AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Carole d' Yvoire (Traducteur)
EAN : 9782070319312
256 pages
Éditeur : Gallimard (18/01/2007)

Note moyenne : 3.22/5 (sur 58 notes)
Résumé :
Si Ana n'était qu'une jeune antiquaire talentueuse, elle ne ferait pas partie de l'Organisation. Ils sont cinq, recrutés parmi les meilleurs. Leur rôle : s'approprier illégalement des œuvres d'art uniques dans le seul but de les revendre. Lorsqu'Ana, en charge de l'exécution de ces vols, quel qu'en soit le danger, découvre dans un château d'Allemagne une toile cachée ouvrant sur les mystères du salon d'ambre, elle en a le souffle coupé.
Véritable légende de ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Witchblade
  26 mai 2020
Livre lu en ebook. Ça faisait longtemps que je cherchais à obtenir d'autres romans de cette auteure, je l'avais découverte avec le retour du Caton grâce à une Masse Critique. Pendant le confinement, j'en ai profité pour fouiller ma réserve à ebook et j'ai ainsi trouvé un certain nombre d'auteurs que je recherchais depuis un bon moment, dont le dernier Caton. J'avais besoin d'un petit roman policier avant de débuter une nouvelle LC.
Sans le faire exprès, je me retrouve encore avec une histoire où la Seconde Guerre Mondiale et les nazis apparaissent. Dans celui-ci, il est question d'art et concerne toutes les oeuvres d'art volées par les nazis au profit du IIIème Reich et d'Hitler. On y découvre également l'existence du Salon d'ambre pour les russes. Comme le précédent lu de cette auteure, l'histoire fourmille de références historiques dont je ne connaissais pas la plupart et qui sont très intrigantes. Il me tardait toujours d'en savoir plus. Ana Maria n'a pas autant de caractère qu'Ottavia mais j'apprécie toujours autant le style de cette auteure. L'histoire de celui-ci est très centrée sur les références historiques et la recherche d'informations pour leur quête que sur le reste. Pour ma part, ce type d'histoire ne me dérange pas, il me faut juste du temps pour ingurgiter les différentes références sur la période concernée. Je ne m'ennuie jamais avec ces romans-là. Malgré tout, beaucoup de choses ont été laissées de côté dans ce roman. le dernier chapitre est quand même rude en émotions. L'histoire est peu banale avec ces voleurs d'oeuvres d'art qui les revendent à des collectionneurs, même si on se doute bien que cela existe. J'aurais nettement préféré une autre fin à celle choisie par l'auteure.
Comme vous l'aurez compris, ça a quand même été une excellente découverte d'un des premiers romans de l'auteure. Elle a d'ailleurs grandement amélioré l'emballage et l'histoire autour des différents détails historiques. Ayant d'autres livres en ma possession, ebook et papier, je continuerai avec plaisir ma découverte de sa bibliographie. Je conseille aux amateurs de la Seconde Guerre Mondiale et du sujet des oeuvres d'art volées par les nazis de découvrir ce roman atypique et son auteure espagnole.
Sur ce, bonnes lectures à vous :-)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
book-en-stock
  31 juillet 2017
Un groupe de voleurs d'oeuvres d'art mènent l'enquête au sujet d'un inestimable trésor caché par les nazis. On remonte le temps et on parcourt des lieux chargés d'horreur dans un dédale de souterrains allemands.
Le récit est enlevé et prenant. On s'attache très vite aux personnages principaux bien caractérisés. La vie quotidienne d'Ana, très décrite au départ, permet de bien la cerner. L'auteur propose de nombreuses informations historiques ainsi que des explications techniques ou liées à l'art, tout en sachant doser habilement pour ne pas nous perdre.
L'intrigue est intéressante, avec un retournement de situation, puis un dénouement somme toute classique mais sympathique et crédible.
Premier roman de l'auteur, une lecture agréable en définitive !
Commenter  J’apprécie          332
stokely
  19 février 2019
J'avais déjà lu il y a un petit moment deux autres livres de cet auteur le dernier caton et Iacobus une enquête du moine soldat Galceran de Born, je pense que cela vient beaucoup du fait que j'ai préféré ces périodes historiques.

J'ai rapidement comparé certains aspect de ce roman à la série Casa de papel mais en beaucoup moins rythmé, ici divers membres d'une Organisation doivent s'approprier certaines oeuvres. Ils portent tous le nom d'une pièce d'échec le Roi, le pion, le cavalier etc...
La ou le bas blesse c'est que je ne suis attachée à aucun des personnages qui m'ont laissés complétement de marbre Ana ne m'a fait ni chaud, ni froid. La découverte du salon d'ambre est cependant intéressante au niveau historique mais le roman est vraiment long et poussif avant d'arriver à cette partie.
Une lecture un peu longue de mon côté je suis habituée au romans policiers beaucoup plus rythmé!
Commenter  J’apprécie          210
jeanbiscotte
  04 juillet 2011
Contrairement à ce qu'affirme la 4e de couverture, Matilde Asensi n'a rien d'un grand écrivain de polar, pas avec ce roman très moyen en tout cas. L'intrigue s'installe petit à petit, on découvre l'héroïne, l'organisation dont elle fait partie, on en apprend également plus sur son rôle au sein de Club d'Échec. On la suit d'ailleurs rapidement dans une nouvelle mission. C'est là qu'apparaît le premier bémol. Cette mission reprend tous les stéréotypes d'un film d'espionnage hollywoodien : Ana est équipée en parfaite petite James Bond girl. Sans parler de la façon dont elle pénètre par effraction dans le bâtiment à cambrioler ! Par ailleurs, ce livre a été écrit en 1998 et cela se ressent dans les descriptions et explications relatives à l'informatique. C'est lourd et quelque peu désuet.
Vient alors l'élément déclencheur, celui qui sert de trame de fond au récit. On est plongé dans les recherches du groupe, c'est haletant et très prenant. Malheureusement, cette tension est de courte durée. Ana se découvre un amour passionné (et tout à fait prévisible…). Là encore, nous sommes bombardés de clichés, romantiques cette fois. C'est franchement nul et vite lassant. On pense alors qu'une fois dans le vif du sujet, les évènements vont s'enchaîner et l'action sera trépidante. Mais non… le récit ne décolle jamais vraiment. Nos héros semblent plus partis pour une balade en amoureux qu'en mission ultra secrète.
En outre, la résolution d'un mystère vieux de plusieurs décennies me semble un peu facile. Un secret si bien gardé va de pair, me semble-t-il, avec des astuces, des pièges un tant soit peu compliqués. Pas de cela ici… Tout est simple, bien ordonné, et prévisible… Certes à l'origine on ne sait guère vers quoi on se dirige, mais une fois la course au trésor lancée les événements s'enchaînent comme par magie, alliant coïncidences improbables et éclairs de génie.
Basé sur des faits réels qui suscitent encore aujourd'hui de nombreuses recherches et fouilles, ce roman aurait pu être excellent si Matilde asensi en avait exploité pleinement le potentiel, ce qui à mon sens n'est pas le cas. D'une part parce que l'action, le suspense et surtout la progression de la chasse au trésor et son aboutissement ne sont pas assez soignés. D'autre part parce que les personnages sont trop peu travaillés et accablés de stéréotypes.
En dépit de tout cela, le livre se laisse lire et arrache de temps à autre un sourire. de plus, l'auteur a eu le mérite de ne pas tirer en longueur (peut-être aurait-ce cependant été intéressant pour soigner un peu plus l'action et le suspense).
Le salon d'ambre est donc au final un roman très moyen, bien que prometteur à la base. Dommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
pdupaty
  18 juin 2015
Le Club d'Echecs est une organisation secrète de trafiquants d'oeuvres d'art, dont les membres communiquent via internet (sur IRC, parce que ça se passe à la fin des années 90 ! ) en s'appelant par des noms de pièce d'échec des langues de leur pays respectif. Peon, donc le pion en espagnol, est une Espagnole dénommé Ana dans le civil, chargée de procéder au vol des oeuvres au profit de l'organisation, en mode Cat's Eyes ! Et lors d'une mission en Allemagne, elle découvre la trace du salon d'ambre, véritable légende de l'histoire de l'art et objet mythique pour les Russes, qui a été volé par les nazis pendant la guerre et jamais retrouvé depuis...
A première vue, ça pourrait être bien mais en fait c'est pas terrible. le style est agréable, ça se lit vite, mais l'histoire est vraiment bateau. ça fait un peu penser à du Ken Follett dans le style espionnage et références historiques, mais avec le talent en moins. Il n'y a pas vraiment de suspense, des personnages peu intéressants, des dialogues pas terribles. En fait, rien n'est vraiment développé. du coup, ce qui pourrait être excellent tombe un peu à plat. Dommage...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
VoltaireVoltaire   19 juin 2011
Tandis qu’au centre de la place animée du Mercado Chico un membre de l’Inquisition jetait au feu des livres jugés hérétiques, je luttais désespérément à deux rues de là pour sortir du garage ma BMW 525 RDS neuve rouge métallisé. J’étais bloquée par la marée de retardataires qui déferlait vers la fête médiévale organisée par la municipalité.
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   05 juin 2018
e moine qui l'avait peinte avait obéit à des procédures demeurées inaltérées tout au long des siècles. Peindre une icône ce n'était pas du tout la même chose que de peindre un tableau religieux à la façon d'un zurbaran ou d'un Murillo. pour un moine orthodoxe, c'était un acte sacré.
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   05 juin 2018

José s'était séparé de sa femme peu de temps après la naissance d'Amelia. Comme le divorce n'existait pas encore au Portugal, ils étaient parvenus à un accord civilisé pour que leur fille grandisse sans manquer de père.
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   05 juin 2018

J'étais heureuse de revoir Cavalo: pour moi c'était un de ces hommes tranquilles et d'une courtoisie exquise qui donnent l'impression que le monde a un sens même s'il n'en a aucun.
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   05 juin 2018

la tradition volait que toute couleurs possèdent une signification stricte: le bleu représentait la transcendance, le jaune et l'or la gloire, et le blanc la majesté.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Matilde Asensi (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Matilde Asensi
Matilde Asensi présente sa nouvelle "Tierra Firme" (2007) Présentation en espagnol Partie 2
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Romans, contes, nouvelles (822)
autres livres classés : littérature espagnoleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2107 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre