AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.62 /5 (sur 622 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Brooklyn , le 03/05/1954
Biographie :

Erik Larson est journaliste et écrivain.

Il a étudié l'histoire, la culture et la langue russe à l'Université de Pennsylvanie et obtient son diplôme en 1976. Il est également titulaire d'un master en journalisme de Columbia University Graduate School of Journalism en 1978.

Après un bref passage au Bucks County Courier Times, il devient journaliste pour le Wall Street Journal, et contribue ensuite au Time Magazine. Il a écrit des articles pour plusieurs journaux et magazines, notamment The Atlantic Monthly, Harper’s et The New Yorker.

Il enseigne la non-fiction à l'université d'État de San Francisco et à l'université de l'Oregon. Il anime également de nombreuses conférences partout aux États-Unis.

Erik Larson a publié trois best-sellers selon les critères du New York Times dont "Le Diable dans la ville blanche" (The Devil in the White City, 2002) vendu à plus de deux millions d'exemplaires (son premier livre traduit en français).

Il vit à Seattle avec sa femme et ses trois filles.

son site : http://eriklarsonbooks.com/

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Organes vitaux de Elsebeth Egholm aux éditions 10-18 Au cours d'un match de football, le corps mutilé d'une jeune femme est retrouvé sur le parking du stade d'Århus. La journaliste Dicte Svendsen se rend immédiatement sur les lieux et trouve une vidéo prise quelques minutes auparavant par un téléphone mobile, celui d'une fillette de onze ans. Sur l'écran, derrière la victime démembrée, apparaît durant une fraction de seconde l'image d'une jambe chaussée d'une lourde botte. L'homme aux bottes est-il celui qui traque les femmes dans les bars, à la recherche de partenaires pour des rapports sadomasochistes extrêmes ? Ce cadavre a-t-il un lien avec d'autres crimes similaires commis récemment dans d'autres pays d'Europe ? du fond de son lit d'hôpital, un détenu prétend posséder des informations capitales sur l'affaire et contacte Dicte Svendsen afin de lui proposer un échange. Quel en sera le prix ? Au cours de ce roman à la construction labyrinthique et aux péripéties particulièrement macabres, Dicte se retrouvera, comme dans United Victims, confrontée à son passé, et nous découvrirons avec elle que les morts ne reposent pas toujours en paix? http://www.lagriffenoire.com/organes-vitaux.html La fille derrière le rideau de douche de Robert Graysmith aux éditions le Livre de Poche 1988. Marli Renfro, la doublure de Janet Leigh dans la célèbre scène de la douche de Psychose d'Alfred Hitchcock, est assassinée. 2001. Sonny Busch, déjà suspecté à l?époque du meurtre de plusieurs femmes, est condamné à perpétuité pour ce crime. Non seulement Sonny partageait une troublante ressemblance avec l?acteur Anthony Perkins, mais, comme le personnage de Norman Bates, il avait une obsession malsaine pour sa mère. Fasciné par la pin-up des années 1960 depuis son adolescence, le journaliste Robert Graysmith, auteur du remarquable Zodiac, a décidé de mener l'enquête sur la mystérieuse Marli Renfro ? et de lever le voile sur les coulisses de Hollywood. http://www.lagriffenoire.com/la-fille-derriere-le-rideau-de-douche-229981.html Les passagers de la foudre d'Erik Larson aux édition le Livre de Poche Londres, 1910. Un respectable médecin, Harvey Crippen, met fin à un mariage insupportable en assassinant sa femme, une flamboyante chanteuse d'opéra. Lorsque naissent les premiers soupçons, il prend un bateau, le SS Montrose, à destination du Québec, accompagné de sa maîtresse. Sur ses traces, un inspecteur de Scotland Yard qui, grâce à l'invention toute récente de Marconi, la communication sans fil, va permettre au grand public de suivre par médias interposés cette incroyable poursuite en haute mer. Dans cet exceptionnel document historique, Erik Larson (Le Diable dans la ville blanche, Dans le jardin de la bête) nous conte en parallèle les aventures de Marconi et du Dr Crippen ? dont le destin fascina tant Alfred Hitchcock qu'il s'en inspira pour de nombreux films ?, et nous offre un tableau saisissant des débuts du monde moderne. http://www.lagriffenoire.com/les-passagers-de-la-foudre-213091.html
+ Lire la suite
Podcasts (1)

Citations et extraits (118) Voir plus Ajouter une citation
latina   19 août 2012
Dans le jardin de la bête de Erik Larson
L'indicateur le plus visible de la mise au pas fut l'apparition brutale du salut hitlérien, ou "Hitlergruss".Il était suffisamment inédit aux yeux du monde extérieur pour que le consul général lui consacre une dépêche entière en date du 8 août 1933.

Le salut, écrit-il, n'avait aucun antécédent moderne, à l'exception du salut des soldats en présence d'un officier supérieur, plus conventionnel.

Ce qui distinguait particulièrement cette pratique, c'était que tout le monde était censé saluer, même dans les rencontres les plus banales. Les boutiquiers saluaient leurs clients. Il était exigé des enfants qu'ils saluent leurs maîtres plusieurs fois par jour. A la fin des représentations théâtrales, un rituel récent exigeait du public qu'il se lève et salue en chantant d'abord l'hymne national, puis l'hymne des SA (...).

Le public allemand pratiquait le salut avec tant d'empressement que sa répétition incessante le rendait presque comique, surtout dans les couloirs des bâtiments publics où tout le monde, du plus humble messager au plus haut fonctionnaire, se saluait en criant "Heil Hitler", transformant la moindre escapade aux toilettes en une expédition épuisante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
mariech   15 décembre 2012
Dans le jardin de la bête de Erik Larson
Tout le monde n'est pas capable d'infliger un châtiment corporel , de sorte que , naturellement , nous n'étions que trop contents de pouvoir recruter des hommes disposés à ne montrer aucune sensiblerie dans les tâches à accomplir . Malheureusement , nous ne savions rien du côté freudien de cette affaire et ce n'est qu'après un certain nombre de flagellations et d'actes de cruauté inutiles que j'ai compris que mon organisation avait attiré tous les sadiques d'Allemagne et d' Autriche à mon insu , depuis un certain temps .
Commenter  J’apprécie          190
PiertyM   01 mai 2016
Dans le jardin de la bête de Erik Larson
Elle savait peu de choses de la politique internationale et, de son propre aveu, ne se rendait pas compte de la gravité de ce qui se jouait en Allemagne. Elle voyait en Hitler "un clown qui ressemblait à Charlie Chaplin". Comme beaucoup d'autres à l'époque, aux États-Unis et ailleurs dans le monde, elle ne pouvait imaginer qu'il resterait longtemps en place ni le prendre au sérieux.
Commenter  J’apprécie          190
Ziliz   09 avril 2013
Dans le jardin de la bête de Erik Larson
Une étude des registres nazis a démontré que, sur un échantillon de 213 dénonciations, 37% relevaient non pas d'une conviction politique sincère mais de conflits privés, dont le déclencheur était souvent d'une insignifiance stupéfiante. Ainsi, en octobre 1933, le commis d'une épicerie dénonça à la police une cliente excentrique qui s'était entêtée à réclamer ses trois pfennigs de monnaie. Le commis l'accusa de n'avoir pas payé ses impôts. Les Allemands se dénonçaient les uns les autres avec un tel entrain que les cadres supérieurs du Parti pressèrent la population de faire preuve d'un plus grand discernement concernant les affaires à signaler à la police. Hitler le reconnut lui-même, dans une note au ministre de la Justice : "Nous vivons à présent dans un océan de dénonciations et de mesquinerie."

(p. 99-100)
Commenter  J’apprécie          180
latina   20 août 2012
Dans le jardin de la bête de Erik Larson
« Il est certain que, à cette époque (1933), non seulement les Alliés auraient pu facilement battre l’Allemagne, mais une telle action aurait également écrasé dans l’œuf le Troisième Reich l’année même de sa naissance », analyse William Shirer.

Cependant, Hitler « avait jaugé le courage de ses adversaires étrangers d’une façon aussi experte et mystérieuse qu’il avait su évaluer celui de ses opposants de l’intérieur ».

Commenter  J’apprécie          170
latina   20 août 2012
Dans le jardin de la bête de Erik Larson
« Les gouvernements qui s’exercent par le haut échouent aussi souvent que ceux qui s’exercent par le bas ; et tout grand échec provoque une réaction malheureuse de la société, des milliers et des millions d’hommes sans défense perdant la vie dans cette triste affaire.

Pourquoi les hommes d’Etat n’étudient-ils pas le passé pour éviter de tels désastres ? (…)

En conclusion, on peut dire sans risque qu’il serait souhaitable que les hommes d’Etat apprennent un peu d’histoire afin de comprendre qu’aucun système impliquant le contrôle de la société par des hommes avides de privilèges ne s’est jamais terminé autrement que par la chute. »

Commenter  J’apprécie          150
latina   22 août 2012
Dans le jardin de la bête de Erik Larson
Leur vie était gagnée par les miasmes qui imprégnaient largement la ville au-delà des murs de leur jardin.

Une histoire avait commencé à circuler : un homme téléphone à un autre et, au cours de la conversation, demande : "Comment va l'oncle Adolf?" Peu après, la Gestapo débarque chez lui et exige qu'il prouve qu'il a réellement un oncle Adolf et que la question n'était pas une allusion codée à Hitler.

Les Allemands devenaient de plus en plus réticents à séjourner dans des refuges de montagne collectifs, de peur de parler dans leur sommeil.

Ils repoussaient les opérations chirurgicales à cause des effets secondaires de l'anesthésie qui dénouent la langue.(...)

Après avoir vécu dans l'Allemagne nazie, Thomas Wolfe écrivit : "il y avait là un peuple tout entier...infesté par la contagion d'une peur omniprésente. C'était une sorte de paralysie insidieuse qui déformait et dégradait toutes les relations humaines."

(...)

On s'attardait au coin de la rue pour vérifier si les visages qu'on avait aperçus au carrefour précédent venaient de tourner ici aussi.

Dans les situations les plus décontractées, on parlait avec prudence et on prêtait attention à qui vous entourait comme on ne l'avait jamais fait auparavant. Les Berlinois se mirent à pratiquer ce qu'on appelait "le coup d'oeil allemand" - der deutsche Blick - un regard rapide alentour quand on rencontre un ami ou une relation dans la rue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Ziliz   08 avril 2013
Dans le jardin de la bête de Erik Larson
Pour Roosevelt [en 1933, la "question juive"] était un terrain glissant. Même s'il était atterré par le comportement des nazis à l'égard des Juifs et qu'il n'ignorait pas la violence qui avait secoué l'Allemagne plus tôt cette année-là, il s'était abstenu de prononcer une condamnation explicite. Certains responsables juifs, comme le rabbin Wide, le juge Irving Lehman et Lewis L. Strauss, un associé de Kuhn, Loeb & Co., souhaitaient que Roosevelt sorte de sa réserve ; d'autres, comme Felix Warburg et le juge Joseph Proskauer, privilégiaient une approche plus discrète et poussaient le président à faciliter l'accueil des Juifs aux États-Unis. (p. 55-56)
Commenter  J’apprécie          140
Eric75   17 septembre 2012
Dans le jardin de la bête de Erik Larson
Pour elle, cependant, la perspective de l'aventure qui les attendait balaya bientôt tout sentiment d'inquiétude. Elle savait peu de chose de la politique internationale et, de son propre aveu, ne se rendait pas compte de la gravité de ce qui se jouait en Allemagne. Elle voyait en Hitler "un clown qui ressemblait à Charlie Chaplin". Comme beaucoup d'autres à l'époque, aux États-Unis et ailleurs dans le monde, elle ne pouvait imaginer qu'il resterait longtemps en place ni le prendre au sérieux. S'agissant de la situation des Juifs, elle était partagée. Inscrite à l'Université de Chicago, elle avait connu "la propagande subtile et sous-jacente parmi les étudiants en première année" qui prônait l'hostilité à l'égard des Juifs. Martha constata "que même beaucoup de professeurs supportaient mal l'intelligence brillante de certains de leurs collègues ou étudiants juifs". Elle précise pour elle-même : "J'étais légèrement antisémite en ce sens : j'acceptais l'idée que les Juifs n'étaient pas aussi séduisants physiquement que les gentils et étaient socialement moins intéressants." Elle adhérait également au cliché selon lequel si les Juifs étaient généralement brillants, ils étalaient leurs richesses et se mettaient trop en avant. En cela, elle reflétait l'opinion d'une proportion surprenante d'Américains, comme ce fut noté dans les années 1930 par des professionnels de l'art naissant des sondages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
LUKE59   27 août 2012
Dans le jardin de la bête de Erik Larson
...il serait souhaitable que les hommes d' Etat apprennent un peu d' histoire afin de comprendre qu' aucun système impliquant le contrôle de la socièté par des hommes avides de privilèges ne s' est jamais terminé autrement que par la chute.(p230)
Commenter  J’apprécie          140
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Monarchies

C’est un Béarnais qui ouvre le bal, monarque du trône de Suède, l’actuel Charles XVI Gustav en est le descendant ! Cocorico . . . Napoléon en serait vexé et furieux !

Aramis
Athos
Bernadotte
François Bayrou

13 questions
24 lecteurs ont répondu
Thèmes : histoire , rois , reinesCréer un quiz sur cet auteur
.. ..