AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Armand Lanoux (Autre)
ISBN : 2253003662
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 1118 notes)
Résumé :
A la fin d'une chasse, pendant la curée, les chiens dévorent les entrailles de la bête tuée. Pour le jeune Zola qui déteste son époque, c'est le coeur de Paris, entaillé par les larges avenues de Napoléon III, que des spéculateurs véreux s'arrachent. Ce deuxième volume des Rougon-Macquart, histoire naturelle et sociale d'une famille sous le Second Empire, est l'un des plus violents. Zola ne pardonne pas ces fortunes rapides qui inondent les allées du Bois d'attelage... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (90) Voir plus Ajouter une critique
Nastasia-B
  24 janvier 2014
La Curée constitue le second volet du fameux cycle des Rougon-Macquart où l'on poursuit, comme dans La Fortune Des Rougon, le cheminement mondain du rameau " Rougon " de la famille, avec la seconde génération, notamment trois enfants de Pierre Rougon.
Il s'agit principalement du dernier fils de Pierre Rougon, Aristide, qui change d'ailleurs son nom en Saccard, pour ne pas compromettre — au cas où — la réputation du frère aîné, Eugène, impliqué en politique (voir le tome 6, Son Excellence Eugène Rougon) et second personnage masculin important, dans l'ombre du premier, à moins que cela ne soit l'inverse.
On y fréquente enfin l'une des soeurs, Sidonie Rougon, personnalité ambiguë, entremetteuse, courtière, bref ombre grise très utile ou très dangereuse, c'est au choix.
Émile Zola nous dépeint la farouche avidité au gain d'Aristide qui se morfond de n'être que ce qu'il est, lors de sa fort modeste arrivée à Paris et qui va encore ruminer sa pauvreté pendant un certain temps.
Cependant, son frère Eugène lui ayant dégoté une place peu rémunératrice mais stratégique dans l'administration de la voirie, Aristide va vite comprendre l'intérêt que peut revêtir ce poste et les merveilleux délits d'initié qu'il autorise, à savoir, connaître avant tout le monde l'emplacements des immeubles qui seront évacués pour le percement des célèbres grands boulevards Haussmanniens.
Évidemment, spéculations, magouilles et fortune seront au bout de chaque boulevard…
Fortune née en un jour, croquée en deux heures, travers absolu d'un monde qui flambe sans compter.
Mais rien n'eut été possible à Aristide sans les premiers capitaux indispensables aux premières spéculations mirifiques, et c'est dans la fin prématurée et bienvenue de sa première épouse que Saccard va trouver le filon par l'entremise de sa soeur Sidonie.
Rattraper le crime d'une conception honteuse en dehors des liens du mariage par une jeune fille de bonne famille, voilà qui pourrait être dans les cordes d'Aristide, qu'en dites-vous ? Car ce n'est pas le tout, il faut vite, vite, vite unir la belle Renée avant que son ventre ne prenne des proportions scandaleuses... et bling ! voici la fortune de Saccard livrée sur un beau plateau d'argent par la confortable dot de l'étourdie gravide.
Renée va vivre dans la débauche de millions, de toilettes inavouables et même, même, dans l'indicible inceste dont je vous laisse découvrir la nature car il ne faut point trop vous en dire…
Ce livre est selon moi annonciateur de la dépravation du neuvième tome, Nana et le symétrique du volume 18, L'Argent. Ici est détaillée la vie de débauche et du grand luxe côté jardin (alors que dans Nana c'est côté cour), l'aliénation morale de la femme, mais peu les montages financiers, tandis que dans L'Argent, c'est le contraire.
En tout cas, un éclairage intéressant sur cette période de création du nouveau Paris, même si certaines descriptions et certains passages sur les bals et sur le luxe des pièces ou des vêtements sont un peu longs par rapport à d'autres opus plus toniques.
En outre ce n'est, encore une fois, que mon avis, dont les entrailles vacilleraient si elles étaient données en pâture à une meute d'esprits sagaces. Et que resterait-il après la curée ? Pas grand-chose…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          713
Gwen21
  05 février 2015
"La Curée" n'est pas le tome le plus épais des Rougon-Macquart mais c'est sans conteste l'un des plus étoffés.
Pour moi, il s'agit d'un tome capital, il aurait pu être le premier de la série si Zola n'avait pas choisi sa famille cobaye en province mais à Paris. "La Curée" se déroule intégralement dans la capitale impériale. Une capitale en plein bouleversement, percée de part en part par les nouveaux axes urbanistiques projetés par Rambuteau et Haussmann.
"La Curée", c'est un peu comme un immense plateau de Monopoly où Aristide Saccard s'ébat en joueur enragé et dévore les pâtés de maisons pour se créer une "grande fortune". Aimant jouer, détestant perdre, il est prêt à tout pour "arriver". Veuf et père de deux enfants, il épouse Renée, une jeune femme de bonne famille à la vertu compromise, qui lui permet de prendre pied dans le monde des enrichis.
"La Curée" annonce à la fois l'érotisme du "Bonheur des Dames", à coups de chiffons, de jupons et de pantalons de dentelle ; préfigure tout autant la sensualité moite et brutale de "Nana", ainsi que la quête d'esthétisme de "L'Oeuvre" ; enfin, il augure "L'Argent" et les futures magouilles spéculatives de Saccard.
"La Curée", c'est le spectacle cru de tous les excès, de tous les abus et des tabous foulés au pied - à commencer par l'inceste ; c'est l'exubérance criarde d'une richesse trop neuve et clinquante, de mauvais goût, qui cache les vices, l'âpreté des vanités, les instincts bridés, le tout dans une débauche naturaliste qui est la marque de fabrique du grand Zola. Comme dans ses autres romans, le lecteur est emporté, assommé, enivré, étourdi et finalement ébloui par une prose qui ne lui laisse aucun répit et qui lui fait dire dans un soupir : "Rien n'a changé depuis 150 ans".

Challenge XIXème siècle 2015
Challenge de lecture 2015 - Un livre que vous avez commencé mais jamais terminé
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          553
isajulia
  26 mai 2013
Je poursuis gentiment ma découverte des Rougon-Macquart. Avec La Curée, on quitte l'ambiance étriquée de Plassans et ses complots de province pour se lancer dans le grand bain parisien en compagnie d'Aristide, une des progénitures de l'infâme Pierre Rougon.
Suite au coup d'état réussi qui a mis Napoléon III à la tête de l'empire, Arsitide arrive à Paris avec sa femme Angèle. Rêvant d'une fortune rapide, celui-ci va se voir proposer par son frère Eugène (qui a désormais une place enviable et une certaine influence en politique) une fonction d'agent voyer au sein de l'Hôtel de Ville. Contraint de changer de nom de famille pour épargner à son excellence une éventuelle honte en cas de scandale, Aristide Rougon devient Aristide Saccard. Furieux de végéter dans des bureaux poussiéreux pour un traitement bien inférieur à ses prétentions, il va néanmoins vite se rendre compte que l'Hôtel de Ville est un endroit rêvé pour glaner des informations sur de futures opérations immobilières, Paris étant en pleine phase de transformation.
Frustré de ne pas avoir les premiers fonds, se heurtant aux refus d'Eugène, Aristide va faire appel à Sidonie, sa soeur, qui occupe des fonctions assez obscures de courtière et aussi d'entremetteuse. Angèle a peine morte, Sidonie organise déjà le remariage de son frère avec la jeune Renée Béraud-Duchâtel, qui se trouve dans une situation compromettante suite à un viol. Seul un mariage peut rendre la dignité de la jeune fille, il se trouve en plus qu'elle bénéficie d'une dot importante. L'affaire est dans le sac, non seulement Aristide se retrouve nanti d'une femme belle et fringante mais le voilà également riche. C'est alors que commence la spirale infernale de la magouille immobilière, avec un talent de prestidigitateur, Aristide va devenir en expert dans l'art d'arnaquer l'état. Tirant de honteux bénéfices des expropriations grâce aux travaux d'amélioration de la capitale, sa fortune est faite!
Renée quand à elle dépense sans compter en toilettes somptueuses et en fêtes extravagantes. En compagnie de Maxime, le fils d'Aristide, dont elle a quasiment fait l'éducation, elle va connaître une passion incestueuse qui comblera le vide qu'elle pense avoir dans sa vie. Derrière cette richesse apparente, cette famille cache bien des cadavres...
Zola signe encore un chef-d'oeuvre, j'ai été époustouflée par ce second opus des Rougon-Macquart. Il met brillamment en lumière les travers de l'être humain pris dans le tourbillon de l'argent. Aristide, le petit scribouillard bonnet blanc et blanc bonnet de l'Indépendant a bien changé, il est devenu une authentique ordure sans foi ni loi (désolée si mes termes vous choquent, il fallait que ça sorte). J'ai adoré la manière dont Zola a donné toute son ampleur au personnage, il décortique avec soin la psychologie de cet arriviste escroc avec acidité et ironie. Avec tout son talent, il nous emmène dans l'envers du décor des gens riches, montrant leurs excès et leur cruauté. Véritable miroir aux alouettes, c'est avec délectation que l'on suit la grandeur et la décadence de ces protagonistes aux plus vils instincts. Seule Renée m'a fait un peu de peine, derrière sa frivolité j'ai trouvé qu'elle était un peu le dindon de la farce dans toute cette mascarade... le seul mini reproche que je pourrait faire à l'ouvrage est que certains passages manquent un peu de pep's mais hormis ça, c'est un véritable régal. J'avais été emballée par La Fortune des Rougon, là ma curiosité ne fait qu'augmenter et j'ai hâte de tous les lire. Gros coup de coeur et vivement la suite! A lire!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          471
sandrine57
  03 décembre 2012
Tapis persans, bois précieux, or, bronze, marbre, velours, cristal, argenterie, mets délicats et grands crus...dans leur somptueux hôtel particulier du parc Monceau, Aristide Saccard et sa jeune épouse Renée reçoivent le tout-Paris du Second Empire. Mais si l'on admire et parfois même l'on envie leur éclatante réussite, c'est que l'on ne sait pas que dans les opulents boudoirs, sous les lustres de cristal et dans la soie, se cachent le vice et le péché. Rien d'étonnant à cela quand on sait qu'Aristide Saccard n'est autre qu'Aristide Rougon, le fils de Pierre Rougon, venu tout droit de Plassans au lendemain du coup d'Etat réussi de Napoléon III. Compromis par ses mauvais choix tactiques, il a changé son nom pour ne pas embarrasser son frère Eugène, désormais député. C'est ce même frère qui va d'ailleurs lui trouver une place à l'Hôtel de ville, un poste de fonctionnaire pas très bien payé mais qui lui donne accès aux plans des grands travaux prévus dans la capitale. Fort des renseignements obtenus par ses indiscrétions, Saccard voit déjà l'argent couler à flots, son seul problème étant la mise de fonds. Saccard n'a pas le sou et c'est sa soeur Sidonie, personnage aussi sombre que retors qui va lui offrir une solution en or. Angèle, l'épouse mourante d'Aristide, n'a pas encore rendu son dernier souffle que Sidonie a déjà arrangé le prochain mariage de son frère avec Renée Béraud-Duchâtel, une toute jeune fille issue d'une riche famille de magistrats, très bien dotée, et qui doit se marier urgemment pour préserver sa réputation. L'affaire conclue, Aristide dispose enfin des capitaux nécessaires à ses montages financiers, aussi compliqués qu'hasardeux, et Renée s'étourdit en dépensant sans compter et trompe son ennui dans les bras de son beau-fils Maxime, l'inceste ajoutant du piment à l'adultère. Tel est le couple Saccard qui dîne avec les députés, les banquiers, est reçu aux Tuileries, affiche sa fortune avec ostentation mais cache en son sein les plus sombres secrets.

Dans ce deuxième tome de la série des Rougon-Macquart, Emile ZOLA nous plonge dans le Paris des grands travaux, En pleine mutation, la ville est livrée aux spéculateurs sans scrupules qui, au jeu des expropriations/indemnisations, engrangent les bénéfices sur le dos de la municipalité et de l'état. Aristide Saccard n'est pas en reste. Toujours à l'affût de l'argent facile, il voit là une occasion d'amasser une fortune et tout lui est bon pour parvenir à ses fins : spéculations immobilière, gonflement des prix, délits d'initiés, pots de vin...Mais Saccard est un homme avide qui ne sait pas se contenter de ce qu'il a et bientôt il se trouve à la tête d'une fortune aux pieds d'argile, à la merci de ses créanciers, riche en apparence mais sans liquidités. Il n'hésite pas à duper sa femme, à la déposséder de son héritage et si le prix à payer pour ses fourberies est de la céder à son fils, qu'à cela ne tienne! Il ne s'émeut pas de ce drame antique qui se joue sous son toit!
ZOLA que l'on connait surtout pour ses fines analyses du monde ouvrier excelle aussi à décrire la décadence de ceux qui possèdent, ces bourgeois dépravés qui profitent de leur position pour s'enrichir, étalent leur fortune aux yeux du monde et se vautrent dans la luxure pour oublier qu'ils ne sont pas heureux.
Une lecture passionnante, ZOLA y est féroce et grinçant et n'hésite pas à dénoncer les travers des puissants. A lire évidemment.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
LiliGalipette
  04 mars 2012
Les grands travaux d'Haussmann mettent Paris sens dessus-dessous. Partout, ce n'est que percée de grandes avenues et démolition de vieux immeubles. Dans cette atmosphère où tout est à construire, Aristide Saccard, anciennement Rougon, travaille à se bâtir une fortune colossale. « Aristide Rougon s'abattit sur Paris au lendemain du 2 Décembre, avec ce flair des oiseaux de proie qui sentent de loin les champs de bataille. » (p. 67) Spéculateur de génie, opportuniste et très intelligent, Aristide Saccard travaille méthodiquement et méticuleusement à sa richesse. L'or est son vice : pour l'assouvir, il contracte un mariage comme il aurait signé une affaire commerciale. Au fait de tous les secrets immobiliers de Paris, informé de tous les dossiers de l'Hôtel de Ville, il est le champion des magouilles immobilières. Ménageant des relations influentes et se réservant les meilleurs tuyaux, Aristide Saccard crée des « machines à pièces de cent sous ». La pièce de 20 francs devient alors le symbole de son existence, l'unité de tous ses calculs. Ce qu'Aristide Saccard aime également, c'est savoir qu'il a trompé son monde : « Duper les gens, leur en donner moins que pour leur argent était un régal. » (p. 161)
Son épouse, la très belle Renée, est une grande mondaine qui lance des modes. Avec sa folie des toilettes et des parures, Renée est une coquette qui dépense sans compter l'argent de son mari et de sa dot. Mais cela ne lui suffit pas. Renée s'ennuie et veut « quelque chose qui n'arrivât à personne, qu'on ne rencontrât pas tous les jours, qui fut une jouissance rare, inconnue. » (p. 20) Son premier cri est déchirant : « Oh ! je m'ennuie, je m'ennuie à mourir. » (p. 14) Ce à quoi son beau-fils, le jeune Maxime, répond ironiquement : « Je te conseille de te plaindre [...] : tu dépenses plus de cent mille francs par an pour ta toilette, tu habites un hôtel splendide, tu as des chevaux superbes, tes caprices font loi, et les journaux parlent de chacune de tes robes nouvelles comme d'un évènement de la dernière gravité ; les femmes te jalousent, les hommes donneraient dix ans de leur vie pour te baiser le bout des doigts. » (p. 15) Mais ce constat n'est pas apaisant pour Renée qui cherche des plaisirs plus puissants, des jouissances plus toniques, quitte à plonger dans le péché. Toutefois, Renée veut jouir en commettant une faute d'excellence, elle ne se contente pas des transgressions tièdes et des erreurs sans panache. « le mal, ce devrait être quelque chose d'exquis. » (p. 209)
C'est auprès de Maxime, fils du premier mariage d'Aristide, qu'elle consommera la faute la plus immonde qui soit, s'élevant ainsi à la hauteur de Phèdre. Maxime est un homme aux allures de fille, un étrange produit d'une société dont la morale s'appauvrit à mesure que les hommes s'enrichissent. Compère inséparable de sa belle-mère, il est l'objet de toutes ses attentions. Les deux jeunes gens glissent insensiblement sur la pente de la faute, mais aucun ne s'en défend. Après tout, il y a du sang de Rougon chez l'un et la dégénérescence d'une société débile chez l'autre : Émile Zola ne nous épargne rien, chez lui point de salut pour personne ! L'alcool et la pauvreté ne sont pas les seuls terreaux du vice. Chez Renée, « le mal devenait un luxe, une fleur piquée dans les cheveux, un diamant attaché sur le front. » (p. 297)
Le tour de force de ce roman, c'est le glissement insensible vers la déroute, qu'elle soit personnelle ou publique. Bien qu'il brasse des millions, Aristide Saccard est presqu'aussi pauvre qu'à ses débuts. L'opulence qu'il affiche n'est qu'une image. « D'aventure en aventure, il n'avait plus que la façade dorée d'un capital absent. » (p. 225) Dénonçant ainsi le jeu abject des spéculations, Émile Zola décrit à merveille les rouages pervers de cette pratique dangereuse. « Il vivait sur la dette, parmi un peuple de créanciers qui engloutissaient au jour le jour les bénéfices scandaleux qu'il réalisait dans certaines affaires. Pendant ce temps, au même moment, des sociétés s'écroulaient sous lui, de nouveaux trous se creusaient plus profonds, par-dessus lesquels il sautait, ne pouvant les combler. Il marchait ainsi sur un terrain miné dans la crise continuelle, soldant des notes de cinquante mille francs et ne payant pas les gages de son cocher, marchant toujours avec un aplomb de plus en plus royal, vidant avec plus de rage sur Paris sa caisse vide, d'où le fleuve d'or aux sources légendaires continuait à sortir. » (p. 224) On ne sait pas comment finit Aristide Rougon, mais on voit que Paris, suppliciée entre les mains des spéculateurs et des puissants, n'a pas fini de gémir.
Encore un Zola qui file tout seul, plus de 400 pages en moins de deux jours. Après L'assommoir, Germinal et quelques autres, c'est le premier roman du cycle des Rougon que je lis qui se déroule dans les sphères riches et influentes. Loin de la crasse de la mine et de la sueur des ateliers laborieux, l'atavisme trace tout de même sa voie. Qu'il s'agisse de boue ou de soie, les Rougon-Macquart trouvent toujours une fange où se vautrer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
Citations & extraits (146) Voir plus Ajouter une citation
philippe91philippe91   16 octobre 2017
Ah ! que sa pauvre tête souffrait ! comme elle sentait, à cette heure, la fausseté de cette imagination qui lui faisait croire qu’elle vivait dans une sphère bien heureuse de jouissance et d’impunités divines ! Elle avait vécu au pays de la honte, et elle était châtiée par l’abandon de tout son corps, par la mort de son être qui agonisait. Elle pleurait de ne pas avoir écouté les grandes voix des arbres.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
philippe91philippe91   10 octobre 2017
Oui, oui, j'ai bien dit, plus d'un quartier va fondre, et il restera de l'or aux doigts des gens qui chaufferont et remueront la cuve. Ce grand innocent de Paris ! vois donc comme il est immense et comme il s'endort doucement.
Commenter  J’apprécie          90
VilloteauVilloteau   12 février 2013
Cependant, M. Hupel de la Noue demanda galamment :

-- Aurons-nous le plaisir de voir Son Excellence, ce soir ?

-- Je ne crois pas, répondit Saccard d'un air important qui cachait une contrariété secrète. Mon frère est si occupé !... Il nous a envoyé son secrétaire, M. de Saffré, pour nous présenter ses excuses.

Le jeune secrétaire, que Mme Michelin accaparait décidément, leva la tête en entendant prononcer son nom, et s'écria à tout hasard, croyant qu'on s'était adressé à lui :

-- Oui, oui, il doit y avoir une réunion des ministres à neuf heures chez le garde des sceaux.

Pendant ce temps, M. Toutin-Laroche, qu'on avait interrompu, continuait gravement, comme s'il eût péroré dans le silence attentif du conseil municipal :

-- Les résultats sont superbes. Cet emprunt de la Ville restera comme une des plus belles opérations financières de l'époque. Ah ! messieurs...

Mais, ici, sa voix fut de nouveau couverte par des rires qui éclatèrent brusquement à l'un des bouts de la table. On entendait, au milieu de ce souffle de gaieté, la voix de Maxime, qui achevait une anecdote : « Attendez donc, je n'ai pas fini. La pauvre amazone fut relevée par un cantonnier. On dit qu'elle lui fait donner une brillante éducation pour l'épouser plus tard. Elle ne veut pas qu'un homme autre que son mari puisse se flatter d'avoir vu certain signe noir placé au dessus de son genou. » Les rires reprirent de plus belle ; Louise riait franchement, plus haut que les hommes. Et doucement, au milieu de ces rires, comme sourd, un laquais allongeait en ce moment, entre chaque convive, sa tête grave et blême, offrant des aiguillettes de canard sauvage, à voix basse.



Aristide Saccard fut fâché du peu d'attention qu'on accordait à M. Toutin- Laroche. Il reprit, pour lui montrer qu'il l'avait écouté :

-- L'emprunt de la Ville...

Mais M. Toutin-Laroche n'était pas homme à perdre le fil d'une idée :

-- Ah ! messieurs, continua-t-il quand les rires furent calmés, la journée d'hier a été une grande consolation pour nous, dont l'administration est en butte à tant d'ignobles attaques. On accuse le Conseil de conduire la Ville à sa ruine, et, vous le voyez, dès que la Ville ouvre un emprunt, tout le monde nous apporte son argent, même ceux qui crient.

-- Vous avez fait des miracles, dit Saccard. Paris est devenu la capitale du monde.

-- Oui, c'est vraiment prodigieux, interrompit M. Hupel de la Noue. Imaginez- vous que moi, qui suis un vieux Parisien, je ne reconnais plus mon Paris. Hier, je me suis perdu pour aller de l'Hôtel de Ville au Luxembourg. C'est prodigieux, prodigieux !

Il y eut un silence. Tous les hommes graves écoutaient maintenant.

-- La transformation de Paris, continua M. Toutin-Laroche, sera la gloire du règne. Le peuple est ingrat, il devrait baiser les pieds de l'empereur. Je le disais ce matin au Conseil, où l'on parlait du grand succès de l'emprunt : « Messieurs, laissons dire ces braillards de l'opposition : bouleverser Paris, c'est le fertiliser ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Gwen21Gwen21   04 février 2015
- Je racontais à ces messieurs la déplorable aventure de la Société générale des ports du Maroc, vous savez, Saccard ?
Celui-ci ne broncha pas. La société en question venait de crouler avec un effroyable scandale. Des actionnaires trop curieux avaient voulu savoir où en était l’établissement des fameuses stations commerciales sur le littoral de la Méditerranée, et une enquête judiciaire avait démontré que les ports du Maroc n’existaient que sur les plans des ingénieurs, de fort beaux plans, pendus aux murs des bureaux de la Société. Depuis ce moment, M. Toutin-Laroche criait plus fort que les actionnaires, s’indignant, voulant qu’on lui rendît son nom pur de toute tache. Et il fit tant de bruit, que le gouvernement, pour calmer et réhabiliter devant l’opinion cet homme utile, se décida à l’envoyer au Sénat. Ce fut ainsi qu’il pêcha le siège tant ambitionné, dans une affaire qui avait failli le conduire en police correctionnelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
Nastasia-BNastasia-B   13 juillet 2012
Depuis un instant, le soleil avait disparu, un jour livide assombrissait la foule. Le vent se leva, ce fut un brusque déluge, des gouttes énormes, des paquets d’eau qui tombaient. Il y eut une minute de confusion, des cris, des plaisanteries, des jurements, au milieu du sauve-qui-peut des piétons galopant et se réfugiant sous les tentes des buvettes. Dans les voitures, les femmes tâchaient de s’abriter, tenaient à deux mains leurs ombrelles, pendant que les laquais effarés couraient aux capotes. Mais l’averse cessait déjà, le soleil resplendissait dans la poussière de pluie qui volait encore. Une déchirure bleue s’ouvrait derrière la nuée, emportée au-dessus du Bois. Et c’était comme une gaieté du ciel, soulevant les rires des femmes rassurées ; tandis que la nappe d’or, dans l’ébrouement des chevaux, dans la débandade et l’agitation de cette foule trempée qui se secouait, allumait la pelouse toute ruisselante de gouttes de cristal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Videos de Émile Zola (102) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Émile Zola
Des raisons de lire "Au Bonheur des Dames". Belle critique vidéo par une jeune passionnée de littérature, à donner à voir et à entendre à tous !
autres livres classés : naturalismeVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle






Quiz Voir plus

Les personnages des Rougon Macquart

Dans l'assommoir, quelle est l'infirmité qui touche Gervaise dès la naissance

Elle est alcoolique
Elle boîte
Elle est myope
Elle est dépensière

7 questions
390 lecteurs ont répondu
Thème : Émile ZolaCréer un quiz sur ce livre
. .