AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Benoît de Fonscolombe (Autre)
ISBN : 2264004487
Éditeur : 10-18 (01/06/1982)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 67 notes)
Résumé :
« Il n'y a que deux sortes de lecteurs de Wodehouse, affirmait un critique anglais, ceux qui l'adorent et ceux qui ne l'ont pas lu. » Gageons que la France va redécouvrir avec enthousiasme ce monde éternel rempli de filles énergiques, d'oncles dociles, de tantes redoutables, de pairs excentriques et de baronnets transis que domine la figure inoubliable de Jeeves, le butler irremplaçable, le gentleman des gentlemen, à la puissance cérébrale sans limites... et aux coc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
sandrine57
  04 septembre 2012
Bertie Wooster, jeune aristocrate londonien, s'est pris de passion pour le banjo. Jeeves, son fidèle majordome, supporte difficilement cette nouvelle lubie et quand, Bertie, chassé par ses voisins mécontents, parle de quitter Londres pour s'installer dans la campagne anglaise, c'est la goutte d'eau qui fait déborder le vase. Jeeves donne son congé à un Bertie mécontent mais plus décidé que jamais à persévérer avec son instrument chéri. Il sollicite son ami de toujours, le baron Chuffnell, cinquième du nom -Chuffy pour les intimes- qui lui procure un logement dans son village de Chuffnell Regis Pourtant, une fois installé dans son mignon petit cottage, les choses se gâtent pour Bertie. Au château, Chuffy reçoit Mr Stoker et Sir Glossop, deux de ses plus farouches détracteurs. Les rencontrer le met au supplice et la situation dégénère encore lorsqu'il décide d'aider son grand ami à conquérir Pauline Stoker. le voilà encore une fois embarqué dans une suite d'aventures rocambolesques et de graves périls dont Jeeves, toujours dans les parages, saura le sauver comme d'habitude.

De quiproquos en malentendus, de situations cocasses en dangereux périls, P.G. WODEHOUSE balade son inénarrable duo dans une campagne anglaise bien loin d'être bucolique. Loin de Londres, Bertie n'en est pas plus calme pour autant! Aux prises avec un milliardaire américain qui le séquestre pour qu'il épouse sa fille, un aliéniste réputé qui détruit sa réputation d'homme du monde, un nouveau majordome fou et armé, un gendarme et un policier trop zélés, etc., etc., Bertie, qui a le chic pour empirer les choses dès qu'il se mêle de les arranger, devra payer de sa personne et renoncer parfois à son petit confort avant que la situation revienne à la normale. Heureusement, Jeeves veille au grain. Calme et réfléchi, il saura encore une fois remettre de l'ordre dans la pagaille ambiante, suscitant l'admiration autour de lui.
Du rire à chaque page, l'humour anglais à son apogée, Merci, Jeeves est un grand moment de lecture, un remède efficace contre la morosité ou la déprime. A tous ceux qui ne connaissent pas encore le tandem Jeeves/Bertie, je ne peux que recommander chaudement de remédier à cette lacune.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Guillaume72
  04 avril 2019
Jeeves, majordome très britannique doit déployer des trésors de diplomatie pour sauver son, aristocrate de maître des situations les plus complexes. Ce dernier est pusillanime, mais assez touchant. Il tient à garder les qualités familiales d'un Wooster en se montrant chevalier servant, mais pris dans les affres de ses histoires sentimentales entre une ex-fiancée américaine née d'un père millionnaire (ou qui pourrait l'être) et un ami Chuffy aristo anglais comme lui et sans le sous ; il s'enfonce dans les ennuis les plus variés. Il y a un côté un peu Vaudeville dans les aventures de ce jeune Wooster. Les scènes sont cocasses et l'on se prend assez facilement au jeu, même si le style peut parfois déconcerter un peu.
Commenter  J’apprécie          50
BVIALLET
  10 mai 2012
Bertie, jeune aristocrate oisif, s'est mis en tête d'apprendre à jouer du banjo, ce qui ne convient pas à son valet de chambre Jeeves qui le lui fait savoir et qui lui donne son congé car, pour une fois son maître ne cède pas. Les voisins se plaignant des arpèges discordants tirés de l'instrument, notre apprenti-musicien décide de quitter Londres pour aller s'installer dans une petite maison du domaine d'un ami, nobliau campagnard désargenté, dans laquelle il espère pouvoir exercer sa nouvelle vocation en toute quiétude. Mais voilà qu'apparaissent Stocker, un milliardaire américain aussi acariâtre que mal élevé et sa fille dont Bertie fut autrefois amoureux… Si on ajoute que le coeur de la belle est partagé entre les deux amis, que l'achat du domaine se passe mal, que Bertie se retrouve enfermé dans une cabine de yacht et doit s'en échapper déguisé en musicien noir d'un orchestre de jazz New Orléans et que sa maison brûle, on se rend compte qu'on est embarqué dans une histoire picaresque à nulle autre pareille.
Pour ce nouveau tome des aventures de Bertie et Jeeves, l'étrange duo maître-butler, Wodehouse n'a plus recours au chapelet d'historiettes habituelles, mais à l'intrigue d'un véritable roman d'un seul tenant, avec des personnages loufoques, des situations cocasses et de multiples rebondissements remplis de suspens. Marivaudage et pétage de plomb à répétition… Qui aime vraiment Mabel ? Qui va-t-elle épouser ? Bertie va-t-il se sortir de toutes les galères qui lui arrivent ? Jeeves acceptera-t-il de revenir à son service ? L'humoriste anglais au sommet de son art et pour notre plus grand bonheur.
Lien : http://www.etpourquoidonc.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
carnet-de-voyage
  28 avril 2017
Quel plaisir de lire les péripéties de Bertie Wooster, aristocrate anglais, à la "Bret Saint Clair" et de son inimitable majordome Jeeves...
Bertie s'adonne avec plus de joie que de talent à sa nouvelle passion qu'est le banjo.... Ce qui n'est pas du goût des oreilles de Jeeves, qui après bien des années au service de "Monsieur" en a entendu des vertes et des pas mûres....
Mais les accords disgracieux ont le don de l'insupporter lui qui est la flegme britannique incarnée....
C'est donc le "Bertxit" qui rentre en place....
Et à l'image d'un parlement européen en émoi, tout part de travers et il faudra, une fois de plus, la sagesse et toute la sagacité du talentueux Jeeves pour remettre la machine sur les rails...
"Merci Jeeves" de P.G. Wodehouse est pour tout ceux dont l'humour anglais se résume aux fondant des scones, à la fraicheur des bières tièdes et à la beauté de Camilla Parker Bowles....
Merci Jeeves d'être un Anglais, so British.......
Commenter  J’apprécie          20
helhiv
  06 octobre 2016
Dans ce livre P.G. Wodehouse propose une histoire complète, impliquant Bertie Wooster et son impeccable majordome Jeeves. Dès les premières pages, la futilité de Bertie et l'impassibilité de Jeeves sont en scène et tout le reste de l'histoire et les péripéties qui s'accumulent ne sont que le prétexte de jouer sur le contraste entre ce nanti étourdi et ce domestique intelligent.
C'est de l'humour anglais en smoking et en livrée, on sourit du coin des lèvres et on s'aperçoit qu'il ne reste déjà que trente pages à lire. La lecture est donc indolore et même peut-être bienfaisante comme un bonbon des Vosges.
Le récit prenant place dans l'Angleterre aristocratique et haute-bourgeoise des années 30, les pérégrinations de tous ces richards sont un peu agaçantes (comme dans certains Agatha Christie). On aurait envie que Jeeves se serve de ses capacités intellectuelles et de son bon sens pour remettre ses "maîtres" à leur place. A quand Jeeves fait la révolution ?
Commenter  J’apprécie          22
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   15 août 2015
Les effets de la faim sont étranges. On ne peut absolument pas prévoir les réactions qu’on aura aux douleurs qu’elle provoque. Laissez seulement jeûner quelque temps le plus pacifique des hommes que vous puissiez trouver, et vous le verrez rejeter bien loin toute prudence.
Commenter  J’apprécie          50
Wendat69Wendat69   19 septembre 2017
Depuis qu'il était à mon service, j'avais travaillé à établir des relations cordiales, mais sans succès. Apparemment, il était tout respect, mais au fond, vous pouviez voir que c'était un homme qui méditait sur la révolution approchante et considérait Bertram comme un tyran et un oppresseur.
-Oui Brinkley, je dinerai dehors.
Il ne dit rien, me regardant simplement comme s'il m'évaluait pour choisir le réverbère auquel il me pendrait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   15 août 2015
...nous, les hommes, avons notre code en ces matières. Nous pouvons tomber amoureux en moins de deux mais après, nous considérons qu’un certain pédalage à reculons s’impose.
Commenter  J’apprécie          30
Wendat69Wendat69   19 septembre 2017
Le pauvre vieux fit carrément un bond, sa cigarette lui glissa des doigts, ses dents claquèrent avec un bruit sec et il se mit à trembler.
L'effet produit n'aurait pas été autre si je l'avais piqué à travers son pantalon avec une vrille ou un poinçon. J'ai vu des saumons se comporter ainsi à l'époque du frai.
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   15 août 2015
Après tout, Londres est une grande ville. Il est facile de ne pas tomber sur les gens qu’on veut éviter.
Commenter  J’apprécie          50
Videos de Pelham Grenville Wodehouse (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pelham Grenville Wodehouse
Bande annonce de la série Blandings, adaptation des romans de PG Wodehouse
autres livres classés : humour britanniqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Jeeves

Quel est la profession de Jeeves ?

Jardinier
Valet
Chauffeur
Médecin

10 questions
4 lecteurs ont répondu
Thème : Jeeves de Pelham Grenville WodehouseCréer un quiz sur ce livre