AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9781035200399
253 pages
Thierry Magnier (07/06/2017)
4.1/5   143 notes
Résumé :
Nita, une adolescente amérindienne est kidnappée à Montréal et se réveille dans une cabane perdue au cœur de la foret canadienne enneigée. Qui l'a emmenée ici et pourquoi ? Une chose est sûre : c'est seule qu'elle devra affronter les pires prédateurs. Du côté des enquêteurs, les indices sont rares. Une course contre la montre s'engage. Nita a sept jours pour survivre.
Un thriller glaçant !!

La presse en parle:

Extrait de l’articl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (50) Voir plus Ajouter une critique
4,1

sur 143 notes
5
23 avis
4
19 avis
3
5 avis
2
0 avis
1
0 avis

Jmlyr
  16 décembre 2017
J'ai décidé d'avoir treize ans le temps d'une lecture, et de me retrouver dans un univers que je ne connais pas, le Canada, ses forêts, cabanes, et le grand froid… moi qui aime tant être au chaud. Le titre annonce la couleur, celle de la peur. Une semaine où les jours sont égrainés comme autant de leçons de vie, ou de survie.
Je me suis fait piéger, empruntant tour à tour les sentiments d'une ado loin de son cocon familial, et ceux d'une mère à qui on a arraché son enfant sur un trajet quotidien. L'angoisse est palpable, quel que soit le côté duquel on se place. Le rythme est entrainant, le suspens maintenu, le cadre tellement bien évoqué que j'ai presque eu envie de grands espaces et de neige, à condition d'être dans une jolie cabane bien entourée, avec un bon thé chaud, et non à la merci d'un psychopathe !
J'ai aimé le dépaysement total, le style agréable, la trame de l'histoire et le fait que derrière tout cela il y ait une réelle dénonciation de l'indifférence dans laquelle ont pu disparaître tant de jeunes filles autochtones. À l'issue de cette lecture il est largement possible d'ouvrir des discussions avec des ados, dont les règles de sécurité bien sûr, mais bien au-delà : le respect des minorités, leurs traditions, leur culture... et de débattre sur l'histoire des Amérindiens du Canada :
« Comment au cours du XXe siècle, ils ont été enfermés dans des pensionnats pour être évangélisés et comment on a voulu  “tuer l'Indien dans l'enfant”. » (Page 254)
Nita est donc cette jeune fille amérindienne victime d'un kidnapping, histoire romancée, mais qui n'en dénonce par moins une réalité. J'ai bien sûr été très troublée par les révélations de l'auteure en fin d'ouvrage, et le lien empreint de mystère entre Nita Rivière et Tina Fontaine... lisez pour comprendre !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          847
marina53
  23 mars 2020
La première chose à laquelle pense Nita à son réveil est son gâteau d'anniversaire aux bougies qui ont dû fondre depuis longtemps. Peinant à ouvrir les yeux, une douleur à la tête, se rendant compte que ses pieds et ses mains sont liés, elle se souvient alors de ce qui lui est arrivé. Sur le chemin de l'école, elle se fait happer par quelqu'un, se rappelle d'un espace clos dans laquelle on la trimbale. Et se réveille ici, dans cette cabane. Seule pour le moment. Pourquoi l'a-t-on enlevée et que veut lui son agresseur, qui, d'ailleurs, ne tarde pas a venir lui rendre une petite visite...
À Montréal, Gautier Saint-James se rend, ce samedi matin-là, chez Lucie Rivière. Cette dernière ne peut retenir ses larmes lorsqu'elle lui dit que sa fille, Nita, a disparu depuis la veille au matin. le patrouilleur, après avoir pris sa déclaration, retourne dans les locaux du SPVM, où il informe sa supérieure, le lieutenant-détective Valérie Lavigne, de cette disparition...
C'est dans une cabane, en plein coeur de la forêt canadienne, que Nita, jeune adolescente amérindienne de 13 ans, est retenue prisonnière. Que lui veut cet homme qu'elle a rencontré et avec qui elle a échangé quelques mots sur le chemin de l'école ? Comment peut-elle s'en sortir au milieu de ce vaste espace enneigé ? de leurs côtés, Saint-James et Lavigne, une spécialiste dans les disparitions et enlèvements d'enfants, vont tout mettre en oeuvre pour retrouver la jeune fille avant qu'il ne soit trop tard. Alternant ces deux récits, Nathalie Bernard nous offre un roman haletant, truffé de rebondissements et au rythme effréné. Un roman pour adolescent finement mené et à l'écriture dense. En toile de fond, les persécutions envers les autochtones (viols, enlèvements, "désindiennisation"...). Et un bel hommage à Tina Fontaine, tuée en août 2014...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          710
Kawane
  01 décembre 2017
Ah..on dit que la hasard fait bien les choses quelques fois ! Je rentre du Canada..et je "tombe" sur ce livre qui m'y ramène ! ...sous des températures certes moins clémentes...
Quel roman ! on marche dans la neige avec l'héroïne, Nita , jeune fille de treize ans, amérindienne, photographe amateur se fait enlever dans un parc . Son ravisseur la kidnappe et la retient séquestrée dans une cabane isolée dans les insondables forêts canadiennes où va se mêler le chamanisme, les traditions, la Nature, les animaux sauvages.. cette héroïne est pétrie de bon sens, d' optimisme et de courage, ...les secours ou la police la retrouveront-ils dans cette immensité ?
...Thriller haletant, l'histoire crédible et plein de rebondissements rend la lecture fluide et passionnante., une empathie immédiate avec cette héroïne. Un très bon roman policier comme un très bon Fred Vargas, l'écriture est agréable, dense, le scénario de l'histoire est remarquable ... les "paliers de l'angoisse" rendent l'enquête policière intéressante. ..bref lu d'une traite et à recommander à tous et à toutes !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          203
Jelussa
  23 juillet 2021
Le compte à rebours annoncé dans le titre démarre dès la première page… le ton est donné pour un thriller haletant !
Une alternance de chapitres sur la jeune fille kidnappée et d'autres sur les enquêteurs sur ses traces ne laisse aucun répit au lecteur.
J'ai beaucoup aimé cette lecture qui nous emporte au Canada dans les vastes forêts enneigées. le décor est superbe ainsi que superbement décrit, les personnages très justement dépeints : suffisamment de détails physiques pour pouvoir les imaginer, et une psychologie travaillée.
La langue est soignée et j'ai apprécié la façon de décrire les émotions de la victime qui passe par tout un tas de sensations et ressentis au cours de son aventure.
L'intrigue est efficacement construite avec des détails lui donnant toute sa crédibilité.
Puis l'auteur touche du doigt des sujets délicats : le racisme envers les autochtones, les raisons poussant les kidnappeurs à agir, notamment. Bien que cela ne soit pas volontaire, comme elle s'en explique en fin d'ouvrage, le sujet des autochtones permet de se poser quelques questions et d'ouvrir les yeux sur une situation peu glorieuse.
Un roman dépaysant, distrayant certes, mais qui amorce aussi une réflexion personnelle… tout ce que j'aime !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
ileautresor
  03 juin 2021
Il s'agit d'un roman jeunesse sur une adolescente: c'est l'histoire de Nita Rivière, une jeune fille vivant au Canada, une adolescente kidnappée le jour de son anniversaire.
Sa mère s'inquiète en ne la voyant pas rentrer ...
Mais pourquoi a-t-elle été enlevée? Que lui veut son ravisseur?

Nita ne sait pourquoi elle se réveille dans une cabane isolée au coeur de la forêt canadienne.
Son ravisseur l'a enfermée dans une cabane au fin fonds du Canada, dans un lieu reculé, isolé (on n'y accède qu'en hydravion).
Elle va tenter de lui échapper - notamment en faisant appel à sa culture indienne, et aux souvenirs de son grand-père-.
La jeune Nita Rivière arrivera-t-elle à s'en sortir? un roman palpitant, qui s'apparente à un roman policier intense aux côtés de l'enquêtrice Valérie Lavigne.
Parallèlement, deux policiers vont se mettre à sa recherche: une enquêtrice, Valérie Lavigne et son collègue St James. Mais dans ce milieu hostile à l'homme ne leur laisse que peu de temps, très peu de temps: sept jours c'est bien peu pour retrouver Nita.
Le lecteur suit le récit tantôt avec la voix de la jeune fille amérindienne, tantôt avec celle des enquêteurs. Ils sont sur sa trace, mais n'ont que peu d'indices...
Le suspense est intense, à son comble...

Nita va-elle parvenir à échapper à celui qui l'a enlevée? Comprendra-t-elle les raisons de son enlèvement?
J'avais découvert Valérie Lavigne dans un autre roman: Keep hope.
J'avais tant aimé ce livre que je n'ai pas hésité à retrouver la policière dans une autre enquête: toujours à la recherche d'une jeune fille disparue mystérieusement.
Là encore, le roman démarre avec un croisement de regard... L'écriture est fluide, le livre se lit à la vitesse du vent: qu'est-il donc arrivé à la jeune amérindienne?
Il s'agit d'un roman au rythme haletant. Intense.
On se prend au jeu, et on se demande comment Nita va s'en sortir...
Ce livre fait découvrir aussi la culture amérindienne et la vie de son peuple d'autrefois ... et d'aujourd'hui: il fait connaître notamment l'enfermement des enfants et adolescents indiens aux siècles derniers pour tenter d'éradiquer la culture indienne.
Dans ce roman, il est aussi question des disparitions de jeunes filles autochtones: or il s'agit d'un problème bien actuel... mais délibérément caché.
Les statistiques de disparitions de jeunes filles amérindiennes n'étant pas établies, la disparition du peuple indien ne semble pas tout-à-fait terminé...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110


critiques presse (2)
Ricochet   30 septembre 2018
Si le passé reste bien à sa place, ses stigmates – collectifs et individuels – n'ont visiblement pas fini d'empoisonner la société québecoise…
Lire la critique sur le site : Ricochet
LeMonde   07 janvier 2018
L’écriture ciselée de la romancière parvient à décrire avec habileté une héroïne aux prises avec les éléments.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
leathianleathian   10 juin 2017
Bizarrement, la première chose à laquelle Nita pensa en se réveillant fut : ma mère a dû m'attendre longtemps, les bougies ont fondu et recouvert le gâteau de cire, il doit être immangeable... Ensuite, elle sentit le froid sur son visage.
Un froid sec et mordant.
Son corps lui était au chaud. Elle reconnaissait le contact de son pull noir et de son jean et devinait le poids d’une couverture.
Ou suis-je ?
Elle serra ses paupières de toutes ses forces. Tant qu’elle n’ouvrirait pas les yeux, tout ça pouvait encore n’être qu’un cauchemar, juste un sale cauchemar comme ceux qui la réveillaient en nage au milieu de la nuit. Ces nuits-là, elle faisait la morte pour se rendre invisible, à l’instar de certains animaux sans défense. Elle se tenait immobile dans le noir, tentait de disparaitre jusqu’à ce que les spectres qu’elle avait imaginés s’en aillent, lassés de cette chair inanimée. Lorsqu’elle était bien certaine qu’ils étaient partis, elle tendait rapidement un bras en direction de la lampe, attrapait l’interrupteur et, dans la lumière jaune, elle redécouvrait sa chambre inchangée. Ses murs tapissés de gris, ses photos encadrées, ses peluches remisées en haut de la bibliothèque, son bureau couvert de boites de biscuits entamés et le silence de la nuit qui recouvrait tout.
Mais cette fois-ci il ne s’agissait pas d’un mauvais rêve. Tout venait de lui revenir en bloc : la sensation brutale de devenir la « chose » de quelqu’un, d'être trimballée comme un objet, de ne plus s’appartenir, l’air froid qui lui piquait le visage, la sécheresse de sa bouche et cette douleur lancinante sur le côté droit du crâne lui racontaient qu’elle se trouvait ailleurs, dans un endroit inconnu et glacé.
On l’avait transportée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
JmlyrJmlyr   15 décembre 2017
Chaque année, il y avait des morts à cause des attaques d’ours noirs. Chaque année, elle voyait dans les journaux des noms de gens, accompagnés de leurs photos souvent souriantes qui, en l’espace d’une promenade, n’existaient plus.
En l’espace d’une promenade…

Page 150
Commenter  J’apprécie          420
JmlyrJmlyr   15 décembre 2017
Pour commencer, elle devait réparer au maximum sa première maison : son corps. C'était ce que la psy avait dit à Rébécca, sa meilleure amie, pendant son anorexie : "Ton corps est ta maison, si tu ne la consolides pas elle va bientôt s'effondrer…"

Page81
Commenter  J’apprécie          426
marina53marina53   23 mars 2020
Le joggeur était en avance. Il fumait une cigarette en les attendant au bord du chemin Remembrance, une route qui longeait le parc. Marrant comme on peut être sportif et complètement indifférent à la pollution, y compris celle qu'on s'inflige à soi-même...
Commenter  J’apprécie          220
JelussaJelussa   23 juillet 2021
"Merci là-haut".
Quand les choses se terminaient bien pour elle, elle disait souvent ça "avant", sans trop savoir à qui elle s'adressait... Sans pratiquer aucune religion particulière, elle avait toujours pensé que l'univers pouvait nous aider ou nous pénaliser en fonction des choix et des énergies qu'on lui balançait. En gros, les énergies agissaient comme des boomerangs. Si on en envoyait des bonnes, la plupart du temps des bonnes revenaient, et si on en envoyait des mauvaises...
p. 170-171
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Nathalie Bernard (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nathalie Bernard
Bernard le lutin aimerait attirer votre attention sur lui.
Pas sur les autres cabochons. Lui. Pour Noël !!
autres livres classés : canadaVoir plus
Notre sélection Jeune Adulte Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

relevez le défi des instalectures

Pourquoi Valérie Lavigne a tel quitté son poste?

Le stress
La préssion
La retraite

5 questions
6 lecteurs ont répondu
Thème : Keep Hope de Nathalie BernardCréer un quiz sur ce livre