AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 1035200392
Éditeur : Thierry Magnier (07/06/2017)

Note moyenne : 4.28/5 (sur 29 notes)
Résumé :
Nita, une adolescente amérindienne est kidnappée à Montréal et se réveille dans une cabane perdue au cœur de la foret canadienne enneigée. Qui l'a emmenée ici et pourquoi ? une chose est sûre : c'est seule qu'elle devra affronter les pires prédateurs. Du côté des enquèteurs , les indices sont rares. Une course contre la montre s'engage. Nita a sept jours pour survivre.
Un thriller glaçant!!
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
Jmlyr
  16 décembre 2017
J'ai décidé d'avoir treize ans le temps d'une lecture, et de me retrouver dans un univers que je ne connais pas, le Canada, ses forêts, cabanes, et le grand froid… moi qui aime tant être au chaud. Le titre annonce la couleur, celle de la peur. Une semaine où les jours sont égrainés comme autant de leçons de vie, ou de survie.
Je me suis fait piéger, empruntant tour à tour les sentiments d'une ado loin de son cocon familial, et ceux d'une mère à qui on a arraché son enfant sur un trajet quotidien. L'angoisse est palpable, quel que soit le côté duquel on se place. Le rythme est entrainant, le suspens maintenu, le cadre tellement bien évoqué que j'ai presque eu envie de grands espaces et de neige, à condition d'être dans une jolie cabane bien entourée, avec un bon thé chaud, et non à la merci d'un psychopathe !
J'ai aimé le dépaysement total, le style agréable, la trame de l'histoire et le fait que derrière tout cela il y ait une réelle dénonciation de l'indifférence dans laquelle ont pu disparaître tant de jeunes filles autochtones. À l'issue de cette lecture il est largement possible d'ouvrir des discussions avec des ados, dont les règles de sécurité bien sûr, mais bien au-delà : le respect des minorités, leurs traditions, leur culture... et de débattre sur l'histoire des Amérindiens du Canada :
« Comment au cours du XXe siècle, ils ont été enfermés dans des pensionnats pour être évangélisés et comment on a voulu  “tuer l'Indien dans l'enfant”. » (Page 254)
Nita est donc cette jeune fille amérindienne victime d'un kidnapping, histoire romancée, mais qui n'en dénonce par moins une réalité. J'ai bien sûr été très troublée par les révélations de l'auteure en fin d'ouvrage, et le lien empreint de mystère entre Nita Rivière et Tina Fontaine... lisez pour comprendre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          697
Kawane
  01 décembre 2017
Ah..on dit que la hasard fait bien les choses quelques fois ! Je rentre du Canada..et je "tombe" sur ce livre qui m'y ramène ! ...sous des températures certes moins clémentes...
Quel roman ! on marche dans la neige avec l'héroïne, Nita , jeune fille de treize ans, amérindienne, photographe amateur se fait enlever dans un parc . Son ravisseur la kidnappe et la retient séquestrée dans une cabane isolée dans les insondables forêts canadiennes où va se mêler le chamanisme, les traditions, la Nature, les animaux sauvages.. cette héroïne est pétrie de bon sens, d' optimisme et de courage, ...les secours ou la police la retrouveront-ils dans cette immensité ?
...Thriller haletant, l'histoire crédible et plein de rebondissements rend la lecture fluide et passionnante., une empathie immédiate avec cette héroïne. Un très bon roman policier comme un très bon Fred Vargas, l'écriture est agréable, dense, le scénario de l'histoire est remarquable ... les "paliers de l'angoisse" rendent l'enquête policière intéressante. ..bref lu d'une traite et à recommander à tous et à toutes !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          143
leathian
  10 juin 2017
Critique d'Adeline Détée, comédienne.
« Sept jours pour survivre » m'a happée… Immédiatement… J'ai adoré son suspense, le grand froid glacé qui l'habite et le pragmatisme de Nita, jeune adolescente en prise avec la dureté des éléments et la perversité de l'âme humaine.
J'ai aimé frissonner avec elle et me questionner sur nos racines profondes. J'ai eu envie de mieux connaître le couple d'enquêteurs et faire un bout de chemin avec eux. Et surtout, j'ai appris avec ce texte la tragédie des jeunes filles amérindiennes dont nous ignorons ici les combats.
L'écriture de Nathalie Bernard est une écriture fine, ciselée, sur le fil, qui se déroule comme un film… Un film haletant et profond. »
Commenter  J’apprécie          100
Sharon
  03 août 2017
Un très bon polar, qui est au départ destiné aux adolescents, mais qui est surtout hautement recommandable pour tout lecteur aimant les romans policiers. Il et impossible de le lâcher (j'en ai fait l'expérience avant-hier soir) : je voulais absolument savoir ce qui arriverait à Nita. Nous savons dès le titre combien de temps durera l'action, nous ne savons pas comment cela se déroulera. Je peux dire simplement que cela ne se passe pas du tout comme on aurait pu s'y attendre, et que le lecteur en saura parfois plus que les enquêteurs.
En effet, nous avons deux points de vue dans ce roman, celui de la jeune fille et celui des enquêteurs. Ceux-ci sont fortement campés, ils n'ont pas peur d'en faire trop, d'être jusqu'au-boutiste pour mener à bien leur enquête. Se faire des amis, être bien vus de leur supérieur n'est pas leur priorité. Tout comme pour d'autres, la disparition d'une amérindienne n'est pas une priorité, bien qu'elle ne finisse pas nécessairement par réapparaître en vie et en bonne santé.
Nous n'aurons pas le point de vue du kidnappeur, ce qui est pourtant à la mode (et pas forcément réussi) dans maints romans policiers. Pas la peine : nous le voyons à travers les yeux de Nita et cela ne donne pas envie de connaître ses motivations. Elles seront élucidées, pourtant, par les enquêteurs. Elles sont résumées, en une phrase saisissante, par Nita, toujours. Un lourd travail serait à faire pour les empêcher, mais est-on prêt à le faire, là est la question.
J'ai pensé à l'écriture d'Arnaldur Indridason en lisant ce roman, et pas seulement parce que l'action se passe au Canada, parce que nous avons le froid, la neige et les disparitions. L'auteure ne garde que l'essentiel dans son roman. Nita doit survivre, les enquêteurs doivent la retrouver : pas de place pour le superflu.
Une lecture coup de coeur.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          52
olivier6501
  11 juin 2017
A mesure qu'on avance dans ce trhiller, notre sang se glace presque autant que celui de la jeune Nita que l'on suit, et il devient vite impossible d'arrêter la lecture tellement on a besoin de connaître la suite de l'histoire ! Ce roman qui nous fait voyager dans les vastes forêts du Canada, glaciales et magnifiques à la fois, est à lire absolument !
Commenter  J’apprécie          70

critiques presse (1)
LeMonde   07 janvier 2018
L’écriture ciselée de la romancière parvient à décrire avec habileté une héroïne aux prises avec les éléments.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
JmlyrJmlyr   15 décembre 2017
Chaque année, il y avait des morts à cause des attaques d’ours noirs. Chaque année, elle voyait dans les journaux des noms de gens, accompagnés de leurs photos souvent souriantes qui, en l’espace d’une promenade, n’existaient plus.
En l’espace d’une promenade…

Page 150
Commenter  J’apprécie          390
leathianleathian   10 juin 2017
Bizarrement, la première chose à laquelle Nita pensa en se réveillant fut : ma mère a dû m'attendre longtemps, les bougies ont fondu et recouvert le gâteau de cire, il doit être immangeable... Ensuite, elle sentit le froid sur son visage.
Un froid sec et mordant.
Son corps lui était au chaud. Elle reconnaissait le contact de son pull noir et de son jean et devinait le poids d’une couverture.
Ou suis-je ?
Elle serra ses paupières de toutes ses forces. Tant qu’elle n’ouvrirait pas les yeux, tout ça pouvait encore n’être qu’un cauchemar, juste un sale cauchemar comme ceux qui la réveillaient en nage au milieu de la nuit. Ces nuits-là, elle faisait la morte pour se rendre invisible, à l’instar de certains animaux sans défense. Elle se tenait immobile dans le noir, tentait de disparaitre jusqu’à ce que les spectres qu’elle avait imaginés s’en aillent, lassés de cette chair inanimée. Lorsqu’elle était bien certaine qu’ils étaient partis, elle tendait rapidement un bras en direction de la lampe, attrapait l’interrupteur et, dans la lumière jaune, elle redécouvrait sa chambre inchangée. Ses murs tapissés de gris, ses photos encadrées, ses peluches remisées en haut de la bibliothèque, son bureau couvert de boites de biscuits entamés et le silence de la nuit qui recouvrait tout.
Mais cette fois-ci il ne s’agissait pas d’un mauvais rêve. Tout venait de lui revenir en bloc : la sensation brutale de devenir la « chose » de quelqu’un, d'être trimballée comme un objet, de ne plus s’appartenir, l’air froid qui lui piquait le visage, la sécheresse de sa bouche et cette douleur lancinante sur le côté droit du crâne lui racontaient qu’elle se trouvait ailleurs, dans un endroit inconnu et glacé.
On l’avait transportée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
JmlyrJmlyr   15 décembre 2017
Pour commencer, elle devait réparer au maximum sa première maison : son corps. C'était ce que la psy avait dit à Rébécca, sa meilleure amie, pendant son anorexie : "Ton corps est ta maison, si tu ne la consolides pas elle va bientôt s'effondrer…"

Page81
Commenter  J’apprécie          346
KawaneKawane   01 décembre 2017
Pour survivre, elle pensa que le mieux à faire était de se forcer à sortir, s'extirper à tout prix de ce demi-caveau...oui au lieu de gâcher une allumette et de risquer une nouvelle fois que le feu ne s'éteigne pendant son absence, il est préférable d'explorer les alentours tant qu'il faisait jour.
Commenter  J’apprécie          50
JmlyrJmlyr   15 décembre 2017
Nita poussa la porte derrière elle et chercha tout de suite un moyen de la bloquer. Après un rapide coup d’œil sur ce que contenait la pièce, elle saisit la chaise et la cala derrière le loquet. C’était une protection dérisoire, mais il y avait plus urgent.
Ne pas mourir de froid.

Page 79
Commenter  J’apprécie          50
Video de Nathalie Bernard (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nathalie Bernard
Sur France 5, Nathalie Le Breton vous conseille l'album "Un oisetier".
autres livres classés : canadaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1362 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .