophie. Et bien qu'introspectif, le récit s'ancre dans le contexte socio-historique des années 1960-70 du prolétariat anglais, ce qui le rend d'autant plus intéressant. On parvient même à comprendre comment Margaret Thatcher a pu représenter un espoir dans les milieux modestes...
"Figure du mouvement féministe", Jeanette Winston ? Absolument, mais subtilement, en douceur, sans le côté obtus et revanchard qui accompagne parfois le discours militant. Elle signe là un témoignage passionnant, à la fois douloureux, émouvant et drôle. Et visiblement, ses autres textes sont à l'avenant.
Paru dans les années 1980, 'Les oranges...' a été réédité chez L'Olivier en 2012, il me tarde de le découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          500
viou1108
  24 février 2014
De nos jours, une telle phrase serait considérée comme un brin provocatrice, et surtout politiquement incorrecte, puisqu'on n'arrête pas de nous bassiner avec des concepts de développement personnel, épanouissement, quête du bonheur. Au point, paradoxalement, de mettre une pression dingue et de culpabiliser ceux qui n'atteignent pas cet état d'euphorie rose-bonbon malgré cours de yoga, huiles essentielles, séances de thérapie par le rire ou abonnements à la revue Psychologies.
Mais je m'égare, ceci est une autre histoire.
Parce que Mme W. n'a pas pensé à tout ça lorsqu'elle a asséné cette phrase à sa fille adoptive Jeanette (l'auteur du livre), quelque part dans les années 70. Tout ça parce que celle-ci a osé lui avouer, à 16 ans, qu'elle était homosexuelle. Cette fameuse phrase constitue une charnière dans la vie de Jeanette, elle consomme la rupture définitive entre la mère et la fille. Non pas que jusque là Jeanette ait grandi dans l'ambiance idyllique d'une famille formidable où plus belle est la vie. Bien au contraire. A des années-lumière de tous les principes éducatifs conçus dans l'intérêt de l'enfant et de son épanouissement, Mme W. ne connaît qu'une seule vérité : celle de l'Apocalypse, qui viendra enfin la délivrer de cette misérable vie terrestre. Cette vie qui n'a qu'une fonction : être un long Purgatoire avant la mort et le Paradis. Et Mme W. entend bien partager avec son entourage cette « philosophie » aussi irrationnelle que malsaine. C'est ainsi que Jeanette grandit sans imaginer que les relations familiales peuvent être chaleureuses, et sans savoir que l'amour maternel et filial existe.
Enfant adoptée, donc « abandonnée », elle chercher à se construire une identité au milieu de la vie étriquée et des vexations et punitions auxquelles sa mère adoptive, pourtant en demande d'enfant, la soumet. Autodafé des livres que Jeanette cachait sous son matelas, nuits d'hiver passées dehors sur le pas de la porte en sont les exemples les plus frappants. Cela vous forge certes un caractère de dure à cuire, mais cela génère surtout un sérieux handicap relationnel et émotionnel pour cette adulte en devenir.
Ce récit autobiographique d'une incommunicabilité et d'une incompréhension totales entre mère et fille est sidérant et vous fait ouvrir des yeux ronds comme des billes face à la méchanceté de cette marâtre aigrie.
Instable, fragile, colérique, le mental cabossé, Jeanette se sauvera de l'abîme par la littérature, dont elle fera son métier.
Ce livre est d'ailleurs un peu à l'image de son parcours de vie chaotique : la narration n'est pas linéaire, parfois même décousue. Au début, l'auteur s'attarde trop sur son 1er livre « Les oranges… », faisant craindre une resucée de celui-ci. le texte, non dénué d'humour (noir et vachard), bourré de phrases « aphorismes », rend bien l'état d'esprit de son auteur, entre rage et révolte, désespoir et instinct de survie. L'état d'esprit de quelqu'un qui se bat surtout contre lui-même pour sortir de sa prison intérieure, à la recherche de ses racines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          382
marina53
  04 avril 2013
C'est dans l'Angleterre des années 70, dans une petite ville industrielle du nord, que tout commence. Jeanette Winterson, petite fille adoptée, plus par dépit que par amour, cherchera des réponses au comportement singulier de Mrs Winterson qui prône le bon dieu, croit en l'Apocalypse et punit sa fille de façon inhabituelle en l'enfermant dehors.
Pourquoi être heureux quand on peut être normal, c'est la question que posera Mrs Winterson à sa fille Jeanette, le jour où celle-ci, du haut de ses 16 ans, décide de quitter la maison familiale, aspirant à un certain bonheur qu'elle ne trouve pas dans cette demeure. Question à laquelle elle ne trouvera jamais de réponse tant celle-ci semble incongrue.
Pourquoi Jeanette se sent-elle si mal et si peu aimée par cette famille adoptive? Pourquoi ne pense-t-elle plus croire à l'amour, elle qui en a reçu si peu et qui pense que les choses sont ainsi faites pour tout un chacun?
Pourquoi sa mère ne veut-elle pas admettre que sa fille puisse être homosexuelle, bafouant ainsi toute l'éducation religieuse qu'elle a reçue?
Roman autobiographique au titre si accrocheur, Jeanette Winterson nous livre son enfance malheureuse, ses déboires, ses problèmes sentimentaux et sa quête du bonheur. C'est une véritable émancipation que nous livre l'auteur. La littérature ainsi que la sexualité occupent une grande place dans ce roman, comme une sorte de porte ouverte sur la vie.
C'est avant tout l'histoire d'un combat, d'une survie, d'un itinéraire intellectuel, spirituel, affectif et amoureux dans lequel Jeanette évolue malgré les souffrances et les humiliations que lui affligeront sa mère adoptive.
Après un succès planétaire avec son premier roman «Les oranges ne sont pas les seuls fruits» auquel l'auteur fait parfois référence, Jeanette nous livre à nouveau une partie de son histoire ô combien enrichissante mais sans larmoiement.
Une réflexion simple mais passionnante sur l'enfance puis l'adolescence.
Une écriture romancée, riche, introspective et profonde donne à ce roman une certaine ampleur.
Pourquoi être heureux quand on peut être normal?... je vous laisse méditer...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          392
fanfanouche24
  09 janvier 2018
Sur le conseil enthousiaste d'une camarade-libraire, j'ai découvert avec quelque décallage dans le temps... ce "roman autobiographique"....Une enfance tragique d'enfant adoptée, malmenée, harcelée, détruite en partie par une mère sectaire, obsédée par le péché, la religion, détestant la vie, les sourires, tout ce qui fait plaisir, dont ses propres congénères !... Un vrai cataclysme que cette mère !
Cela aurait pu être un einième livre sur la résilience... Mais l'humour décapant, l'esprit caustique de l'auteure transforme la reconstitution de cette enfance , en un jeu de massacre jubilatoire... Car en dépit du caractère destructeur maternel, Jeanette se défend par les mots, les livres qu'elle dévore, et l'écriture qui deviendra son objectif exclusif, prioritaire , pour échapper à l'emprise toxique de cette mère, qui n'aime personne !
"Quand l'amour n'est pas fiable et qu'on est enfant, on suppose que c'est la nature del'amour-sa qualité-de ne pas être fiable. Les enfants ne trouvent des défauts à leurs parents que beaucoup plus tard. L'amour que l'on reçoit au début est l'amour qui marque. "(p. 94)
Hommage aux mots, mais aussi au courage des femmes... un roman largement autobiographique, qui offre aussi la "photographie" d'une réalité sociale: celle des années 1970, en Angleterre, avant et pendant l'exercice de la "Dame de Fer", , Margaret Tatcher ainsi que les changements
économiques et les bouleversements des mentalités , entre autres vis à vis des femmes et de la libération des moeurs !
L'auteure parle dans ces lignes de son atttirance pour les femmes ,de son homosexualité, largement stigmatisée à cette époque...
Un questionnement éternel, permanent sur nos origines.... interrogations douloureuses à l'infini...
"Plus je lisais, plus je me sentais liée à travers le temps à d'autres vies et éprouvais une empathie plus profonde. Je me sentais moins isolée. Je ne flottais pas sur mon petit radeau perdu dans le présent; il existait des ponts qui menaient à la terre ferme. Oui, le passé est un autre pays, mais
un pays que l'on peut visiter et dont on peut rapporter ce dont on a besoin.
la littérature est un terrain d'entente. "(p. 167)
Une lecture forte et des plus toniques sur un sujet délicat....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
cicou45
  22 juin 2014
Ouvrage sélectionné pour le Prix des lycéens et apprentis de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur pour l'année 2014, c'est donc tout naturellement que je me suis intéressé à ce ce dernier car je suis originaire (et réside encore dans cette région) et non pas, et ce, à mon grand regret parce que je suis encore lycéenne...(je me rends comte que le temps passe trop vite).
Bref, légèrement déstabilisée au début de cette lecture car l'auteure s'amuse à intercaler des chapitres dans lesquels elle nous fait, à nous lecteurs, un bref récapitulatif de ce qu'était l'Angleterre dans les années '60-'70 mais aussi de ce qu'était la ville dans laquelle elle a grandi, Accrington. Jeannette ayant toujours su qu'elle était une enfant adoptée, n'a pourtant entrepris des recherches pour retrouver sa véritable mère biologique que très tard. Bien que ses parents adoptifs aient été on ne peut plus sévères avec elle (et en particulier sa mère, celle qu'elle appelle dans cet ouvrage Mrs. Winterson, Mrs. W ou encore Mère mais jamais "maman") lui apportant que très peu d'amour, Jeannette ne regrette rien. Bien qu'elle se soit retrouvée à la rue à l'âge de seize ans car elle avait le malheur d'aimer les filles dans une famille où il ne fallait surtout pas enfreindre les règles du Seigneur et que cela était contre nature, qu'ayant grandi dans un lieu où les livres qui ne se rapprochaient pas de ce dernier étaient proscrits, Jeannette est néanmoins fière d'être devenue ce qu'elle est. Lisant en cachette durant toute son enfance puis ayant plus tard intégré l'université d'Oxford, Jeannette est devenue une romancière renommée mais cela même, sa mère adoptive continue d'avoir honte de cette fille qu'elle trouve si éloignée de ses propres principes et pourtant...
Enfin, je ne vous en dis pas plus mais vous recommande vivement à venir découvrir cet ouvrage. Un conseil, si, comme moi, au départ, vous avez un peu de mal à vous fondre dans l'histoire et que l'écriture vous gêne avec tous ses flash-back et ses références sur la classe ouvrière dans les années '60 en Angleterre, surtout n'abandonnez pas ! Allez jusqu'au bout car je vous assure que vous ne serez pas déçus ! Un roman sur l'amour, la quête d'identité, sur chacun d'entre nous quoi, car qui ne s'est jamais posé ces questions existentielles ? Qui suis-je, quel est mon rôle sur Terre ?...et bien d'autres encore. A découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310

critiques presse (6)
LaPresse   14 août 2012
De sa recherche de bonheur, dont elle affirme, non sans humour, qu'«elle dure toute la vie et n'est pas tenue par l'obligation de résultat», [l'auteur] tire cette autobiographie pleine de sagesse, mue par la volonté du «saumon remontant avec détermination le courant».
Lire la critique sur le site : LaPresse
LaLibreBelgique   10 juillet 2012
Écrite dans le feu d’une vie chaotique qui cherche sa lumière, ce magistral parcours de vie célèbre les livres tout autant que l’humaine capacité de résilience.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LePoint   13 juin 2012
"Ce que cela aurait signifié d'être heureux ?" se demande Jeanette Winterson, au futur antérieur - le seul futur qui lui reste -, dans le récit autobiographique où elle interroge sa relation avec sa mère adoptive […].
Lire la critique sur le site : LePoint
Lexpress   11 juin 2012
Tout à la fois récit d'initiation, manifeste de vie, bréviaire du libre-penseur et réflexion sur le destin, le dernier livre de Miss W force l'admiration.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Liberation   07 mai 2012
Les Oranges ne sont pas les seuls fruits s’achevait sur le retour de Jeanette dans la maison de son enfance[…]. Pourquoi être heureux finit cette fois sur Ann, la mère biologique qu’elle cherche et trouve. Ces deux récits sont les deux faces d’un même parcours, ils parlent d’adoption en affirmant que «la vraie famille est celle qu’on s’invente».
Lire la critique sur le site : Liberation
Telerama   25 avril 2012
C'est cette réflexion protéiforme sur l'enfance, sur les origines, sur l'amour et le temps, qui, au-delà de l'énoncé des faits biographiques, donne au récit son épaisseur, sa belle et universelle valeur.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (161) Voir plus Ajouter une citation
lululifatlululifat   15 octobre 2012
Vivre avec la vie est très difficile. Le plus souvent, nous nous efforçons d'étouffer la vie - nous sommes sages ou capricieux. Apaisés ou enragés. Les extrêmes ont le même effet ; ils nous isolent de l'intensité de la vie.
De plus, les extrêmes - tristesse ou furie - effacent avec succès toute émotion. J'ai constaté que tout ce que nous éprouvons peut être si insupportable que nous inventons toutes sortes de stratagèmes ingénieux - des stratagèmes inconscients - pour tenir ces émotions à distance. C'est de l'échangisme émotionnel, au lieu de se sentir triste ou seul ou effrayé, on éprouve de la colère. Cela fonctionne aussi dans l'autre sens - la colère est parfois bénéfique et appropriées ; parfois, on a besoin de se sentir aimé et accepté plutôt que de contempler le spectacle tragique de la vie.
Vivre ses émotions exige du courage - les vivre plutôt que de les échanger sur le marché de l'émotion ou même de les reporter d'un coup sur une autre personne. Vous savez que dans les couples il y en a toujours un qui pleure et crie tandis que l'autre est calme et raisonnable ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
viou1108viou1108   01 février 2014
Quand le premier supermarché d'Accrington a ouvert, personne n'y allait parce que les prix avaient beau être bas, ils étaient fixes. Au marché, rien n'était gravé dans le marbre; vous pouviez chicaner sur tout. Cela faisait partie du plaisir et le plaisir était dans le théâtre quotidien. Chaque étal offrait un spectacle. Même pauvre, obligé d'attendre la toute fin de journée pour vous payer à manger, vous passiez un bon moment au marché. Vous croisiez des connaissances, il y avait quelque chose à regarder.
Je ne suis pas une fanatique des supermarchés et je déteste y faire mes courses (...). Je dois cette détestation surtout au fait qu'ils ont réduit à néant cette vie locale si intense. Aujourd'hui, l'apathie qui s'est infiltrée dans notre existence n'est pas que la conséquence d'un boulot ou de programmes télé chiants, mais de la perte de cette vie locale, les commérages, les rencontres, ces journées palpitantes, chaotiques, bruyantes où tout le monde est le bienvenu, avec ou sans argent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
canelcanel   04 janvier 2013
Elle examine mes papiers [d'adoption] - l'ordonnance du tribunal ainsi que le certificat médical - et remarque que ma mère [biologique] m'a allaitée.
"C'était la seule chose qu'elle pouvait vous donner. Elle vous a donné ce qu'elle pouvait. Elle n'était pas obligée de le faire et il aurait été beaucoup plus simple de ne pas le faire. L'allaitement crée un lien tellement fort. Quand elle s'est séparée de vous, au bout de six semaines, vous faisiez encore partie de son corps."
(p. 216)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
fanfanouche24fanfanouche24   08 janvier 2018
Plus je lisais, plus je me sentais liée à travers le temps à d'autres vies et éprouvais une empathie plus profonde. Je me sentais moins isolée. Je ne flottais pas sur mon petit radeau perdu dans le présent; il existait des ponts qui menaient à la terre ferme. Oui, le passé est un autre pays, mais un pays que l'on peut visiter et dont on peut rapporter ce dont on a besoin.
la littérature est un terrain d'entente. (p. 167)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
fanfanouche24fanfanouche24   08 janvier 2018
Je n'ai jamais voulu partir à la recherche de mes parents biologiques- n'ayant pas eu de chance avec le premier lot, chercher à en avoir un deuxième semblait autodestructeur. Je ne comprenais rien à la vie de famille. J'ignorais que l'on pouvait aimer ses parents, ou qu'ils pouvaient vous porter assez d'amour pour vous autoriser à être vous-même.
J'étais une solitaire. Je m'étais inventée. Je ne croyais ni à la biologie ni à la biographie. Je croyais en moi. (Points, 2013, p. 179)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          171
Videos de Jeanette Winterson (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jeanette Winterson
Jeanette Winterson - Women Writers: Voices in Transition
autres livres classés : adoptionVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Connaissez-vous Jeanette Winterson ?

Ma mère n'avait pas d'opinions nuancées. Il y avait ses amis et ses ennemis. Ses ennemis étaient: le Diable (sous toutes ses formes), les Voisins d'à côté, le sexe (sous toutes ses formes), les limaces. Ses amis étaient: Dieu, notre chienne, tante Madge, les romans de Charlotte Brontë, les granulés anti-limaces, et moi, au début.

Les fruits ne sont pas tous des oranges
Les Oranges ne sont pas les seuls fruits 
Seules les oranges donnent du jus

10 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Jeanette WintersonCréer un quiz sur ce livre
. .