AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782368460382
93 pages
Éditeur : Incipit (01/06/2016)
3.61/5   19 notes
Résumé :
« Elle était là, presque nue, devant la piscine, à Molitor. Exposée aux yeux de tous, dans ce grand ?paquebot? aux façades couleur terre de Sienne, à l'architecture des années trente? ». Lors d'un défilé, la France de 1946 découvre la bombe atomique du couturier Louis Réard : le bikini. Dans le public, Gaby, une jeune fille « toute frêle, à la peau diaphane » prend des notes. Un jeune homme l'interpelle. C'est Antoine, son grand amour qu'elle n'a plus revu depuis l'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
3,61

sur 19 notes
5
3 avis
4
4 avis
3
5 avis
2
1 avis
1
0 avis

pycrozet
  25 novembre 2017
"deux pièces", c'est avant tout le haut et le bas du bikini, présenté en ce jour de 1946 à la piscine Molitor lors d'un grand défilé de maillots de bain. Parmi les spectateurs, Gaby et Antoine, anciens amoureux qui se retrouvent fortuitement après une séparation aussi soudaine qu'incompréhensible.
"deux pièces", c'est donc aussi la vie de chacun, deux pièces de puzzle qu'ils vont tenter de ré-imbriquer l'une dans l'autre en se racontant leur parcours depuis la séparation.
"deux pièces", c'est encore la France insouciante d'avant la guerre et la France déchirée par l'atrocité des combats, de l'Occupation, des exactions commises au nom de la liberté.
Malgré la légèreté du bikini, la valeur métaphorique qu'Éliette Abécassis lui fait endosser ici est sombre, pesante. le bikini, revendication d'une liberté impossible ? Cela semble être un point de désaccord indépassable entre les deux protagonistes : ils ont traversé les mois et les épreuves chacun de son côté, ils en ont été transformés (bien au-delà de ce qu'ils auraient pu imaginer du temps de leur amour et de la paix) ; surtout, leur sentiment d'être, leur rapport à la vie, au temps, aux autres comme à leur propre corps, tout a été rompu, éclaté puis s'est cristallisé dans une forme nouvelle et différente chez Gaby et chez Antoine.
J'ai aimé l'écriture simple de ce très court roman, sa structure très marquée (les va-et-vient entre le récit du concours de maillots, qui se base d'ailleurs sur des faits réels, et les dialogues qui permettent de retracer le cheminement physique, politique de chacun des protagonistes).
Je n'ai pas aimé la "chute", si tant est qu'on puisse nommer ainsi une fin qui, visiblement, se veut étonnante alors qu'elle n'a été voilée qu'à grand peine tout au long de l'ouvrage. Quand vous l'aurez lu, vous conviendrez sans doute que ce n'est pas très grave, car une chute n'était pas indispensable. Ceci étant dit, je regrette les artifices que la préparation de cette chute a appelés : les réactions des personnages durant les retrouvailles ne sonnent pas toujours juste, et je crois que cela est vraiment dû au fait que Gaby ne puisse dévoiler trop tôt au lecteur (et non à Antoine, d'où la bizarrerie de la scène) ce qui lui est arrivé.
Bref, le mieux, c'est que vous le lisiez et que vous vous fassiez votre propre idée : l'invitation à la réflexion prévaut-elle sur la qualité du récit ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
chriskorchi
  25 juin 2016
Je dois dire que je suis tombée sous le charme de cette collection Incipit qui nous narre sous forme de romans courts (une centaine de pages) les grandes premières fois de l'Histoire dans divers domaines. Ici Eliette Abecassis nous propose de suivre l'évolution du fameux deux-pièces dont le succès et la contribution à la libération de la femme ne sont plus à démontrer. J'ai tout aimé dans ce roman, déjà le sujet que je trouve intéressant, la façon d'écrire de l'auteur, mélange de légèreté et de sérieux c'est assez fluide, accessible et ça se lit très rapidement. En revanche, j'ai moins aimé la partie sur la résistance : trop d'énumération pour moi et pas vraiment en lien avec le sujet, en plus si j'imagine un défilé , je ne vois pas comment dans une discussion on pourrait placer tout ces noms et parler de quelque chose d'aussi important. Un défilé c'est léger, les conversations sont légères. Enfin, bref, ce n'est qu'un détail qui n'a pas entaché le plaisir que j'ai pris à le lire car le reste est vraiment sympa.
Plus que le thème du deux-pièces, il est surtout question de la féminité et de son évolution, les mentalités qui changent, les aspirations des femmes aussi et ça l'auteur a bien réussi à le faire passer. Après la guerre, les femmes qui avaient du prendre la place des hommes au travail se retrouvent à devoir retourner à leur rôle de mères et d'épouses derrière leurs casseroles. Ce qui évidemment, ne va pas leur convenir, alors qu'elles ont goûté à la liberté et qu'elles savent qu'elles sont aussi capables qu'un homme. C'est très intéressant de voir les mentalités changer et par-là même la société s'adapter à ce changement bon gré mal gré. Après, je me suis posée la question sur ce qu'à vraiment apporté ce bout de tissu qui certes, libéré le corps des femmes mais en même temps les a enfermées dans une spirale infernale qui est encore présente de nos jours, à savoir les diktats de la mode. Ces fameux diktats qui font tant de dégâts pour qui ne correspond pas aux normes du moment.
Un livre qui tombe à pic à quelques semaines des vacances d'été, on commence déjà à nous assaillir par magazines interposés de conseils minceur pour rentrer dans nos maillots, des pages entières sur le choix le plus judicieux en matière de deux-pièces en fonction de sa morphologie. le stress des fashionistas qui ne voudraient surtout pas rater The maillot fait pour elles et qu'elles exhiberont fièrement sur la plage. On a donc pas fini d'en entendre parler de ce deux pièces qui fête, mine de rien ses 70 étés.
Un livre vraiment de saison qui vous fera découvrir l'histoire de ce petit bout de tissu qui a fait du chemin depuis 1946.
VERDICT
C'est bientôt les vacances et cette collection est parfaite pour cela, des sujets diversifiés, on apprends de façon ludique, c'est court, peu onéreux, se glisse facilement dans n'importe quel sac !!! Pourquoi s'en priver ? Courrez vite à votre librairie favorite et prenez les tous jusqu'ici je n'ai eu aucune déception.
Lien : https://revezlivres.wordpres..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
denisarnoud
  18 juillet 2016
Deux-pièces est le deuxième livre que je découvre de cette collection. le but de cette série est de confier à un auteur un moment de l'histoire pour qu'il en fasse une fiction, qu'il exprime son ressenti par rapport à cette période. Avec ce texte, c'est du lancement du bikini, ce maillot de bain très audacieux pour l'époque, dont il est question. Éliette Abécassis, nous décrit avec ses personnages les origines de sa créations, les réactions qu'elle a entraînées. Une histoire qui va bien plus loin que ces deux petits bouts de tissu.

Nous sommes en 1946. La France comme le reste du monde panse les blessures infligées par la deuxième guerre mondiale. le monde a besoin de revivre. C'est dans ce contexte qu'a lieu à la piscine Molitor, à Paris, un défilé présentant les nouvelles collections de maillot de bain. C'est lors de ce défilé que Louis Réard, ingénieur, a décidé de présenter un maillot de bain révolutionnaire. Un maillot qui mettrait en valeur le corps de la femme, le libèrerait de ses carcans d'un autre âge. C'est le choc, une vraie "bombe anatomique".
La suite de ma chronique sur le blog : lien ci-dessous
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Sallyrose
  14 avril 2017
Au tout lendemain de la seconde guerre mondiale, dans les splendeurs de la piscine Molitor, Gaby assiste à un défilé de maillots de bain. C'est là, en 1946, que le bikini est présenté pour la première fois. Il suscite à la fois admiration et scandale.
Gaby, journaliste de mode, a une vision très juste de son influence sur les femmes : « le maillot de la liberté se transformerait-il en un carcan encore plus étouffant que les lourdes robes corsetées, à cause de la pression sociale, des magazines et des entreprises, dans cette civilisation dominée par l'homme qui avait en horreur le corps de la femme tout autant qu'elle l'idéalisait ? »
Par le biais de retrouvailles entre Gaby et son amant, l'auteur rend hommage à la Résistance et égratigne les vedettes qui ont collaboré. Elle montre comment La France avait soif de renouer avec la superficialité des choses et oublier son passé récent. La piscine Molitor, tout comme l'hôtel Lutetia, était le lieu d'arrivée des prisonniers des camps de concentration. C'était quelques mois avant le défilé de maillots de bain.
Une brève mais intéressante histoire du bikini suit le récit.
Ce court roman fait partie d'une jolie collection, Incipit, qui a pour objet d'aborder les premières fois de L'Histoire. Un ouvrage au beau papier à la jolie couverture qui donne envie de devenir collectionneur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Garoupe
  08 août 2016
Son petit itsi bitsi tini ouini, tout petit, petit, bikini
1946. Lors d'un défilé de maillots de bain à la piscine Molitor, Louis Réaud, styliste, fait bondir autant d'effroi que de joie celles et ceux qui assistent au concours en faisant défilé une effeuilleuse affublée du premier bikini « moderne ». Il gagnera le concours.
Cette première fois, puisque telle est le thème de cette collection Incipit des éditions Steinkis, n'est qu'un prétexte pour Eliette Abecassis. Certes, le fait pour un homme de dénuder un peu plus les femmes sur les plages est un moyen pour Eliette Abecassis de parler féminité et féminisme, d'évoquer à la fois l'effet libérateur du bikini sur la liberté ou le sentiment de liberté des femmes et le poids du carcan imposé à celles-ci par le fait d'ériger l'apparence en juge de paix (ou en pomme de discorde) omnipotent de l'esthétique féminine et d'imposer cette esthétisme comme une nécessité, une obligation, une entrave supplémentaire.
Certes tout cela est vrai et transparaît sous la plume d'Eliette Abecassis mais cela fait partie du prétexte, ce n'est qu'un habillage pour des propos plus tendres et doux sur la relation amoureuse de Gabrielle, journaliste qui couvre l'événement, et Antoine, employé par Louis Réaud.
Mais comme un mur de poussière peut en cacher un autre, cette histoire d'amour entre Gaby et Antoine n'est qu'un second écran de fumée masquant un peu plus le vrai propos du livre. Ce flou entretenu par Elierre Abecassis sur son véritable sujet (le plus important des trois en tous les cas) est représentatif de celui qui régnait au lendemain de la seconde Guerre Mondiale dans une France qui était encore loin d'avoir fait le deuil des sombres années 1939-1945. Cette France est encore tiraillée entre sa collaboration vichyssoise et sa résistance autant intérieure que londonienne. le tiraillement se poursuit ensuite, dès l'après-guerre, entre d'un côté les communistes, dont fait partie Gabrielle et qui les représentent ici, et de l'autre les gaullistes, dont le représentant dans le récit est bien évidemment Antoine.
Comme un symbole de la non réconciliation possible entre les deux, Gaby et Antoine ne parviendront pas à renouer les fils du passé. Malgré l'enthousiasme d'Antoine, les stigmates de la déportation de Gabrielle, autant physiques que psychologiques, seront autant de murs infranchissables entre les deux. Et la belle pensée de Louis Réaud de vouloir donner à la France, l'oubliée de Yalta, une envergure mondiale à travers sa révolution vestimentaire ne restera qu'un épiphénomène dans le tumulte revanchard de chacune des parties.
Comme chaque titre depuis la parution des premiers en début d'année 2016, le livre est agrémentée d'illustrations (ici de Thibault Balahy) et d'une notice historique en fin d'ouvrage.
Lien : http://wp.me/p2X8E2-Gr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
denisarnouddenisarnoud   18 juillet 2016
Un maillot qui fit frémir l’assistance, lorsqu’elle vit défiler la jeune femme qui l’arborait du haut de ses 20 ans. Un parfum de scandale envahit le jury, et l’on entendit murmurer, à droite et à gauche : quelle horreur ! quelle indécence ! ou encore quelle surprise ! Du jamais vu dans le milieu de la mode . Du jamais porté dans celui des maillots. Des petits triangles reliés par un cordon laissaient apparaître presque tout le corps féminin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   15 octobre 2017
le maillot de la liberté se transformerait il en un carcan encore plus étouffant que les lourdes robes corsetées, à cause de la pression sociale, des magazines et des entreprises, dans cette civilisation dominée par l'homme qui avait en horreur le corps de la femme tout autant qu'elle l'idéalisait?
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   15 octobre 2017
Nous avons besoin d'une bombe. Voilà le message subliminal de notre bikini. D'une bombe anatomique qui mette le monde à genou.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Eliette Abecassis (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eliette Abecassis
La romancière Eliette Abécassis se penche sur le réseau social le plus populaire du moment, Instagram. Comment modèle-t-il nos imaginaires, simplifie-t-il nos émotions, s'insinue-t-il même dans nos amours ? Dans un roman qui colle à son sujet, c'est à un vrai pari que se livre l'autrice : si Choderlos de Laclos vivait dans les années 2020, que s'écriraient le Valmont et la Merteuil d'aujourd'hui, pour rimer avec leurs photos et leurs stories ?
Une rencontre diffusée dans le cadre de la Foire du Livre de Bruxelles 2021.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2407 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..