AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081444216
Éditeur : Flammarion (29/08/2018)

Note moyenne : 1.71/5 (sur 52 notes)
Résumé :
« Je traversais la rue… Vincent passait sur le trottoir d’en face. Je me suis arrêtée au milieu du carrefour. J’étais là, figée. Le cœur battant. Je regardais son dos qui s’éloignait. Torse large, hanches étroites, il avait une stature impressionnante. J’aurais pu courir, le rattraper. Il a tourné au coin de la rue. Je suis restée debout, les jambes coupées. Les yeux fixés sur la direction qu’il avait prise. Je tremblais. Je n’arrivais plus à respirer. J’ai pris mon... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
appeaustrophes
  05 septembre 2018
C'est ma première expérience... de lecteur... avec Mme Angot.
Et d'après ce que j'ai lu, je pense qu'il vaut mieux avoir cet auteur dans son lit que dans sa bibliothèque.
C'est indigent, le style, le fond.
Comme je ne suis pas rancunier, j'en essaierai un autre, mais pas tout de suite, laissez moi m'en remettre.
Commenter  J’apprécie          313
AlexandrePage
  21 août 2019
Bon, je l'avoue, j'ai lu ce livre parce que je voulais vraiment voir si c'était le nanar promis, avec la certitude que si ce n'était pas le cas, la surprise me serait agréable, et que si c'était le cas, je passerai un franc moment de rigolade, car adorant les nanars au cinéma, il n'y a pas de raison que ce ne soit pas le cas en livre.
Et bien j'ai l'insigne honneur (mais je ne suis pas le premier) de confirmer qu'Angot a probablement écrit le meilleur nanar littéraire de la décennie. Elle a avoué elle-même avoir vécu l'écriture de ce livre comme une longue période laborieuse, et avoir "accouché" difficilement de son roman, et bien on sent tout à fait qu'elle a peiné pour venir à bout de cet objet. Vacuité du fond, abus de dialogues inutiles (le dialogue c'est pratique lorsqu'on manque d'inspiration ; on noircit des pages et on a l'impression d'avancer, encore faut-il qu'ils soient justifiés), platitude de l'écriture qui traduit un manque d'inspiration et d'entrain criant, tout est proche du néant. Un robot n'aurait pas fait pire tant on sent que l'alignement des mots est mécanique, que la crédibilité des situations ou la richesse du cadre ont été mis aux oubliettes. Angot n'avait aucune motivation, et ça se sent dans ce livre pâteux duquel n'émane que l'ennui abyssal qui a touché l'autrice pendant son travail d'écriture.
Néanmoins, pour celui qui ne s'effraiera pas du massacre littéraire, ni de l'image de marque particulièrement écornée de l'édition classique qui ose considérer un tel livre comme une oeuvre achevée (et après les personnes comme Jean-Yves Mollier viendront parler de livres "mal fignolés" pour parler de l'autoédition!), c'est un grand moment de non-littérature avec ce que cela peut avoir de plaisir coupable. Puis pour l'auteur néophyte, c'est aussi un bon guide de ce qu'il ne faut surtout pas faire pour écrire un roman! Encore que, puisqu'on peut être édité par un grand éditeur avec ça, pourquoi pas l'imiter...
Enfin, inutile d'aller plus loin, et si vous voulez rire, à la limite restreignez-vous à l'extrait gratuit sur amazon. L'effet sera immédiat et ça ne fera pas cher le fou rire (il y a la médiathèque aussi, mais là faut pas être gêné de passer devant la bibliothécaire avec l'objet).

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
loup0
  02 octobre 2018
De Christine Angot je ne connaissais que le nom.
Je ne l'ai jamais lue, je ne regarde pas la télé et je n'écoute pas la radio.
Les seuls retours que j'ai sur elles sont les commentaires (extrêmement négatifs avouons-le) que je peux parfois lire sur les réseaux sociaux. Alors je dois surement mais inconsciemment avoir un a priori négatif sur la personne, par contre concernant l'autrice, mon esprit est vierge de toute opinion.
Ce livre m'étant tombé entre les mains, je me suis dit que c'était l'occasion de découvrir enfin son travail et de me faire ma propre opinion.
Le roman est très court (moins de 200 pages), c'est d'ailleurs pour ça que je me suis lancée (par contre il est très cher : 18 euros. Il y a légèrement de l'abus quand même... Heureusement que je ne l'ai pas acheté). Et pourtant il m'a paru interminable.
Je peux pardonner une histoire insipide et inintéressante (à mes yeux). Chacun est libre d'écrire sur ce qu'il veut. Par contre il faut que ce soit bien écrit. Ce qui n'est clairement pas le cas ici. J'ai été choquée par une telle médiocrité d'écriture. Je ne m'attendais à rien et surement pas à quelque chose d'aussi mauvais. Même mes rédactions de français au collège n'étaient pas aussi pitoyablement rédigées. le style est non existant, zéro vocabulaire, répétitions à outrance, et surtout dialogues démesurément creux. Ce n'est pas de littérature c'est de la retranscription de conversations de café PMU.
Ajoutons à cela des personnages imbuvables pour nous achever. Trois bon gros boulets de la vie, immatures, sans aucune fierté, incapables de prendre une décision. Les protagonistes sont censés approcher de la cinquantaine mais ils ont le niveau de conversation de gamins de 10 ans. le roman est essentiellement sous forme de dialogues, mais des dialogues tellement niiiiiiiiiiiiais !!! Au secours !! Au bout de trois pages la narratrice me sortait déjà par les narines.

Alors certes, on peut écrire sur la trivialité du quotidien, sur les gens ordinaires et leurs petites vies banales mais d'abord il faut commencer par apprendre à écrire et avoir un minimum de talent.
Pour résumé je dirais que ce livre est aussi chiant que ses personnages.
(Je lirai un autre de ses livres histoire de ne pas rester sur une opinion aussi négative. Il faut que je comprenne pourquoi elle a eu du succès à la base et comment on peut justifier de publier quelque chose d'aussi raté.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
monsieurloic
  17 septembre 2018
Comme beaucoup de critiques sont négatives concernant ce dernier roman de la teigneuse Christine Angot (France Inter par exemple et tous les médias mainstream comme on dit), j'ai voulu donc me faire une idée par moi-même cet après-midi profitant des derniers rayons de soleil de cet été français (mais pas parfait) . Tranquillement, sans à priori, je dois dire que j'ai été plutôt agréablement surpris. Je ne dis pas que c'est de la grande littérature et que ça vaut le prix Renaucourt mais c'est un roman bien ancré dans son temps avec beaucoup de dialogues à tel point que que je me suis dit que ça pouvait faire une belle pièce de théâtre, une sorte de vaudeville contemporain où l'on ne se cache plus dans les placards mais dans les réseaux sociaux. Trois protagonistes sont à la manoeuvre à savoir la narratrice dont je ne sais pas le nom et ses deux prétendants que sont Alex et Vincent. C'est une sorte de ménage à trois genre "Jules et Jim" ou encore plus "César et Rosalie" du fait de la complicité entre Alex le compagnon de la narratrice et Vincent son ex dont elle s'est séparée neuf ans auparavant. Un moment on croit qu'une histoire à trois est possible mais en fait on se rend compte qu'il y trop de jalousies et de rancoeurs de parts et d'autres. La narratrice hésite entre la sécurité que lui offre Alex en matière financière et le côté saltimbanque et plus romantique de Vincent.
Il n'y a rien de véritablement transcendant dans ce roman mais c'est largement au-dessus des Harlequin (bah oui quand même -) voire même d'autres romances pour grand-mères qui sont inscrites à la médiathèque du coin.
En tout cas, il vaut bien plus que ce tombereau de merde que l'auteure se prend sur la frimousse.
lecture : 17 septembre 2018
sur Kindle. équivalent page : 192
note : 3.5/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1016
Seabiscuit
  05 septembre 2018
Vraiment pas de place pour moi. Je sui fatigué avant même d'avoir touché le livre. Au coin de la rue, un tournant de la vie m'a éloigné définitivement de Christine Angot. No more word !
Commenter  J’apprécie          170

critiques presse (6)
LeDevoir   22 octobre 2018
Avec son impudeur habituelle, touchante par moments et voix sans complexe du désir au féminin, l’auteure tangue ici avec une certaine maladresse entre le banal et l’universel, plus attentive aux mouvements de la vie domestique qu’aux variations du cœur. Venant de l’auteure d’Un amour impossible (prix Décembre 2015), on pourrait s’attendre à mieux.
Lire la critique sur le site : LeDevoir
Bibliobs   26 septembre 2018
Puisque Christine Angot ne sait pas écrire, elle a décidé de faire de l’anti-littérature en allant au plus plat, au plus bête, au plus creux. Et par conséquent, on peut se dire que c’est la littérature même, la littérature absolue, la vraie, sans chichis.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
Bibliobs   31 août 2018
La dimension sociologique qui faisait la force d'«Un amour impossible», le précédent livre de Christine Angot, a disparu. La rage aussi. Que reste-t-il? Pas grand-chose. Ce «tournant de la vie» tourne vertigineusement à vide.
Lire la critique sur le site : Bibliobs
LeMonde   31 août 2018
Les intermittences du cœur, le sujet est inépuisable, et l’on sait que Christine Angot a la force littéraire pour en tirer de magnifiques livres. Tel n’est pas le cas d’Un tournant de la vie, dont l’exaltation tombe à plat au point d’avoir quelque chose d’embarrassant.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LaPresse   22 août 2018
Lire Un tournant de la vie, c'est comme gratter une plaie qui pique: c'est à la fois bon et douloureux. Excellente lecture qu'on dévore d'un trait. Est-ce que ce sera son roman le plus marquant? On verra. Mais il fera parler, c'est certain.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Lexpress   22 août 2018
Et Angot de tourner en boucle, inlassablement, sous le regard effaré et désolé du lecteur. Pas de quoi nourrir un roman, ni même alimenter la presse féminine.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
NievaNieva   02 septembre 2018
— Arrête de m'interrompre, je suis en train de te parler !
— Si t'avais quelque chose à dire, tu l'aurais déjà dit.
— Non, parce qu'il faut toujours que tu m'interrompes. J'arrive pas à parler avec toi. C'est un enfer. Bon, je suis obligée de tout reprendre... Tu me laisses parler... Tu comprends qu'une phrase c'est un souffle ? Chaque fois que tu m'interromps, je suis obligée de tout reprendre depuis le début. Parce que je reprends mon souffle.
Il allait à la fenêtre, il regardait le jardin. Il revenait, il repartait.
— Le souffle de ma phrase. Il y a un souffle dans une phrase. Bon, j'y vais là. Je reprends. Je peux y aller ? Tu me laisses finir ce que j'ai à dire ? Tu m'interromps pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   10 septembre 2018
Je vais pas être celui qui va te brûler sur un bûcher. Je te laisserai vivre. Je rentrerai en Martinique. T'étais avec lui avant de me rencontrer, c'est normal que je m'efface si vous voulez vous retrouver. Je sais que je peux être heureux sans être avec la personne que j'aime. Si t'es heureuse, je serai heureux… 
Commenter  J’apprécie          30
ChimereChimere   04 novembre 2018
p. 43: "J'ai rejoint Réjane dans un café à Pigalle. On s'y retrouvait depuis qu'on se connaissait. On y avait notre table près d'une fenêtre. On a parlé du livre qu'elle était en train d'écrire, puis elle a dit:
- Je peux te poser une question qui n'a rien à voir?
- Oui.
- Quand t'avais dix-huit ans, vingt ans, même avant, t'avais l'impression d'être comme les autres?
- Totalement oui. Je me trouvais banale, même, si tu veux savoir.
- Moi depuis toute petite je pense que je suis différente. Autour de moi, il y avait personne qui me ressemblait. Je jouais toujours toute seule.
- A quoi tu jouais?
- A la poupée. Je sais que ça fait bête.
- Non, moi aussi.
- Et sinon? Vincent t'a appelée?
- Je sais même pas s'il a demandé mon numéro à Alex.
- Il avait pas dit, après le concert, qu'il te ferait un texto dans la nuit?
- Il l'a pas fait. Tant mieux. Parce que s'il le faisait....
- Ah ouais? Ce serait compliqué pour toi?
- Très. J'ai la tête à l'envers là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
loup0loup0   29 septembre 2018
— Mets-toi de l'autre côté pour que je puisse caresser tes fesses.
— Ah non Vincent ! On a pris deux lits, c'est pas pour…
— Juste comme ça. Pour me faire plaisir.
Je me suis tournée. Il a mis sa main sur mes hanches. Il me caressait par-dessus les draps. J'ai pensé : « Je vais m'endormir comme ça. » Il a tiré la couverture, et plaqué sa paume entre mes jambes. J'ai pensé : « Non. Avant il faut qu'on règle la situation avec Alex. » Il a collé son bassin contre mes fesses, j'ai sursauté.
— T'inquiète pas. Reste là. Bouge pas.
— Si, Vincent, justement je m'inquiète.
Il a mis son sexe entre mes cuisses.
— Noooooon. Je t'ai dit non. NON NON NON.
— T'es méchante !
Il a bondi hors du lit.
Il était près de la coiffeuse, debout.
— Je pars là. Tu me verras plus jamais.
Il a commencé à remplir son sac à dos.
— Non Vincent. Pas ça, pas ça, pas ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   10 septembre 2018
C'est quelqu'un que j'ai beaucoup aimé Vincent. Tu le sais. Ça me ferait peut-être bizarre de le revoir. Parce que quand on aime quelqu'un, ça disparaît jamais complètement. J'ai un sentiment particulier pour lui, c'est vrai. Je vais pas te dire le contraire. Ç'a été quelqu'un de très important pour moi. Déjà parce que si je l'avais pas connu, je t'aurais pas connu. Mais mon histoire avec lui est finie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Christine Angot (42) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Christine Angot
Christine Angot, pour son roman "Un tournant de la vie" (Editions Flammarion)
Samedi 8 septembre 2018 Librairie Les Cahiers de Colette
autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3639 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre