AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Nicole Mozet (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070366590
377 pages
Éditeur : Gallimard (30/05/1975)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 56 notes)
Résumé :
Monseigneur, dit l'abbé de Grancour, tout est inutile, et nous aurons la douleur de voir mourir ce malheureux Tascheron en impie, il crachera sur le crucifix, il reniera tout, même l'enfer... Quand Tascheron doit-il être exécuté ? demanda l’évêque. Demain, jour de marché, répondit monsieur de Grancour. Messieurs, la religion ne saurait avoir le dessous, s'écria l’évêque. L’Église se trouve en des conjonctures difficiles. Nous sommes obligés à faire des miracles dans... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
filippo
  12 juin 2017
Voici un roman De Balzac qui est rarement cité dans l'énumération de ses oeuvres majeures. Pourtant la trame m'en a semblé aussi complexe que peut l'être celle d'Illusion Perdues. Il en atteint la force. Ce livre a pour personnage principal Véronique Graslin, née Sauviat. A Limoges, ses parents mènent une vie d'avarice ; Ils sont pingres jusqu'au bout des ongles. Balzac nous apprend avec malice leur origine Auvergnate. Leur avarice trouve cependant une limite lorsqu'il s'agit du bien être de leurs fille à qui il ne manque rien. Les Sauviat élèvent leur fille dans la religion catholique la plus stricte, lui interdisant tout ce qui pourrait constituer un écart à une saine vie chrétienne. Ainsi couvée, Véronique grandit isolée du reste du monde et de la société limogeoise. A 18 ans environ, elle est autorisée à lire un classique de la littérature : Paul et Virginie. On imagine l'effet que produira ce roman sur son esprit prude. Cet évènement si anodin aura pourtant un rôle certain sur son avenir.
Grâce aux années d'économie de ses parents, elle est richement dotée et fait un mariage envié par tous les pères de la ville: un autre Auvergnat passant pour l'un des hommes les plus riches de la région. Elle conquiert ensuite petit à petit une place de choix dans la haute société bourgeoise de Limoges, s'éloignant ainsi des ses basses origines sociales.
C'est là que commence réellement le récit, et je ne gâcherai pas votre plaisir à vous le raconter. L'intérêt du roman tient tout entier dans le Destin de Véronique. Et une fois connu le dénouement, qu'il est intéressant de chercher à l'analyser. Car dans ce roman, plus que dans tout autre, Balzac veut donner au lecteur toutes les clefs pour comprendre cette vie si exceptionnelle. On prend conscience de toutes les forces et influences qui ont joué avec complexité dans la vie de Véronique pour aboutir à la fin de sa vie. Apparaît encore une fois le génie créateur De Balzac.
D'un point de vue littéraire, j'ai trouvé cela très fort. Comme Balzac le disait lui-même « Je ne croyais pas à la possibilité d'arriver à de tels effets en littérature. le curé de Village dépasse mes espérances ». On soupçonne bien quelques côtés obscurs dans la vie de Véronique, on se dit « Cette fois Balzac est un peu ringard, son intrigue est cousue de fil blanc », « j'ai tout compris à deux cents pages de la fin ». En réalité le lecteur est mené par le bout du nez à penser ce que Balzac a décidé, pour mieux nous surprendre bien sûr.
Ce roman est celui de l'emprise que la religion catholique pouvait avoir au 19ème siècle sur les habitants de province. Cela dit, comme toujours chez Balzac, comme chez tous les grands auteurs, les situations passées sont transposables au présent. A condition de changer quelques mots…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
ivredelivres
  13 octobre 2016
C'est le second roman De Balzac que je lis sous influence.
Ma lecture d'Alain et de son Balzac m'a fait choisir pour démarrer deux romans peu connus. J'ai aimé le premier le médecin de campagne et aimé encore plus celui là.
L'ouverture du roman ne surprend pas, Balzac nous invite à Limoges et nous fait, comme à son habitude, visiter la ville.
Dans cette ville vit « un nommé Sauviat, marchand forain » il a construit sa fortune sur la récupération des métaux « Sauviat n'achetait aucun objet sans la certitude de pouvoir le revendre à cent pour cent de bénéfice ».
Il eut une fille Véronique et pour elle « Cet homme de plomb, de fer et de cuivre redevint un homme de sang, d'os et de chair », elle est élevée très chrétiennement et devient une belle jeune fille à la beauté un peu flétrie par une petite vérole. Seule réelle émotion dans la vie de Véronique : la lecture de Paul et Virginie qui l'enflamma.
Son père s'est juré de bien la marier et il porte son choix sur le banquier Graslin que convoitent toutes les mères de la ville.
Tout est donc pour le mieux
L'amour n'étant pas présent et l'enfant attendu ne venant pas Véronique Graslin cherche consolation dans les livres.
Elle fait la conquête de Limoges
Graslin est en paix il peut se consacré à sa fortune d'autant qu'après plusieurs années Véronique Graslin est enfin enceinte alors que la ville est secouée par un meurtre particulièrement sordide, un vieillard avare et riche fut
« assassiné, pendant une nuit noire, au milieu d'un carré de luzerne où il ajoutait sans doute quelques louis à un pot plein d'or. La servante, réveillée par la lutte, avait eu le courage de venir au secours du vieil avare, et le meurtrier s'était trouvé dans l'obligation de la tuer pour supprimer son témoignage »
L'ouvrier porcelainier Tascheron est arrêté et condamné à la guillotine. le produit du vol n'est pas retrouvé.
Je m'arrête ici car en dire plus serait vraiment criminel !
Le roman De Balzac qui illustre très bien la place de la religion et de l'Eglise est un chef-d'oeuvre de construction romanesque.
On pourrait croire qu'on lit un roman à la gloire de l'autorité et l'on s'aperçoit en cours de route que l'on a été berné et manipulé.
C'est un roman complexe que j'ai eu grand plaisir à lire même si je n'adhère pas à toutes les idées de l'auteur et si il y a comme dans bien des romans De Balzac quelques longueurs.
Balzac reprend ici les idées de Victor Hugo et démontre l'inutilité de la peine de mort pour ce jeune homme de 23 ans.
Un roman à découvrir
Lien : http://asautsetagambades.hau..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Laureneb
  11 novembre 2019
Décidemment, les récits des Scènes de la vie à la campagne" sont loin d'être les oeuvres De Balzac que je préfère. Peut-être parce qu'on y trouve la même idée : la nature doit être exploitée pour produire de l'argent, et elle ne peut l'être que par des personnes d'élite, nobles ou bourgeois éclairés, qui seuls ont les compétences - et les idées - pour transformer les terres incultes en éclairant les paysans sur ceux qu'ils doivent faire. Dans les Paysans, ceux-ci incarnent le conservatisme face au progrès, alors que dans le Médecin de Campagne et dans le Curé de Village, ils obéissent presque fanatiquement à leurs supérieurs - les deux romans exposent des idées très proches.
Balzac s'inscrit donc dans certaines théories de son siècle, paternalisme et culte du progrès, mais avec un paternalisme plein de religiosité lourd à supporter pour une lectrice moderne comme moi. le curé Bonnet est, comme le Médecin de Campagne, tellement parfait et dévoué à ses paroissiens qu'il perd de l'intérêt, trop inhumain - alors que Balzac nous habitue à des personnages complexes.
C'est cependant le cas de Véronique, même si on comprend assez vite ses raisons d'agir, Marie-Madeleine pècheresse que tous prennent pour une sainte alors qu'elle est la plus coupable - mais aux riches, il sera beaucoup pardonné...
Je rajoute quelques mots sur la lettre de Gérard, où celui-ci se plaint des grandes écoles françaises qui "produisent" les élites, fonctionnaires, scientifiques ou ingénieurs, en les forçant à s'abrutir pour le concours, et en les détruisant en n'employant pas leurs connaissances de manière utile. Des mots que réutiliseraient certains de nos politiciens actuels...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
nathalie_MarketMarcel
  23 septembre 2015
Ce n'est rien de dire que j'ai été gênée par le message du roman, qui est assorti de réflexions contre la propriété, la démocratie, l'individualisme, etc. et pour le droit d'aînesse et la monarchie. Les personnages critiquent vertement la médiocrité de l'administration du temps qui gâche les talents de la jeunesse et Napoléon reste le modèle du grand homme (ces romantiques…). C'est dommage, car la description de la campagne inculte et de sa mise en valeur est très intéressante et représente bien les préoccupations du temps quant au développement de l'agriculture (comme dans certains romans de George Sand). Balzac a visiblement des rêves de gentleman farmer (comme dans le Lys dans la vallée). C'est aussi un roman où la province donne lieu à des développements positifs. La campagne est prétexte à des peintures apaisantes, où les animaux et les familles ont leur place. On fait facilement De Balzac l'écrivain de Paris, mais il se préoccupe aussi des changements qui interviennent dans les campagnes.
Je remarque enfin que Balzac a décidément le goût des narrations interrompues brutalement. Il aime les récits à deux faces, agencées ici assez correctement.
Je note le personnage de la mère de Véronique, figure forte et intéressante.
Lien : http://chezmarketmarcel.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Dartemis
  13 avril 2019
Le curé de village, une oeuvre authentique qui plante le décor dans un petit village du Limousin actuel, à l'agriculture pauvre, à la terre stérile mais peuplé de travailleurs courageux et entreprenants et de catholiques convaincus et dévoués.
L'arrivée dans ce village de Véronique Graslin, une grande dame à l'esprit vif et aux motivations énigmatiques, va bouleverser la vie de nombreux habitants. Ils l'aiment, la chérissent, la vénèrent et la « canonisent » tant son oeuvre magnanime de relèvement de ce pays défavorisé est grande.
Les personnages, décrits avec finesse et réalisme, mettent en lumière des personnalités hors du commun, qui, avec le concours de cette grande dame, vont participer à la réussite de ce chantier titanesque.
La première partie du roman décrit la vie de Véronique, avant qu'elle ne devienne Mme Graslin. Sa famille, ses rêves naïfs d'un amour sincère et tendre, sa dévotion catholique,…
Pour une première lecture « classique », j'ai été emballée par la plume d'Honoré de Balzac.
Un grand virtuose et analyste de la condition humaine !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
LaurenebLaureneb   09 novembre 2019
Dans la vie de toutes les femmes, il est un moment où elles comprennent leur destinée, où leur organisation jusque-là muette parle avec autorité ; ce n’est pas toujours un homme choisi par quelque regard involontaire et furtif qui réveille leur sixième sens endormi ; mais plus souvent peut-être un spectacle imprévu, l’aspect d’un site, une lecture, le coup d’oeil d’une pompe religieuse, un concert de parfums naturels, une délicieuse matinée voilée de ses fines vapeurs, une divine musique aux notes caressantes, enfin quelque mouvement inattendu dans l’âme ou dans le corps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LaurenebLaureneb   10 novembre 2019
Elle se jeta dans la lecture qui lui offrait des ressources infinies. Elle médita sur les livres, elle compara les méthodes, elle augmenta démesurément la portée de son intelligence et l’étendue de son instruction, elle ouvrit ainsi la porte de son âme à la Curiosité.
Commenter  J’apprécie          42
nathalie_MarketMarcelnathalie_MarketMarcel   23 septembre 2015
Les voisins pouvaient voir de chez ces deux vieilles gens, immobiles sur leurs fauteuils comme deux figures chinoises, écoutant et admirant leur fille de toutes les forces d'une intelligence obtuse pour tout ce qui n'était pas commerce ou foi religieuse.
Commenter  J’apprécie          30
libermoilibermoi   08 mars 2015
Les supérieurs ne pardonnent jamais à leurs inférieurs de posséder les dehors de la grandeur.
Commenter  J’apprécie          70
SlySly   12 juin 2011
Le génie a cela de beau qu'il ressemble à tout le monde et que personne ne lui ressemble.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Honoré de Balzac (105) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Honoré de Balzac
A la maison De Balzac, les "Boloss des Belles Lettres" ouvrent la bibliothèque idéale De Balzac et résument Notre-Dame de Paris de Victor Hugo en 5 minutes
Catherine Jacob a accepté de se prêter aux jeux du langage, imaginé par le duo de choc, Michel Pimpant et Quentin Leclerc.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Connaissez-vous La Peau de Chagrin de Balzac ?

Comment se comme le personnage principal du roman ?

Valentin de Lavallière
Raphaël de Valentin
Raphaël de Vautrin
Ferdinand de Lesseps

10 questions
673 lecteurs ont répondu
Thème : La Peau de chagrin de Honoré de BalzacCréer un quiz sur ce livre