AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782246804376
336 pages
Grasset (15/05/2013)
2.87/5   49 notes
Résumé :
Une île privée des Seychelles. Tatiana, « bécasse sentimentale », rencontre Philip, un garçon bien de sa personne ; ils sont beaux, elle est riche, ils s'aiment et décident de se marier. Leur histoire a tout du conte de fées, oui... mais celui-ci est écrit par Saphia Azzeddine, experte en démolitions.


Des plages de sable fin aux coulisses du mariage, de Los Angeles à Paris, et de la meilleure copine à la femme de ménage, chaque personnage pren... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
2,87

sur 49 notes
5
1 avis
4
5 avis
3
2 avis
2
4 avis
1
0 avis

LadyOsoleil
  17 janvier 2021
Incursion dans le monde des riches à la découverte de leur univers et leur façon de penser à travers un événement majeur : la mariage de la fille cadette avec un "roturier".
J'ai apprécié le fait qu'on change de points de vue au cours de l'histoire, pour voir comment tout le monde pense autour de l'union de Tatiana, la fille et soeur "Barbie".
J'ai trouvé dommage qu'on n'ait pas entendu plus le père, la fameuse figure du patriarche qui tient les rênes de tout l'empire.
On a cependant un aperçu de son successeur, le typique fils aîné dont la seule destinée est la reprise du flambeau.
La fin de ce livre m'a beaucoup, je ne sais pas encore si c'est pour le mieux ou pas. Peut-être que mon côté prolo s'attendait à une revanche des petites gens et à la déchéance des très grands. Mais finalement, on y trouve un peu son compte : de l'amour, un mariage princier, la femme trophée, la servante qui devient la femme de, la patriarche quasi déchu, le fils qui fait un burn out, l'amie opportuniste, la soeur inutile qui ne supporte pas sa place dans le monde des riches mais qui finalement est celle qui en profite le plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
livreclem
  18 décembre 2013
Seulement 3 étoiles mais j'ai vraiment apprécié la construction du roman. Ça commence comme un Harlequin, une histoire d'amour neuneu trop parfaite et puis... les points de vues de la famille et amies de la future épouse apparaissent et le roman devient crue et cruelle. C'est très bien mené. ça m'a fait pensé à "une pièce montée" de Blandine LeCallet pour l'intervention des personnages.
J'ai préféré les autres roman de l'auteure que j'ai tous lu et plus particulièrement "Mon père est femme de ménage"
Commenter  J’apprécie          60
Bibeli
  03 septembre 2013
Tatiana a 28 ans. Elle est belle, elle est issue d'une famille « nouveaux riches » et elle va se marier. Avec Philip, son homme idéal. La tournure idyllique de ce début de conte de fées va vite s'estomper. Tour à tour, les futurs mariés et leurs proches prennent la parole et donnent leur avis sur l'histoire, sur les gens qui les entourent, sur cette mascarade qui se prépare. Beaucoup sont amers, d'autres sont revanchards sur leur destin.
Je me suis arrêtée à la moitié du livre. Je n'aime pas trop ça mais d'autres livres me faisaient de l'oeil et je ne voyais pas l'intérêt de poursuivre ma lecture. Il y a un vrai manque de rythme, dû peut-être à la trop grande place laissée aux considérations bourgeoises futiles et mon intérêt s'est estompé peu à peu, finissant par disparaître complètement.
Commenter  J’apprécie          40
Yvan_T
  05 septembre 2013
Après Confidences à Allah, Mon père est femme de ménage et La Mecque-Phuket, Saphia Azzeddine délaisse l'univers des pauvres pour s'attaquer à celui des ultra-riches.
"Les pauvres doivent s'habiller pour ne pas avoir froid tandis que les riches doivent s'habiller pour être élégants."
Tout débute sur une île privée des Seychelles, où Tatiana tombe amoureuse de Philip. Ils sont beaux, riches, s'aiment et décident de se marier… Un vrai conte de fées, …sauf que la narratrice s'appelle Saphia Azzeddine et qu'elle va très vite s'empresser de détruire le mythe de la princesse qui épouse le prince charmant.
"Je suis un père aimant mais je n'aime pas qu'on paonne quand on est une poule. J'ai épousé une femme pauvre et vulnérable pour me prémunir de toute revendication, je l'ai traitée comme une princesse pour anesthésier sa réflexion et j'ai laissé les scintillements de ses diamants irradier le reste."
De la meilleure copine à la femme de ménage, en passant par tous les membres de la famille de Tatiana, chaque personnage prend la parole au fil des chapitres. Accompagnant le parcours tout tracé de ce couple vers l'autel, l'auteure s'intéresse aux coulisses de ce mariage hors-prix, démontrant au passage que le bonheur n'en n'a pas.
"On peut tenter l'aventure et construire quelque chose ensemble en se disant la vérité dès qu'on pourra éviter de se mentir."
Dans un style toujours aussi franc, Saphia Azzeddine dirige cette fois ses flèches et ses répliques qui font mouche vers la haute bourgeoisie. J'ai malheureusement moins accroché au sujet et je n'ai pas réussi à m'identifier/m'attacher à ces personnages qui dépensent sans compter.
Malgré quelques bons passages et une fin qui m'a plu, l'ensemble ne m'a donc pas convaincu.

Lien : http://brusselsboy.wordpress..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Patricia2705
  25 juin 2015
Décevant.
J'ai eu envie de lire un second livre de Saphia Azzeddine après avoir lu récemment "Bilqiss" que j'ai beaucoup apprécié.
Mais celui-ci est sans intérêt. J'ai failli abandonner la lecture au milieu du bouquin, j'attendais qu'il se passe quelque chose dans la vie de ces protagonistes trop riches, mais elle n'est faite que de futilités.
J'ai été récompensée d'avoir poursuivi jusqu'au bout car j'ai pu lire ce que j'estime être le seul passage fort du roman, la prise de conscience de la mariée juste avant ses noces. Ce sont les seules pages fortes de ce livre...
Commenter  J’apprécie          30


critiques presse (1)
Culturebox   21 juin 2013
Avec "Combien veux-tu mépouser?", Saphia Azzeddine a voulu démolir les mythes occidentaux de "l'amour-passion" et du "prince charmant". Il semble qu'elle y soit parvenue...
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   18 mai 2013
Elle parfume son appartement avec du bois d’agar, ce qui m’enchante puisque je n’aurai jamais les moyens de m’en offrir ne serait-ce qu’un copeau. En plus d’être envoûtant, l’histoire de son parfum est très curieuse. Pour qu’il soit odorant, le bois doit être attaqué par un champignon particulier, et c’est grâce à la moisissure qui survient plusieurs mois après que l’odeur peut se propager. Et comme il y a très peu d’arbres qui s’infectent correctement, c’est à prix d’or que se vendent les copeaux à brûler. Les femmes arabes en raffolent. Elles en abusent d’ailleurs et lorsqu’elles se déplacent comme un essaim d’abeilles, les effluves suffocants que leurs étoffes laissent derrière elles font tourner les têtes et retournent les cœurs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   18 mai 2013
J’admire la naïveté avec laquelle tu inaugures ta nouvelle vie. Elle est idiote mais elle est sincère. Je t’avais prévenue des limites que me fixe l’insolence. Je n’ai pas de talent véritable. Je n’ai pas le fanatisme qu’ont les inconsolables et je compense mon manque de vocation par des ambitions incertaines.
Commenter  J’apprécie          70
rkhettaouirkhettaoui   18 mai 2013
J’adore faire jaser. Je ne sais pas pourquoi on vante toujours la discrétion comme une qualité suprême, moi, j’aime qu’on parle de moi, de ma bonté et de ma fortune. Je ne veux pas que ma philanthropie reste aussi anonyme que ceux qu’elle aide. Personne n’a de cœur assez vertueux pour se passer d’applaudissements.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   18 mai 2013
L’ère moderne et ses effets d’annonce veulent faire croire à tous qu’on peut se surpasser et réaliser des exploits, pourtant, vous ne saurez jamais vous battre pour une femme. On ne vous a pas transmis cela. Votre père avait raison de vous encourager à épouser un oiseau de proie. C’est facile à régaler et ludique à nourrir. L’amour ne s’improvise pas.
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   18 mai 2013
Dans quelques années, j’espère être toujours désirable. C’est très ambitieux, je le sais. Coco Chanel disait qu’avec l’âge, une femme doit choisir entre la face et les fesses.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Saphia Azzeddine (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Saphia Azzeddine
Saphia Azzeddine - On n'est pas couché 4 juillet 2020 #ONPC
On n'est pas couché  4 juillet 2020 Laurent Ruquier sur France 2 #ONPC
Toutes les informations sur les invités et leur actualité https://www.france.tv/france-2/on-n-est-pas-couche/
Suivez @ONPCofficiel et réagissez en direct avec le hashtag #ONPC  https://twitter.com/ONPCofficiel
Continuez le débat sur Facebook https://www.facebook.com/onpcF2
autres livres classés : mariageVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Bilqiss - Saphia Azzeddine

En quelle année ce roman a t-il été publié ?

1990
1995
2000
2010

14 questions
5 lecteurs ont répondu
Thème : Bilqiss de Saphia AzzeddineCréer un quiz sur ce livre