AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266270788
Éditeur : Pocket (28/09/2017)

Note moyenne : 3.44/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Dans un style éblouissant, Rouge retrace la folle histoire d'une famille française prise dans les tourments du XXe siècle.

Après la mort de son père, alors qu'il doit vider la maison, Carl, l'homme sans mémoire, est brusquement assailli par son passé : de vieux numéros de L'Humanité, un porte-lettres décoré d'un marteau et d'une faucille, des bibelots de toutes sortes et surtout, un cahier d'enfant. Sur la première page, un titre écrit de sa main : "... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
nadiouchka
  29 octobre 2017
D'abord, une définition du communisme : « Le communisme est un mode d'organisation sociale basée sur l'abolition de la propriété privée des moyens de production et d'échange au profit de la propriété collective. La transition entre le système capitaliste et la société communiste, sans classe et sans État, nécessite une phase transitoire de dictature du prolétariat » .
C'est le thème de ce livre autobiographique de Carl Aderhold : « Rouge ».
Son père, Pierre Decazes, étant décédé, Carl doit déblayer la maison familiale et le passé ressurgit, avec le militantisme communiste de son père, une obsession poussée à l'extrême car il ne veut pas pendre en considération les désirs de ses enfants.
Tout ce qui l'intéresse, c'est de les façonner à son image. D'ailleurs il ne cesse de réprimander Carl en lui inculquant l'idée qu'il n'est pas assez communiste, lui interdit aussi le Coca (signe de capitalisme) et lui cause ainsi des traumatismes. de plus, il veut en faire « le mémorialiste de la famille ».
Il lui avait ordonné de rédiger un manifeste :
« Le soir, après mes devoirs, je poursuivais la rédaction de mon manifeste.
Nous avons pu nous rendre compte du luxe capitaliste dans lequel vit Pompidou. Dans son palais, il a des serviteurs avec des chaînes en or. Les plafonds aussi sont en or et de grands lustres en cristal pendent au-dessus de la table. « P.220.
Sur la couverture toute simple, figure un petit garçon bien attendrissant avec un tricot rouge (rouge comme le titre), et on pense que c'est peut-être Carl…. Ses souvenirs font remonter à la surface les démons de son passé, sa famille, leur Histoire, mais aussi la malédiction qui pèse sur eux.
Le livre dépeint tous les travers de Pierre Decazes, piètre acteur qui finit tout de même par décrocher un rôle dans « La Cage aux Folles »mais ses revenus sont tout de suite dilapidés dans ses beuveries avec ses amis.
Ici, c'est vraiment un roman intimiste, avec de la tendresse en passant outre la colère et la violence que lui inspire son père car celui-ci (entre autres choses) oubliait les dates de naissance de ses enfants en préférant retenir les dates clés des victoires communistes.
Un homme proche de la folie dans ses scènes de violence chez lui, cassant tout, et notamment envers sa femme qui, bien souvent, devait porter des lunettes de soleil pour cacher les cocards pris le soir, en faisant croire qu'elle était tombée (mon oeil!).
Le père, haut en couleur, puisque Rouge, harcèle sa famille avec Marx, Lénine, Les Communards et a toujours sous la main un exemplaire de l'Humanité. Les réflexions sur De Gaulle et Pompidou fusent à tout va.
Avec ses souvenirs, Carl (dont le prénom a été choisi à cause de Karl Marx), remonte ainsi toute l'histoire de sa famille, nous décrit cette « folie des Aderhold », ce mal qui frappe les hommes de la famille depuis très longtemps.
Je ne connaissais pas du tout cet écrivain qui a été éditeur et a également publié plusieurs romans, mais la quatrième de couverture m'avait attirée car changement radical dans mes lectures habituelles.
C'est un beau texte, une belle histoire empreinte d'émotion, de justesse et si l'auteur a écrit ce livre, c'est dans l'espoir de faire taire les démons, il en profite aussi pour essayer de régler les comptes.
Qu'ajouter encore ? Que l'écriture est toute simple, touchante, qu'elle nous fait vibrer car cette histoire est bien celle de l'auteur.
D'ailleurs, j'ai remarqué deux citations très justes :
« Un roman magistral, exempt de tout pathos et de toute tentation nostalgique. »L'Obs
« Un témoignage sensible sur une douloureuse filiation, porté par la plume fine de l'auteur ». Le Figaro Littéraire.
Je ne peux pas résister à la tentation de dire que j'ai eu mon grand-père paternel, communiste convaincu et qui voulait rallier à sa cause tous ceux qu'il rencontrait. En cela il me fait penser à Pierre Decazes, mais la ressemblance s'arrête ici car chez mon grand-père, il n'y avait aucune violence – seulement une foi ardente dans sa politique dont il ne déviait pas ; une fois lancé dans ses diatribes il était impossible de l'arrêter et je faisais semblant de l'écouter. Cher grand-père passionné lui aussi dans ses convictions mais qui faisait preuve de tellement de gentillesse avec ses proches, lui et respectait les avis différents des siens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          336
lucia-lilas
  20 mars 2016
« Il voulait que je sois notre mémorialiste. »
Comme les souhaits des pères sont parfois lourds à porter pour les fils !
Ce récit -très certainement autobiographique- commence par la maison familiale que l'on vide après la mort du père, communiste, rouge, pur et dur. le narrateur découvre des feuillets où son père a noté ce qu'il comptait retenir de la vie de son fils : son mariage, la naissance de ses petits-enfants ? Non, son adhésion à la CGT, son élection au comité d'entreprise…
Une colère indescriptible gagne Carl qui n'a qu'un désir : tout détruire, tout effacer. A la benne les portraits de Marx, Lénine, les vieux Huma, les drapeaux rouges, les photos des soldats chiliens, de la soeur portant un foulard à l'effigie de Castro, du narrateur en Allemagne de l'Est ! « Rien ne doit survivre. »
Au risque de se sentir coupable…
« Je ne serais jamais un bon fils. L'oubli, le renoncement étaient la preuve que ce qui avait constitué mon enfance, l'endoctrinement, la croyance en l'absolue vérité des causes que je devais défendre, les réprimandes à la moindre déviation et ma culpabilité de n'être jamais assez communiste, pouvait s'effacer, disparaître, sans que la vie s'arrête ni même que cela en modifie le cours. Une désertion, voilà ce que j'éprouvais. Une désertion. »
Parlons du père : « Son communisme était charnel, instinctif. Il l'était comme d'autres sont Juifs, Pieds-noirs ou Corses. Avec emphase et totalement. » Il ne supporta ni la chute du mur de Berlin, ni la Révolution de velours, ni l'exécution des Ceausescu : le monde auquel il avait cru s'effondrait.
Je ne peux m'empêcher de penser au film de Wolfgang Becker Good Bye Lenin ! (2003) dans lequel Alex veut absolument sauver sa mère, militante communiste de RDA, dévouée corps et âme, plongée dans le coma et qui se réveillera l'été 1990, alors que le Mur est tombé. Un choc émotionnel et c'est la mort. Alors, le fils trouvera mille subterfuges pour protéger sa mère : reconstituer l'intérieur d'un appartement de l'Est, retrouver des vieilles boîtes de conserves… C'est exactement ce dont aurait eu besoin Pierre, le père de Carl…
Pierre impose le communisme à sa famille. Son fils s'appellera Karl, francisé en Carl par l'employé de mairie. L'enfant grandit avec les portraits de Marx et de Lénine, persuadé que ce sont de lointains aïeux. Ils vivent de peu et donnent à ceux qui ont besoin. Acteur, le père trouve quelques rôles par-ci, par-là.
Carl offre des dessins de Communards sur une barricade pour la fête des pères et suit ses parents aux manifs du dimanche. On marche pour la paix, contre la guerre du Vietnam en criant « Nixon assassin ! ». Bien sûr, on ne rate pas la fête de l'Huma. Carl apprend « la géographie par les insurrections et les guérillas. » A table, on écoute les informations. Si elles sont mauvaises, les assiettes volent, heureusement la météo marine est un havre de paix… « J'ai eu peur toute mon enfance » avoue le narrateur. Tout était menace : « la bombe, les capitalistes, De Gaulle, le voisin raciste » et le père, qui boit et se bat. Heureusement, parfois, il part en tournée.
Les films de de Funès sont interdits, trop réacs, de même que « la lecture de Tintin, trop raciste, de Lucky Luke, trop américain, d'Astérix, trop gaulliste. » Les héros de l'enfant seront Guy Môquet, Manouchian, Gagarine, Brecht.
Le coca est interdit et les livres d'histoire préférés au Monopoly et à tous les autres jeux d'ailleurs. On n'est pas là pour rire. Jusqu'à ce qu'un oncle s'aventure à en offrir un. Scène mémorable. le père se met à jouer et triche : il vole de l'argent à la banque. Carl a honte pour lui : où sont passées les belles valeurs qu'il a inculquées à ses enfants ? A force de tricher, il gagne et lance à son fils ahuri : « Tu viens de comprendre ce qu'est vraiment le capitalisme. Tâche de ne pas l'oublier. » Rude leçon.
Plus tard, Carl se sauvera par l'écriture, seul moyen d'échapper un peu à tout cela, d'alléger un peu le poids du fardeau…
Ce très beau texte de Carl Aderhold s'interroge sur « les destinées des fils qui se chargent des rêves des pères. », cette transmission qui doit s'accomplir au risque de décevoir le géniteur, cette mémoire qui ne doit rien omettre de l'histoire familiale.
Jusqu'à la chute parce que le poids du passé est trop lourd et que faire un pas en avant est devenu impossible.
Quel héritage léguer à nos enfants ? Peut-on les aimer et leur transmettre nos valeurs sans pour autant peser sur leur vie ?
Des pages superbes, émouvantes et drôles, qui nous disent de ne pas trop charger leurs valises si l'on veut qu'ils puissent encore avancer…

Lien : http://lireaulit.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
JLDragon
  11 avril 2016
Névroses pourpres.
Voici un titre qui collerait aussi très bien à cet ouvrage magnifiquement bien écrit.
Un témoignage émouvant sur une enfance troublée.
Troublée par le militantisme exacerbé d'un père communisme pour qui une date d'entrée à la CGT valait mieux qu'une date de naissance, celle de ses petits-enfants en l'occurrence.
Un témoignage poignant sur une époque bouleversante avec l'impression pour le lecteur de se tenir derrière le voile, de découvrir les coulisses.
Un témoignage que je vous recommande également pour la plume. Oui, l'écriture ici est sublime. Les mots sonnent justes. C'est vraiment bien écrit.
Je n'avais jamais lu Carl Aderhold auparavant et j'avoue que je ne m'attendais pas à m'attacher autant à cet oeuvre. J'ai vraiment été conquis par cette autobiographie.
Carl Aderhold n'est certes pas un débutant. Il a déjà quelques oeuvres très remarqués comme Morts aux cons. Il est également éditeur.
C'est à la mort de son père, Pierre Decazes, un acteur de second rôle essentiellement, que le passé le rattrape.
Jaillit alors de nouveau ce que sa mémoire a enfoui au plus profond de son subconscient pour le submerger totalement.
Carl Aderhold n'a donc pas d'autres choix et doit affronter les démons de son enfance. Pour les exorciser, il les couchera sur papier et nous offrira par la même occasion ce magnifique roman.
Rouge.
Il raconte son enfance noyée dans l'obsession d'un père, mais pas seulement… Carl Aderhold remonte les origines de son nom pour expliquer la malédiction — celle qui rend la filiation impossible — qui frappe sa famille. Pour cela, il nous emmène jusqu'en 1864 et nous offre un voyage dans le temps retentissant.
Cependant, il est question avant tout ici du père de Carl Aderhold, Pierre Decazes de son nom d'acteur dont l'aura d'artiste et surtout de militant communiste a écrasé Carl pendant tout son enfance. À tel point qu'aujourd'hui, ce dernier crie sa haine pour le père.
Mais derrière cette haine se cache en réalité de l'amour, car Carl aimait réellement son père. Bien sûr, il a vécu dans la peur, dans la culpabilité, dans les interdits. Il a toujours tout fait pour être le digne fils communiste aux yeux de celui-ci parce qu'au fond, il aimait son père.
Il avait peur de ne pas être un bon fils. Et aujourd'hui, il éprouve de la colère, car jamais son père ne lui a démontré le contraire. Jamais ce dernier ne lui a témoigné son amour véritable.
Les exemples que nous sort l'auteur sont hallucinants et révèle une obsession chez Pierre Decazes assez effrayante.
Carl Aderhold a subi les interdits de l'idéologie communiste dès son plus jeune âge. Même s'il n'a manqué de rien et aux premiers abords et n'a pas été maltraité physiquement, psychologiquement il a été sérieusement marqué.
Son esprit s'est engourdi à tel point qu'il a fini par enterrer ses névroses au fin fond de son subconscient. Quand ces dernières ont ressurgi lors de la mort de son père, ça a implosé dans sa tête. Comme une fracture du psychisme.
On pourrait dire qu'il règle ses comptes. On pourrait croire qu'attendre que son père passe l'arme à gauche est un signe de facilité.
Mais il n'en est rien.
Et en définitif, Rouge est un manifeste d'amour.
Ce roman est une leçon pour tout les parents qui voudraient inculquer une quelconque idéologie à leurs enfants ou encore les façonner à leur image. Qu'en premier lieu, ils ne doivent pas oublier que le plus important est de les aimer, de les aimer pour ce qu'ils sont et surtout, de leur montrer cet amour.
Lien : http://jldragon.over-blog.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Elodieuniverse
  19 octobre 2017
Carl Aderhold, éditeur et écrivain, marié et deux enfants, vide la maison de son père après le décès de celui-ci. Ce n'est pas de tendres souvenirs qu'il y trouve mais les vestiges d'une vie entièrement dévouée au communisme. Une rage sourde envahit Carl, une rage après ce père qui lui a fait suivre la ligne du parti communisme et qui lui a donné cette éducation. Les souvenirs affluent le dévastant un peu plus chaque jour. L'auteur nous raconte son enfance, l'histoire de sa famille. Il a été baigné depuis son enfance par Karl Marx (de qui il tient son prénom) et Lénine adulés par son père qui vouait une haine féroce au capitalisme. Son père était un homme austère, qui buvait souvent trop, bagarreur et tyran. Sa mère était soumise et souvent maltraitée. Son enfance? de la politique, des tracts...où l'école est très importante, baignée de littérature classique et de cinéma choisis par les soins du patriarche (interdiction de regarder de Funès ou de lire Tintin trop anticommunistes pour lui)...
Lui, "le fils de rouge" ressent une profonde culpabilité et de la colère par rapport à ce qu'il a vécu, au communisme de son père, à son soutien mais en même temps, l'amour qu'il lui porte, l'importance de son regard, ce lien indéfectible...Karl est totalement perdu... Quelle séquelle aura eu cette enfance sur cet homme devenu un brillant écrivain?
Je ne pensais pas aimer autant ce livre. L'histoire de ce petit garçon m'a vraiment touchée. J'ai ressenti une profonde empathie pour Carl. C'est un livre sur l'importance des liens père/fils, l'importance de l'enfance et des souvenirs. Ce passé qui chamboule tout, ce passé qui devient un lourd fardeau, ces sentiments contradictoires que Carl peut éprouver pour son père. On notera que bien au-delà de la rage, c'est un immense amour qu'il avait pour lui. Les mots sont choisis avec soin, c'est bien raconté. J'ai aimé les références cinématographiques et littéraires. le contexte politique a une grande part dans ce livre afin de mieux comprendre l'histoire. Bref, c'est un ouvrage vraiment émouvant et bouleversant qui nous plonge dans cette histoire familiale, dans la vie de ce père si dépendant d'une néfaste idéologie...
Lien : http://auchapitre.canalblog...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Laurie_lucas
  01 décembre 2017
Ce livre m'a touché. J'ai été ému par l'auteur. Par l'homme, par l'adolescent, par le petit garçon. Pour moi, rien que le fait que l'auteur se soit mis à nu de cette façon devant le lecteur est à applaudir. Que l'on apprécie ou non, c'est quelque chose de très courageux et je tenais donc, avant toute chose, à le souligner. L'auteur raconte, donc il n'y a que très peu de dialogue, mais ce n'est pas dense pour autant. le plume est fluide, les mots utilisés ne sont pas compliqués. Sa façon d'écrire, de raconter, nous entraîne avec lui dans ses souvenirs, dans son passé, mais aussi dans celui de sa famille. le passé et le présent s'entremêlent sans que cela devienne dérangeant. Dans ce livre, il attrape un des souvenirs qui le submerge et nous le fait partager. Sans filtre, sans paillettes, sans embellir la réalité, sans en faire trop. Et c'est vraiment ce qui m'a le plus ému. Au fil des pages, on ne peut que ressentir de l'empathie. Pour le petit garçon, qui veut tout faire pour plaire à son papa, pour être regardé et aimé. Pour l'adolescent, qui comprend maintenant un grand nombre de choses, qui voudrait simplement être remarqué pour ce qu'il est, pas pour ce qu'il pourrait ou devrait être. Et enfin, pour l'homme, devenu adulte, dont on ressent les fêlures. Un homme qui craint plus que tout de reproduire ce schéma avec ses propres enfants. J'aime beaucoup ce genre de lecture où on peut voir « l'envers du décor ». Découvrir ce qui peut être caché derrière un regard, un geste, une attitude. Parce qu'on n'a pas tous eu la chance de vivre une enfance idyllique. Parce qu'on a tous nos bagages derrière nous et qu'on doit apprendre à vivre avec eux le plus harmonieusement possible.
Lien : https://laurielucasetseslect..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   07 novembre 2017
Je devais voir le jour au début de septembre [1963], à la clinique des métallos dans le XIe arrondissement de Paris. Ma mère y avait suivi la préparation à l'accouchement, selon la méthode soviétique. 'Grâce à Staline, j'ai enfanté sans douleur !' proclamait une sage-femme au début des cours. Mes parents avaient choisi mon prénom depuis longtemps : Karl. Le portrait de Marx, avec celui de Lénine, trônait au-dessus de leur lit.
(p. 19)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
nadiouchkanadiouchka   01 novembre 2017
Le monde au début des années soixante-dix ressemblait à un kaléidoscope avec ses fragments colorés d’aubes et d’apocalypses. Les gauchises clamaient Tout est politique !, On ne naît pas innocent ! Malgré sa haine envers eux, mon père pensait de même. Tout était prétexte à s’indigner, à dénoncer. Les Palestiniens étaient chassés de Jordanie. Nixon se faisait réélire. Pinochet renversait Allende. Les certitudes étaient franches, vives comme les couleurs à la mode. Nous portions des vêtements aux rouges, aux bleus, aux verts crus. Nos ennemis étaient des fascistes, des nazis, des collabos.
P.156
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
nadiouchkanadiouchka   31 octobre 2017
A la lecture de BD telles que Spirou, Tintin (trop raciste), Lucky Luke (trop américain), Astérix (trop gaulliste) :
« Enfant, j’avais été mortifié de m’être laissé séduire par des bandes dessinées aussi anti-communistes. L’en mesurais les dégâts sur l’esprit de mes copains. Comme mon père attendait de moi une attitude exemplaire, je surveillais leurs comportements. J’espérais d’eux la même générosité intransigeante que la mienne. »
P.99
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
nadiouchkanadiouchka   29 octobre 2017
Dans les rues, je tenais la main de mon père comme si nous étions en territoire ennemi. C’était le repère des Versaillais pendant la Commune de Paris, m’expliquait-il. Des gaullistes ! s’emportait-il. Pis encore, Des riches ! Je me méfiais de chaque passant, les femmes en particulier. Les Versaillaises crevaient les yeux des pauvres Communards avec la pointe de leurs ombrelles. Lorsque j’en croisais une, je baissais la tête. Dans mon esprit, elle pouvait deviner, au moindre signe suspect, que j’étais fils de rouge.
P.28
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
grandcaffegrandcaffe   19 juin 2016
"Non seulement chaque genre d'ivresse, mais chaque degré d'ivresse, et qui devrait porter une "cote" différente, met à nu en nous, exactement à la profondeur où il se trouve, un homme spécial" écrit Proust. Mon père n'en connaissait que deux. Les premiers verres faisaient dégorger la petitesse, à la manière d'un écrivain qui doit d'abord se débarrasser des phrases toutes faites..S'il parvenait à pousser plus avant, son esprit se réveillait soudain. La diction hébétée et heurtée cédait la place à une prolixité lyrique. Une beauté fragile inondait ses traits effilés, son regard perdait toute animosité. Délivrée de sa pesanteur, la réalité devenait une vaste scène. Il récitait d'une voix qui lui montait du fond de la gorge, pure, douce, des poèmes comme s'il venait de les écrire. Il fallait le voir, ces soirs de cuite, s'émerveiller du moindre sourire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Carl Aderhold (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Carl Aderhold
Rouge de Carl Aderhold aux éditions Les Escales
Après la mort de son père, alors qu'il doit vider la maison, Carl est assailli par son passé : de vieux numéros de L'Humanité, des portraits de Marx et Lénine et, surtout, un cahier d'enfant. Sur la première page, un titre écrit de sa main : " Histoire de ma famille ", et en dessous : " de Cologne à Paris, quatre générations d'Aderhold ". Ce sont les traces de sa jeunesse, une jeunesse rouge, à la fois exaltante et honteuse. Des brumes de la mémoire surgit alors un monde dans lequel la politique contrôlait tout : les lectures, les jeux, les sentiments, les rêves. La débâcle sera terrible. Mais la remémoration des défaites n'est-elle pas, pour l'écrivain, à la fois consolation et chant d'amour ?
Dans une langue éblouissante, Rouge explore la filiation impossible, les trahisons, les colères d'une génération, et retrace la folle histoire d'une famille française à travers le XXe siècle.
http://www.lagriffenoire.com/31567-romans-rouge.html
Vous pouvez commander Rouge sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : pèreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
817 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre