AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782330098384
192 pages
Éditeur : Actes Sud (03/01/2018)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 85 notes)
Résumé :
Au cœur de l'Inquisition espagnole, la rencontre improbable entre un mercenaire à la solde du plus offrant et une poignée de grand-bourgeois convertis en danger. La Rose de Saragosse allume l'étincelle d'une rébellion qui passe par le trait vif de la caricature et le langage unique de la gravure. Aventure, séduction, mystère, un bref et riche roman comme une esquisse qui fait parler les silences. Où l'on retrouve le souffle et l'acuité de l'auteur de La Confrérie de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
Pecosa
  15 avril 2018
Très jolie infidélité à l'Histoire, La rose de Saragosse est un roman délicat comme une fleur. Raphael Jerusalmy s'inspire de l'assassinat en 1485 de l'inquisiteur Pedro de Arbués dans la cathédrale de Saragosse pour tisser son intrigue. Qui assassina l'inquisiteur provincial chargé de la traque des marranes dans le royaume d'Aragon? On soupçonna les grandes familles de la cité qui voyaient d'un mauvais oeil le pouvoir grandissant du Saint-Office. Pour venger la mort de Pedro de Arbués, Torquemada mit en place à Saragosse un important autodafé au cours duquel on brûla des centaines d'hérétiques.
Raphaël Jerusalmy ne s'intéresse pas à l'identité des assassins de l'inquisiteur, mais à des placards collés le long des façades de la ville représentant le cadavre écorché de l'homme d'église. Le placard est signé d'une rose épineuse. Scandalisé par cette oeuvre subversive qui nargue l'Inquisition, Torquemada lance ses tueurs et ses mouchards sur la trace du mystérieux et talentueux graveur.
La rose est une allégorie de la résistance à l'obscurantisme religieux. Jerusalmy dépeint avec finesse la montée en puissance de l'Inquisition. D'abord réticente, une partie de la population de Saragosse finit par se plier à cette institution qui étend son pouvoir sur tout le territoire, gangrène le royaume d'Aragon, aidé en cela par l'assassinat de Pedro de Arbués, puis quelques années plus tard par le meurtre supposé du Santo Niño de la Guardia. Le décret de l'Alhambra de 1492, qui entraîne l'expulsion des juifs d'Espagne, achève la christianisation de la péninsule et l'unification des Espagne Médiévales.
Comment résister pendant sept ans aux tribunaux religieux, aux autodafés, aux bûchers, à la chape de plomb de l'obscurantisme, ? Deux figures se détachent, deux personnalités ô combien distinctes et pourtant si emblématiques de la société de l'époque, unies par l'amour de l'art.
Angel Maria de la Cruz y Alta Mesa, dont le patronyme n'est pas garant de privilèges, est le cadet d'une famille de la petite noblesse. Pauvre, méprisé, contraint de frayer avec la populace pour survivre, il ne sait pas encore qu'il est l'homme de la future Espagne. Car il est vieux chrétien et demain la pureté de son sang lui ouvrira toutes les portes. Léa de Montesa, quant à elle, est fille de conversos. Eduquée, cultivée, raffinée, elle est espèce négligeable, contrainte de taire ses capacités intellectuelles et ses dons naturels. « Elle n'est pas un homme. Sa sédition commence par là. En jouant du burin, elle ne défie pas uniquement la gent masculine. Elle menace les autres femmes qui se débrouillent très bien autrement, trichant, à la manière des artistes pour tromper la vigilance des pères et des maris. Léa s'insurge et se cabre d'une façon qui ne sied certainement pas à une demoiselle de la ville haute et que même ses servantes la voient d'un mauvais oeil car elles ne lui pardonnent pas son courage. Et puis, il ne faut pas oublier qu'elle n'est pas vraiment chrétienne. Ni Espagnole. Comme les roses de son patio, elle est greffée sur un plant qui n'est pas le sien. Et a beaucoup d'épines. »
Angel et Léa sont deux esprits libres, deux amoureux du beau, deux esthètes broyés par le fanatisme religieux. En faisant de l'art un outil de subversion, Raphaël Jerusalmy nous offre de très belles pages aussi délicates que la machine de répression est brutale. L'Homme aux yeux gris de Petru Dumitriu, s'ouvrait sur les mésaventures d'un converso fuyant Tolède, puis l'Espagne et se terminait dans l'atelier du Titien. La rose de Saragosse commence en Aragon et se termine avec Botticelli, comme si finalement la seule façon de survivre à la répression résidait dans l'exil, et dans le goût des belles choses.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          688
Cannetille
  15 décembre 2019
Pour venger son confrère Pedro de Arbués, assassiné en pleine cathédrale de Saragosse en 1485, le Grand Inquisiteur Tomas de Torquemada organise un gigantesque autodafé où sont brûlés des centaines d'hérétiques. Sous son impulsion, l'Inquisition espagnole est en train d'acquérir une puissance sans précédent. Pourtant, à sa grande fureur, des placards subversifs à l'effigie d'une rose se mettent à apparaître sur les murs de la ville. Un homme s'y intéresse de près : Angel de la Cruz, indicateur motivé par l'appât du gain, mais aussi artiste à ses heures. Il va bientôt croiser la route de Léa, fille d'un noble converti, au caractère bien trempé, elle aussi très versée dans les livres et les gravures. Tous deux vont se défier, pour finir par tenter de sauver leur liberté et celle de leur art.

Avec pour toile de fond la rumeur sanglante des persécutions religieuses du 15ème siècle espagnol, cette histoire dessine un joli motif poétique autour de deux personnages engagés dans la préservation de ce qu'ils ont de plus cher : l'art, fenêtre sur l'âme humaine, et ici, vecteur de liberté, symbolisée par cette rose épineuse, fragile et irréductible, d'une beauté d'autant plus délicate qu'elle fleurit dans le décor brutal d'un obscurantisme aveugle et meurtrier.

De Pedro Gracia de Benavarre et Bartolomé Bermejo jusqu'à Botticelli, en passant par les ateliers des graveurs et le nouveau pouvoir qu'ils donnent aux images en les reproduisant et en les diffusant, ce récit admirablement construit entrelace savamment les allégories pour nous livrer une histoire d'une grande beauté, aux messages intemporels : un hommage à la liberté de penser et de créer, à la puissance de l'art capable de parler sans mots, si bien comprise par les despotes de tout poil qu'ils ont toujours tenté de la contrôler et de la réprimer. Coup de coeur.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          722
Annette55
  12 juin 2018
Voici un roman historique lumineux, porté par un récit mystérieux à l'écriture dense , à la fois épurée, subtile et elliptique, traversée par des portraits forts et simples, comme sait le faire l'auteur , dont j'avais lu avec bonheur "Sauver Mozart "en 2014.
Il tisse son récit de petites phrases à la fois puissantes et économes.
Nous sommes à l'automne 1485, à Saragosse , quand l'inquisition fait régner la terreur en Espagne...
Aprés le meurtre d'un prélat, membre de cette juridiction, le pére Arbués, dans la cathédrale de Saragosse, c'est le dominicain Torquemada qui est investi par le roi du titre de grand inquisiteur.
Qui est l'assassin ?
L'enquête se tourne vers les juifs convertis," naturellement" suspects , l'auteur se concentre entre deux personnages: Léa , la fille d'un riche converti , indépendante , espiègle et raffinée, élevée dans l'amour des livres et de l'art.Son pére , Menassé de Montesa, est un collectionneur précieux de gravures et de livres , possesseur d'une importante bibliothéque , avec un penchant pour les volumes mis à l'index et Angel de la Cruz, noble déchu, hidalgo en guenilles mouchard, indicateur de l'inquisition ,habitué aux moqueries ....mais artiste lui- même, toujours flanqué de son molosse impressionnant : Cerbero....
En même temps , une série de gravures satiriques --- infâme placard signé d'une rose épineuse placée en marge, telle une provocation, ------sont affichées dans toute la ville, en signe de résistance, au sein de ce royaume d'Aragon, autrefois béni, où vivaient ensemble chrétiens et Maures, juifs et païens , terre de liberté , peuple pugnace si jaloux, de son indépendance , tombé, hélas ! sous le joug d'une poignée de dominicains ....
"À quoi diable reconnaît- on un homme libre " ?
C'est un ouvrage mêlant religion et histoire , mais surtout l'art de la gravure, cousine de l'écriture, " Les graveurs , la plupart sont d'ailleurs anonymes . de simples faiseurs d'images....
Sous des apparences de naïveté dissimulent une acuité redoutable" ..." Cette alchimie des alliages , ce sortilège des pointeaux et des burins qui font surgir des images hors du néant ...." La gravure est l'art des rebelles...."
A l'aide d'une plume défiant les temps obscurs qu'elle évoque,retenue et sobre, l'auteur place l'art au coeur de ce roman , parmi les faux semblants , les non- dits, où chacun joue sa peau et porte un secret....
Une lecture à la fois vive et enrichissante, évocatrice où le mystère, l'art de la séduction et l'aventure exaltent la conquête de la liberté ....
La première de couverture est colorée et lumineuse .
Aux éditions Actes Sud .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          494
isabelleisapure
  15 avril 2018
Pour une première rencontre avec Raphaël Jerusalmy, j'ai lu « La rose de Saragosse » un roman passionnant mêlant histoire, art et religion dans une époque tourmentée, celle de l'Inquisition espagnole.
Nous sommes en 1485. L'inquisiteur de Saragosse, Pedro de Arbuès, vient d'être assassiné au coeur même de la grande cathédrale. Ce crime va renforcer le pouvoir du Grand Inquisiteur Torquemada. Son arrivée sur place marque le début de persécutions accrues contre les Juifs et les conversos, ces Juifs convertis au christianisme. Angel de la Cruz, hidalgo au visage balafré profite de ces évènements pour gagner de l'argent en tant que « familier », Indic à la solde du plus offrant, suivi de près par un chien errant, cet homme frustre est aussi un artiste. Sa rencontre avec Léa de Montesa, fille d'un noble converti, élevée dans l'amour des livres et de l'art, va bouleverser sa vie. Ces deux personnages vont se défier, se rechercher, jouer de leur art pour se protéger et conquérir leur liberté.

Au-delà des personnages, au-delà de l'histoire, c'est l'art qui est au coeur de ce roman et surtout la gravure. L'art est donc une arme et ce n'est pas pour rien que tous les gouvernements cherchant à dominer une société s'attaquent en premier lieu à la liberté d'expression, aux journalistes mais aussi aux artistes. Les artistes sont aussi bien pourchassés que courtisés pour les politiques ou les religions. La rose de Saragosse est donc un hymne à la liberté artistique mais aussi un rappel à l'ordre : veillons sur nos artistes
À l'instar d'un graveur, Raphaël Jérusalmy trace à coup de stylet les personnages aussi complexes qu'attachants: Léa de Montesa, Angel de la Cruz, Yehuda Cuheno ou encore Torquemada sont décrits autant par les mots que par les blancs qui les entourent. Il y a un certain mystère sur ces pages et c'est aussi ce qui m'a séduite. J'ai aimé les non-dits, comme un trait de dessin à peine appuyé pour faire ressortir l'élément principal.
J'ai aimé ce roman finement ciselé par la plume élégante de Raphaël Jerusalmy.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          454
Fleitour
  01 novembre 2019
Aux premiers pas de la mondialisation quand s'illustraient sur les mers espagnoles et portugais, la communication balbutiante avait la rapidité des goélettes.
L'invention du livre sera l'affaire des lettrés, des religieux, pas de profanes.
Restera la gravure.
Aussi léger qu'un smart phone, aussi anonyme qu'un pseudo, aussi rapide qu'un tweet, la gravure, d'une seule esquisse, est en mesure de diffuser un message rageur tel un tweet. Propageant des rumeurs sous le manteau au nez et à la bure des dominicains, l'utilisation de la gravure ébranla les pouvoirs de l'inquisition.

Raphael Jerusalmy élabora sur cette invention une diabolique intrigue, qui pris de court le dominicain Torquémada investi par le roi du titre de grand inquisiteur.
Est-ce la perfide caricature du grand maître de l'inquisition qui déclencha ses fureurs ou la mémoire d'un fieffé prêtre inféodé pieusement au respect pointilleux des désirs du grand Torquémada ?
La réponse du Maitre fût immédiate et féroce, à l'image de ses saintes aigreurs, c'est tout simplement l'horreur qu'il convoqua, en mettant en place à Saragosse un autodafé au cours duquel on brûla des centaines d'hérétiques ( des hommes de toutes religions, convertis ou non, à traduire par de possibles opposants ).

Qui surveiller ? Sinon les artistes, et tous les autres, les plus nobles comme les plus vertueux, les grands et les manants, les juifs, les ottomans. tous sont soupçonnés.
Angel de la Cruz, noble déchu au visage balafré, indicateur de l'inquisition, mais artiste lui- même, toujours précédé de son molosse Cerbero, est sous haute surveillance.

Léa de Montesa, fille d'un noble converti, défie ses admirateurs, Angel de la Cruz ou Yehuda Cuheno . Maîtresse de son art, elle espère conserver son rang, et protéger sa famille.
Des gravures où apparaissaient la rose, pouvaient brûler les doigts des plus téméraires et des plus déterminés des opposants au régime de cette Espagne livrée au St Office.

Cette fièvre monastique ébranla le pape lui même qui condamna de la plus verte des bulles, l'incendiaire de la chrétienté. Ce dominicain n'avait rien compris, le pape espérait conquérir les âmes pas les brûler même par amour !
Raphael Jerusalmy donne un éclairage de la situation de l'Espagne très intéressant. Car la question sous jacente, est celle-ci, qui tirait les ficelles de cette fièvre dominicaine ? La gouvernance d'un pays par les flammes de l'enfer a ses limites.

Les jours furent rudes pour les juifs, et au premiers rangs desquels les convertis.
Surprenante lecture de cette douloureuse période.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340

Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
Annette55Annette55   12 juin 2018
"Le graveur ne passe ni par les mots ni par les couleurs , qui ne sont pour lui que fioritures..
Il laisse son empreinte sur l'esprit d'une maniére plus subreptice . Mais aussi plus directe .
Le sillon qu'il creuse dans la planche lui fraye un chemin sans détour vers l'œil, qui est la porte de l'âme.
Un sentier qui se faufile tout droit jusqu'aux recoins les plus intimes de l'être .
Là où se terre le Démon. ...."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          290
CannetilleCannetille   15 décembre 2019
Léa entraîne Raquel Cuheno vers la dernière mezzanine, tout en haut de l’escalier en colimaçon. Là où Ménassé conserve sa collection d’estampes. Raquel se fait prier. Elle n’aime pas ces images frottées avec des rouleaux d’encre. Elle préférerait que Léa lui montre des livres d’heures aux miniatures délicates, aux enluminures finement dorées. Il s’en dégage une candeur de sainte crèche, apaisante, en parfaite harmonie avec le velouté du parchemin. Alors que les traits noirs des gravures trahissent la brutalité qu’il a fallu pour mater les nervures, chasser les copeaux, creuser la planche. Le pinceau glisse, adoucit. Tandis que le burin délarde. À l’épure. Forcé qu’il est d’aller à l’essentiel. Insistant sur les contours au lieu d’en atténuer le tracé, comme s’il soulignait des passages dans un texte.
C’est justement ce cousinage avec l’écriture qui plaît tant à Léa. Cette calligraphie aux pleins et déliés que n’encombre aucune grammaire, ou plutôt contre laquelle elle s’insurge. Car la gravure est l’art des rebelles. Elle détourne encre et papier de l’usage que leur ont assigné les scribes. Elle élargit le stylet de l’emprise des lettres et des signes, lui donnant plus de leste. Elle émancipe notre regard des diktats auxquels les peintres l’astreignent. Elle oblige à voir autrement. Sans artifices ni demi-teintes.
Bien des artistes, en Italie, en Allemagne, en discernent aujourd’hui la puissance secrète. Et la licence qu’elle leur offre. Ce n’est qu’une image, certes. Mais qui peut être reproduite à des centaines d’exemplaires. Et avoir une portée plus grande encore que celles des livres, puisqu’elle s’adresse aussi bien aux illettrés qu’aux gens des facultés, aux négociants qu’aux bergers. Par-delà tous les dialectes. Toutes les différences.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
NATBNATB   13 juillet 2018
Léa préfère le burin, la poigne qu'il exige. L'encre plutôt que les artifices des pigments et des vernis. Et qu'il n'est pas nécessaire d'étaler partout. Le peintre doit recouvrir son panneau jusque dans les moindres recoins, en cacher le bois nu. Alors que le graveur, lui, n'est point esclave du plan qu'il travaille. Il peut y laisser des blancs, des non-dits.
Des aires de liberté.
Commenter  J’apprécie          150
CannetilleCannetille   15 décembre 2019
Ce n’est pas dans ce que tu regardes que réside la magie de ce que je viens de graver. Mais dans la perception que tu en as et qui est elle-même illusoire car cette rose n’a d’autre âme que la tienne.
Commenter  J’apprécie          220
CannetilleCannetille   15 décembre 2019
— Manier le burin rend l’âme revêche, l’avertit Benavarre.
Ce n’est pas la première fois qu’il lui fait cette remarque. Et que Léa ne partage pas son opinion. Elle ne le lui a jamais dit, mais elle trouve que ses retables manquent justement de robustesse. Les vierges y sont trop amènes, alors qu’elles devraient se montrer alarmées, inquiètes, révoltées même. Parce qu’elles savent, parce qu’elles sont mères.
Quant aux anges, sur les fresques, ils ont cette pâleur de la chair qui fait la coquetterie des gitons. Les prophètes de splendides haillons savamment rehaussés au safre et au cobalt. Les martyrs les yeux chatoyants et le front lumineux. Tous rayonnent de teintes et de couleurs, subtilement délayées, que le pinceau lisse de ses caresses.
Léa préfère le burin, la poigne qu’il exige. L’encre plutôt que les artifices des pigments et des vernis. Et qu’il n’est pas nécessaire d’étaler partout. Le peintre doit recouvrir son panneau jusque dans les moindres recoins, en cacher le bois nu. Alors que le graveur, lui, n’est point esclave du plan qu’il travaille. Il peut y laisser des blancs, des non-dits.
Des aires de liberté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Raphaël Jerusalmy (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raphaël Jerusalmy
1er octobre 2013
Le roman de Raphaël Jerusalmy commence là où calent les livres d'histoire. François Villon, premier poète des temps modernes et brigand notoire, croupit dans les geôles de Louis XI en attendant son exécution. Quand il reçoit la visite d'un émissaire du roi, il est loin d'en espérer plus qu'un dernier repas. Rebelle, méfiant, il passe pourtant un marché avec l'évêque de Paris et accepte une mission secrète qui consiste d'abord à convaincre un libraire et imprimeur de Mayence de venir s'installer à Paris pour mieux combattre la censure et faciliter la circulation des idées progressistes réprouvées par Rome. Un premier pas sur un chemin escarpé qui mènera notre poète, flanqué de son fidèle acolyte coquillard maître Colin, jusqu'aux entrailles les plus fantasmatiques de la Jérusalem d'en bas, dans un vaste jeu d'alliances, de complots et de contre-complots qui met en marche les forces de l'esprit contre la toute-puissance des dogmes et des armes, pour faire triompher l'humanisme et la liberté. Palpitant comme un roman d'aventures, vif et malicieux comme une farce faite à l'histoire des idées, regorgeant de trouvailles et de rebondissements, La Confrérie des chasseurs de livres cumule le charme et l'énergie de Fanfan la Tulipe, l'engagement et la dérision de Don Quichotte et le sens du suspense d'un Umberto Eco.
+ Lire la suite
autres livres classés : inquisitionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2106 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

.. ..