AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Claude Pichois (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070108299
1603 pages
Éditeur : Gallimard (27/11/1975)
Résumé :
Le tome I contient : Les Fleurs du Mal - Poésies diverses - Le Spleen de Paris - Les Paradis artificiels - Essais et nouvelles - Théâtre - Journaux intimes - Carnet.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
CDemassieux
  10 juin 2018
« Après les Fleurs du mal, il n'y a plus que deux partis à prendre pour le poète qui les fit éclore : ou se brûler la cervelle… ou se faire chrétien ! » s'exclama Barbey d'Aurevilly dans un article enthousiaste consacré à « ce livre cruel et osé dont l'idée a saisi l'imagination d'un artiste ».
Baudelaire s'essaya aussi avec succès à la prose poétique – Petits Poèmes en prose –, rédigea de magnifiques articles – dont ses Écrits sur l'art –, consacra des textes exceptionnels à ses coreligionnaires, dont Théophile Gautier, dédicataire des Fleurs du mal. Même s'il y avait peu d'écrivains contemporains trouvant grâce à ses yeux. Dans une lettre de 1866, il déclarait : « Excepté Chateaubriand, Balzac, Stendhal, Mérimée, Vigny, Flaubert, Banville, Gautier, Leconte de Lisle, toute la racaille moderne me fait horreur. »
Notons l'absence de Victor Hugo – qui l'aura « bien ennuyé, bien fatigué », confiait-il à sa mère en 1865 –, tandis qu'il lui avait dédié trois poèmes de son recueil sulfureux, dont « le Cygne », plein d'un sentiment d'exil devant ce vieux Paris qui disparaissait sous les assauts haussmanniens – ce qui tempère cette modernité qu'on lui prête systématiquement.
Toutefois, dans l'imaginaire collectif, Baudelaire demeure l'homme d'un livre, et quel livre !
D'une structure poétique classique, Les Fleurs du mal sont un terrible éclair dans le ciel littéraire de ce Second Empire prompt à la censure. Hélas, la poésie baudelairienne était trop audacieuse pour son temps – lire, pour s'en convaincre, « Les Métamorphoses du vampire » ou « Les Bijoux » –, ce que le procureur impérial Ernest Pinard, malchanceux avec Flaubert et Madame Bovary, fit payer au poète en 1857, l'obligeant à retirer certaines pièces du recueil, qui demeurèrent interdites de publication jusqu'en… 1949 !
Il est vrai que la poésie de Baudelaire recèle des ivresses périlleuses, comme l'avouait Stéphane Mallarmé, autre poète génial du panthéon littéraire français : « Mon Baudelaire à peine ouvert, je suis attiré dans un paysage surprenant qui vit au regard avec l'intensité de ceux que crée le profond opium. » Là se déploie une poésie des abîmes, tourmentée et mystique. Quant à ceux qui ne voient en Baudelaire qu'un sataniste, voici ce qu'il écrivait encore à sa mère, en 1861 : « Je désire de tout mon coeur (avec quelle sincérité, personne ne peut le savoir que moi !) croire qu'un être extérieur et invisible s'intéresse à moi, mais comment faire pour le croire ? »
Depuis 150 ans, Baudelaire repose au cimetière de Montparnasse, à Paris, son nom gravé à côté de celui du général Aupick, le beau-père honni, et sa chère mère, Caroline, à qui il dit un jour : « Nous sommes évidemment destinés à nous aimer, à vivre l'un pour l'autre. »
Le poète dandy, maudit au moins par ses démons intérieurs couplés à un destin contraire, s'en est donc allé : « Plonger au fond du gouffre, / Enfer ou Ciel, qu'importe ? / Au fond de l'Inconnu pour trouver du nouveau ! » (in « le Voyage »).
(Critique publiée dans Boulevard Voltaire, à l'occasion des 150 ans de la mort du poète, survenue le 31 août 1867, à Paris)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Wyoming
  21 décembre 2018
Baudelaire est-il le plus grand des poètes?
Les avis sont certainement partagés, car Victor, Arthur, Paul et d'autres sont là parmi ces géants de la poésie qui ne seront probablement jamais surpassés.
Ma préférence va toujours vers Charles Baudelaire pour les thèmes qu'il développe dans la puissance et l'audace de ses alexandrins, la mélancolie réaliste qui s'en dégage, les paradoxes qu'ils renferment, bref un esprit, certes torturé, capable de mettre en forme tous les états d'âme de l'humanité avec un talent que je trouve inégalé, au coude à coude avec Victor, mais il faut bien choisir et je place donc Baudelaire en tête.
La nature tient une grande place dans son oeuvre et les "vivants piliers" qui nous observent séduiront toujours les amoureux de la forêt et de ses mystères. La mer est également très présente qui "console nos labeurs" et porte, dans ses nuées, les "ailes de géant" de l'albatros semblable au poète.
Egalement, les saisons, comme l'automne et le "limon amer" de sa tristesse, mais aussi le printemps "adorable" même s'il a "perdu son odeur". Et bien sûr l'été qui permet de "dormir à midi dans les chaudes clairières". Et naturellement, très souvent revient dans son oeuvre "ce rouge soleil que l'on nomme l'amour". le vin est également célébré par le poète, lui qui "fait surgir plus d'un portique fabuleux dans l'or de sa vapeur rouge". Enfin, la douleur invitée à se tenir "plus tranquille" et la mort qui met "dans ces bières pareilles un symbole d'un goût bizarre et captivant".
Baudelaire a dit lui même avoir "cultivé son hystérie avec jouissance et terreur" et si elle transparaît dans certains poèmes, sa lucidité est telle qu'il sait doser son expression pour produire une oeuvre d'une cohérence et d'une richesse époustouflantes.
Léo Ferré a mis en musique et chante de sa voix magique nombre de ses poèmes, c'est une superbe rencontre de deux poètes sublimes à un intervalle d'un siècle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          61
Kanamaelle
  23 décembre 2012
Format très pratique en papier "Bible" permettant à ce petit livre à la lecture en paysage de nous livrer l'ensemble de l'oeuvre de ce cher poète qu'on ne présente plus. Un régal, je l'ai souvent dans mon sac ou sur ma table de chevet et j'y puise de temps en temps quelques bribes, quelques parfums et frissons au hasard des pages. Car oui, c'est ainsi que j'aime lire la poésie...
Commenter  J’apprécie          40
zenzibar
  19 février 2013
Baudelaire, le poète maudit devenu le poète de référence de l'enseignement secondaire...
Il existe un paradoxe étonnant entre la vie de ce poète et son oeuvre. Une vie de précarité, d'instabilité,qui contraste avec son style qui vise à la perfection,
Personnellement je trouve que cette perfection formelle, une sorte de jardin à la française, est parfois franchement agaçante et l'envie de jeter les mots comme dans un chamboule tout est forte.
Il n'en demeure pas moins que l'oeuvre de Baudelaire, avec son joyau les Fleurs du Mal mais aussi d'autres ensembles comme ces poèmes en prose, flirte en permanence avec la beauté et demeure une source de plaisir pour le lecteur
Commenter  J’apprécie          10
Pirouette0001
  08 juillet 2013
Comment oser critiquer l'oeuvre de cet auteur sans nul autre pareil. Il m'a emmenée par la main à travers son oeuvre poétique depuis mon adolescence et la magie a été et reste sans cesse renouvelée. Il suffit de rouvrir l'ouvrage, au hasard, pour tomber sous le charme de l'écriture, quand bien même la poésie ne serait pas le pain quotidien de mes lectures.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (103) Voir plus Ajouter une citation
krzysvancokrzysvanco   26 juillet 2020
LE DÉSIR DE PEINDRE
....

Je la comparerais à un soleil noir, si l’on pouvait concevoir un astre noir versant la lumière et le bonheur. Mais elle fait plus volontiers penser à la lune, qui sans doute l’a marquée de sa redoutable influence ; non pas la lune blanche des idylles, qui ressemble à une froide mariée, mais la lune sinistre et enivrante, suspendue au fond d’une nuit orageuse et bousculée par les nuées qui courent ; non pas la lune paisible et discrète visitant le sommeil des hommes purs, mais la lune arrachée du ciel, vaincue et révoltée, que les Sorcières thessaliennes contraignent durement à danser sur l’herbe terrifiée !
Dans son petit front habitent la volonté tenace et l’amour de la proie. Cependant, au bas de ce visage inquiétant. où des narines mobiles aspirent l’inconnu et l’impossible, éclate, avec une grâce inexprimable, le rire d’une grande bouche, rouge et blanche, et délicieuse, qui fait rêver au miracle d’une superbe fleur éclose dans un terrain volcanique.
Il y a des femmes qui inspirent l’envie de les vaincre et de jouir d’elles ; mais celle-ci donne le désir de mourir lentement sous son regard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
krzysvancokrzysvanco   26 juillet 2020
J’aime ses grands yeux bleus, sa chevelure ardente
Aux étranges senteurs,
Son beau corps blanc et rose, et sa santé puissante
Digne des vieux jouteurs.

J’aime son air superbe et sa robe indécente
Laissant voir les rondeurs
De sa gorge charnue à la forme abondante
Qu’admirent les sculpteurs.

J’aime son mauvais goût, sa jupe bigarrée
Son grand châle boiteux, sa parole égarée,
Et son front rétréci.

Je l’aime ainsi ! Tant pis... Cette fille des rues
M’enivre et me fascine avec ses beautés crues,
Tant pis ! Je l’aime ainsi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Aurel82Aurel82   17 juillet 2019
Portraits de maîtresses

Dans un boudoir d’hommes, c’est-à-dire dans un fumoir attenant à un élégant tripot, quatre hommes fumaient et buvaient. Ils n’étaient précisément ni jeunes ni vieux, ni beaux ni laids ; mais vieux ou jeunes, ils portaient cette distinction non méconnaissable des vétérans de la joie, cet indescriptible je ne sais quoi, cette tristesse froide et railleuse qui dit clairement : « Nous avons fortement vécu, et nous cherchons ce que nous pourrions aimer et estimer. »

L’un d’eux jeta la causerie sur le sujet des femmes. Il eût été plus philosophique de n’en pas parler du tout ; mais il y a des gens d’esprit qui, après boire, ne méprisent pas les conversations banales. On écoute alors celui qui parle, comme on écouterait de la musique de danse.

« Tous les hommes, disait celui-ci, ont eu l’âge de Chérubin : c’est l’époque où, faute de dryades, on embrasse, sans dégoût, le tronc des chênes. C’est le premier degré de l’amour. Au second degré, on commence à choisir. Pouvoir délibérer, c’est déjà une décadence. C’est alors qu’on recherche décidément la beauté. Pour moi, messieurs, je me fais gloire d’être arrivé, depuis longtemps, à l’époque climatérique du troisième degré où la beauté elle-même ne suffit plus, si elle n’est assaisonnée par le parfum, la parure, et cætera. J’avouerai même que j’aspire quelquefois, comme à un bonheur inconnu, à un certain quatrième degré qui doit marquer le calme absolu. Mais, durant toute ma vie, excepté à l’âge de Chérubin, j’ai été plus sensible que tout autre à l’énervante sottise, à l’irritante médiocrité des femmes. Ce que j’aime surtout dans les animaux, c’est leur candeur. Jugez donc combien j’ai dû souffrir par ma dernière maîtresse.

« C’était la bâtarde d’un prince. Belle, cela va sans dire ; sans cela, pourquoi l’aurais-je prise ? Mais elle gâtait cette grande qualité par une ambition malséante et difforme. C’était une femme qui voulait toujours faire l’homme. « Vous n’êtes pas un homme ! Ah ! si j’étais un homme ! De nous deux, c’est moi qui suis l’homme ! » Tels étaient les insupportables refrains qui sortaient de cette bouche d’où je n’aurais voulu voir s’envoler que des chansons. À propos d’un livre, d’un poëme, d’un opéra pour lequel je laissais échapper mon admiration : « Vous croyez peut-être que cela est très-fort ? disait-elle aussitôt ; est-ce que vous vous connaissez en force ? » et elle argumentait.

« Un beau jour elle s’est mise à la chimie ; de sorte qu’entre ma bouche et la sienne je trouvai désormais un masque de verre. Avec tout cela, fort bégueule. Si parfois je la bousculais par un geste un peu trop amoureux, elle se convulsait comme une sensitive violée…

— Comment cela a-t-il fini ? dit l’un des trois autres. Je ne vous savais pas si patient.

— Dieu, reprit-il, mit le remède dans le mal. Un jour je trouvai cette Minerve, affamée de force idéale, en tête-à-tête avec mon domestique, et dans une situation qui m’obligea à me retirer discrètement pour ne pas les faire rougir. Le soir je les congédiai tous les deux, en leur payant les arrérages de leurs gages.

— Pour moi, reprit l’interrupteur, je n’ai à me plaindre que de moi-même. Le bonheur est venu habiter chez moi, et je ne l’ai pas reconnu. La destinée m’avait, en ces derniers temps, octroyé la jouissance d’une femme qui était bien la plus douce, la plus soumise et la plus dévouée des créatures, et toujours prête ! et sans enthousiasme ! « Je le veux bien, puisque cela vous est agréable. » C’était sa réponse ordinaire. Vous donneriez la bastonnade à ce mur ou à ce canapé, que vous en tireriez plus de soupirs que n’en tiraient du sein de ma maîtresse les élans de l’amour le plus forcené. Après un an de vie commune, elle m’avoua qu’elle n’avait jamais connu le plaisir. Je me dégoûtai de ce duel inégal, et cette fille incomparable se maria. J’eus plus tard la fantaisie de la revoir, et elle me dit, en me montrant six beaux enfants : « Eh bien ! mon cher ami, l’épouse est encore aussi vierge que l’était votre maîtresse. » Rien n’était changé dans cette personne. Quelquefois je la regrette : j’aurais dû l’épouser. »

Les autres se mirent à rire, et un troisième dit à son tour :

« Messieurs, j’ai connu des jouissances que vous avez peut-être négligées. Je veux parier du comique dans l’amour, et d’un comique qui n’exclut pas l’admiration. J’ai plus admiré ma dernière maîtresse que vous n’avez pu, je crois, haïr ou aimer les vôtres. Et tout le monde l’admirait autant que moi. Quand nous entrions dans un restaurant, au bout de quelques minutes, chacun oubliait de manger pour la contempler. Les garçons eux-mêmes et la dame du comptoir ressentaient cette extase contagieuse jusqu’à oublier leurs devoirs. Bref, j’ai vécu quelque temps en tête-à-tête avec un phénomène vivant. Elle mangeait, mâchait, broyait, dévorait, engloutissait, mais avec l’air le plus léger et le plus insouciant du monde. Elle m’a tenu ainsi longtemps en extase. Elle avait une manière douce, rêveuse, anglaise et romanesque de dire : « J’ai faim ! » Et elle répétait ces mots jour et nuit en montrant les plus jolies dents du monde, qui vous eussent attendris et égayés à la fois. — J’aurais pu faire ma fortune en la montrant dans les foires comme monstre polyphage. Je la nourrissais bien ; et cependant elle m’a quitté… — Pour un fournisseur aux vivres, sans doute ? — Quelque chose d’approchant, une espèce d’employé dans l’intendance qui, par quelque tour de bâton à lui connu, fournit peut-être à cette pauvre enfant la ration de plusieurs soldats. C’est du moins ce que j’ai supposé.

— Moi, dit le quatrième, j’ai enduré des souffrances atroces par le contraire de ce qu’on reproche en général à l’égoïste femelle. Je vous trouve mal venus, trop fortunés mortels, à vous plaindre des imperfections de vos maîtresses ! »

Cela fut dit d’un ton fort sérieux, par un homme d’un aspect doux et posé, d’une physionomie presque cléricale, malheureusement illuminée par des yeux d’un gris clair, de ces yeux dont le regard dit : « Je veux ! » ou : « Il faut ! » ou bien : « Je ne pardonne jamais ! »

« Si, nerveux comme je vous connais, vous, G…, lâches et légers comme vous êtes, vous deux, K… et J…, vous aviez été accouplés à une certaine femme de ma connaissance, ou vous vous seriez enfuis, ou vous seriez morts. Moi, j’ai survécu, comme vous voyez. Figurez-vous une personne incapable de commettre une erreur de sentiment ou de calcul ; figurez-vous une sérénité désolante de caractère ; un dévouement sans comédie et sans emphase ; une douceur sans faiblesse ; une énergie sans violence. L’histoire de mon amour ressemble à un interminable voyage sur une surface pure et polie comme un miroir, vertigineusement monotone, qui aurait réfléchi tous mes sentiments et mes gestes avec l’exactitude ironique de ma propre conscience, de sorte que je ne pouvais pas me permettre un geste ou un sentiment déraisonnable sans apercevoir immédiatement le reproche muet de mon inséparable spectre. L’amour m’apparaissait comme une tutelle. Que de sottises elle m’a empêché de faire, que je regrette de n’avoir pas commises ! Que de dettes payées malgré moi ! Elle me privait de tous les bénéfices que j’aurais pu tirer de ma folie personnelle. Avec une froide et infranchissable règle, elle barrait tous mes caprices. Pour comble d’horreur, elle n’exigeait pas de reconnaissance, le danger passé. Combien de fois ne me suis-je pas retenu de lui sauter à la gorge, en lui criant : « Sois donc imparfaite, misérable ! afin que je puisse t’aimer sans malaise et sans colère ! » Pendant plusieurs années, je l’ai admirée, le cœur plein de haine. Enfin, ce n’est pas moi qui en suis mort !

— Ah ! firent les autres, elle est donc morte ?

— Oui ! cela ne pouvait continuer ainsi. L’amour était devenu pour moi un cauchemar accablant. Vaincre ou mourir, comme dit la Politique, telle était l’alternative que m’imposait la destinée ! Un soir, dans un bois… au bord d’une mare… après une mélancolique promenade où ses yeux, à elle, réfléchissaient la douceur du ciel, et où mon cœur, à moi, était crispé comme l’enfer…

— Quoi !

— Comment !

— Que voulez-vous dire ?

— C’était inévitable. J’ai trop le sentiment de l’équité pour battre, outrager ou congédier un serviteur irréprochable. Mais il fallait accorder ce sentiment avec l’horreur que cet être m’inspirait ; me débarrasser de cet être sans lui manquer de respect. Que vouliez-vous que je fisse d’elle, puisqu’elle était parfaite ? »

Les trois autres compagnons regardèrent celui-ci avec un regard vague et légèrement hébété, comme feignant de ne pas comprendre et comme avouant implicitement qu’ils ne se sentaient pas, quant à eux, capables d’une action aussi rigoureuse, quoique suffisamment expliquée d’ailleurs.

Ensuite on fit apporter de nouvelles bouteilles, pour tuer le Temps qui a la vie si dure, et accélérer la vie qui coule si lentement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
palamedepalamede   11 février 2017
Il est impossible de parcourir une gazette quelconque, de n'importe quel jour, ou quel mois, ou quelle année, sans y trouver, à chaque ligne, les signes de la perversité humaine la plus épouvantable, en même temps que les vanteries les plus surprenantes de probité, de bonté, de charité, et les affirmations les plus effrontées, relatives au progrès et à la civilisation.
Tout journal, de la première ligne à la dernière, n'est qu'un tissu d'horreurs. Guerres, crimes, vols, impudicités, tortures, crimes des princes, crimes des nations, crimes des particuliers, une ivresse d'atrocité universelle.
Et c'est de ce dégoûtant apéritif que l'homme civilisé accompagne son repas chaque matin. Tout, en ce monde, sue le crime : le journal, la muraille et le visage de l'homme.
Je ne comprends pas qu'une main pure puisse toucher un journal sans une convulsion de dégoût.

(Extrait de Mon cœur mis à nu, LXXXI)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
nadejdanadejda   11 novembre 2013
Ô toison, moutonnant jusque sur l'encolure !
Ô boucles ! Ô parfum chargé de nonchaloir !
Extase ! Pour peupler ce soir l'alcôve obscure
Des souvenirs dormant dans cette chevelure,
Je la veux agiter dans l'air comme un mouchoir !

La langoureuse Asie et la brûlante Afrique,
Tout un monde lointain, absent, presque défunt,
Vit dans tes profondeurs, forêt aromatique !
Comme d'autres esprits voguent sur la musique,
Le mien, ô mon amour ! nage sur ton parfum.

J'irai là-bas où l'arbre et l'homme, pleins de sève,
Se pâment longuement sous l'ardeur des climats ;
Fortes tresses, soyez la houle qui m'enlève !
Tu contiens, mer d'ébène, un éblouissant rêve
De voiles, de rameurs, de flammes et de mâts :

Un port retentissant où mon âme peut boire
A grands flots le parfum, le son et la couleur ;
Où les vaisseaux, glissant dans l'or et dans la moire,
Ouvrent leurs vastes bras pour embrasser la gloire
D'un ciel pur où frémit l'éternelle chaleur.

Je plongerai ma tête amoureuse d'ivresse
Dans ce noir océan où l'autre est enfermé ;
Et mon esprit subtil que le roulis caresse
Saura vous retrouver, ô féconde paresse,
Infinis bercements du loisir embaumé !

Cheveux bleus, pavillon de ténèbres tendues,
Vous me rendez l'azur du ciel immense et rond ;
Sur les bords duvetés de vos mèches tordues
Je m'enivre ardemment des senteurs confondues
De l'huile de coco, du musc et du goudron.

Longtemps ! toujours ! ma main dans ta crinière lourde
Sèmera le rubis, la perle et le saphir,
Afin qu'à mon désir tu ne sois jamais sourde !
N'es-tu pas l'oasis où je rêve, et la gourde
Où je hume à longs traits le vin du souvenir ?

Charles Baudelaire La Chevelure
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          123

Videos de Charles Baudelaire (68) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charles Baudelaire
BAUDELAIRE – Une Vie, une Œuvre : 1821-1867 (France Culture, 1999) Émission "Une Vie, une Œuvre" par Michel Cazenave, diffusée le 21 janvier 1999 sur France Culture. Invités : André Guyeaux, Raphaël Brossard, Pascal Maillard, Jean-Paul Avice, Max Milner, Jérôme Thélot et Christian Jambet.
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Baudelaire

Dans quelle ville est né Charles Baudelaire ?

Bordeaux
Paris
Lille
Lyon

12 questions
287 lecteurs ont répondu
Thème : Charles BaudelaireCréer un quiz sur ce livre