AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782702159552
320 pages
Éditeur : Calmann-Lévy (15/02/2017)
4.25/5   14 notes
Résumé :
À la mort de son père, lors d’un accident de débardage dans la petite scierie familiale auvergnate, Marie, qui résidait depuis vingt ans au Québec, décide de revenir sur sa terre natale, l’Aubrac. Elle y voit la possibilité d’un nouveau départ après une crise conjugale. Sa fille Flore, âgée de dix-huit ans, l’accompagne afin de découvrir ses racines.
La reprise de l’affaire se révèle difficile. Aidée par ses amis d’enfance, Marie se bat sur tous les fronts da... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Annette55
  31 octobre 2020
«  Tu te rappelles ?
Les hêtres murmurent, les châtaigniers fredonnent, les chênes commandent , les épicéas augmentent en finesse , les Douglas pérorent d'un air hautain, les mélèzes ironisent et les sapins rêvent .
Je voulais toujours être un sapin » .
Extrait de ce polar du terroir captivant écrit par Sylvie Baron dont j'avais lu il y a peu : «  « Rendez vous à Belinay , professeur agrégée passionnée de littérature , amoureuse de la nature, qui a élu domicile en Haute- Auvergne .

Je remercie chaleureusement Joëlle rencontrée sur Babelio, de me l'avoir fait connaître .
L'intrigue se passe au sein d'un ancien village carolingien aux confins du Gévaudan et du Rouergue , un bourg veillé par un rocher et quelques ruines féodales .
La construction habile du roman entretient le suspense .
Marie , l'héroïne principale revient au pays après la mort de son père , disparu lors d'un accident de débardage , après 20 ans passés au Québec.
Séparée de son mari Gilles, elle décide de revenir sur sa terre natale afin de reprendre la scierie paternelle .
Cette nouvelle vie s'avère difficile : méfiance des habitants , découverte de cercueils miniatures , familiarisation avec un dur métier , défendre le pot de terre contre le pot de fer: scierie traditionnelle contre grosse machine de guerre : la SIBA qui désire éliminer les petites entreprises.
Défendre envers et contre tout le bois de Fajoux propriété familiale «  Ces hectares de résineux, de feuillus , d'exploitations de rapport avait fait vivre des générations d'hommes durs à la tâche: forestiers, bûcherons, scieurs de long » , tout était dans leurs muscles, leurs bras, leurs veines , leur courage aussi . «  Ce bois, c'était avant tout une histoire d'amour ».
«  Manuelle ou automatisée , la scie se nourrissait toujours du travail intense des hommes , le métier ne changeait pas tant que cela, l'amour du bois restait le même » ,
Marie , courageuse , battante , avait toujours vécu avec les arbres , à l'adolescence , la forêt était son refuge de prédilection, elle devra se défendre sur tous les fronts dans un univers dominé par les hommes .
Voulant en avoir le coeur net , elle mène sa propre enquête lorsqu'elle comprend que son père n'est pas décédé accidentellement , et qu'elle est étroitement surveillée par son ami d'enfance : Antoine, silencieux , suspicieux, au comportement froid , déroutant.
Sa fille Flore : âgée de dix- huit ans est revenue avec elle au pays afin de découvrir ses racines .
L'auteure décrit la forêt avec passion et lyrisme , la plume est agréable, sensuelle , captivante.
La nature y est sublimée, tant par la description des couleurs flamboyantes de l'automne , l'insolence des étés et la raideur givrée des hivers .
Un roman ancré dans la campagne française pétri de charme , de secrets à la forte personnalité qui ne laisse pas indifférent.
Une oeuvre qui fait du bien en cette période anxiogène .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          386
annemarieroux
  18 avril 2018
Au décès de son père, Marie hérite d'une petite scierie familiale. Elle va tout quitter au Quebec pour prendre la suite de son mère. Elle va devoir se battre face un métier d'hommes dont certains vont les mettre les bâtons dans les roues par jalousie ou pour ne pas découvrir des secrets? Marie est très courage et va mener son enquête et découvrir la vérité.
Commenter  J’apprécie          50
polacrit
  28 novembre 2018
Suite à l'accident qui a coûté la vie de son père, propriétaire d'une petite scierie dans l'Aubrac, Marie, qui vient de passer vingt ans au Québec avec Gilles, père de sa fille dont elle vient de se séparer, décide de revenir au pays et de relever le grand défi qui l'attend: reprendre la direction de la scierie paternelle. L'occasion pour elle de recentrer sa vie et de faire le point sur la suite à donner à la trahison de Gilles. 
Pourtant, cette nouvelle vie s'annonce plus complexe à mettre en place qu'elle ne le pensait au départ, mais Marie va découvrir en elle des ressources insoupçonnées: "La nouvelle Marie, heureusement, avait tout de suite repris le dessus. Tout s'écroulait pourtant autour d'elle, n'ayant aucune idée de ce qu'elle allait faire, de ce qu'il fallait faire." (Page 20), ressources dont elle aura grand besoin pour affronter la tempête qui na heurter la scierie de plein fouet: perte de clients, matériel trop vieux, méfiance des ouvriers à l'égard d'une femme patronne, rendement insuffisant.
C'est dans cette ambiance électrique que Marie commence à nourrir des soupçons quant à la cause du décès de son père: et si la mort du vieil homme n'était pas accidentelle? Qui est l'auteur des cercueils miniatures qu'elle reçoit? Qui est la mystérieuse Louise? Trop de questions restées sans réponse. Mais Marie veut en avoir le coeur net et mène sa propre enquête...à ses risques et périls...
Un polar atypique dont je vous invite à découvrir bien plus en cliquant sur le lien ci-dessous
Lien : https://legereimaginarepereg..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
tomsoyer
  13 décembre 2018
J'ai retrouvé Sylvie Baron avec bonheur.
A la fois roman du terroir et roman policier j'ai bien aimé.
Une petite histoire cousue de fil blanc agrémente le récit.
Si vous voulez découvrir le monde du bois de la fore^t à son abattage lisez ce livre.
Un bel éloge à la nature et à l'Aubrac.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Annette55Annette55   31 octobre 2020
«  L’automne rayonnait de splendeur comme pour mieux endormir la forêt avant le grand silence hivernal , l’engourdissant de couleurs rousses , de brumes fugaces et de fumées légères.
La pluie de la semaine passée avait régénéré les bois, dégageant un mélange d’odeurs caractéristiques de la saison.
Des senteurs d’humus , de mousse, de fougère , d’écorce, de champignon les submergeaient , accompagnées du bruissement léger des feuilles d’or qui tourbillonnaient lentement autour d’eux » ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Annette55Annette55   31 octobre 2020
«  ——-Aimer les arbres, c’est devenir arbre. Chaque arbre est différent . Il y a les grands qui s’y croient , les petits fragiles , les orgueilleux , les costaux, les magnifiques . C’est important de les connaître pour pouvoir leur parler » ..
Commenter  J’apprécie          122
Annette55Annette55   31 octobre 2020
«  Malgré ses pensées chaotiques, Marie avançait sous les frondaisons d’un pas souple et décidé. Jo la précédait , la truffe au ras du sol , la queue frétillante , les pattes légères , débordant comme toujours de vitalité.
C’était un jeune golden retriever de trois ans, obéissant, attentif et affectueux .
Dans la lumière singulière de cette fin d’été , son pelage safran semblait parfois se nimber d’une myriade de gouttelettes d’or » ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
polacritpolacrit   28 novembre 2018
Les machines automatiques s'étaient installées progressivement dans leur univers, réduisant au minimum la manutention et avec elle les blessures, les accidents et les douleurs lombaires. Ils n'en éprouvaient aucune reconnaissance. Certains semblaient presque le regretter...Manuelle ou automatisée, la scierie se nourrissait toujours du travail intense des hommes. Le métier ne changeait pas tant que cela au fond, l'amour du bois restait bien le même
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
polacritpolacrit   28 novembre 2018
Quand je vois la façon dont mes parents regardent les petits, c'est un bonheur qui vaut tous les cadeaux du monde. Et puis je suis ainsi faite! Je n'aimerais pas les savoir loin, n'avoir d'eux qu'une image édulcorée, forcément décalée, ne rien partager de leur fatigue, de leurs ennuis, de leurs joies. J'aurais l'impression de manquer des choses essentielles.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Sylvie Baron (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvie Baron
Message des autrices et auteurs Calmann-Lévy pour la réouverture des librairies. Avec Plantu, Roxane Dambre, Guillaume Musso, Laurent Gounelle, Niko Tackian, Marlène Charine, Serge Hefez, Emmanuelle de Boysson, Julien Sandrel, Patrick Breuzé, Laurence Peyrin, Cécile Pivot, Olivier Weber, Agathe Portail, Eddy Moine, Jean-Marie Périer, Jean-Francois Chabas, Sylvie Baron, Francois Grandcollot, Helene Legrais, Georges-Patrick Gleize, Iman Bassalah, Elisabeth Segard, Jacques Expert, Philippe Dana, Corinne Javelaud, René Manzor, Marie-Bernadette Dupuy, Jérome Loubry, Yann Queffélec.
autres livres classés : scieriesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
288 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre