AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Chantal Chen-Andro (Traducteur)
ISBN : 2757819585
Éditeur : Points (09/09/2010)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 42 notes)
Résumé :
Un roman du meilleur Mo Yan, qui allie un brio stupéfiant, un humour corrosif avec une analyse pénétrante de l'histoire contemporaine de la Chine.
Où le héros poursuit son chemin dans la peau des animaux de sa ferme. Où Mo Yan, petit vaurien et autre témoin de la vie du village sème le trouble. Ximen Nao, jeune propriétaire foncier dynamique et bon, est fusillé le 1er janvier 1950, peu après le triomphe de Mao Zedong. Selon la loi du karma, il est condamné, p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Piling
  15 décembre 2009
"Je suis innocent !" Ainsi clame Ximen le Trublion au Roi des Enfers après deux ans de supplices bien chinois qui font penser à la recette des beignets frits ou d'un menu vapeur. Innocent quand on le fusilla, en tant que propriétaire terrien, innocent dans l'autre monde, où il n'a rien à se reprocher ! Et alors ? répond le Roi des Enfers en riant :
"on le sait que tu es innocent. Sur terre, ils sont nombreux ceux qui mériteraient la mort mais qui ne meurent pas pour autant, alors que tout aussi nombreux sont ceux qui ne devraient pas mourir mais qui meurent pourtant. Il s'agit d'une réalité sur laquelle notre tribunal n'a aucune prise. Pour l'heure nous allons faire une exception en ta faveur et te rendre la vie."
Et c'est ainsi que Ximen Nao, propriétaire terrien du village de Ximen, marié, deux concubines, deux enfants, reviendra sur terre successivement dans la peau d'un âne, d'un boeuf, d'un porc, d'un chien, d'un singe, sans que les motifs de ces réincarnations successives en soient d'abord bien clairs, l'administration des Enfers semblant souffrir de quelque laisser-aller dans le suivi des dossiers...
Cela pourrait donner un conte semblable à L'Âne d'or, qui est le récit d'un homme se mouvant dans une peau d'âne. Ici, Mo Yan a joué très subtilement de plusieurs registres : l'unité de l'Être Ximen Nao, qui fut tour à tour homme, âne, boeuf, porc, chien, singe et finalement de nouveau humain, qui, ayant choisi dès le début de garder ses mémoires passées (ou plus tard, l'administration infernale oublie de les lui enlever), atterrit dans son ancienne famille, voit ses concubines remariées, ses enfants adoptés, son épouse brimée, commence par en souffrir, et puis, au fur et à mesure que les années passent, et que les réincarnations se succèdent, les souvenirs s'estompent ou se mélangent : ainsi Lan Lian est d'abord le jeune domestique recueilli qui épouse sa concubine et adopte ses propres enfants , mais c'est aussi le maître affectueux de l'âne et du boeuf qu'il a été, et puis une figure distante, quand il est porc reproducteur d'élite chez son propre fils, Ximen Jinlong, le même qui le tua cruellement quand il était boeuf ; et puis il sort presque de la vie de Ximen porc et revient en grand-père de son jeune maître alors qu'il est Ximen chien. Ce même Ximen Chien se réjouit de revoir ses frères canins de la même portée, avant de se retrouver devant "sa fille" celle qu'il a eu du temps de Ximen homme. Et c'est ainsi qu'il se fait cette réflexion :
" Après quatre réincarnations, les souvenirs du temps où j'étais Ximen Nao, même s'ils ne sont pas encore effacés, ont été refoulés tout au fond de ma mémoire par quantité d'événements qui se sont produits depuis. Je crains qu'à tourner et retourner ce lointain passé, la confusion ne s'installe dans mon cerveau et que tout cela n'aboutisse à de la schizophrénie. Les affaires du monde forment un livre que l'on tourne page après page. Si l'on veut voir plus avant, il ne faut pas trop feuilleter les vieux livres d'histoire ; nous autres chiens devons aussi avancer avec notre temps, faire face à la vie réelle. Dans les pages de l'Histoire passée, j'étais son père et elle était ma fille, mais dans la vie présente je ne peux être qu'un chien tandis qu'elle est la maîtresse de mon frère et la soeur cadette utérine de mon maître."
Il en va de même de la Chine, de tous les siens, de tout le village, qu'il voit passer par toutes les phases successives de la République populaire, entre campagnes contre-révolutionnaire, campagne des Cent fleurs, Grand Bond en avant, Révolution culturelle, jusqu'à la mort de Mao et le retour à un semi-libéralisme. Quel lien y a-t-il entre le Ximen Jinlong, adolescent fanatique de la Révolution culturelle et et Ximen Jimong, devenu l'homme le plus riche du village ? Ou le Lan Lian paysan rebelle rétif à la collectivisation, ostracisé par tous, et puis réhabilité quand la propriété individuelle fut de nouveau encouragée ? Comme le dit Jinlong à son demi-frère Lan Jiefang, au temps de Ximen Chien, et se rappelant le temps de Ximen Boeuf :
"Tu te rappelles quand nous menions paître les boeufs sur les grèves ? À cette époque-là, pour te forcer à entrer dans la commune populaire, je te frappais une fois par jour. Qui aurait pensé qu'une vingtaine d'années après la commune populaire s'effondrerait comme un château de sable ? Même en rêve nous n'aurions pu imaginer une chose pareille, que tu deviendrais vice-chef de district et moi président du conseil d'administration, tant de choses sacro-saintes qui à l'époque méritaient qu'on se sacrifie pour elles aujourd'hui ne valent plus tripette."
Cela pourrait ressembler à L'Âne d'or, si Mo Yan n'avait pas évité le piège, ennuyeux sur plus de 700 pages, d'un animal humain, trop humain, qui n'aurait de bestial que son enveloppe charnelle. Bien au contraire, si la personnalité et les souvenirs de Ximen Nao persistent plus ou moins longuement, comme une odeur d'abord puissante puis de plus en plus affaiblie sur un vêtement anciennement porté, s'y rajoutent les émois, les passions, les joies et les souffrances de tous les Ximen animaux qu'il revêt successivement, et d'abord l'amour. Dès le début de ses aventures, alors qu'il est un âne, Ximen Nao, qui a cependant encore tout frais en sa mémoire les attaches conjugales avec son épouse et ses concubines, a soudain la révélation que le bonheur, le plus grand plaisir de toute une vie, ça ne peut être que l'amour d'une ânesse, et de pas n'importe laquelle, mais l'amour de l'ânesse Han Huahua :
"Nos âmes semblent sublimées par cet amour bouleversant, elles sont d'une beauté sans pareille. de nos bouches respectives nous lissons nos crinières emmêlées et nos queues souillées de vase, dans ses yeux je lis une tendresse infinie. La race humaine a une haute opinion d'elle-même, s'imaginant être la plus capable de comprendre le sentiment amoureux, en fait c'est l'ânesse qui est l'animal le plus passionné, je désigne par là bien sûr mon ânesse, l'ânesse Han, l'ânesse de Han Huahua. Debout au milieu de la rivière, nous buvons un peu d'eau claire,npuis nous marchons jusqu'à la grève pour manger les roseaux, jaunis déjà, mais qui ne sont pas complètement vidés de leur sève, ainsi que des baies au suc violet. Par moment, des oiseaux effrayés s'envolent, de rares serpents, énormes, se faufilent hors des touffes d'herbe.Trop occupés à chercher un endroit où hiberner, ils ne s'intéressent pas à nous. Après avoir bavardé un peu pour faire mieux connaissance, nous nous trouvons l'un l'autre un nom pour l'intimité. Elle m'appellera Naonao et elle, je l'appellerai Huahua."
De même quand indignement parachuté dans la peau d'un porcelet nouveau-né – malveillance ou erreur administrative ? – alors qu'on lui avait promis une renaissance humaine des plus flatteuses, Ximen Cochon fait d'abord la grève de la faim. Après avoir eu une vie de boeuf des plus tragiques mais des plus nobles, mieux vaut en finir tout de suite. Mais voilà, si l'âne suit son sexe, le porcelet est tout dévolu à son estomac :
"Elle vise ma bouche, tire sur la mamelle et presse doucement dessus à plusieurs reprises, un liquide chaud jaillit jusque sur mes lèvres, je ne peux m'empêcher plusieurs fois de passer ma langue dessus, oh là là ! Dieu du ciel je n'aurais jamais pensé que le lait de truie, le lait de ma maman truie, était en fin de compte si succulent, si parfumé, il glisse en vous comme du velours, comme de l'amour. En un instant j'en oublie toute honte, en un instant mes impressions sur le contexte ambiant s'en trouvent modifiées, en un instant j'ai le sentiment que la vieille maman truie, couchée sur la paille, occupés à nous allaiter, nous, la ribambelle de frères et soeurs, est sublime, sainte, majestueuse, belle. Je m'empare sans plus attendre de cette mamelle, j'en aurais presque mordu en même temos le doigt de Huzhu. Alors des gorgées de lait humectent ma gorge, pénètrent dans mon estomac, mes intestins, alors je sens que mes forces en même temps que mon amour pour ma mère la truie grandissent à chaque minute, à chaque seconde, alors j'entends Jinlong et Huzhu battre des mains joyeusement et rire, grâce à ma vision périphérique je vois leurs visages jeunes s'épanouir comme des amarantes, je vois leurs mains se prendre, et même si des fragments de souvenirs de mon histoire passent dans mon cerveau comme des éclairs ou des étincelles, à ce moment-là je veux tout oublier, je ferme les yeux, jouissant du plaisir du bébé cochon qui tète."
Autres variations qui empêchent toutes redites, toutes monotonies dans les aléas successifs des réincarnations, le caractère initial de Ximen Nao subit les modifications propres aux qualités et aux défauts moraux que l'on peut prêter à son espèce : Âne fougueux, batailleur et sentimental, boeuf stoïque jusqu'au martyre, bon et placide, porc égoïste, fier et courageux, chien dévoué et intelligent, singe au masque de colère inquiétant mais par qui la libération arrive...
Mais il y a un autre narrateur au dernier quart de l'histoire, un "je" qui double le récit de Ximen Naoe, et il y a aussi le risible Mo Yan, le "petit drôle" du village, laid comme un pou et bavard comme une pie, l'écrivain qui en rajoutera des tonnes en s'inspirant des mêmes épisodes de l'histoire du village Ximen et de toutes ses familles, mais dans un registre nettement moins sobre et plus romantique que celui de Ximen Nao, il faut le dire et pour finir il y a Lan Quinsui, qui racontera toute l'histoire, le bébé "Grosse Tête" par qui tout commence et finit, le 1er janvier 1950 ...

Lien : http://vitanova.blogspot.com..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Apoapo
  07 février 2016
Sous forme de roman épique, est contée l'histoire des membres du clan Ximen, parents et descendants du maître du village du même nom situé dans le nord-est de la Chine, entre le 1er janvier 1950 et le 1er janvier 2001. L'épopée représente une longue description picturale de l'évolution socio-politique de la République populaire en milieu rural depuis son instauration. le narrateur principal en est le chef de famille, Ximen Nao, fusillé par la Révolution, qui se réincarnera successivement en âne, boeuf, cochon, chien et singe avant de recouvrer la réincarnation humaine qui clôt le roman. L'un de ses descendants par alliance intervient aussi comme co-narrateur, parfois dialoguant avec lui, ainsi que le personnage qui porte le nom de l'auteur, lequel, s'il apparaît dès son enfance et que son identité d'écrivain se mêle avec auto-ironie aux péripéties des autres personnages, ne devient narrateur que dans la dernière partie du récit où le singe est muet. de sa position animale et à travers les avatars de ses réincarnations parfois reconnues, notamment par les personnages aimant le maître et fidèles à sa mémoire, celui-ci peut garder à la fois l'intimité domestique qui le lie à ses gens et un regard discret, humoristiquement critique de leurs vies et des principales étapes historiques que le régime a imposées au village : l'industrialisation forcée, la collectivisation des terres, la course au productivisme des coopératives d'élevage, la Révolution culturelle, la réintroduction de la propriété privée, la tertiarisation capitaliste, la précarisation des classes sociales.
Tout au long de cette lecture interminable et fragmentée, j'ai suivi ma clef de lecture du roman épique, ainsi que l'intuition, corroborée par un certain nombre de notes de la traductrice et par plusieurs indices disséminés dans le texte, que les références étaient nombreuses à certains classiques de la littérature chinoise. Cependant, celle-ci m'étant entièrement inconnue, la piste épique n'a finalement pu me parler que d'après l'epos homérique, et mes carences ont sans doute constitué l'obstacle principal à une jouissance plus compète de l'oeuvre. En effet, j'ai été confronté à un très fort sens d'étrangeté, aussi bien dans le déroulement narratif que dans le style et en particulier dans les métaphores du roman. En ce qui concerne le premier, j'ai été dérouté par le manque de l'unité que l'on prête habituellement au roman, remplacée par une suite de récits quelque peu disjoints – tout comme dans les poèmes homériques à y bien réfléchir – annoncés en début de chapitre comme dans certains livres anciens, et assez dissemblables, hétérogènes et non exempts de longueurs et de répétitions. En ce qui concerne le style, hormis l'étrangeté d'une langue éloignée que la traductrice a eu bien raison de rendre en dépit de la rudesse que cela entraîne nécessairement, cette même hétérogénéité est sans doute le fruit le plus clair des références littéraires multiples qui ne peuvent être comprises que par le connaisseur.
Parfois je me suis demandé si l'estime occidentale pour l'auteur nobellisé n'était pas due principalement à la plume du dissident. Cependant, en fin de lecture et me rappelant les récits les plus réjouissants qui déteignent sur ceux qui semblent plus ternes, je penche vers un jugement global plus indulgent vers l'auteur (et la traductrice) qu'envers moi-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Florel
  12 décembre 2012
C'est très intéressant de suivre la vie de cet homme tué injustement pendant la révolution chinoise, puisque l'on suit grâce à toutes ses réincarnations le déroulement de la vie chinoise en campagne. On découvre ainsi de plus près la censure, la rééducation des riches par le travail, les conditions de vie, la commune... mais aussi la vie de tous les membres de ce village.
Cela étant j'avoue que ça commence à faire un peu long vers le milieu de la vie de Ximen Nao en cochon. C'est pas qu'on s'ennuie, loin de là ! C'est dense, très riche, mais c'est un peu lent et y'a aussi quelques longueurs qui commencent à fatiguer. Cela dit ça ne dur pas tout le long, puisqu'à la fin de sa vie de cochon on retrouve de nouveau un regain d'intérêt, qui d'ailleurs se confirme quand Ximen Nao est réincarné en chien, vu que dans cette partie du livre on sort de la commune, de l'agriculture, de la politique, pour suivre de plus près la vie des descendants qui se sont établis dans d'autres villes. A ce moment précis du livre, c'est plus les histoires de famille et d'amour qui dominent, ce qui donne un grand bol d'air qui fait du bien, car je crois qu'à la longue et vu que le livre est gros, la vie dans la commune aurait fait sacrément long au point de ne plus devenir intéressante.
Cela dit un bémol vers la fin, j'ai trouvé la dernière vie de Ximen en singe un peu trop courte par rapport au reste. Alors oui j'étais contente d'arrivée au bout de ces 973 pages, mais en comparant au reste ça fait un peu "j'en ai marre d'écrire", mais attention ce n'est pas pour autant que c'est bâclée, ça reste très correct.
Suite blog
Lien : http://voyagelivresque.canal..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Sirius
  09 janvier 2016
Cela me fait mal de devoir mettre une note aussi basse à un auteur et surtout Mo Yan. Cela m'arrive très rarement. J'ai été très aspiré au sein des premières pages de ce roman, mais petit à petit, on commence vraiment à s'ennuyer.. Ça ne va pas assez vite à mon goût.
Trop de descriptions, il y a des très nombreux moments où on a l'impression que plus rien n'avance. Alors on tourne les pages en espérant que quelque chose va se passer, mais c'est seulement des centaines de pages plus loin, que quelque chose d'intéressant vient vraiment perturber l'histoire. Et on recommence, des pages et des pages sans rien à l'horizon..
C'est vraiment dommage, car l'histoire est vraiment bien pensée. Karma et réincarnations, Mo Yan était là sur quelque chose de vraiment bon pour amener le lecteur à s'évader dans les terres de Chine.
Commenter  J’apprécie          11
jmb33320
  26 mai 2018
Il a obtenu le prix Nobel de littérature, avec beaucoup de critiques sur le fait qu'il serait une sorte d'écrivain officiel, jamais inquiété par le pouvoir. J'avais acheté ce roman il y a presque un an, un peu inquiet tout de même de m'attaquer à ce pavé de près de 1000 pages. C'est une bonne surprise : malgré les difficultés liées au contexte géographique, politique et culturel on ne quitte guère le village de Ximen. L'intrigue se déroule de 1950 aux années 2000, le personnage initial de Ximen Nao se réincarne en âne, en boeuf, en cochon, en chien puis en singe. Ce qui m'a plu, c'est le ton quasi rabelaisien, parfois même échevelé. Sous le comique de façade perce quand même une critique politique, les scènes campagnardes alternant rire et drames.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
Sak71Sak71   22 octobre 2019
Depuis qu’il est au mieux avec Huzhu, le caractère farouche de mon frère s’est beaucoup adouci. La révolution change la société, la femme change l’homme.
Commenter  J’apprécie          00
Sak71Sak71   17 octobre 2019
Les hauts-parleurs émettent des sons à faire trembler ciel et terre, si bien qu’une jeune paysanne effrayée en fera une fausse couche et un cochon s’en cognera la tête contre le mur de terre à en être tout estourbi [...]
La jeune fille hurle dans le micro, les haut-parleurs amplifient ses cris qui en deviennent assourdissants, tout le canton de Dongbei peut ainsi entendre ce qu’elle raconte : « Chen Guangdi, qui a choisi la voie du capitalisme, ce maquignon qui s’est infiltré au sein du Parti, s’est opposé au Grand Bond en avant, aux Trois Drapeaux rouges, est devenu le frère juré de Lan Lian , ce paysan indépendant qui s’entête dans la voie du capitalisme et s’est fait son protecteur. Sa pensée est réactionnaire, sa moralité est pourrie, il a forniqué plusieurs fois avec une ânesse, l’a engrossée, et cette dernière a mis bas un drôle d’avorton à tête humaine et à corps d'âne ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Sak71Sak71   14 octobre 2019
Il faisait frais, un petit vent vif soufflait, à l’aube il y a tant de phénomènes étranges et mystérieux, si on ne se lève pas tôt, que peut-on espérer voir ?
Commenter  J’apprécie          10
SachenkaSachenka   28 décembre 2012
[…] une langue hyperbolique à l’extrême est le reflet d’une société marquée par la plus grande hypocrisie, la violence langagière constitue les prémices d’atrocités sociales.
Commenter  J’apprécie          80
FlorelFlorel   12 décembre 2012
"La dure loi du Karma trouve son origine dans la convoitise. Restreignez vos désirs, pratiquez le non-agir et vous vous sentirez libres dans votre corps comme dans votre esprit." Adage Bouddhique. (Première page)
Commenter  J’apprécie          20
Video de Mo Yan (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mo Yan
Mo Yan prix Nobel de littérature .Annonce du 11 octobre 2012
autres livres classés : littérature chinoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
69 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre