Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures Inscription classique

ISBN : 202102251X
Éditeur : Editions du Seuil (2012)


Note moyenne : 3.55/5 (sur 156 notes) Ajouter à mes livres
Résumé :
Platon, le mythe de la caverne. Des prisonniers qui ne verront jamais de la réalité que des ombres d’humains projetées sur la paroi de la grotte où ils sont enchaînés. Dans le souterrain les enfants n’ont vu de l’extérieur que les images tombées du ciel qui leur parvena... > voir plus
Ajouter une citation Ajouter une critique

> voir toutes (41)

Critiques, analyses et avis

> Ajouter une critique

    • Livres 5.00/5
    Par Malaura, le 10 février 2012

    Malaura
    Il y a certains livres qu'on prend autant de plaisir à lire qu'à refermer la dernière page lue, que l'on clôt avec un soupir d'aise parce qu'ils sont géniaux et un soupir de soulagement parce qu'ils nous submergent. Certains livres que l'on voudrait entourer de hauts murs comme une demeure où d'abominables crimes auraient été commis, que l'on voudrait calfeutrer par une montagne de belles pensées.
    Parce qu'ils ne sont pas uniquement des romans, parce qu'ils s'inspirent de la réalité, de la « vraie » vie, de celle qu'on ne voit plus en rose, de celle qui se joue à guichet fermé dans le secret des familles, dans la confidentialité d'un intérieur coquet, avec des acteurs tout ce qu'il y a de plus ordinaires mais qui se révèlent de véritables monstres. Parce qu'ils nous chamboulent, nous retournent, nous révoltent, nous laissent un profond sentiment d'impuissance et une piètre opinion du genre humain.
    Après l'affaire Natacha Kampusch, l'Autriche a vu un autre cas sordide entacher sa réputation de belle patrie où hélas le beau Danube bleu n'est pas seul à couler !
    L'histoire est récente ; tout le monde a entendu parler de Josef Fritzl, le père qui a séquestré sa fille pendant 24 ans dans La cave de la maison familiale, abusant d'elle, la brutalisant et au final lui faisant sept enfants ; l'un, bébé quasi mort-né fut brûlé dans la chaudière, trois furent remontés à la surface et trois grandirent avec leur mère dans les entrailles de la terre jusqu'à leur libération en Avril 2008. Josef Fritzl, petit ingénieur-électricien terne et sans histoire mais tyran domestique, cruel, pervers, incestueux, abominable, a été condamné à la prison à vie mais laisse derrière lui les traces ineffaçables de 24 années de claustration et d'esclavage.
    Régis Jauffret s'est emparé du fait-divers pour écrire ce « Claustria » qui percute et qui malmène, qui bouleverse et qui secoue, qui captive autant qu'il révulse. Avec un art consommé de la narration, de l'image et de l'empathie, l'auteur de « Microfictions » ou de « Sévère », nous ouvre les portes de l'enfer, soulève les trappes d'un pandémonium de 50 mètres carré pour nous projeter au cœur de l'inqualifiable. « J'arrive à m'imaginer assassiné, mutilé, torturé ; Je n'arrive pas à m'imaginer 24 années dans un trou. Essayez, vous n'y arriverez pas non plus. Vous parviendrez à une semaine, peut-être quatre. La nuit suivante vous aurez peur de vous endormir. »
    Après plusieurs mois d'investigation l'auteur a tenté d'imaginer comment les protagonistes de cette triste histoire ont réussi à survivre à l'enfermement d'une cave transformée en studette de l'horreur, avec pour seul horizon le mur d'en face, pour seul ciel le plafond à lattes, pour seul amant leur propre père, pour seule perspective d'avenir la menace de mourir gazés s'ils la ramenaient un peu trop.
    Miracle des métaphores et du génie littéraire d'arriver, comme le fait Jauffret, à faire jaillir au cœur du sordide des fulgurances de bonheur, ces petits éclats de joies que l'esprit humain conçoit même en enfer, même dans l'abîme, même au fond du gouffre, puisant dans d'infimes satisfactions de quoi tenir bon, encore et encore ! Minuscules lueurs d'espérance dans le noir absolu permettant à un quart de siècle de viols, de brutalités et de vie souterraine, de s'écouler aux gouttes à gouttes comme en perfusion, mais de s'écouler malgré tout.
    Mais il y a aussi les jours où la raison, striée des étoiles filantes de la démence, s'emballe et déraille quand la machine à douleur se fait insupportable, que l'oxygène manque dans le bocal à poisson sans aération, que les périodes de famine affaiblissent les corps et que les attentes du Dieu nourricier Fritzl se font trop longues.
    Une humanité récréée avec d'autres normes, d'autres règles, selon les lois amorales et perverses d'un démiurge démoniaque, revendiquant une famille sans aucune goutte de sang mêlé !
    Au-delà de la répugnance que nous inspire ce père immonde, certains comportements collectifs ou individuels nous laissent un goût amer : la mère, dont la peur de son mari et la haine ressentie envers sa fille ont muré dans une complicité abjecte ; les voisins et locataires, dont on ne peut que s'interroger face à la surdité et à la complaisance à l'ignorance; les mentalités arriérées de cette Basse-Autriche (tant égratignée par Thomas Bernhard) pour qui l'inceste est une peccadille et la famille un fief où le père vit en seigneur tout puissant ; et que dire de cette volonté pathétique et écœurante de l'Etat à toujours vouloir arrondir les angles pour ne pas abîmer davantage une image d'Epinal déjà bien écornée…
    En évitant l'écueil du voyeurisme et dans un style puissant et percutant, Régis Jauffret réussit, dans ce texte brillant d'analyse et de sensibilité, à nous faire partager un peu de l'existence du « petit peuple de La cave ». Bienvenue en enfer...
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          2 65         Page de la critique

    • Livres 5.00/5
    Par LiliGalipette, le 13 février 2012

    LiliGalipette
    Vous avez tous entendu parler de l'affaire Fritzl ? Oui ? Très bien. Maintenant oubliez-la. Ceci est une œuvre de fiction. Et même si elle s'appuie et se nourrit de ce fait divers, cette histoire est un roman. Prenez Flaubert, il a assez répété que Madame Bovary n'était pas une simple transcription de l'affaire Delamare. Ces choses dites, voici le roman.
    Autriche, ville d'Amstetten. Pendant 24 ans, Josef Fritzl a séquestré sa fille Angelika dans la cave de la maison familiale. Il lui a fait dix enfants, trois qu'il a élevés avec son épouse Anneliese dans la maison et les autres qui sont morts ou restés cloîtrés avec leur mère. C'est l'histoire du « petit peuple de la cave » qui nous est racontée. Mais c'est aussi les années qui ont précédé L'Enfermement : l'adolescence violée d'Angelika, ses tentatives pour échapper à son père, l'enfance et la jeunesse de Josef et ce qui a forgé son goût pour la brutalité et le viol. Apparaît également une histoire qui n'existe que pour l'auteur, celle d'un des rescapés, Roman, plus de 45 ans après la sortie de la cave. Puisque je vous dis que ce texte est un roman – ou un Roman – croyez-moi ! Pas question de refaire le procès des voisins et des proches qui n'ont pas entendus les bruits venus du sous-sol.
    La majeure partie du texte relate l'existence dans la cave, le quotidien rythmé par une absence de repères – ou ceux, évanescents, venus de la télévision – l'angoisse perpétuelle de manquer de nourriture ou d'être privé d'eau et d'électricité. Fritzl, seigneur capricieux, apparaît quand bon lui semble, approvisionne quand ça lui chante et reprend pour punir et mater. Selon le modèle et l'habitude autrichiens, il n'est qu'un tyran ordinaire qui bat femme et enfants. Mais sa volonté de dominer rappelle quelque peu l'hybris des Grecs antiques : Fritzl aime la terreur et la soumission qu'il provoque et il se moque de la folie qu'il cause. Brutal et jouisseur, il tire aussi son plaisir des affaires immobilières qu'il mène. Il rêve de s'annexer des morceaux d'Autriche et de bâtir un empire à sa mesure.
    En arrière-plan se tient Anneliese, toute entière soumise au démon domestique qu'elle a épousé. Elle aligne son comportement sur le sien et bat sa fille avec autant de hargne. Elle ne s'interroge pas sur sa disparition, refuse d'y penser, oublie les possibles. « Anneliese passait son temps à renier ses oreilles, à se dire qu'elles perdaient parfois la raison. Ils étaient rares les instants où elles leur accordaient le bénéfice du doute. Plus rares encore ceux où elle se permettait d'évoquer timidement la bande-son de la cave à Fritzl. » (p. 307)
    La libération, traitée sur quelques chapitres, n'apparaît pas comme un bienfait. « L'air libre les avait tués lentement comme une émanation délétère. » (p. 11) Sans cesse, les victimes et le bourreau répètent qu'il y a eu du bonheur. « Roman est allé respirer à la fenêtre. L'air lui manquait en se souvenant. Il regardait au loin. Il se sentait coupable d'avoir été si heureux dans la cave. D'aimer son père, aussi. » (p. 40) C'est là que surgit le plus insoutenable : de l'horreur est née une certaine forme de contentement et d'épanouissement. Les spectateurs et les étrangers ne peuvent le comprendre, eux qui n'ont que répulsion fascinée pour cette « poche de cauchemar sous la terre autrichienne » (p. 12 & 13). Il faudrait que les enfants aveugles crient leur reconnaissance d'avoir été sauvés, mais ils se terrent et cherchent sans cesse à retrouver le confort rassurant de la cave exigüe. « Il avait gardé la nostalgie du sous-sol. Cette conque, cette coquille qu'ils remplissaient toute entière comme jaune et blanc d'un œuf. » (p. 27)
    L'auteur, qui se met en scène dans son enquête, imagine les suites de cette affaire, ses retombées médiatiques et ses exploitations par le cinéma ou l'édition. Il interroge l'horreur par le prisme du consommable. Il constate que, comme souvent, tout est bon pour vendre, même si la recette est mauvaise. « Les victimes sont décevantes, parfois les martyrs ne sont pas des héros. » (p. 32) Dans son enquête – réelle ou non – il visite la trop fameuse cave et c'est la que se déroule une des scènes les plus terribles du roman : son guide et lui sont assaillis par une foule de rats à laquelle ils n'échappent qu'en fuyant à toutes jambes. Voilà que l'horreur a tenté de s'emparer d'eux, de les recouvrir. En quittant ainsi les lieux, des questions sont restées sans réponse, mais c'est sûrement mieux ainsi. « Si comme dans L'Enfer de Dante il y avait des cercles dans la cave, tout le monde a préféré s'abstenir de les visiter tous. » (p. 83) Enfin, création ou vérité, une phrase lancée à l'auteur témoigne de l'ambivalence de son travail : « Au revoir, écrivain. D'après le site que j'ai regardé tout à l'heure, on vous prend pour un cinglé. Alors personne ne vous croira. » (p. 184) Est-ce vraiment de cela qu'il s'agit, savoir s'il faut croire ou non ce qu'écrit Régis Jauffret ? Mais puisqu'on vous dit que c'est un roman, c'est écrit sur la couverture.
    Ce sur quoi il vaut mieux s'interroger, c'est sur notre capacité à nous enfermer nous-mêmes. Fritzl a poussé l'expérience à l'extrême. Mais bien fous serions-nous si nos pensions que nous sommes libres. « On habite toujours un espace clos, on ne court jamais bien loin, les voitures suivent des routes, les trains des rails, les avions, les fusées ne rejoindront jamais l'infini. On se cogne toujours quelque part. » (p. 321)
    Ouvrir ce livre, c'est ouvrir la porte de la cave et suivre Fritzl dans le souterrain. C'est faire ce que chacun a fait après la révélation de cette funeste histoire : imaginer le spectacle de cette famille captive. S'il est bien impossible de partager et de ressentir ce que cela fut, il suffit de soulever la trappe pour respirer les relents du rêve étrange d'un homme ivre de domination. Mais tout cela, on le doit à l'imagination de l'auteur. Bien que très probable, la ronde des psychiatres, des journalistes et des enquêteurs est inventée. Inventée aussi l'étrange relation entre Fritzl et son avocat. Fantasmées les années obscures du petit peuple de la cave. « Leur histoire devenue bientôt un conte de sorcière, un mythe dont on doutera des origines. Angelika et les ombres sur l'écran de la caverne dont Socrate ne dira jamais rien. Les phrases inhabitées des médias, des causeurs, des fabricants de romans. La cohorte des apprentis Platon, des jongleurs, bateleurs de la syntaxe, la poudre aux yeux du . » (p. 535)
    Claustria enferme le lecteur. Ne riez pas, ce n'est pas qu'une formule. Véritablement, j'ai été prise et captive de cette histoire. Elle s'est accrochée, ne m'a pas lâchée. Plus approchait le terme du roman et moins je savais si je devais être soulagée ou déçue. Claustria est un roman de l'ambivalence : j'ai aimé être captive, j'en ai redemandé quitte, pour cela, à devoir encore assister à l'horreur. de la pitié pour Angelika et les enfants, oui j'en ai eu. Mais j'ai aimé ce roman, encore plus.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 26         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par mariech, le 02 février 2013

    mariech
    Pendant quelques jours , j'ai regardé ce livre sans pouvoir l'ouvrir avec la crainte de lire une histoire monstrueuse , d'être voyeuse , de ne pas savoir prendre du recul , puis j'ai commencé quelques pages et j'ai de nouveau attendu quelques jours avant de me lancer et ..... de ne plus savoir m'arrêter .
    Impossible pour un tel sujet de mettre 5 étoiles et pourtant , je ne m'attendais pas à un tel talent , un véritable tour de force de l'auteur , ce récit , roman , fiction tout à la fois ne tombe jamais dans le voyeurisme et en cela je remercie l'auteur , avant de le lire j'avais lu les critiques très positives et en le lisant , j'ai compris ; le talent de l'auteur réussit à dire l'indicible , comme il le dit lui -même , comme si cette histoire allait devenir un conte avec un ogre des temps modernes et ne plus être réelle , pour pouvoir être entendue .
    Nous sommes dans la cave avec Angelika , nous sommes elle , elle qui attend la visite de son père-bourreau , qui la prive d'électricité , d'eau , de nourriture , qui va lui faire des enfants , certains qu'il remontera , certains qui deviendront les enfants d'en-bas .
    Ce père pris dans sa folie , fier de cette famille , lors de son arrestation , la police médusée va entendre son délire , qu'il livre avec le sourire , il a essayé de créer une famille à sa démesure , où il est le père tout puissant .
    L'auteur n'a pas choisi un récit linéaire , il fait des retours en arrière comme le temps dans la cave , qui n'était pas linéaire , parfois long , sans but , parfois des hallucinations de le vie libre , parfois même des moments de bonheur , même si ça nous semble encore plus horrible , oui la victime a eu des moments de bonheur pour que sa raison ne vacille pas , les enfants ont eu une enfance ' même dans la cave l'enfance est tenace ' , récit qui suit les souvenirs qui ne sont pas linéaires non plus .
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 26         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par caro64, le 06 avril 2013

    caro64
    " A cinquante-deux ans, l'ancien gamin Roman Fritzl était le dernier survivant du petit peuple de la cave. "
    C'est sur cette sentence lapidaire que s'ouvre Claustria, roman qui évoque la sordide affaire "Fritzl" : la séquestration d'une jeune autrichienne par son père dans la cave de la maison familiale pendant 24 ans, années au cours desquelles elle a donné naissance à 7 enfants et les a élevés dans des conditions plus que précaires.
    Et c'est avec une telle phrase que son auteur, Régis Jauffret, parvient d'emblée à s'emparer complètement du fait-divers, à l'inscrire dans une temporalité fictionnelle et à en faire un grand roman choc. Car si l'écrivain a passé beaucoup de temps en Autriche pour enquêter sur cette affaire, il a souhaité aussi clairement revendiquer l'appartenance au genre romanesque de ce texte: "Ce livre n'est autre qu'un roman, fruit de la création de son auteur", peut on lire en avertissement au début de l'ouvrage. Tout au long de ces 545 pages, Régis Jauffret nous entraîne avec lui dans une spirale étonnante qui mêle reconstitution des faits, interrogation sur la violence et sur l'horreur, réflexion philosophique - car le fait-divers n'est pas sans faire échos à l'allégorie de la caverne de Platon -, et enfin procès d'une nation toute entière, l'Autriche. L'exercice de funambule littéraire auquel s'est livré l'auteur était périlleux, pour ne pas dire "casse gueule". Il a fallu tout l'immense talent de Jauffret pour ne pas tomber, en nous faisant basculer avec lui, dans une ignominie voyeuriste. Son style particulier crée heureusement la distance nécessaire. Il n'en demeure pas moins que cela reste une lecture éprouvante et dérangeante. Un roman captivant mais que l'on referme avec plaisir. Les lecteurs seront prévenu, la plongée dans Claustria est une épreuve dont on ne sort pas indemne.
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 20         Page de la critique

    • Livres 4.00/5
    Par jostein, le 24 mars 2012

    jostein
    J'ai longtemps hésité avant de lire ce roman. A priori, je ne suis pas attirée par les faits divers scabreux et je n'aime pas que mon rôle de lecteur se transforme en voyeur. Puis, j'ai entendu Régis Jauffret parler de son livre à La Grande Librairie.
    Si l'auteur parvient à me faire comprendre comment un être humain peut en arriver à de telles extrémités, cette lecture m'intéresse. L'évocation de l'allégorie de la caverne m'a incitée à découvrir ce roman fiction.
    Car, certes, les faits ont réellement existé et le nom du père bourreau est conservé, par contre, l'enquête et l'analyse sont une pure fiction de l'auteur.
    Le style et la construction m'ont particulièrement convaincue de continuer cette lecture jusqu'à son dénouement. L'auteur ne peut éviter l'atrocité des actes mais il se contente heureusement de les citer sans tomber dans le voyeurisme et l'étalage pornographique. le style très fluide et les incursions métaphoriques, romanesques aident à supporter l'horreur de la situation. La construction qui allie l'enquête de l'auteur, le récit du jugement et les pensées d'Angelika, la fille séquestrée est aussi une manière d'alléger (si cela est toutefois possible) la narration.
    L'auteur a satisfait mon besoin de comprendre la nature humaine jusque dans ses perversités les plus complexes.
    Josef Fritzl est un tortionnaire inhumain qui considère les femmes comme des objets de plaisir et de satisfaction de ses moindres désirs. Il me semble que cet être sans remords et même fier de ce rêve accompli, est parfaitement analysé. de sa jeunesse où il voue une amour incestueux non réalisé à sa mère jusqu'à l'âge adulte où il commence avec la séquestration de sa mère, l'homme évolue vers une brutalité, un sadisme de plus en plus poussé. Il n'y a chez cet homme aucune trace de remords, de folie et c'est ce qui est particulièrement insoutenable.
    Ensuite, l'analyse des réactions d'Angelika, quoique choquante dans le besoin de séduire son père, est elle aussi parfaitement décortiquée. Comment peut-on encore avoir des réactions humaines après tant d'années d'enfermement dans une grotte où l'on ne perçoit que les ombres de l'humanité? Bien sûr, la jeune femme était heureuse de voir apparaître son bourreau quand il venait de lui couper eau, électricité et vivres pendant des jours. La télé et cet homme abject étaient pour "le peuple de la cave" le seul lien humain, la seule source de plaisir. C'est très choquant mais c'est malheureusement très compréhensible.
    Et je pense que Régis Jauffret a réussi à me faire réfléchir, à me faire comprendre ces mécanismes de dérive comportementale en situation extrême.
    Si les allusions à l'Autriche responsable, au nazisme ne m'ont pas choquées, je ne pense pas qu'elles apportent d'informations complémentaires à la compréhension du comportement de Fritzl. L'auteur a voulu tout simplement s'insurger contre la légèreté de la peine pour ce crime incestueux. Malheureusement, de telles barbaries n'ont pas de nation, de religion ou d'appartenance idéologique et elles peuvent surgir dans n'importe quel cerveau humain.
    L'image finale de l'oiseau qui retourne dans sa cage, dans son bercail est assez perturbante et ouvre en fin de livre une grande perplexité. C'est un livre qui dérange mais qui est remarquablement développé par l'auteur pour m'interpeller sur la nature humaine et sa complexité.

    Lien : http://surlaroutedejostein.over-blog.com/article-claustria-de-regis-..
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          1 16         Page de la critique


Critiques presse (11)


  • Actualitte , le 11 avril 2012
    Claustria possède avant tout la force d'une fable glaçante, constitue une variation hypnotisante sur ce qui fait de nous des humains... et parfois, des bourreaux.
    Lire la critique sur le site : Actualitte
  • Lexpress , le 27 février 2012
    Entre le sordide fait divers et sa sublimation littéraire, il y a un écrivain : voici un sommet d'écriture moderne, ciselée, nerveuse, au carrefour de toutes les capacités de la langue [...].
    Lire la critique sur le site : Lexpress
  • LePoint , le 26 janvier 2012
    Jauffret assume le rôle du menteur qui dit la vérité de l'histoire et prend rang dans "la cohorte des apprentis Platon, des jongleurs, bateleurs de syntaxe, la poudre aux yeux du style". Avec style.
    Lire la critique sur le site : LePoint
  • LePoint , le 24 janvier 2012
    Cette masse compacte de non-dit autorise-t-elle la fiction ? La fiction, d'ailleurs, a-t-elle besoin d'autorisation ? Le silence forme en tout cas sans doute l'un des soubassements du travail mené par Régis Jauffret dans Claustria, le "roman" - le genre est spécifié noir sur blanc en couverture - qu'il a tiré de l'affaire.
    Lire la critique sur le site : LePoint
  • Lexpress , le 17 janvier 2012
    De la sordide affaire Fritzl, Régis Jauffret tire un immense roman sur la condition humaine, un conte noir sur la monstruosité et les règles de la morale.
    Lire la critique sur le site : Lexpress
  • LaLibreBelgique , le 17 janvier 2012
    Régis Jauffret raconte, en romancier, l’affaire Fritzl, le monstre qui séquestra 24 ans sa fille dans une cave. Un grand roman, jusqu’à l’insupportable.
    Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
  • Lexpress , le 12 janvier 2012
    Prouesse de Jauffret que de raconter la durée, d'alterner les rythmes, de jouer avec les époques. Estomaqué par la monstruosité du fait divers, séduit par le ton tenu et le style enfiévré du narrateur, le lecteur se laisse emporter, comme enivré par cette histoire délirante.
    Lire la critique sur le site : Lexpress
  • Liberation , le 11 janvier 2012
    Jauffret n’utilise donc pas le fait divers, étalon noir du «réel» à la mode, pour coller aux faits, mais, au contraire, pour s’en détacher. En les dévorant : «L’ogre devait emballer l’air» dit-il dans Claustria. L’ogre, c’est lui, l’écrivain.
    Lire la critique sur le site : Liberation
  • LeMonde , le 06 janvier 2012
    A partir de ce qu'il avait recueilli au cours de son enquête, [Régis Jauffret] a imaginé ce qu'ont pu être les vingt-quatre années de détention d'Elizabeth Fritzl (rebaptisée Angelika) et de ses enfants, et ce fut, dit-il, "extrêmement éprouvant". Là gît sans doute la différence entre l'écrivain qui se délectait à inventer des histoires abominables et celui qui découvre que le réel peut être bien plus cruel et monstrueux qu'un roman de Régis Jauffret.
    Lire la critique sur le site : LeMonde
  • LeMonde , le 06 janvier 2012
    [Régis Jauffret] décrit les faits avec la précision d'un enquêteur expert à sonder ce qui se dissimule sous les apparences, la froideur d'un anatomiste des relations entre un bourreau et sa victime, et le talent d'un écrivain qui ne cède pas à la tentation de s'ériger en juge.
    Lire la critique sur le site : LeMonde
  • Telerama , le 04 janvier 2012
    « Des images tombées du ciel qui leur parvenaient par le câble de l'antenne », écrit Jauffret aux premières pages du roman, renvoyant le lecteur au mythe de la caverne de Platon - en fait, c'est tout autant dans le dernier cercle de l'enfer de Dante que l'écrivain emmène ledit lecteur, qui ne saurait sortir indemne de cette lecture, atteint au plus profond de lui-même, cœur et conscience, par l'intensité radicale de la tragédie qui se joue dans Claustria, la réflexion sur le Mal qui y court, se développe et s'approfondit sans cesse.
    Lire la critique sur le site : Telerama

> voir toutes (30)

Citations et extraits

> Ajouter une citation

  • Par Malaura, le 05 février 2012

    Les enfants de la cave :

    Le ciel il est plein d’air ? Qui lui met les nuages ?
    Qui le remplit de pluie ? Qui allume les étoiles ?
    Qui pousse le soleil ? Est-ce qu’il y a quelqu’un qui donne le matin des coups de pieds à la lune pour l’empêcher de cacher les rayons ?
    C’est de la fumée la nuit ? L’herbe ça pique les pieds ?
    Elles s’arrêtent où les routes ?
    On fait bouger la Terre quand on marche dessus ?
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 23         Page de la citation

  • Par Manuchon49, le 20 mai 2012

    C'est un curieux voyage au bout de l'enfer que nous invite à réaliser Régis Jauffrey dans ce roman inspiré du tragiquement célèbre fait divers autrichien. Un voyage que nous menons de concert avec l'héroïne et qui nous fait étrangement ressentir le même type de sentiments contrastés qu'elle: à l'orée du livre on oscille en effet entre répulsion et fascination. Répulsion pour le caractère souvent nauséabond des descriptions de l'inceste dont on se passerait bien et pour les trop nombreuses saillies anti-autrichiennes qui associent Claustria à l'Austria comme si ce pays n'était constitué que de nazillons en puissance. Fascination bien commune que tout à chacun éprouve face à la barbarie et qui justifie le goût collectif pour les faits divers. Quand le dégoût l'emporte, on referme le livre et on le repose bien loin en se jurant qu'on ne nous y reprendra plus. Mais on y remet le nez quelques heures ou quelques jours plus tard, parce que notre voyeurisme nous y incite. Et aussi quand même parce que ce roman est drôlement bien écrit. Et enfin parce qu'au fil de la lecture Régis Jauffrey parvient ce tour de force de nous faire quitter l'anecdotique pour sonder avec nous la part mythique et universelle de cette histoire. Ses héros deviennent les acteurs d'une tragédie où se jouent les mêmes rapports de domination, la même violence et la même acceptation de l'inéluctable que dans les pièces antiques. Reste que cette métamorphose n'est pas sans poser de question éthique et notamment celle du rapport au réel: quelle est la part du vrai et quelle est celle réservée à l'inventivité de l'auteur? Jamais Régis Jauffrey ne règle cette question pourtant primordiale et cette manipulation du réel interroge quand on connaît le caractère récent de l'affaire Friztl" et quand on sait que les acteurs du drame sont encore tous bien vivants .
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 2         Page de la citation

  • Par Chrys, le 15 mars 2012

    P382: "Un bref compte à rebours.
    - Trois, deux, un.
    Et l'assistance qui hurle 1992. Des confettis qui tombent du haut des cintres, du champagne qui fuse comme de la mousse d'extincteur. Le nouvel an qui survenait chaque année. On aurait pu diffuser les mêmes images tous les trente et un décembre en bricolant la bande-son pour changer le millésime.
    Elle s'est mise à compter. Elle s'est aperçue qu'elle était enfermée depuis sept ans et demi. Plus de deux mille sept cents jours. Elle croyait être sous terre depuis moins de quatre ans."
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 8         Page de la citation

  • Par LiliGalipette, le 13 février 2012

    « Leur histoire devenue bientôt un conte de sorcière, un mythe dont on doutera des origines. Angelika et les ombres sur l’écran de la caverne dont Socrate ne dira jamais rien. Les phrases inhabitées des médias, des causeurs, des fabricants de romans. La cohorte des apprentis Platon, des jongleurs, bateleurs de la syntaxe, la poudre aux yeux du style. » (p. 535)

    Commenter     J’apprécie          0 9         Page de la citation

  • Par Manuchon49, le 20 mai 2012

    C'est un curieux voyage au bout de l'enfer que nous invite à réaliser Régis Jauffrey dans ce roman inspiré du tragiquement célèbre fait divers autrichien. Un voyage que nous menons de concert avec l'héroïne et qui nous fait étrangement ressentir le même type de sentiments contrastés qu'elle: à l'orée du livre on oscille en effet entre répulsion et fascination. Répulsion pour le caractère souvent nauséabond des descriptions de l'inceste dont on se passerait bien et pour les trop nombreuses saillies anti-autrichiennes qui associent Claustria à l'Austria comme si ce pays n'était constitué que de nazillons en puissance. Fascination bien commune que tout à chacun éprouve face à la barbarie et qui justifie le goût collectif pour les faits divers. Quand le dégoût l'emporte, on referme le livre et on le repose bien loin en se jurant qu'on ne nous y reprendra plus. Mais on y remet le nez quelques heures ou quelques jours plus tard, parce que notre voyeurisme nous y incite. Et aussi quand même parce que ce roman est drôlement bien écrit. Et enfin parce qu'au fil de la lecture Régis Jauffrey parvient ce tour de force de nous faire quitter l'anecdotique pour sonder avec nous la part mythique et universelle de cette histoire. Ses héros deviennent les acteurs d'une tragédie où se jouent les mêmes rapports de domination, la même violence et la même acceptation de l'inéluctable que dans les pièces antiques. Reste que cette métamorphose n'est pas sans poser de question éthique et notamment celle du rapport au réel: quelle est la part du vrai et quelle est celle réservée à l'inventivité de l'auteur? Jamais Régis Jauffrey ne règle cette question pourtant primordiale et cette manipulation du réel interroge quand on connaît le caractère récent de l'affaire Friztl" et quand on sait que les acteurs du drame sont encore tous bien vivants .
    > lire la suite

    Commenter     J’apprécie          0 0         Page de la citation

> voir toutes (28)

Videos de Régis Jauffret

>Ajouter une vidéo
Vidéo de Régis Jauffret

Régis Jauffret - La ballade de Rikers Island .
Régis Jauffret vous présente "La ballade de Rikers Island" aux éditions du Seuil. Rentrée littéraire février 2014. http://www.mollat.com/livres/jauffret-regis-ballade-rikers-island-9782021097597.html Notes de Musique : Chris Zabriskie: Divider








Sur Amazon
à partir de :
14,00 € (neuf)
9,97 € (occasion)

   

Faire découvrir Claustria par :

  • Mail
  • Blog

> voir plus

Lecteurs (279)

> voir plus

Quiz