AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2915596050
Éditeur : Les Perséides (15/01/2005)

Note moyenne : 4.25/5 (sur 2 notes)
Résumé :
« La balle ouvre dans la chair un tout petit trou qui se referme aussitôt. Déjà, Mademoiselle X… se repoudre, réajuste le rouge de ses lèvres. Mais ce n’est qu’une comédie, un simulacre, la continuation du rite. En aucun cas la victime ne doit, par le spectacle de son agonie, indisposer le sacrificateur. Je sais qu’elle va s’écrouler derrière la porte et qu’on l’emportera. Je sais qu’on ne m’en dira rien. »

Avec ces dix-huit récits, Marcel Béalu s’aff... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Tandarica
  22 février 2016
Ce recueil est préfacé par Michèle Touret et comporte les illustrations suivantes: un détail de Guillaume Barré, "Le Voyage", en couverture, cinq dessins de Marcel Béalu lui-même (dont l'androgyne "Ange au chèvrefeuille", en regard de "No man's land") et enfin une photographie de Max Jacob par Marcel Béalu. Il réunit 18 textes courts, voire très courts, dont on ne saurait trop dire s'il s'agit de contes ou de nouvelles. En voici la liste: "Soliloque d'un veuf", "Le montreur de marionnettes", "Le fabricant de rides", "Palais-Royal", "Le mort de la chambre", "Le nom", "L'étranger impitoyable", "La visiteuse nocturne", "Les rois", "Le porte-bonheur", "L'inspecteur", "La maison d'en face", "L'armurier", "Le chroniqueur de l'empire", "Les lys et le sang", "La porte incompréhensible", "Les deux clientes", "Judith".
Dans "Aurélia", me semble-t-il, Gérard de Nerval écrit: "Je n'ai jamais éprouvé que le sommeil fût un repos. Après un engourdissement de quelques minutes, une vie nouvelle commence." Dans "Judith", le narrateur déclare explicitement:" je me trouvai aussitôt transporté, en rêve, dans un autre théâtre", tandis que celui de "L'étranger impitoyable" se dit à son tour "tiré trop tôt du sommeil pour vaquer à [ses] habitudes". Ces messagers apparaissent comme des passeurs similaires aux personnages de Shigeru Mizuki ("Kitaro" et "3, Rue des mystères" essentiellement) et le monde des songes n'est pas toujours affirmé catégoriquement, de sorte qu'on peut soupçonner que des esprits s'en mêlent. "La visiteuse nocturne" s'apparente très clairement à cette histoire de Shigeru Mizuki dans laquelle un étage entier d'un grand magasin disparaît mystérieusement pour le liftier. le veuf clôt son soliloque par cette phrase: "quand j'aurai tout dit, j'irai me jeter dans le puits". Je pense que Michèle Touret résume fort bien dans sa préface l'univers de Marcel Béalu: "le moment où tout bascule est aussi celui où se déchirent les voiles, où se défont les apparences, dans la plus banale des situations; alors tout dérape dans l'insolite et l'inacceptable. Il n'y a pas de degré dans l'inacceptable, c'est cela que Marcel Béalu nous fait percevoir par un art de figurer l'insolite, qui va de l'indice subtil à l'image fantastique dans un monde d'ombres fugaces, de scènes atroces ou atrocement rêvées, qui répondent à des codes secrets et à leurs propres règles de savoir-vivre, comme dans la nouvelle intitulée "L'Armurier": "en aucun cas, la victime ne doit, par le spectacle de son agonie, indisposer le sacrificateur". Il y a donc aussi de l'humour, mais surtout un style que je qualifierais de très élégant dans sa concision. L'ensemble des six sens du lecteur sont paradoxalement maintenus en éveil par une perception que l'écrivain sollicite constamment. Ainsi dans "Les lys et le sang", l'odorat devient un personnage à part entière. Je souhaite m'attarder à présent sur ce texte qui comporte en exergue cette citation de Shakespeare: "Les lys qui pourrissent sentent plus mauvais que les herbes." Duval, le protagoniste, qualifié d'abord de fou par le narrateur est ainsi présenté: "mais aussitôt une réflexion pleine de clairvoyance me stupéfiait, car elle indiquait à n'en pas douter un esprit non seulement nourri par des années d'études et de méditation, mais aussi aiguisé au laminoir des passions." Son rapport à l'argent suscite la part du narrateur cette réflexion: "c'est dans la libre jouissance des "biens de la terre" que réside peut-être le pire des désespoirs, si l'on se distingue quelque peu du dernier des animaux". Il dispose d'une bibliothèque: "la "Bible", "Le Livre des Morts thibétains, les "Lois de Manou" y voisinaient avec Swift, Cervantès, Poe, Melville. À côté de ces sommets de l'intuition des hommes, je remarquai, rassemblés dans un coin, plusieurs ouvrages bizarres: "Le Lys dans le Blason", par M. de Rochecaille; un "Traité de la fleur", par le Révérend Père Bastien; "L'Horticulture Pratique", de Rolph du Guet ; "Pour avoir des Orchidées", et autres "Fleurs du Jardin"...". Je ne saurais dire davantage sur le véritable secret qui relie les lys à ce mystérieux Duval, si ce n'est donner la parole à l'intéressé: "seuls les lys possèdent une clarté charnelle pareille à certains airs envoûtants de Monteverdi ou de Schutz..." et ensuite au narrateur: "puis une persistante et forte odeur, grisante jusqu'à la nausée, nous assaillit. Enfin, au débouché du sentier, j'éprouvai ce choc silencieux et toujours trop bref qui précède l'enchantement de l'âme. Il semble que seule l'absolue nouveauté puisse le provoquer, et pourtant l'ivresse en persiste bien après que s'est enfui l'étonnement." J'utilise enfin les trois dernières lignes du texte pour qualifier mon sentiment de lecture: "merveilleux et immarcescible bijou ciselé dressant ses triomphantes étamines comme des antennes d'or tendues vers quelque secret paradis futur".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
TandaricaTandarica   29 octobre 2015
D'autres deuils assombrirent mon existence, rendant chaque fois un peu plus fausse la résonance de mes plaisirs, avant le jour où je pus entendre sa voix. Tiré trop tôt du sommeil pour vaquer à mes habitudes, je m'étais enfermé dans le débarras minuscule où s'entassent mille témoins extravagants de mon passé : objets divers auxquels seul le souvenir qu'ils évoquent saurait donner un nom.
Commenter  J’apprécie          290
TandaricaTandarica   30 octobre 2015
On ne saurait taxer d'irréalité ce qui m'arrive la nuit. Ce n'est pas des rêves : mon emploi du temps m'interdit tout sommeil, ma charge est de veiller sur les choses endormies. Sitôt enfuie la débandade écervelée du personnel diurne, et closes les portes, et tirés les lourds vantaux du soir, rien ne se meut dans l'ombre que n'enregistre immédiatement mon œil aux aguets.
(p.55, "La visiteuse nocturne")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
TandaricaTandarica   26 octobre 2015
[...] mon invocation à la Troisième Ténèbre :
"Nuit qui écartèle les astres et te tiens debout sur nos têtes, je requiers ton pouvoir contre ce jour fade qui agite à l'horizon ses lanternes de pauvres, ses lueurs de désastre ! [...]"
No man's land (page 15)
Commenter  J’apprécie          150
TandaricaTandarica   04 avril 2015
Par goût de la solitude, j’avais fait construire ma maison en pleine forêt. Le toit ne dépassait pas les arbres. Là enfin je pourrais vivre loin des fréquentations oiseuses, entre des murs nus, délivré de l’envahissant confort. Un lit, une table, une chaise, qu’est-il besoin de plus ?
Commenter  J’apprécie          71
TandaricaTandarica   26 octobre 2015
Mais de tous nos désirs combien infime est la part que nous réalisons !
(page 111)
Commenter  J’apprécie          130
Video de Marcel Béalu (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marcel Béalu
Vidéo de Marcel Béalu
autres livres classés : fantastiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Couples célèbres de la litterature

Julien Sorel

Louise de Renal
Maguerite Gautier
Ariane
Camille
Celimene

10 questions
474 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , théâtreCréer un quiz sur ce livre