AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

José Ángel Valente (Préfacier, etc.)Jacques Ancet (Traducteur)
EAN : 9782070329625
229 pages
Éditeur : Gallimard (24/09/1997)
4.5/5   21 notes
Résumé :

La nuit obscure " Plus les choses divines sont en soi claires et manifestes, plus elles sont naturellement obscures et cachées à l'âme. Il en est ici comme de la lumière naturelle : plus elle est claire, plus elle éblouit et obscurcit la pupille du hibou ; plus on veut fixer le soleil en face, et plus on éblouit la puissance visuelle et on la prive de lumière ; cette lumière dépasse la faiblesse de l'oeil. De m... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
phedra
  27 octobre 2012
trés beau poémes
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   13 octobre 2015

je suis entré où ne savais

et je suis resté ne sachant

toute science dépassant



moi je n'ai pas su où j'entrais

mais lorsqu'en cet endroit me vis

sans savoir où je me trouvais

de grandes choses j'ai compris

point ne dirai ce qu'ai senti

car je suis resté ne sachant

toute science dépassant



De piété de quiétude

c'était là science parfaite

au profond d'une solitude

une voie entendue directe

c'était là chose si secrète

que suis resté balbutiant

toute science dépassant



J'étais en tel ravissement

si absorbé si transporté

qu'est demeuré mon sentiment

de tout sentir dépossédé

ainsi que mon esprit doué

d'un comprendre non comprenant

toute science dépassant



Qui en ce lieu parvient vraiment

de soi-même a perdu le sens

ce qu'il savait auparavant

tout cela lui semble ignorance

et tant augmente sa science

qu'il en demeure ne sachant

toute science dépassant



D'autant plus haut il est monté

et d'autant moins il a compris

quelle ténébreuse nuée

venait illuminer la nuit

celui qui savoir en a pris

i1 reste toujours ne sachant

toute science dépassant



Il est ce non savoir sachant

chargé d'un si puissant pouvoir

que les sages argumentant

n'en tireront jamais victoire

car il ne peut tout leur savoir

ne point comprendre en comprenant

toute science dépassant



Et une si haute excellence

est en ce suprême savoir

que ni faculté ni science

de le défier n’a pouvoir

qui de soi tirera victoire

avec un non savoir sachant

il ira toujours dépassant



et si vous désirez l’ouïr

cette souveraine science

consiste en un très haut sentir

de la toute divine essence

c’est une œuvre de sa clémence

faire rester ne comprenant

toute science dépassant
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
CaligariCaligari   19 juin 2011
O flamme d'amour, vive flamme
Qui me blesse si tendrement
Au plus profond centre de l'âme
Tu n'es plus amère à présent,
Achève donc, si tu le veux,
Romps enfin le tissu de cet assaut si doux.
Commenter  J’apprécie          120
jeanlouisrjeanlouisr   15 février 2020
Ô âmes spirituelles ! ne vous plaignez pas de sentir vos puissances livrées à l’angoisse des ténèbres, vos affections stériles et paralysées, vos facultés impuissantes à tout exercice de la vie intérieure. En vous enlevant votre manière imparfaite d’agir, le Seigneur vous délivre ainsi de vous-même. Malgré le bon emploi que vous eussiez fait d’ailleurs de vos facultés, leur impureté et leur ignorance ne vous eussent jamais permis d’obtenir un résultat aussi parfait et une sécurité aussi entière. Dieu vous prend par la main, et se fait lui-même votre conducteur au milieu des ténèbres. Il vous guide comme un aveugle par un chemin inconnu, vers le terme où ni vos lumières ni vos efforts n’eussent jamais pu vous conduire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DanieljeanDanieljean   13 octobre 2015


Sans appui et avec appui

sans lumière en l'obscur vivant

tout entier me vais consumant



Voilà mon âme dessaisie

de toutes les choses créées

au-dessus d'elle s'est levée

en une savoureuse vie

s'étant sur Dieu seul appuyée

alors désormais on dira

chose qui m'est du plus grand prix

que mon âme à présent se voit

sans appui et avec appui



Bien que je subisse la nuit

au sein de cette vie mortelle

mes souffrances ne sont point telles

car si la clarté me trahit

je possède la vie du ciel

car l'amour de pareille vie

plus va sans cesse s'aveuglant

et plus il tient l'âme ravie

sans lumière en l'obscur vivant



L'amour accomplit tel labeur

depuis que je sais qu'il est là

qu'avec du bien du mal en moi

il donne à tout même saveur

et l'âme il la transforme en soi

et en son savoureux brasier

qu'au centre de moi je ressens

en hâte sans y rien laisser

tout entier me vais consumant
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
PartempsPartemps   16 août 2020
Sur une extase de haute contemplation

J’entrai, mais point ne sus où j’entrais,
Et je restais sans savoir,
Transcendant toute science.

J’ignorais tout du lieu où j’entrais,
Mais lorsque je me vis là,
Sans connaître le lieu où j’étais,
J’entendis de grandes choses.
Point ne dirais ce que je sentis,
Car je demeurais sans rien savoir
Transcendant toute science.

De la paix, de la bonté aussi,
C’était science parfaite,
Dans une profonde solitude
Le droit chemin vu bien clair.
Pourtant c’était chose tant secrète,
Que je demeurais balbutiant,
Transcendant toute science.
’en étais à ce point imprégné,
Absorbé, sorti de moi,
Que je demeurais dans tous mes sens
Dénué de tout sentir
Tandis que l’esprit reçut en don
De pouvoir entendre sans entendre,
Transcendant toute science.

Tant plus haut je m’élevais ainsi,
Et tant moins je comprenais
C‘est là ce nuage ténébreux
Qui rend la nuit toute claire,
Or, pour ce, qui vient à le connaître
Demeure toujours sans rien savoir,
Transcendant toute science.
Celui qui pour de bon parvient là,
Se voit défaillir à soi,
Tout ce qu’il connaissait autrefois
Qui paraît chose si basse
Et tant s’accroît en lui la science
Qu’il demeure sans plus rien savoir
Transcendant toute science.

Ce savoir du non-savoir
Recèle un si haut pouvoir,
Que les sages et les arguments
Ne le peuvent jamais vaincre
Car leur savoir ne saurait atteindre
À n’entendre pas en entendant,
Transcendant toute science.


Chose si hautement excellente
Est ce souverain savoir
Qu’il n’est ni faculté ni science
Qui le saurait entreprendre
Celui qui soi-même se vaincra
À l’aide d’un non savoir savant,
S’en ira toujours plus outre.
Et que si vous le voulez ouïr,
Cette science suprême
Réside en un sublime sentir
De l’essence de Dieu même
Et c’est bien l’œuvre de sa clémence
Que l’on demeure sans rien entendre
Transcendant toute science.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Jean de la Croix (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean de la Croix
[RARE] JEAN DE LA CROIX – Une Vie, une Œuvre : De la mystique et de la Poésie (France Culture, 1985) Émission "Une Vie, une Œuvre", par Hubert Juin, diffusée le 26 septembre 1985 sur France Culture. Invités : Bernard Sesé, le Père Dominique Poirot, François de Saint-Chéron, Severo Sarduy, le Père Pierre d’Ormeillas et les témoignages de carmélites, Catherine (ou Germaine) Jamblain et Térésa Martin.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
936 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre