AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070765331
433 pages
Éditeur : Gallimard (30/04/2002)
4.23/5   15 notes
Résumé :

Le musée de la Torture fait la fierté et la fortune des habitants de Reboul. Comme chaque été, la petite ville organise des festivités sur le thème de la torture, pour la plus grande joie de la foule et des touristes. Et pour le plaisir, aussi, des pensionnaires de l'hôpital psychiatrique qui participent comme figurants au défilé historique. L'un de ces pensionnaires, Ursinal Luccombo, soupçonné d'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
koalas
  09 novembre 2020
Y'a de quoi perdre la boule à Reboul...
La hache de Geoffroy le tordu, emblème du musée de la torture
qui fait la fierté de cette cité Moyenâgeuse, vient encore de frapper !
Tous les habitants occupés à satisfaire leur libido ont l'air de perdre la tête
devant les meurtres en séries sauf les fous de l'asile psychiatrique qui s'agitent...
Justement , Max , un enquêteur dépressif secondé par Herman, le fils putatif de Göring et de Momo, tous les 3 internés, flairent une piste...décapitante !
A travers cette enquête à double tranchant, Franz Bartlet prend un malin plaisir à montrer les moeurs olé olé des habitants de cette bourgade touristique qui ont l'air plus dingues que les fous de l'asile.
Affublé de son humour noir décapant, il dézingue avec jubilation le menu gratin des ouailles du patelin.
Tounicoti, tournicoton, j'en ai encore la tête toute retournée !
Commenter  J’apprécie          435
ADAMSY
  28 septembre 2014
9 morts ! et jusque la dernière page il y aura des morts ! Une enquête policière a lieu mais ce n'est pas l'enquête qui importe le plus dans ce roman. Ce sont surtout les divers personnages et leurs manies, leurs singularités, leurs vices... Il y a les personnages notamment vivant ou travaillant à l'asile psychiatrique, dont un ancien flic qui mènera sa propre enquête, ceux de la municipalité et même les habitants qui se retrouvent au bistrot du coin. L'arme du crime semble parfois identique, mais pas toujours. de même, on cherche le mobile de ces crimes. Parfois, on sait tout de suite qui est le criminel mais pas toujours. Ce n'est que petit à petit qu'on apprendra quels sont les criminels et les motifs qui les ont poussés à tuer. Il y a finalement 6 assassins différents.
C'est assez loufoque, parfois cruel mais passionnant et il y a de beaux passages, bien écrits. C'est toutefois parfois difficile de s'y retrouver, vu le nombre important de personnages ayant une raison de tuer...
Commenter  J’apprécie          60
Lilou08
  06 août 2012
Roman qui se passe dans une cité médiévale avec des fêtes médiévales... avec comme ville d'à côté "Larcheville".. évidemment ce sont les Ardennes (Franz Bartelt est un Ardennais d'adoption...) avec Sedan (cité médiévale), Charleville, Rethel (Therel...). L'intrigue se passe aussi à l'intérieur d'un centre hospitalier pour fous... cela crée une ambiance étrange. Assez tordue comme histoire avec ce goût pour l'histoire des tortures, Geoffroy le tordu... à trouver l'anagramme de "Reboul".
excellent roman plein de suspens, de crimes et de criminels...
Commenter  J’apprécie          30
fredf
  06 décembre 2007
Franz Bartelt au meilleur de lui même.... des fous d'une logique déconcertante, des "sains d'esprit" particulièrement atteints ; mais surtout cette invention d'un village axant son développement touristique sur un concept unique : le musée (ou le parc d'attraction) de la torture!
des pages hilarantes qui font se poser de sacrées questions!
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
ADAMSYADAMSY   26 septembre 2014
- S'adapter ou disparaître ? Vous n'y pensez pas ?
- C'est une des grandes lois de la nature. S'adapter c'est se montrer digne de l'évolution humaine. Digne de l'homme de Cro-Magnon, qui s'adapta. Et de ses descendants, qui s'adaptèrent. Et du grand singe qui avant eux s'était adapté. Tout comme la créature marine que nous fûmes lorsqu'elle perdit le confort de l'eau. Tout comme l'amibe qui après avoir été unicellulaire pendant des millions d'années s'adaptera et prendra rendez-vous avec le grand Darwin.
- Pensez-vous que le moment est propice au darwinisme ? s'agace Soumagne.
- Plus que jamais ! Fort de cette leçon universelle, dès que j'ai su que ces garçons nous étaient gracieusement prêtés par la direction de l'école hôtelière, j'ai commandé de quoi confectionner mille sandwichs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ZalvecZalvec   12 octobre 2016
Le buveur de bière tient une comptabilité précise de sa consommation.
Il empoche chaque sous-verre. " Comme ça, je sais toujours où j'en suis.
Et je risque pas de faire d'excès. J'ai la poche plate et sans soufflet.
Elle contient juste vingt-quatre cartons. Le vingt-cinquième ne peut pas rentrer. ça me limite. Au vingt-quatrième demi, j'arrête. C'est le moyen logique de pas devenir alcoolique. Faut savoir se freiner."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
koalaskoalas   06 novembre 2020
Je pense, soupire Momo. Je pense que le travail est incompatible avec la pensée. j'aime penser. Je pense que je n'aime pas travailler.
Commenter  J’apprécie          220
ADAMSYADAMSY   22 septembre 2014
"Dans le commerce, faut s'intéresser à la mort de la personne. C'est ce qui donne sa dimension humaine à la limonade. Et puis, à partir de la huitième chope, le vivant aime encore assez bien discuter du mort. Le sentiment se dévoile. A ce moment-là, faut pouvoir alimenter la conversation. Dans la boisson, c'est la tristesse qui assure le débit."
Commenter  J’apprécie          60
ADAMSYADAMSY   26 septembre 2014
Il ne saurait pas dire où remonte sa passion pour la grammaire. Peut-être à l'époque où il travaillait dans la police. Aujourd'hui, il est convaincu qu'une enquête bien pensée se doit moins d'obéir à une logique mathématique qu'à une logique grammaticale. L'homme n'est pas un théorème, ni une formule chimique. Par contre, il est contenu dans le langage, qui le contient, et sa vie est gouvernée par les injonctions de la grammaire. Il en serait presque à soutenir que l'homme n'est victime ou coupable que du langage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Franz Bartelt (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Franz Bartelt
Interview de Franz Bartelt par Gérard Meudal lors de la soirée inaugurale du festival "Parcours d'auteurs : de l'écrit à l'écran" du 15 novembre 2013
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les objets d'exception du brocanteur, héros du roman de franz Bartelt :

Attention vous n’êtes pas obligé d’avoir lu « Le fémur de Rimbaud » pour répondre à ces questions rigolotes.

Le fil à plomb d’un bâtisseur de cathédrale.
Le monocle triangulaire d’un franc-maçon écossais.
Une montre molle, 100% caoutchouc, ayant appartenue à S. Dali.

9 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : Le fémur de Rimbaud de Franz BarteltCréer un quiz sur ce livre