AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782490834006
Panseur (16/03/2019)
4.25/5   132 notes
Résumé :
Au large du continent, un vieux monsieur raconte son île et ses habitants : le gardien de phare, le poète, le curé, le professeur...
Il parle de la mer, du vent et de leurs chats qui vont, depuis toujours, vont et viennent à leur rythme comme à leur choix. Mais quand ils disparaissent sans explication, c'est la façon de vivre de toute la communauté qui s'en retrouve menacé.
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (76) Voir plus Ajouter une critique
4,25

sur 132 notes
5
41 avis
4
24 avis
3
7 avis
2
2 avis
1
0 avis

Kittiwake
  20 octobre 2019
C'est une île, une petite île, où tout le monde se connaît, où les rôles sont attribués de façon presqu' immuable. Une île avec ses habitants, dont fait partie toute une population de chats, à la fois proches et indépendants, familiers mais insoumis , bref de vrais chats donc. Tout le monde s'en accommode jusqu'au jour où, inexplicablement, les chats disparaissent. Plus un seul félin ne hante les rues, plus un miaulement ne vient troubler le calme des soirées. Mais le désarroi des iliens ne passe pas inaperçu sur le continent, qui s'empresse de tenter de remédier au dysfonctionnement…
C'est là que le récit prend des airs de parabole, et rappelle immanquablement Matin brun.
L'absurde met en lumière ce qui l'était sans que l'on en soit conscient. Et les chats sont la métaphore de bien des écueils de notre vie contemporaine, avec un message sur l'articulation des besoins et des désirs et de l'art de susciter le désir en le faisant passer pour un besoin, ce qui est la meilleure manière de passer à côté du bonheur.
C'est très court, mais le message est clair. Et c'est écrit avec fantaisie et suffisamment d'humour pour alléger la gravité du propos

Une belle réussite.
Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          773
Sabrinaaydora
  24 août 2021
Une petite île où tout le monde se connaît. Des chats qui habitent également celle-ci. Et comme toute île, les informations qui viennent du continent, les nouvelles et les décisions. Mais un jour, les chats disparaissent, et leur silhouette n'est plus aperçue. L'incompréhension est présente, le questionnement également. Afin que la paix revienne doucement, les décisionnaires du continent font venir depuis là-bas des chats... Mais les habitants sont perplexes de ce que le continent essaye de leur faire croire : ces chats ne ressemblent pas aux précédents.
Mon attrait pour les chats m'a fait me pencher sur ce livre dont le titre aguicheur m'a questionné. Isabelle Aupy nous décrit une vie insulaire assez banale : les gens se connaissent depuis des années, parfois depuis des générations. Chacun tient sa place, son emploi, et la vie continue son cours sans heurt. Mais la disparition des chats et les indications du continent sur ceux qui les remplacent vient bouleverser celui qui se refuse d'y croire.
Mais sous un aspect plutôt léger, de nombreuses réflexions jaillissent : peut on croire et suivre les indications de certains sous prétexte qu'ils ont du "pouvoir" ? L'administration tient elle compte des habitants de l'île, ou ne faut il simplement pas que des voix s'élèvent ?
Ce récit aux allures de dystopies utilise une forme d'humour "absurde" pour faire émerger ces questions. Et elles sont bien plus profondes parfois. J'ai pensé à "1984" de Georges Orwell, qui reste pour moi une oeuvre importante montrant le pouvoir pris par l'administration sur le bien-être et même la pensée des citoyens. Quelle est la limite ?
J'ai parlé d'une forme d'humour "absurde", le décalage, cette sensation d'être à côté, avec une pensée juste, mais ce doute qui s'installe. Isabelle Aupy m'a embarqué dans ce voyage avec avidité : celle de comprendre les tenants et aboutissants de l'histoire. Je reprends également le terme que je trouve très juste pour ce livre : un conte philosophique moderne, avec une profondeur sous une apparente légèreté.
Toujours faire attention aux propos énoncés, à ce qui est dit et comment cela est dit, et être attentif au risque d'interprétation. le langage est riche, la langue fourmille de synonyme intéressant, mais notre propos, même clair peut toujours être perçu d'une certaine manière. Thomas, le gardien du phare qui tient à "appeler un chat un chat", fait bien comprendre qu'il ne faut pas se laisser aller aux facilités langagières, surtout dictées par une administration dont il se méfie. Il tente de faire prendre acte aux gens de ce qui se trame, et de les faire prendre conscience de ce qu'il se passe.
En bref : Un récit intéressant à la fois sur le langage, le doute et la confiance. Peut-on continuer de croire en ce qu'on a toujours cru lorsqu'on instille le doute sur ce socle de pensée ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          546
kateginger63
  25 novembre 2019
♥ Coup de coeur ♥
*
Eveillons nos consciences pour éviter le pire
*
Alors quelle dystopie étrange. Même déjà par son apparence visuelle. La couverture unie de prime abord révèle par son mouvement un texte en filigrane. Voilà un roman singulier. Qui nous promet une comparaison avec le très célèbre texte d'anticipation 1984 d'Orwell. La barre est haute me suis-je dit. Qui pourrait rivaliser avec le grand Orwell et son classique SF où totalitarisme et dictature sont à l'oeuvre.
*
Imaginez une île avec des résidents pas tout à fait comme les autres. Et des chats. Les chats justement sont partis. Les habitants s'inquiètent. L'administration du continent ramènera donc des chiens pour les faire passer pour des chats. Ben voyons!
*
Ce texte assez court est écrit sous forme de conte en utilisant l'absurde. Il nous met en garde contre les dérives de la société. Contre la liberté de penser, d'agir. de pouvoir choisir tout simplement. Pourquoi faire dire le mot "chat" quand c'est réellement un chien? L'évidence est là.
*
Mais quelle force dans les propos. J'étais sceptique au début. Je ne voyais pas du tout où voulait en venir l'auteure. L'histoire présentée est simple en apparence mais subtile dans la réflexion. Encore une fois, prenez garde aux éléments de langage. Mal utilisé, mal compris, il peut faire des ravages.
*
Ce texte m'a également rappelé la façon de penser du héros dans l'excellent "nous rêvions juste de liberté" de Loevenbruck. le narrateur nous devient familier et nous partageons son intimité. Un style qui a du chien!
*
Court mais costaud. Recommandé aux âmes sensibles et à tous les autres. Nécessaire!
*
Lu dans le cadre des #68premieresfois
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          581
Iboo
  24 juillet 2019
En ouvrant ce petit livre, offert par un ami connaissant ma passion pour les chats, je m'apprêtais à lire quelque chose de sympathique et léger mais "déjà vu". Que nenni !
Nous avons là un récit que j'apparenterais à un conte philosophique moderne où les chats ne sont que le prétexte.
Bluffant ! Vu le titre, je ne m'attendais vraiment pas à lire quelque chose d'aussi dense, d'aussi bien construit ; avec la petite touche de fantaisie, d'improbable, qui apporte au texte une pointe de sel bien plaisante.
Et l'écriture, le style ! Du caractère, de la justesse, de la limpidité. Chaque personnage nous y apparaît dans toute sa consistance, toute son essence.
Bluffée, disais-je. J'ai été bluffée !
Commenter  J’apprécie          555
hcdahlem
  11 novembre 2019
Des chats qui ont du chien
Un premier roman sous forme de conte pour nous mettre en garde contre les dérives du langage. Avec humour et fantaisie, Isabelle Aupy nous démontre que les chiens ne font pas chats.
Sur cette petite île balayée par les vent et les embruns, la vie est plutôt rude. Un environnement qui vous forge un caractère. Ceux qui ont décidé de vivre là sont par définition des marginaux, par choix ou par nécessité. Une vie à l'écart que leur convient pourtant très bien et qu'ils n'ont guère envie de voir changer. Mais ce microcosme va connaître un événement aussi bizarre que déstabilisant: leurs chats disparaissent. Aussi décident-ils d'envoyer l'instituteur du village sur le continent pour expliquer la situation et tenter de trouver une solution. Lorsqu'il revient, il est accompagné d'une femme de «l'administration» qui entend régler ce problème. Les fonctionnaires qui arrivent alors ont avec eux des cages dans lesquelles se trouvent des chiens et qui sont offerts aux insulaires pour remplacer leurs chats. D'ailleurs l'administration leur explique que ces bêtes sont des chats, quand bien même ils auraient l'air de chiens. Les premiers bénéficiaires de ces animaux ne bronchent pas, après tout ils leur tiennent aussi compagnie.
C'est Thomas, le gardien de phare, qui s'alarme. Lui qui vit isolé – il ne sort plus depuis que sa femme a quitté l'île avec son fils malade – ne perd pourtant rien de ce qui se trame autour de lui. S'il se méfie des fonctionnaires, il craint encore davantage cette dérive langagière. Parce qu'il faut bien appeler un chat un chat, il faut continuer à appeler un chien un chien. Céder à cette «facilité de langage», c'est mettre le doigt dans un engrenage infernal. Car la langue «change celui qui la parle, ça oui, elle le transforme, et quand on s'en rend compte, c'est déjà trop tard.»
À l'image des chats qui ne sont pas soumis, il va tenter de lancer la rébellion, de fédérer ses amis, Ludo, Gwen, Sergei, le curé, l'instituteur ou encore Léonore et Myriam. Mais la partie est loin d'être gagnée, car l'attaque est insidieuse. Pourquoi refuseraient-ils des cadeaux?
Le conte d'Isabelle Aupy est redoutablement bien construit, allant chercher derrière l'anecdote une réflexion sur la liberté de choix, sur la force du langage, sur l'endormissement des consciences. Prenons garde à la douceur des choses! Prenons garde aux «éléments de langage»! Prenons garde aux vessies que l'on veut nous faire prendre pour des lanternes! Prenons garde à ne pas sombrer dans un grand n'importe quoi aseptisé et uniformisé!

Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          391

Citations et extraits (80) Voir plus Ajouter une citation
IbooIboo   27 juillet 2019
La femme de l'administration a logé chez le professeur. Il avait laissé tomber son costume, le vent l'avait de nouveau décoiffé, mais tout de même, il avait changé. C'était dans sa façon de nous dire les choses. Il parlait le "convaincu". C'est une lange étrange ça, le "convaincu", une langue à sens unique faite des mêmes mots que nous, mais un peu différente : elle ne connaît pas les points d'interrogation. Et puis, c'est une langue qu'on ne remarque pas sur le coup. Elle change celui qui la parle, ça oui, elle le transforme, et quand on s'en rend compte, c'est déjà trop tard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
LaCabaneDeMesLivresLaCabaneDeMesLivres   19 novembre 2019
"Le rouquin, lui, j'ai vu tout de suite qu'il ne revenait pas. C'était un chat de nuit, un chat de sommeil plutôt, de ceux qui réchauffent le lit."
"C'était l'absence qui percutait, et le vide, on ne le tient pas par la main."
"Y avait la mer et ses tempêtes qui rythmaient les saisons ; y avait le vent qui vous prend au corps, qui vous rappelle que le monde existe ; et nos chats qui ronronnaient comme la mer et le vent. C'étaient les trois instruments de la musique de notre île."
""C'est normal, vous avez besoin de vos chats." Et nous, on l'a crue, parce qu'ils nous manquaient tellement qu'on ne voyait pas la différence entre envie et besoin, entre ce plaisir inutile et pourtant nécessaire, ce petit truc qui fait vivre, et ce qui nous est indispensable pour survivre comme manger ou boire."
"Elle était capable de vous dire vos quatre vérités, ça oui, mais au milieu, elle n'oubliait jamais les qualités."
"Oui, on venait ici trouver refuge, on fuyait le continent parce qu'on n'y arrivait plus, qu'on cherchait un mieux vivre, un mieux-être, ou pas forcément mieux d'ailleurs. On voulait trouver une manière d'être comme soi, tout simplement."
"Parfois, on se sent fatigué. Tout simplement fatigué. Dans ces cas-là, on n'est plus capable de penser correctement."
"Mais qu'importe, l'idée, c'est qu'au final on n'est pas comme les autres même si on se ressemble par endroit. L'idée, c'est surtout qu'on s'en fout d'être comme les autres."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
cami_mondocami_mondo   10 août 2021
Les chats, je les aime parce qu’ils ne sont pas soumis. Ils viennent parce qu’il le faut, non par habitude, de ne pas savoir où aller. J’ai réalisé qu’à la question « c’est quoi un chat pour vous ? », J’aurais du répondre : « un animal qui ne se tient pas en laisse ». J’aurais du répondre : « la liberté d’être soi ». C’est à ce moment que j’ai compris pourquoi c’était si important pour eux de changer le nom des chiens, de nous inciter à croire à des chats, de nous donner l’illusion de posséder les mêmes choses pour qu’elles nous manquent pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
CetsakCetsak   18 septembre 2021
Elle était capable de vous dire vos quatre vérités, ça oui, mais au milieu, elle n’oubliait jamais les qualités . Quand d’autres confondaient honnêteté et intention de blesser, Gwen c’était la douche froide et le feu de cheminée dans la même personne. Je crois que ça rendait ses compliments encore plus savoureux, comme un petit goût d’authentique.
Commenter  J’apprécie          110
CetsakCetsak   01 septembre 2021
À ce moment, je n’aurais pas su dire si on en avait besoin de nos chats. Est-ce qu’on a besoin des nuages dans le ciel, des papillons au printemps ou des mouettes sur le port ? Sans doute que s’ils sont là, c’est qu’il y a une bonne raison. Sans doute que non, on en a pas besoin, que oui, on peut vivre sans. On arrivait à vivre sans nos chats, mais on n’en avait pas envie.
Commenter  J’apprécie          100

Video de Isabelle Aupy (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isabelle Aupy
L'homme qui n'aimait plus les chats - Isabelle Aupy aux éditions du Panseur
autres livres classés : libertéVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Autres livres de Isabelle Aupy (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4006 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre