AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Armand Lanoux (Autre)
EAN : 9782253003663
411 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)

Note moyenne : 3.85/5 (sur 1707 notes)
Résumé :
A la fin d'une chasse, pendant la curée, les chiens dévorent les entrailles de la bête tuée. Pour le jeune Zola qui déteste son époque, c'est le coeur de Paris, entaillé par les larges avenues de Napoléon III, que des spéculateurs véreux s'arrachent. Ce deuxième volume des Rougon-Macquart, histoire naturelle et sociale d'une famille sous le Second Empire, est l'un des plus violents. Zola ne pardonne pas ces fortunes rapides qui inondent les allées du Bois d'attelage... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (176) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
  24 janvier 2014
La Curée constitue le second volet du fameux cycle des Rougon-Macquart où l'on poursuit, comme dans La Fortune Des Rougon, le cheminement mondain du rameau " Rougon " de la famille, avec la seconde génération, notamment trois enfants de Pierre Rougon.
Il s'agit principalement du dernier fils de Pierre Rougon, Aristide, qui change d'ailleurs son nom en Saccard, pour ne pas compromettre — au cas où — la réputation du frère aîné, Eugène, impliqué en politique (voir le tome 6, Son Excellence Eugène Rougon) et second personnage masculin important, dans l'ombre du premier, à moins que cela ne soit l'inverse.
On y fréquente enfin l'une des soeurs, Sidonie Rougon, personnalité ambiguë, entremetteuse, courtière, bref ombre grise très utile ou très dangereuse, c'est au choix.
Émile Zola nous dépeint la farouche avidité au gain d'Aristide qui se morfond de n'être que ce qu'il est, lors de sa fort modeste arrivée à Paris et qui va encore ruminer sa pauvreté pendant un certain temps.
Cependant, son frère Eugène lui ayant dégoté une place peu rémunératrice mais stratégique dans l'administration de la voirie, Aristide va vite comprendre l'intérêt que peut revêtir ce poste et les merveilleux délits d'initié qu'il autorise, à savoir, connaître avant tout le monde l'emplacements des immeubles qui seront évacués pour le percement des célèbres grands boulevards Haussmanniens.
Évidemment, spéculations, magouilles et fortune seront au bout de chaque boulevard…
Fortune née en un jour, croquée en deux heures, travers absolu d'un monde qui flambe sans compter.
Mais rien n'eut été possible à Aristide sans les premiers capitaux indispensables aux premières spéculations mirifiques, et c'est dans la fin prématurée et bienvenue de sa première épouse que Saccard va trouver le filon par l'entremise de sa soeur Sidonie.
Rattraper le crime d'une conception honteuse en dehors des liens du mariage par une jeune fille de bonne famille, voilà qui pourrait être dans les cordes d'Aristide, qu'en dites-vous ? Car ce n'est pas le tout, il faut vite, vite, vite unir la belle Renée avant que son ventre ne prenne des proportions scandaleuses... et bling ! voici la fortune de Saccard livrée sur un beau plateau d'argent par la confortable dot de l'étourdie gravide.
Renée va vivre dans la débauche de millions, de toilettes inavouables et même, même, dans l'indicible inceste dont je vous laisse découvrir la nature car il ne faut point trop vous en dire…
Ce livre est selon moi annonciateur de la dépravation du neuvième tome, Nana et le symétrique du volume 18, L'Argent. Ici est détaillée la vie de débauche et du grand luxe côté jardin (alors que dans Nana c'est côté cour), l'aliénation morale de la femme, mais peu les montages financiers, tandis que dans L'Argent, c'est le contraire.
En tout cas, un éclairage intéressant sur cette période de création du nouveau Paris, même si certaines descriptions et certains passages sur les bals et sur le luxe des pièces ou des vêtements sont un peu longs par rapport à d'autres opus plus toniques.
En outre ce n'est, encore une fois, que mon avis, dont les entrailles vacilleraient si elles étaient données en pâture à une meute d'esprits sagaces. Et que resterait-il après la curée ? Pas grand-chose…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          873
qmike549
  16 décembre 2020
Le thème de l'enrichissement spéculatif, le thème de la dépravation des moeurs, le thème de la dépravation politique avec l'achat des votes, le thème de la dépravation morale. Avec sa recherche croissante de toutes les jouissances….Mais dites-moi : Ces thèmes sont-ils indissociables ?
A travers son roman « La Curée » Emile Zola décrit les perversions décadentes de la société du IIème Empire, tout y passe : L'envie, le pouvoir, la richesse, l'opulence, la chair, la luxure…
Aucun doute, pour Emile Zola, le second Empire est le régime de toutes les dépravations.
Lire, relire Emile Zola donne le sentiment du retour éternel de l'Histoire.
Jamais la France n'a autant changé depuis ces dernières années et dans tous domaines, mais la littérature, la vraie celle de Emile Zola n'a pas vieillie.
Zola est la description de la nature humaine, Zola nous enchante par son écriture, ses écrits, ses romans.
Napoléon III, neveu du 1er, n'est pas sans ambition…Il rêve d'un Paris embelli, fonctionnel non seulement pour faire de Paris un bijou architectural mais aussi et surtout pour maitriser les insurrections, empêcher la montée de barricades, réduire les manifestations de l'époque.
Napoléon III ordonne à Haussmann d'effectuer la plus grande transformation urbaine de l'histoire de France…Celle de Paris – Capitale de la France….Attention, pas n'importe comment….Haussmann doit oeuvrer sans arrêter l'activité parisienne…
Paris change, le vieux n'est plus : Nous sentons que c'est peine perdue de regretter l'ancien Paris, le Paris historique et penseur dont nous recueillons aujourd'hui les anciens soupirs …
« La curée » est le deuxième roman de la série des Rougon-Macquart.
Une série de vingt volumes crée par l'auteur Emile Zola.
« La curée » est avant tout un titre : Ce terme issu de la vènerie, l'art de la chasse à courre, évoque la portion de la bête tuée que l'on donne aux chiens de chasse.
« La curée » est un lieu, une ville, une Capitale : Paris….
« La curée » est la soif de l'argent, la soif du plaisir….
« La curée » est les achats de quartiers entiers parisiens pour des destructions et des reconstructions massives. J'ai bien dit, plus d'un quartier va fondre, et il restera de l'or aux doigts des gens qui chaufferont et remueront la cuve…(Page 113).
Haussmann remplace les petites rues/ruelles par des grands boulevards luxueux….La transformation de Paris sera la gloire du règne. le peuple ingrat devra baiser les pieds de l'empereur..(Page 64).
« La curée » est le débordement de l'orgie des appétits et des ambitions, la soif du pouvoir, la soif de l'argent, la soif de jouir…
Des « hommes d'affaires » profitent de travaux pour amasser par tous les moyens des fortunes colossales….
« La curée » est le goût des manipulations, des magouilles, des intrigues qui servent uniquement les intérêts personnels des ambitieux…Saccard inventa d'abord le tour des achats d'immeubles faits sous le manteau pour le compte de la ville (Page 141)…..Saccard trichant, vendant, bénéficiant sur les marchés, tirant un agiotage ne lui suffit plus….
« La curée est » la spéculation immobilière des riches et nouveaux riches du second empire. Ceux qui possédaient déterrer leur argent, ceux qui ne possédaient pas, chercher dans les coins des trésors (Page90).
« La curée » est le frère cadet de Eugène Rougon : Aristide Rougon dit Saccard…Il y a de l'argent dans ce nom-là, on dirait que l'on compte des pièces de cent sous…Un nom à gagner des millions. (Page 87). Saccard est impitoyable personnage calculateur, rongé par son ambition de richesse….
« La curée » est le triste destin d'Angèle première femme de Saccard…Le mal empira, un soir le médecin leur avoua que la malade ne passerait pas la nuit…La mort entrait lentement dans la chambre… (Page 98).
« La curée » est l'arrangement du mariage de la riche Renée, qui est enceinte et dont la famille souhaite éviter le scandale en offrant une énorme dot à tout homme qui l'épousera et revendiquera le bébé comme le sien….L'ambitieux Saccard en sera preneur, il l'épouse non pas par amour mais pour son argent…son exécuter son projet….sa carrière de Spéculateur démarre….Depuis que l'on avait négocié son mariage…Elle avait retrouvé son allure d'écervelée et sa tête folle (Page 109)….
« La curée » est également Renée « marionnette » entre les mains de son mari Saccard.
« La curée » est Renée dans la peau de Phèdre, de Racine via une relation à la fois une relation adultère et incestueuse….
Renée amorce une relation incestueuse avec Maxime fils d'Aristide et d'Angèle Rougon, Ils entament une histoire d'amour soupçonnée de Saccard qui semble la tolérer…Cependant, Aristide Saccard ne s'inquiétait guère des deux enfants, comme il nommait son fils et sa seconde femme.(Page 140)…A la fin du dîner organisé par son mari, Renée se retire dans la serre de leur hôtel. le spectacle de son beau-fils en galante compagnie suscite en elle un sentiment de jalousie où se mêle une attirance dont elle commence à comprendre la nature incestueuse…Bah ! Ça devait arriver un jour ou l'autre (Page 186)…La faute s'était commise dans le dernier frisson des basses et le chant lointain des violons…(Page 186)…Renée songeait qu'elle n'était pas coupable. Elle n'avait pas voulu l'inceste (Page 188)….Alors, l'incestueuse s'habituait à sa faute, comme à une robe de gala, dont les roideurs l'auraient d'abord gênée. (Page 243).
«La curée » est aussi le destin tragique du passif Maxime boisson…. addiction aux jeux… Il ne manque plus que la drogue pour que le tableau soit complet…
Emile Zola n'a pas hésité via son roman « La Curée » a rendre au public le dossier sur les grands travaux et emprunts « rénovation de Paris » gérés parfois par d'étranges spéculateurs…
Dans la Curée, Emile Zola met l'accent sur la morale, une théorie de l'action humaine soumise au devoir et ayant pour but le bien. Lorsque l'on lit/relit ce roman « La curée », cette notion de « morale » est bien désuète…De nos jours, pas une semaine ne se passe s'en que le citoyen apprenne d'une façon ou d'une autre des duperies, des malversations, des mensonges de ceux qui nous gouvernent ….Il y a longtemps que les notions de morale sont classées au royaume des oublis.
« La curée » est le célèbre discours de Emile Zola : La Curée n'est pas une oeuvre isolée, elle tient à un grand ensemble, elle n'est qu'une phrase musicale de la vaste symphonie que je rêve. Je veux écrire 1'"Histoire naturelle et sociale d'une famille sous le Second Empire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          611
Gwen21
  05 février 2015
"La Curée" n'est pas le tome le plus épais des Rougon-Macquart mais c'est sans conteste l'un des plus étoffés.
Pour moi, il s'agit d'un tome capital, il aurait pu être le premier de la série si Zola n'avait pas choisi sa famille cobaye en province mais à Paris. "La Curée" se déroule intégralement dans la capitale impériale. Une capitale en plein bouleversement, percée de part en part par les nouveaux axes urbanistiques projetés par Rambuteau et Haussmann.
"La Curée", c'est un peu comme un immense plateau de Monopoly où Aristide Saccard s'ébat en joueur enragé et dévore les pâtés de maisons pour se créer une "grande fortune". Aimant jouer, détestant perdre, il est prêt à tout pour "arriver". Veuf et père de deux enfants, il épouse Renée, une jeune femme de bonne famille à la vertu compromise, qui lui permet de prendre pied dans le monde des enrichis.
"La Curée" annonce à la fois l'érotisme du "Bonheur des Dames", à coups de chiffons, de jupons et de pantalons de dentelle ; préfigure tout autant la sensualité moite et brutale de "Nana", ainsi que la quête d'esthétisme de "L'Oeuvre" ; enfin, il augure "L'Argent" et les futures magouilles spéculatives de Saccard.
"La Curée", c'est le spectacle cru de tous les excès, de tous les abus et des tabous foulés au pied - à commencer par l'inceste ; c'est l'exubérance criarde d'une richesse trop neuve et clinquante, de mauvais goût, qui cache les vices, l'âpreté des vanités, les instincts bridés, le tout dans une débauche naturaliste qui est la marque de fabrique du grand Zola. Comme dans ses autres romans, le lecteur est emporté, assommé, enivré, étourdi et finalement ébloui par une prose qui ne lui laisse aucun répit et qui lui fait dire dans un soupir : "Rien n'a changé depuis 150 ans".

Challenge XIXème siècle 2015
Challenge de lecture 2015 - Un livre que vous avez commencé mais jamais terminé
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          694
lyoko
  21 novembre 2017
Zola poursuit son "étude sociale" avec Aristide Rougon devenu Saccard a Paris. Il cherche par tous les moyens a faire fortune . Quand le destin frappe a sa porte et que la mort emporte sa première épouse.
C'est une fois encore, avec brio, que Zola démontre l'opportunisme d'un parvenu. le caractère des personnages est travaillé a la perfection. On sent les protagonistes de l'histoires prendre vie sous nos yeux.
C'est aussi l'occasion pour l'auteur de mettre en avant le rôle des femmes, et leurs positions à l'époque ou se déroule les évènements. Ce sont des simples objets pour certaines, pour d'autres le moyen pour leur mari d'obtenir, grâce a leur entremise, du pouvoir ou des relations.
C'est aussi, une démonstration de maître , sur la frivolité et l'inconstance des femmes qui ont toujours eu de l'argent qui leur brulait les doigts. Une relation au financier extrêmement bien décrite.
Il faut avouer que Zola est le maître incontesté des descriptions :de salons, de robes, de paysages, des caractères,... En lisant cet auteur on se trouve tout simplement au milieu d'un film ou chaque chose est pensée et maîtrisée.
Je suis souvent bouleversée par l'écriture de Zola qui est si cruelle, si cynique par moment et tellement poétique par d'autre.
Je me demande souvent comment un homme a pu être si juste et si précis dans son étude sociale, d'autant qu'il n'avait qu'une trentaine d'année lors de la parution de ce roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          657
Nastie92
  05 novembre 2017
♬ Zola reviens, Zola reviens parmi les tiens... ♬
Quand je vois avec quel talent Émile Zola décrit ses contemporains, avec quelle ironie jubilatoire il en dresse le portrait féroce, je me dis que c'est vraiment dommage qu'il ne soit plus parmi nous.
Parce qu'entre nos politiciens, nos journalistes, nos "people", il en aurait du matériau de première classe !
La Curée, c'est un peu La Fortune des Rougon bis. En effet, après le couple Pierre-Adélaïde du premier opus, c'est au tour de leur fils Aristide de vouloir faire fortune.
Mais le contexte est différent : on quitte Plassans et ses petites histoires provinciales, c'est à Paris que l'ambition peut prendre toute sa démesure.
Paris sous le second empire offre des opportunités quasiment illimitées à qui veut les saisir, voire les provoquer. Honnêtement... ou moins honnêtement.
Eugène, frère aîné d'Aristide est devenu ministre. Il veut bien aider son cadet, mais sans prendre de risque. Pour commencer, un changement de patronyme s'impose, et Aristide Rougon devient d'un coup de baguette magique Aristide Saccard. Ainsi, si les affaires de monsieur Saccard tournent mal, monsieur Rougon n'aura rien à craindre et continuera sa vie comme si de rien n'était. On n'est jamais trop prudent !
À partir de là, les bonnes ou moins bonnes affaires vont s'enchaîner.
Fini l'univers étriqué de la province, seule la capitale pouvait servir de cadre à l'histoire. En effet, tout devient grand dans ce deuxième volume. Les petites magouilles de Plassans laissent la place aux grandes manoeuvres parisiennes.
L'appât du gain est poussé à son extrême, les instincts les plus vils s'expriment, les coups les plus bas sont permis : Zola ne nous épargne rien. Délits d'initié, trafics d'influence, escroqueries en tout genre sur un fond d'absence totale de scrupules. Vous pouvez ajouter à cette liste peu glorieuse l'argent qui coule à flot d'une façon indécente, les fortunes affichées avec ostentation, la débauche qui s'expose dans les fêtes et se cache à peine dans la vie quotidienne.
Si je devais résumer ce roman par un mot, ce serait "excès". La Curée est le roman de tous les excès. Zola y dénonce d'une façon magistrale les excès en tout sens de ses contemporains.
Quelques descriptions peuvent parfois paraître un peu longues, mais elles ne m'ont en aucun cas dérangée. Elles renforcent le terrible contraste entre ces intérieurs chargés, au luxe tape-à-l'oeil (il faut montrer sa fortune), ces maisons bien comme il faut et leurs habitants aux moeurs dépravées, cyniques et magouilleurs. Et puis, c'est tellement bien écrit, que j'accepte tout de la part de Zola !
Un personnage du roman m'a particulièrement impressionnée : Sidonie, soeur d'Eugène et Aristide. Zola a créé là une femme époustouflante ! Intrigante en diable, elle est prête à tout, pourvu qu'il y ait de l'argent à la clef. Elle tient une place capitale dans le roman. En écrivant certains passages, Zola a dû se régaler... et il régale son lecteur !
Comme le premier, ce tome est très moderne. Zola décrit la vie sous le second empire, mais le lecteur actuel se rend compte que rien n'a changé. Politique et finance font très bon ménage, les hommes d'affaires sachant parfaitement manoeuvrer les politiciens en les récompensant grassement. Et tant pis si ce qui est fait n'est pas moral, tant pis si ce n'est pas dans l'intérêt général. Quand certains (qui ont encore un soupçon de conscience) s'émeuvent des coûts des grands travaux entrepris dans Paris, voici ce qui est répondu, je vous laisse apprécier :
"– Quant à la dépense, déclara gravement le député Haffner, qui n'ouvrait la bouche que dans les grandes occasions, nos enfants la payeront, et rien ne sera plus juste. […] La phrase de M. Haffner : « Nos enfants payeront », avait réussi à réveiller le sénateur. Tout le monde battit discrètement des mains, et M. de Saffré s'écria : – Ah ! charmant, charmant, j'enverrai demain le mot aux journaux. – Vous avez bien raison, messieurs, nous vivons dans un bon temps, dit le sieur Mignon, comme pour conclure, au milieu des sourires et des admirations que le mot du baron excitait. J'en connais plus d'un qui ont joliment arrondi leur fortune. Voyez-vous, quand on gagne de l'argent, tout est beau."
Ah, tout est beau quand on gagne de l'argent ! Vous voyez, rien n'a changé. Seulement l'échelle à laquelle les choses se font : les profiteurs de tout poil que décrit Zola feraient piètre figure à côté de leurs "successeurs" d'aujourd'hui, mais les motivations et les modes opératoires sont identiques.
À ce propos, le titre est parfaitement trouvé : page après page, le lecteur assiste à tout, le spectacle est écoeurant, comme celui des chiens après la chasse à courre.
Finalement, La Curée, c'est Les mains sales et La nausée réunis !
J'ai plus que jamais envie de poursuivre ma route avec Zola, et j'ai hâte d'aller me promener du côté des Halles dans le Ventre de Paris.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          527

Citations et extraits (234) Voir plus Ajouter une citation
VilloteauVilloteau   12 février 2013
Cependant, M. Hupel de la Noue demanda galamment :

-- Aurons-nous le plaisir de voir Son Excellence, ce soir ?

-- Je ne crois pas, répondit Saccard d'un air important qui cachait une contrariété secrète. Mon frère est si occupé !... Il nous a envoyé son secrétaire, M. de Saffré, pour nous présenter ses excuses.

Le jeune secrétaire, que Mme Michelin accaparait décidément, leva la tête en entendant prononcer son nom, et s'écria à tout hasard, croyant qu'on s'était adressé à lui :

-- Oui, oui, il doit y avoir une réunion des ministres à neuf heures chez le garde des sceaux.

Pendant ce temps, M. Toutin-Laroche, qu'on avait interrompu, continuait gravement, comme s'il eût péroré dans le silence attentif du conseil municipal :

-- Les résultats sont superbes. Cet emprunt de la Ville restera comme une des plus belles opérations financières de l'époque. Ah ! messieurs...

Mais, ici, sa voix fut de nouveau couverte par des rires qui éclatèrent brusquement à l'un des bouts de la table. On entendait, au milieu de ce souffle de gaieté, la voix de Maxime, qui achevait une anecdote : « Attendez donc, je n'ai pas fini. La pauvre amazone fut relevée par un cantonnier. On dit qu'elle lui fait donner une brillante éducation pour l'épouser plus tard. Elle ne veut pas qu'un homme autre que son mari puisse se flatter d'avoir vu certain signe noir placé au dessus de son genou. » Les rires reprirent de plus belle ; Louise riait franchement, plus haut que les hommes. Et doucement, au milieu de ces rires, comme sourd, un laquais allongeait en ce moment, entre chaque convive, sa tête grave et blême, offrant des aiguillettes de canard sauvage, à voix basse.



Aristide Saccard fut fâché du peu d'attention qu'on accordait à M. Toutin- Laroche. Il reprit, pour lui montrer qu'il l'avait écouté :

-- L'emprunt de la Ville...

Mais M. Toutin-Laroche n'était pas homme à perdre le fil d'une idée :

-- Ah ! messieurs, continua-t-il quand les rires furent calmés, la journée d'hier a été une grande consolation pour nous, dont l'administration est en butte à tant d'ignobles attaques. On accuse le Conseil de conduire la Ville à sa ruine, et, vous le voyez, dès que la Ville ouvre un emprunt, tout le monde nous apporte son argent, même ceux qui crient.

-- Vous avez fait des miracles, dit Saccard. Paris est devenu la capitale du monde.

-- Oui, c'est vraiment prodigieux, interrompit M. Hupel de la Noue. Imaginez- vous que moi, qui suis un vieux Parisien, je ne reconnais plus mon Paris. Hier, je me suis perdu pour aller de l'Hôtel de Ville au Luxembourg. C'est prodigieux, prodigieux !

Il y eut un silence. Tous les hommes graves écoutaient maintenant.

-- La transformation de Paris, continua M. Toutin-Laroche, sera la gloire du règne. Le peuple est ingrat, il devrait baiser les pieds de l'empereur. Je le disais ce matin au Conseil, où l'on parlait du grand succès de l'emprunt : « Messieurs, laissons dire ces braillards de l'opposition : bouleverser Paris, c'est le fertiliser ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Nastie92Nastie92   31 janvier 2018
La nuque appuyée contre le bord capitonné de la calèche, elle semblait dormir les yeux ouverts. Elle songeait, inerte, livrée aux rêves qui la tenaient ainsi affaissée, et, par moments, de légers battements nerveux agitaient ses lèvres. Elle était mollement envahie par l’ombre du crépuscule ; tout ce que cette ombre contenait d’indécise tristesse, de discrète volupté, d’espoir inavoué, la pénétrait, la baignait dans une sorte d’air alangui et morbide. Sans doute, tandis qu’elle regardait fixement le dos rond du valet de pied assis sur le siège, elle pensait à ces joies de la veille, à ces fêtes qu’elle trouvait si fades, dont elle ne voulait plus ; elle voyait sa vie passée, le contentement immédiat de ses appétits, l’écœurement du luxe, la monotonie écrasante des mêmes tendresses et des mêmes trahisons. Puis, comme une espérance, se levait en elle, avec des frissons de désir, l’idée de cet « autre chose » que son esprit tendu ne pouvait trouver. Là, sa rêverie s’égarait. Elle faisait un effort, mais toujours le mot cherché se dérobait dans la nuit tombante, se perdait dans le roulement continu des voitures. Le bercement souple de la calèche était une hésitation de plus qui l’empêchait de formuler son envie. Et une tentation immense montait de ce vague, de ces taillis que l’ombre endormait aux deux bords de l’allée, de ce bruit de roues et de cette oscillation molle qui l’emplissait d’une torpeur délicieuse. Mille petits souffles lui passaient sur la chair : songeries inachevées, voluptés innommées, souhaits confus, tout ce qu’un retour du Bois, à l’heure où le ciel pâlit, peut mettre d’exquis et de monstrueux dans le cœur lassé d’une femme.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
MusardiseMusardise   10 juillet 2018
La salle à manger était une vaste pièce carrée, dont les boiseries de poirier noirci et verni montaient à hauteur d'homme, ornées de minces filets d'or. Les quatre grands panneaux avaient dû être ménagés de façon à recevoir des peintures de nature morte; mais ils étaient restés vides, le propriétaire de l'hôtel ayant sans doute reculé devant une dépense purement artistique. On les avait simplement tendus de velours gros vert. Les meubles, les rideaux et les portières de même étoffe, donnaient à la pièce un caractère sobre et grave, calculé pour concentrer sur la table toutes les splendeurs de la lumière. Et, à cette heure, en effet, au milieu du large tapis persan, de teinte sombre, qui étouffait le bruit des pas, il avait une trentaine de personnes dans le salon les conversations reprirent sous la clarté crue du lustre, la table, entourée de chaises dont les dossiers noirs, à filets d'or, l'encadraient d'une ligne sombre, était comme un autel, comme une chapelle ardente, où, sur la blancheur éclatante de la nappe, brûlaient les flammes claires des cristaux et des
pièces d'argenterie. Au-delà des dossiers sculptés, dans une ombre flottante, à peine apercevait-on les boiseries des murs, un grand buffet bas, des pans de velours qui traînaient. Forcément, les yeux revenaient à la table, s'emplissaient de cet éblouissement. Un admirable surtout d'argent mat, dont les ciselures luisaient, en occupait le centre; c'était une bande de jaunes enlevant des nymphes; et au-dessus du groupe, sortant d'un large cornet, un énorme bouquet de fleurs naturelles retombait en grappes. Aux deux bouts, des vases contenaient également des gerbes de fleurs; deux candélabres, appareillés au groupe du milieu, faits chacun
d'un satyre courant, emportant sur l'un de ses bras une femme pâmée, et tenant de l'autre une torchère à dix branches, ajoutaient l'éclat de leurs bougies au rayonnement du lustre central. Entre ces pièces principales, les réchauds, grands et petits, s'alignaient symétriquement, chargés du premier service, flanqués par des coquilles contenant des hors d’œuvre, séparés par des corbeilles de porcelaine, des vases de cristal, des assiettes plates, des compotiers montés, contenant la partie du dessert qui était déjà sur la table. Le long du cordon des assiettes, l'armée des verres, les carafes d'eau et de vin, les petites salières, tout le cristal du service était mince et léger comme de la mousseline, sans une ciselure, et si transparent qu'il ne jetait aucune ombre. Et le surtout, les grandes pièces semblaient des fontaines de feu; des éclairs couraient dans le flanc dépoli des réchauds; les fourchettes, les cuillers, les couteaux à manche de nacre faisaient des barres de flammes; des arcs-en-ciel allumaient les verres; et, au milieu de cette pluie d'étincelles, dans cette masse incandescente, les carafes de vin tachaient de rouge la nappe chauffée à blanc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
MusardiseMusardise   22 octobre 2017
Et, sous les arceaux, entre les massifs, çà et là, des chaînettes de fer soutenaient des corbeilles, dans lesquelles s'étalaient des Orchidées, les plantes bizarres du plein ciel, qui poussent de toutes parts leurs rejets trapus, noueux et déjetés comme des membres infirmes. Il y avait les Sabots de Vénus, dont la fleur ressemble à une pantoufle merveilleuse, garnie au talon d'ailes de libellules ; les Alridès, si tendrement parfumées; les Stanhopéa, aux fleurs pâles, tigrées, qui soufflent au loin, comme des gorges amères de convalescent, une haleine âcre et forte.
Mais ce qui, de tous les détours des allées, frappait les regards, c'était un grand Hibiscus de la Chine, dont l'immense nappe de verdure et de fleurs couvrait tout le flanc de l'hôtel, auquel la serre était scellée. Les larges fleurs pourpres de cette mauve gigantesque, sans cesse renaissantes, ne vivent que quelques heures. On eût dit des bouches sensuelles de femmes qui s'ouvraient, les lèvres rouges, molles et humides, de quelque Messaline géante, que des baisers meurtrissaient, et qui toujours renaissaient avec leur sourire avide et saignant.
Renée, très du bassin, frissonnait au milieu de ces floraisons superbes. Derrière elle, un grand sphinx de marbre noir, accroupi sur un bloc de granit, la tête tournée vers l'aquarium, avait un sourire de chat discret et cruel ; et c'était comme l'Idole sombre, aux cuisses luisantes, de cette terre de feu. A cette heure, des globes de verre dépoli éclairaient les feuillages de nappes laiteuses. Des statues, des têtes de femme dont le cou se renversait, gonflé de rires, blanchissaient au fond des massifs, avec des taches d'ombres qui tordaient leurs rires fous. Dans l'eau épaisse et dormante du bassin, d'étranges rayons se jouaient, éclairant des formes vagues, des masses glauques, pareilles à des ébauches de monstres. Sur les feuilles lisses du Ravenala, sur les éventails vernis des Lataniers, un flot de lueurs blanches coulât; tandis que, de la dentelle des Fougères, tombaient en pluie fine des gouttes de clarté. En haut, brillaient des reflets de vitre, entre les têtes sombres des hauts Palmiers. Puis, tout autour, du noir s'entassât; les berceaux, avec leurs draperies de lianes, se noyaient dans les ténèbres, ainsi que des nids de reptiles endormis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
MusardiseMusardise   11 juillet 2018
Un amour immense, un besoin de volupté, flottait dans cette nef close, où bouillait la sève ardente des tropiques. La jeune femme était prise dans ces noces puissantes de la terre, qui engendraient autour d'elle ces verdures noires, ces tiges colossales; et les couches âcres de cette mer de feu, cet épanouissement de forêt, ce tas de végétations toutes brûlantes des entrailles qui les nourrissaient, lui jetaient des effluves troublants, chargés d'ivresse. A ses pieds, le bassin, la masse d'eau chaude, épaissie par les sucs des racines flottantes, fumait, mettait à ses épaules un manteau de vapeurs lourdes, une buée qui lui chauffait la peau, comme l'attouchement d'une main moite de volupté. Sur sa tête, elle sentait le jet des Palmiers, les hauts feuillages secouant leur arôme. Et, plus que l'étouffement chaud de l'air, plus que les clartés vives, plus que les fleurs larges, éclatantes, pareilles à des visages riant ou grimaçant entre les feuilles, c'étaient surtout les odeurs qui la brisaient. Un parfum indéfinissable, fort, excitant, traînait, fait de mille parfums: sueurs humaines,
haleines de femmes, senteurs de chevelures; et des souffles doux et fades jusqu'à l'évanouissement, étaient coupés par des souffles pestilentiels, rudes, chargés de poisons. Mais, dans cette musique étrange des odeurs, la phrase mélodique qui revenait toujours, dominant, étouffant les tendresses de la Vanille et les acuités des orchidées, c'était cette odeur humaine, pénétrante, sensuelle, cette odeur d'amour qui s'échappe le matin de la chambre close de deux jeunes époux.
Renée, lentement, s'était adossée au socle de granit. Dans sa robe de satin vert, la gorge et la tête rougissantes, mouillées des gouttes claires de ses diamants, elle ressemblait à une grande fleur, rose et verte, à un des Nymphéa du bassin, pâmé par la chaleur. A cette heure de vision nette, toutes ses bonnes résolutions s'évanouissaient à jamais, l'ivresse du dîner remontait à sa tête, impérieuse, victorieuse, doublée par les flammes de la serre. Elle ne songeait plus aux fraîcheurs de la nuit qui l'avaient calmée, à ces ombres murmurantes du parc, dont les voix lui avaient conseillé la paix heureuse. Ses sens de femme ardente, ses caprices de femme blasée s'éveillaient. Et, au-dessus d'elle, le grand Sphinx de marbre noir riait d'un rire mystérieux, comme s'il avait lu le désir enfin formulé qui galvanisait ce cœur mort, le désir longtemps fuyant, «l'autre chose» vainement cherchée par Renée dans le bercement de sa calèche, dans la cendre fine de la nuit tombante, et que venait brusquement de lui révéler sous la clarté crue, au milieu de ce jardin de feu, la vue de Louise et de Maxime, riant et jouant, les mains dans les mains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100

Videos de Émile Zola (103) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Émile Zola
Trop souvent confondue avec son homonyme révolutionnaire Olympe de Gouges ou tout simplement oubliée, Olympe Audouard est pourtant une figure de proue du féminisme sous Napoléon III, qui n'a cessé de transgresser les normes en vigueur en franchissant la frontière de la sphère privée, seul espace autorisé aux femmes. Au coeur de la vie intellectuelle du Second Empire, elle a fondé pas moins de trois quotidiens, écrit une trentaine de livres et ferraillé avec la plupart des intellectuels et hommes de pouvoir contemporains, de Barbey d'Aurevilly à Zola en passant par le préfet Haussmann. Maîtresse d'Alexandre Dumas et de Victor Hugo, protégée de Théophile Gautier, ses combats contre « le sexe barbu », notamment pour le droit au divorce, résonnent encore aujourd'hui. Celle que l'on surnomme la « Papillonne », du nom de son premier journal, est également une aventurière chevronnée : juchée sur les premiers chemins de fer, elle a observé de près la conquête de l'Ouest américain, les mouvements nihilistes russes, failli périr noyée dans un naufrage entre Alger et Marseille, affronté une tempête dans le désert avec Abd el-Kader… Un destin hors du commun, une figure qui a marqué son époque et que la nôtre gagnera à redécouvrir.
+ Lire la suite
autres livres classés : naturalismeVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Les personnages des Rougon Macquart

Dans l'assommoir, quelle est l'infirmité qui touche Gervaise dès la naissance

Elle est alcoolique
Elle boîte
Elle est myope
Elle est dépensière

7 questions
498 lecteurs ont répondu
Thème : Émile ZolaCréer un quiz sur ce livre

.. ..