AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Séverine Quelet (Traducteur)
EAN : 978B08WVFSW6K
301 pages
Editions Les Escales (10/06/2021)
3.77/5   15 notes
Résumé :
William Warwick a été promu et intègre la brigade des stupéfiants. Ses membres ont pour objectif prioritaire d'appréhender Assem Rashidi, le fameux baron de la drogue du sud de Londres, connu sous le nom de La Vipère.

Alors que l'enquête progresse, William va devoir faire face à des adversaires redoutables tout droit revenus de son passé. Son ennemi juré, Miles Faulkner, est toujours libre, mais une erreur de jugement de sa part pourrait bien le voir ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Eve-Yeshe
  04 septembre 2021
William Warwick, qui vient d'être nommé brigadier à la brigade des stups, est en plein préparatif de son mariage avec Beth qui travaille dans le domaine de l'art. en même temps, son vieil ennemi, le baron de la drogue Miles Faulkner qu'il s'agit de prendre la main dans le sac.
Un ancien copain de collège, consommateur, avec lequel il a eu autrefois des démêlés, va être recruter comme « taupe » en échange d'une fuite au Brésil avec sa dulcinée. Devenu témoin protégé, il va devoir raconter comment fonctionne le trafiquant. Mais, est-il fiable ?
Un autre baron de la drogue, Assem Rashidi, alias la Vipère, fait également l'objet d'une surveillance, et William participe au plan mis en oeuvre par l'équipe.
L'enquête policière est sympathique, sur fond de mariage, voyage de noces à Rome, pour William et Beth, et de divorce tonitruant (allez, j'ose, abracadabrantesque !) avec argent sale, tableaux de grands maîtres, notamment Vermeer pour Faulkner.
J'ai lu ce livre d'une traite car je voulais respirer entre deux romans forts de cette rentrée. J'ai aimé les relations entre les membres de la famille Warwick : Sir John, le père, avocat représentant la Couronne, sa fille qui doit prouver qu'elle est douée aussi, et William qui a choisi la police au grand dam de son père, après avoir entamé des études d'art.
J'ai aimé l'humour, « so british », mais l'histoire en elle-même n'est pas vraiment trépidante. C'était mon premier « contact » avec Jeffrey Archer et je suis restée sur ma faim. L'auteur nous propose un récit drôle et des réflexions sur le monde des dealers intéressantes mais, on les connaît, ce n'est pas mieux chez nous… il faut dire aussi qu'après avoir refermer « Berlin Requiem » c'était ce polar partait avec un sérieux handicap…
Lectures en cours, entre autres, : « S'adapter » « La carte postale » et « Enfant de salaud », ce qui explique le besoin d'humour…
Un grand merci à NetGalley et aux éditions les Escales qui m'ont permis de découvrir ce roman et découvrir son auteur.
#Nivuniconnu #NetGalleyFrance
Sortie le 06/10/2021
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Zephyrine
  09 octobre 2021
Après avoir adoré et dévoré les chroniques des Clifton, j'avais découvert l'an dernier le premier roman avec William Warwick, le héros développé par Harry Clifton dans ses livres...J'avais aimé Qui ne tente rien, mais un tout petit peu moins que la saga. Pour cet opus-ci, j'ai aimé, mais un tout petit peu moins que le premier, notamment parce que je ne me rappelais plus les détails du précédent (je pense qu'il sera pertinent ici pour le lecteur de lire les livres dans l'ordre)....
L'histoire se passe en 1986. William est nommé brigadier, il doit réussir à mettre derrière les barreaux son ennemi Miles Faulkner et démanteler un important réseau de drogue. Je crois que c'est les deux intrigues mélangées qui m'ont un peu perdue, des fois je ne savais plus où j'en étais. J'ajoute à ça des notions de temps qui ne m'ont pas toujours parus très clairs. et j'étais perdue.
Peu importe, je lirai très certainement le suivant...
Merci à Netgalley et aux éditions Les Escales pour cette lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
ThecosmicSam
  12 août 2021
« Ni vu ni connu » est mon premier abandon de 2021. Il en fallait bien un. Pourtant, comme beaucoup de lecteurs et lectrices, je déteste ne pas aller au bout d'une histoire, notamment parce qu'une bonne surprise peut se révéler tardivement. J'ai donc persisté jusqu'à la moitié du livre, mais je n'arrivais pas à rentrer dans l'histoire. J'ai donc préféré arrêter pour me consacrer à d'autres titres qui me donnent plus envie (notamment au sein du catalogue des Escales).
Quelques unes des raisons de ce désarroi littéraire :
Tout d'abord, sur la forme : « Ni vu ni connu » ne se compose presque que de dialogues à la façon d'un script de théâtre. Seuls quelques passages narratifs permettent rapidement de planter le décor. Je ne suis pas particulièrement friande de ce style d'écriture qui instaure une certaine distance avec le lecteur qui reste nécessairement spectateur des interactions entre les personnages sans vraiment pouvoir s'impliquer dans l'histoire.
On sait donc peu de choses de la psychologie des personnages, lesquels restent relativement impénétrables.
Impression renforcée par le fait que « Ni vu ni connu » constitue une suite aux enquêtes de William Warwick. Je m'en suis rendue compte après quelques chapitres (My blame, c'est pourtant moi qui ai choisi ce livre). Si l'histoire peut se comprendre indépendamment, on passe tout de même à côté de pas mal d'éléments (surtout que le manque de narration ne permet pas de combler nos lacunes).
Sur le fond désormais : « Ni vu ni connu » tourne principalement autour de deux intrigues :
- l'arrestation de Miles Faulkner, un faussaire qui donne du fil à retordre à notre personnage principal (il semble s'agir de son Moriarty personnel) ;
- la traque d'un baron de la drogue et le démantèlement de son réseau. L'héroïne envahit, en effet, le marché anglais dans les années 1980, ce qui devient une véritable problématique de santé publique.
Les jalons des deux enquêtes sont posés assez rapidement et donnent un rythme à l'histoire (c'est d'ailleurs ce qui m'a permis de poursuivre jusqu'à la moitié du livre).
En dépit de ce bon point, j'ai buté sur les dialogues et considérations de certains des personnages (notamment William et son père, Julian, un avocat qui est assez présent dans l'histoire) que j'ai trouvé légèrement « hors-sol ». Si je reconnais un flegme britannique certain, ces personnages sont, selon moi, assez antipathiques, politisés et très peu emphatiques, ce qui ne correspond pas à l'idée que je me fais des professions de policier et d'avocat.
En bref : le style, en sus de l'animosité que j'ai développé pour ces personnages, aura eu raison de cette lecture. Dommage, la quatrième de couverture était pourtant prometteuse…
Lien : https://thecosmicsam.com
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Lalitote
  26 juin 2021
Après « Qui ne tente rien », nous retrouvons le détective William Warwick, nouvellement promu sergent-détective à la brigade des stupéfiants. N'ayez aucune hésitation à lire ce livre si vous n'avez pas lu le premier, il reste facilement compréhensible pour autant il serait dommage de vous privez d'un excellent premier tome. 1986 à Londres, le trafic de drogue prend une ampleur démesurée, l'héroïne arrive par cargaison entière, ce serait peut-être le moment pour William de stopper le baron de la drogue, Assem Rashidi alias la Vipère. Un seul ennemi ne suffisait pas, on retrouve encore une fois Miles Faulkner, un cerveau criminel déjà présent dans le tome 1, qui veut à tout prix déstabiliser William. Alors que celui-ci est en plein préparatif de mariage avec Beth qui travaille dans le milieu de l'art et court après un Vermeer, cette histoire parallèle était rafraichissante. J'ai trouvé le début un peu long à démarrer mais cela n'a pas duré et lorsque le rythme s'installe cela devient dense et attractif jusqu'à la dernière ligne. Les personnages brossés par l'auteur sont hauts en couleur qu'ils soient flics ou truands, on vit une enquête de police passionnante et un procès avec des moments forts. William est vraiment à part, j'aime toujours sa capacité à l'auto dérision et suivre son évolution au sein de la brigade se révèle encore captivant. J'aime beaucoup l'écriture de Jeffrey Archer, on sent une aptitude de conteur qui vous prend dans ses filets et ne vous lâche plus. Il faut dire que le scénario est pointu avec de multiples rebondissements et les personnages bien travaillés. Même lorsqu'il s'agit de personnages secondaires, je ne peux m'empêcher de voir en eux de fabuleuses ouvertures à développer dans le prochain tome. Je serai encore une fois présente pour lire la suite des aventures de l'emblématique William Warwick. Bonne lecture.
Lien : http://latelierdelitote.cana..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LeMondeDeMarie
  23 juin 2021
Un régal de retrouver la plume exquise et totalement British de Jeffrey Archer. Une nouvelle enquête pour le désormais Brigadier William Warwick et ses collègues de Scotland Yard qui vont s'attaquer à un gros Baron de la drogue, Assem Rashidi, sans pour autant oublier Miles Faulkner dont les mains de la justice n'ont pas encore su se saisir.
Des enquêtes distinctes qui se croiseront, des investigations de longue haleine qui vont demander à nos enquêteurs beaucoup de flair et d'ingéniosité. Des malfrats qui ont plus d'un tour dans le sac pour échapper à la justice, de nombreuses ressources pour aboutir à leurs fins malgré leurs entraves.
Une narration dans un style et à l'humour British que j'affectionne beaucoup. Un récit qui voit son rythme s'accélérer au fil des pages. Une belle dose de mystère et de bons rebondissements.
Avec cette saga autour de la famille Warwick c'est non seulement l'enquête aux côtés de William mais aussi le déroulement d'un procès sous hautes tensions et à l'issue plus qu'incertaine en compagnie de son père et sa soeur. C'est tout aussi prenant que palpitant tant l'auteur aime se jouer de nos nerfs avec une belle dose d'inattendu.
Beaucoup de plaisir avec ce second volet de la série. Vivement la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   13 juin 2021
Il savait pourtant déjà qu’il ne rattraperait pas un individu de son âge ce soir. Les dealers de rue buvaient rarement de l’alcool et peu se droguaient, car leur moyen de subsistance était en jeu. Avant même que Tulipe ait tourné à l’angle, sauté sur une moto Yamaha noire et démarré sur les chapeaux de roues, William s’était fait une raison : il ne l’épinglerait pas. À contrecœur, il s’arrêta au bout de l’allée, se soutint à un réverbère et, penché en avant, il vomit violemment sur le trottoir.

— Dégoûtant, maugréa un vieil homme en passant d’un pas hâtif à côté de lui.

Par chance, William n’était pas en uniforme. Après quelques minutes, il se redressa et retourna d’un pas lent dans la ruelle pour rejoindre Jackie qui lisait ses droits au prisonnier. William les suivit d’une démarche mal assurée jusqu’à la voiture dont il réussit, à la deuxième tentative, à ouvrir la portière arrière afin que Jackie y pousse son suspect sur la banquette.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   13 juin 2021
Certains prisonniers protestent à grand renfort de cris et de grossièretés qui feraient rougir le ciel nocturne pendant que d’autres cherchent la bagarre et requièrent l’intervention de deux ou trois policiers pour être maîtrisés. Mais la majorité se contente de garder le silence et la tête baissée. Au grand soulagement de William, leur prisonnier était de ceux qui préféraient faire profil bas. William avait en revanche appris après quelques semaines à son poste que si les consommateurs se sentent souvent honteux, les dealers ne le sont jamais.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   13 juin 2021
Les drogués commencent par voler leur propre famille, déclara William. Puis leurs amis, et pour finir quiconque laisse une fenêtre entrouverte. Quand je patrouillais, j’ai arrêté un jour un jeune homme qui avait une douzaine de téléviseurs dans son appartement, des tonnes de matériel informatique, des tableaux, des montres et même un diadème. Et puis il y a les receleurs qui se font une petite fortune. Ils montent de prétendus bureaux de prêteur sur gage pour des clients qui n’ont aucune intention de revenir chercher leurs biens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   13 juin 2021
Je suis devenu accro très vite, et je passais mes journées au lit et la plupart de mes nuits à me demander comment j’allais me procurer ma dose. J’ai été exclu temporairement et mon chargé de TD m’a assuré que je pourrais reprendre mes études si je décrochais. Alors, mon père m’a envoyé dans un centre de charitables qui voulaient me sauver. Franchement, mon âme ne valait plus le coup qu’on la sauve ; j’en suis parti contre avis médical à la fin de la première semaine, et je n’ai plus parlé à mon père depuis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   13 juin 2021
Plus de deux millions de personnes en Grande-Bretagne fument régulièrement du cannabis. Quatre cent mille autres prennent de la cocaïne, parmi elles certains de nos amis, dont un juge, même si dans son cas ce n’est que le week-end. Encore plus tragique, on recense plus de deux cent cinquante mille héroïnomanes, ce qui est une des raisons principales pour lesquelles les services de santé publique sont débordés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Video de Jeffrey Archer (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jeffrey Archer

Seul L'Avenir le dira - Nouveau roman de Jeffrey Archer - en librairie le 5 avril
Né en 1919, Harry Clifton n'a jamais connu son père, un docker mort en héros à la guerre selon la légende familiale. Mais le garçon ne tarde pas à sentir que des zones d'ombre entourent sa disparition, même si sa mère, Maisie, fait tout ce qui est en son pouvoir pour cacher son secret et donner à Harry le meilleur avenir possible. Grâce à une voix et à une intelligence exceptionnelles, Harry réussit ainsi à gravir les échelons de la société jusqu'à être admis à Oxford et se fiancer à une jeune fille de bonne famille. Mais le père de celle-ci, Hugo Barrington, s'oppose alors à leur union : quelles sont ses véritables raisons ? Quel lien unit les familles Clifton et Barrington ? le jour du mariage, la vérité éclate, forçant Harry à fuir... Des docks du Bristol d'après-guerre aux navires marchands pris dans les feux de la Seconde Guerre mondiale, une épopée peuplée d'une galerie de personnages hauts en couleur et portée par un héros flamboyant, qui vous accroche jusqu'à la dernière page. « Un conteur de la trempe d'Alexandre Dumas. » The Washington Post
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2239 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..