AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782841566976
202 pages
Editions du Rouergue (29/09/2005)
3.5/5   7 notes
Résumé :
Jeanne, la soixantaine, prend un train dans une gare de campagne pour aller en ville signer un papier important. Elle voyage dans un compartiment désert qui traverse un paysage occupé par les brouillards.

Peu à peu, le trajet se mue en un voyage intérieur : souvenirs proches et lointains se mêlent, images fortes et émotions terribles.

Ce voyage fait se lever, par bribes, la mémoire d'un autre, tragique, que Jeanne a longtemps gardé en... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Duzbo
  08 juin 2021
Une lecture poignante, qui mériterait d'être plus connue.
Jeanne a la soixantaine. Elle quitte de bon matin la ferme de Bon Abri pour prendre un train qui l'emmènera en ville, afin d'y signer des papiers. Très vite, le trajet se transforme en voyage intérieur. Nous découvrons au fil des pages que Jeanne cache une fêlure profonde, et qu'elle a lutté, et lutte encore, pour enfouir le souvenir de cette part d'elle-même qu'elle ne veut pas (re)vivre.
Adeline Yzac offre un roman très touchant sur la recherche d'identité. Car Jeanne n'est pas née à Bon Abri, elle y est arrivée vers l'âge de 3 ans, en 1944, recueillie par la famille Faure. Au fil des années, Jeanne se sent partagée entre ce qu'elle est et ce qu'elle a été : "deux personnes l'habitent, l'une cachée au coeur d'une contrée lointaine et qui tient verrouillé le grand et terrible registre des histoires perdues, et l'autre qui n'a de cesse de s'éloigner au plus vite de ce livre maudit en vivant en douce à Bon Abri, en tournant le dos à ces écritures." Restée seule toute sa vie, Jeanne a trouvé refuge dans son jardin, qu'elle a cultivé avec toutes ses émotions. Plus le train approche de la ville et plus Jeanne a du mal à refluer ses souvenirs.
Ce roman m'a vraiment prise au coeur, tant le combat de Jeanne avec elle-même et ses souvenirs, mêlés à la grande Histoire, est bouleversant. La forme du récit, un dialogue que Jeanne entretient avec elle-même, renforce la puissance de ce témoignage. Je suis vraiment contente d'avoir pioché ce livre sur les rayonnages de la bibliothèque, car cela a été une très belle rencontre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Iphyse
  19 mai 2021
Jeanne, la soixantaine prend le train pour aller en ville signer un papier important. Elle serra entre ses mains sa poupée Klara-Kijokia et son petit mouchoir brodé de la lettre J ; cette poupée qui lui a révélé sa véritable identité lorsqu'elle l'a écartelée. Identité qu'elle a toujours refoulée au plus profond d'elle-même.
Dans ce train, les souvenirs de cette maudite nuit de juin 1944 à Budapest lui reviennent ... infernaux, insupportables, douloureux, affreux, odieux, terribles, féroces.
Mais comment accepter de vivre lorsqu'on reste la seule survivante d'une famille disparue ?
Impossible de rester insensible à ce livre.
Commenter  J’apprécie          10
Angedore
  22 juillet 2022
Jeanne, la soixantaine, prend un train dans une gare de campagne pour aller en ville signer un papier important. Elle voyage dans un compartiment désert qui traverse un paysage occupé par les brouillards.
Jeanne a été recueillit, en 1944, lorsqu'elle n était qu'une enfant.
Ce voyage en train fait ressurgir des souvenirs.
Tout le récit se passe dans le train, malheureusement je ne suis pas arrivée à "rentrer" dans l histoire. J'ai été déçu par ce livre
Commenter  J’apprécie          10
nventhenat
  09 septembre 2014
Puissant, prenant, original ....à lire absolument
Commenter  J’apprécie          40
Babelini
  06 octobre 2015
Très bon livre, je vous le conseille vivement !
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
DuzboDuzbo   07 juin 2021
Un jardin, c’est une famille, ça t’entoure, tu l’entoures, il amène des surprises, des attentes, du mouvement, des naissances, des morts, des noces, des cérémonies, tu en rêves et en parles et tu regardes l’avenir avec lui.
Commenter  J’apprécie          80
IphyseIphyse   19 mai 2021
En 1968, ce jour de juillet, sur la terrasse de Bon Abri, elle avait entendu l'étranger d'Amsterdam narrer la vie d'une famille et le périple reconstitué, à coups d'archives et de témoignages, d'une petite juive de trois ans, elle avait appris tout d'un coup sa date et son lieu de naissance, l'homme lui glissant sous les yeux un extrait de naissance.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Adeline Yzac (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Adeline Yzac
Interview d'Adeline YZAC à l'occasion de la sortie de son nouveau roman Fille perdue aux éditions La Manufacture de Livres.
À propos : Anicette était la petite dernière, la jolie poupée choyée par sa famille. Jusqu'au jour où on la surprend en train de commettre le plus indicible des péchés : poser la main sur son corps, se caresser. Petite fille devenue fille perdue, voici l'enfant chassée de sa famille et condamnée à grandir entre les murs de «l'institution». C'est là que des religieuses tentent de chasser le vice du corps et des esprits de ces filles de rien. Celles dont les mères se prostituent, celles qui sont nées de pères inconnus, celles dont le corps ne ressemble pas à ce que l'on attend d'une femme... Et si la foi ne suffit pas, c'est peut-être à Paris, entre les mains des médecins que ces enfants devront être conduites. Roman construit sur un fond historique passé sous silence, Fille perdue nous parle d'une époque où la morale et la science conjuguaient leurs efforts pour maintenir le joug pesant sur le corps des femmes.
+ Lire la suite
autres livres classés : jardinsVoir plus





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
250 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre