AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782742751341
450 pages
Éditeur : Actes Sud (15/08/2004)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 42 notes)
Résumé :
Ce puissant roman aux accents d'épopée emporte Pierre, le père du narrateur, dans le tumulte de la guerre de Sécession, théâtre d'une libération historique et métaphorique.
Révolté par l'opposition de ses parents à sa vocation d'officier, Pierre s'embarque pour l'Amérique et s'engage dans l'armée nordiste au début de la guerre de Sécession. Durant la première bataille contre Stonewall Jackson - un des grands généraux du Sud -, il se lie avec Johnson, jeune e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Laurence64
  21 septembre 2012
Nous sommes le 21 septembre 2012. Je viens d'apprendre le décès de Henry Bauchau et... j'ai versé des larmes.
L'écrivain le plus lumineux que je connaisse, qui m'a offert un immense émerveillement comme au temps de mon adolescence. Je viens donc naturellement sur Babelio jeter quelques lignes en hommage au vieil enfant rieur de 99 ans.
Ce Régiment Noir est un immense livre. On peut oublier la guerre de Sécession. Là n'est pas le coeur du roman. Là n'était pas le coeur de Bauchau.
Le coeur du roman palpite dans la trajectoire de vie de deux hommes que le même combat avait rapproché. L'un apprend à se défaire de la guerre. L'homme noir saura construire, bâtir, aimer, vivre. Refuser de se complaire dans la haine et donner.
L'homme blanc qui avait embrassé le combat de l'homme noir ne saura se délier de la violence de ses émotions.
Chaque homme forge sa destinée. En cela, il est libre.
Commenter  J’apprécie          220
feanora
  19 juillet 2015
Une oeuvre magnifique d'un écrivain que j'admire tant pour la qualité de son style que pour la grande variété des sujets qu'il a abordés ainsi que sa poésie.
Ce livre nous conduits aux États-Unis pendant la guerre de Sécession.
Pierre, un enfant mal aimé par ses parents veut effectuer une carrière militaire similaire à celle de son grand-pere qu'il adorait et cela en dépit de leur avis.
Ainsi, le narrateur va nous permettre de partager la vie de Pierre qui combat avec les Nordistes contre l'abolition de l'esclavage tout en admirant Stonewell Jackson, un des grands officiers du sud qu'il tuera d'une manière proche d'un assassinat en ne respectant pas les règles de la guerre.
Pierre sera à l'origine de la formation d'un régiment composé uniquement de Noirs, esclaves en fuite, anciens esclaves. Seuls, trois blancs qui vont leur apprendre le métier des armes, partageant tout avec eux, vivent en compagnie de ces noirs qu'ils considèrent comme leurs égaux.
Bien que ce livre traite essentiellement de guerre, la poésie n'est pas absente du récit surtout dans la partie du livre lorsqu Pierre s'alllie avec les Indiens.
Certes, la densité du récit, du style et des idées ralentit la lecture mais j'ai vraiment pris beaucoup de plaisir à le découvrir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
belette2911
  27 septembre 2020
Ce roman se trouvait dans ma biblio depuis 2015 et là, il était plus que temps que je le découvre enfin, surtout que les critiques sur Babelio étaient élogieuses.
Le récit commence avec notre personnage principal, Pierre, qui nous parle de son enfance auprès de son grand-père, ancien officier de l'Empire et possédant une forge.
Déjà, j'ai eu quelques soucis avec la plume de l'auteur, composée de phrases courtes et qui me donnait l'impression de partir dans tous les sens.
Pierre grandit et part aux États-Unis pour s'engager dans la guerre de Sécession, chez les Nordistes.
De mon côté, je me demandais pourquoi certains auteurs décidaient de balancer leurs dialogues en paquet, sans faire un « à la ligne ». Pour économiser quelques pages en bout de roman ? En tout cas, ça ne favorise pas la lisibilité, même en ajoutant les tirets cadratins.
Le récit aurait été plus addictif à lire si l'auteur avait fait des phrases un peu plus longues, sans se disperser un peu partout et sans incorporer des dialogues au milieu du texte…
Ce qui aurait dû être une super lecture s'est révélée être un calvaire et j'ai usé de mon droit de sauter des pages, ne lisant que les paragraphes les plus intéressants et les moins chargés (les plus lisibles, donc).
Dommage pour moi, j'attendais beaucoup de cette lecture mais les seules émotions ressenties furent de la frustration.
Nous n'étions pas fait pour cette rencontre, il va retourner sagement dans la biblio et moi je vais aller voir ailleurs.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
benjetpascal
  12 mars 2017
Une belle et surprenante découverte pour moi que ce Régiment Noir d'Henry Bauchau. Après quelques pages plus surprenantes que prenantes, le roman - que je ne pensais qu'historique, au départ - prend son envol pour se transformer en fresque qui mêle de façon harmonieuse une critique assez incisive de la société américaine pendant la guerre de Sécession, des description de batailles et de tactiques militaires, mais aussi et de façon moins attendue des passages sur la relation du héros en particulier et des Hommes en général à la nature, à la terre, aux peuples natifs, aux esclaves, à leurs vie, à leurs morts, à leurs passé et à leurs traditions. Des relations qui étaient sources d'incompréhensions et de conflits à l'époque, et qui indéniablement le restent encore aujourd'hui, outre-Atlantique et ailleurs.
Le fil rouge de toutes ces considérations presque philosophiques c'est la vie de Pierre, immigré français et petit-fils d'officier de l'Empire, qui entreprend un voyage – physique mais aussi intérieur – vers l'Amérique, puis à la tête d'un régiment noir de l'armée fédérale. Il n'arrivera pas à accomplir la totalité de son oeuvre mais il parviendra, en fin de compte et comme tous ceux qui ont eu la chance d'y séjourner à, malgré tout, aimer le Sud.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Laurence64Laurence64   21 septembre 2012
Moi qui ne savais pas danser, mon corps obéit aux rythmes et aux puissances de l'Afrique. Mon corps invente des mouvements plus simples, ceux des branches, ceux de l'herbe et d'autres plus ardents qui ont des griffes, des dents et des narines ouvertes. Johnson se laisse tomber à la renverse sur le sol. Sa voix me soutient encore un instant et je danse sur le fil, à la limite de mes forces, avant de me laisser tomber à côté de lui sur cette terre du Sud que Stonewall Jackson ne défendra plus.
(p146)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
steppesteppe   05 avril 2013
"Johnson, est-ce que tu aimes encore le Sud ? - Oui, je l'aime. - Est-ce que tu crois que Stonewall l'aime comme toi ? - Oui, je crois. - Mais Jackson est notre ennemi, c'est un puritain qui défend des esclavagistes. - Ça n'empêche pas d'aimer. - Johnson, je ne comprends pas. - On ne peut pas comprendre le Sud. On le respire..."
Commenter  J’apprécie          100
Wendat69Wendat69   18 mai 2019
Il y a, au cours du sommeil, une mélancolie fine, perçante, inatteignable. Il y a que les nuits deviennent claires, toujours plus claires et qu'elles ne sont plus le lieu du repos mais celui de la mémoire, avec son fil d'or, son fil de Parque que la guerre avait coupé et qui mystérieusement se renoue.
Commenter  J’apprécie          100
Wendat69Wendat69   15 mai 2019
Là où vivait le peuple bison, il n'y aura plus que les barbelés du Blanc, ses champs et ses usines. Le grand massacre a commencé, la nouvelle Amérique tue son père, lui coupe la langue et la dévore par millions. Par cette action elle tue aussi l'homme rouge car, dit la voix du général blanc, le seul bon Indien, c'est l'Indien mort.
Commenter  J’apprécie          80
Wendat69Wendat69   10 mai 2019
L'enfant a la forge dans le sang, c'est dans le corps ces choses-là. Au bout du compte, ce n'est pas nous qui choisissons le métier, c'est lui qui nous prend.
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Henry Bauchau (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henry Bauchau
Photographie : Henry Bauchau (Sipa). Cinq entretiens avec Catherine Pont-Humbert (À voix nue / France Culture) [2009]. Par Catherine Pont-Humbert, réalisation : Bruno Sourcis. Avec la collaboration de Claire Poinsignon. Rediffusion des émissions du 31 août au 04 septembre 2009. « Poète, dramaturge, romancier, psychanalyste, Henry Bauchau est né en 1913 à Malines, en Belgique et décédé à Paris en 2012 à l'âge de 99 ans. Il avait un an et demi lorsqu'en août 1914, les Allemands, face à la résistance du peuple belge, décident d'incendier Louvain où il se trouvait avec ses grands-parents qui fuient la ville en flammes. Son entrée sur la scène du XXe siècle fut donc marquée par l'Histoire. Henry Bauchau ne l'a ensuite plus jamais quittée. Le récit de cet épisode fondateur de 1914 apparaît à plusieurs reprises dans l'oeuvre, notamment dans “La déchirure”, roman paru en 1966. Henry Bauchau a donc vécu les deux guerres mondiales du XXe siècle. L'écriture s'impose tardivement (il avait 45 ans lorsque parut, en 1958, son premier livre, “Géologies”, un recueil de poèmes) mais elle avait été préparée par de longs cheminements intérieurs, des explorations archéologiques intimes, dont la psychanalyse. Henry Bauchau entreprend une analyse chez Blanche Reverchon-Jouve (qu'il appelle “La Sibylle”), la femme de Pierre-Jean Jouve, avant de devenir lui-même psychanalyste dans les années 1970. L'expérience de l'inconscient dans la cure analytique donne naissance à un écrivain. Outre les richesses de l'inconscient (les rêves sont chez lui un matériau d'écriture essentiel), il découvre celles du langage poétique qu'il n'abandonnera jamais. Venant d'une famille où on lui avait donné à entendre que la vie en prose était la vie réelle, il a dû faire un immense effort pour reconnaître l'existence d'une vie poétique. C'est avec “Oedipe sur la route” en 1990 et le recours au mythe antique transposé à l'espace romanesque, que Bauchau accède à la reconnaissance en Belgique. Et c'est avec la publication d'un autre roman du cycle thébain, “Antigone” en 1997, qu'il s'impose en France. Autrement dit, c'est quand le roman ose réécrire le mythe, qu'arrivent reconnaissance et succès. Henry Bauchau n'écrit que ce qui s'est d'abord intériorisé en lui. C'est le retentissement intérieur des événements qui forme la chambre d'écho de l'écriture. L'oeuvre littéraire qu'il continue à bâtir aujourd'hui, à plus de 95 ans, est une oeuvre qui lui est “dictée”, dit-il. Cet ordre reçu le fait entrer dans ce qu'il appelle un “sillon d'oeuvre”. De là naissent des textes où s'impose l'idée que, derrière l'enfance, il existe un passé plus lointain, presque imaginaire, qui nous rattache à des forces ancestrales. Son oeuvre qui retrace les errements, les contradictions, les trébuchements d'un homme qui avance dans la vie et dans l'écriture, donne avec une rare beauté le sentiment du monde. Et si l'enfance a été perdue en partie, il en reste des “traces effilochées à tous les buissons, à toutes les ronces de la vie”. La Poésie complète d'Henry Bauchau est publiée chez Actes Sud, ainsi que le livret de l'opéra “La lumière d'Antigone”. » Catherine Pont-Humbert
1) Une enfance belge : 0:00 2) Les guerres : 28:17 3) Les chemins de l'oeuvre : 54:36 4) Le peuple des mots : 1:20:00 5) L'exigence d'écriture : 1:46:00
Invité : Henry Bauchau
Thèmes : Littérature| Littérature Française| Belgique| Mythologie| Oedipe| Antigone| Poésie| Psychanalyse| Henry Bauchau
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : guerre de sécessionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2158 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre