AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791035202729
Éditeur : Thierry Magnier (28/08/2019)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 6 notes)
Résumé :
« Notre territoire est immense. Nous sommes les Noconis ce qui, en langue comanche, signifie « les Errants ». Toujours en mouvement, nous suivons la transhumance des bisons. La terre est notre mère, le soleil est notre père. Les plaines sur lesquelles nous chevauchons ne nous appartiennent pas, mais notre territoire s'étend à perte de vue. » Ainsi commence l'histoire de Quanah Parker, fils du grand chef Peta Nocona et d'une femme aux yeux clairs. Inspiré de faits ré... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Ileauxtresors
  01 octobre 2019
« Toujours en mouvement, nous suivons la transhumance des bisons. La terre est notre mère, le soleil est notre père. Les plaines sur lesquelles nous chevauchons ne nous appartiennent pas, mais notre territoire s'étend à perte de vue. Herbe haute, arbustes, rocaille, immense ciel bleu. »
C'est de loin que je reviens pour vous faire part de cette chronique, de très loin même ! Pour être précise : des grandes plaines américaines des années 1860-1870, à une époque tourmentée où colons et indiens s'affrontent violemment pour l'immense territoire s'étalant des plaines canadiennes au golfe du Mexique. Grâce au talent de conteuse de Nathalie Bernard, nous voilà propulsés au coeur des événements, avec pour fil rouge la vie incroyable de Quanah Parker, fils du chef comanche Peta Nocona et de Cynthia Ann Parker, une blanche enlevée à sa famille. Nous suivons Quanah de sa naissance à la fin de son enfance, de son adolescence à l'âge adulte, dans une quête saisissante d'un espace, d'une issue, de ses origines, de son identité.
Nathalie Bernard nous livre un récit captivant – à tel point qu'il a été difficile d'interrompre la lecture pour mettre les garçons au lit ! L'écriture est brute, imagée, très belle. La tension amorcée dès les premières pages autour des grandes questions qui hanteront Quanah toute sa vie se nourrit également, au fil du récit, de péripéties qui s'enchaînent avec beaucoup de rythme. Quanah est un personnage magnifique, sensible et solide, d'une humanité désarmante et bouleversante.
Le contexte est restitué de façon très dense : on voit sous nos yeux le paysage transformé par le développement des lignes de chemin de fer et de l'agriculture ; le quotidien des amérindiens qui vivent, survivent, tentent de s'adapter ; la condition des femmes, dans les deux camps ; la nature façonnée par le rythme des saisons et la guerre. L'autrice fait très fort : l'histoire est si passionnante qu'on remarque à peine tout ce que l'on apprend au passage. Elle parvient avec brio à livrer un récit de cette époque qui ne tombe ni dans le manichéisme, ni dans les stéréotypes teintés de folklore. À raconter des vérités terribles tout en portant constamment un beau message d'espoir et de tolérance.
« Si les bisons n'avaient pas été exterminés, je serais resté dans les plaines.
Mais je ne peux pas revenir en arrière.
Alors, je regarde vers l'avenir. »
Ma curiosité a été si bien aiguisée par cette lecture qu'il fallait en savoir plus. En cherchant un peu, nous avons découvert que Quanah Parker a réellement existé. J'ai été terrifiée en découvrant que les grandes lignes de cette histoire sont vraies, notamment le désastre humain et le massacre de quinze millions de bisons américains, essentiels dans le mode de vie des Comanches. Une mémoire douloureuse, mais importante, que Nathalie Bernard contribue à entretenir avec beaucoup de talent.
Une épopée flamboyante dont on peine décidément à s'extraire…
Lien : https://ileauxtresors.blog/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          244
Anarya
  15 septembre 2019
Après nous avoir fait découvrir le sort réservé aux Indiens au Canada il n'y a pas si longtemps de ça (et de manière encore plus récente dans deux thrillers plus contemporains), Nathalie Bernard continue à explorer la vie et le destin d'un peuple en nous emmenant cette fois dans les Etats-Unis de la fin du XIXe siècle, à la rencontre du dernier chef comanche libre. Car le roman est en effet inspiré librement de la vie de Quanah Parker, qui fut le fils d'un grand chef indien et d'une femme blanche, enlevée lors d'un raid. Symbole de la fin d'une ère, qui voit la fin du mode de vie des Amérindiens, privés de leurs ressources « naturelles » après l'extermination des bisons, forcés de rejoindre des réserves où ils sont privés de leurs libertés, Kwana est aussi celui d'un monde nouveau, où vont devoir cohabiter les deux facettes de ses origines.
Comme dans ses précédents romans, Nathalie Bernard nous offre un récit extrêmement prenant et passionnant, qui nous transporte littéralement sur le dos d'un mustang lancé au galop, à savourer l'immensité des grandes plaines et des territoires comanches. Récit d'aventure surtout, on suit le jeune Kwana dans cette incessante bataille pour protéger les siens et cette culture à laquelle on veut leur faire renoncer. Si les éléments biographiques sont là, forcément, la construction de l'histoire, découpée selon les différents « noms » de Kwana et vue à travers ses propres yeux, la rend particulièrement émouvante. L'écriture sensible et sans manichéisme de Nathalie Bernard, que l'on appréciait déjà dans ses précédents romans, confirme son talent de raconteuse d'histoires.
Lien : http://bobetjeanmichel.com/2..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
tichoulit
  06 septembre 2019
J'avais une telle attente de ce roman. Moi et les romans d'Indiens, c'est une folle histoire d'amour. Alors au début, j'étais déçue je l'avoue. Ça se lit bien, on s'immerge totalement dans les plaines des territoires comanche dans la tribu de Kwana avec une écriture fine. Mais c'est long, j'ai trouvé ça long. Je me perds dans les dates, ce n'est pas logique. le héros passe de tribu en tribu, comme une boucle qui n'en finit pas. Un éternel recommencement.
Et puis, je me rend compte que c'est ça, être indien : sillonner les herbes hautes avec les indiens, partir chasser le bison, monter son tipi pour la nuit, fumer le calumet... C'est sentir et découvrir le paysage, avant que ne vienne l'aventure, le destin, cheveux dans le vent sur un mustang.
Et lorsqu'elle arrive cette aventure, on souffre pour notre héros, qui grandit de la perte de sa famille menacée par les Rangers, de sa désertion dans le désert américain, de sa retrouvaille avec une autre tribu dans laquelle il doit s'intégrer, du manque d'eau, de son amitié avec son cheval, des vols orchestrés pour survivre. Et être constamment chassé de chez-soi, devoir fuir, sans cesse.
Nathalie Bernard parvient à nous exprimer tant de sentiments dans cette quête de liberté par le héros qu'on finit par lâcher prise, ne plus réfléchir et se laisser emporter.
Alors oui, peut-être avais-je trop d'attente, mais cette belle histoire vaut la peine d'être lue.
C'est celle d'un enfant puis d'un homme qui passera sa vie à fuir et à se battre pour sa culture, pour ses paysages qu'il ne octroie pas mais dans lesquels il s'estime le droit de vivre.
Un destin accéléré par la présence des blancs et de leur envie de tout s'approprier, de planter des fermes dans les vastes plaines, d'emprisonner les indiens dans les réserves. de tout détruire.
Poignant et douloureux, à lire et à méditer.
Lien : https://lelamaquilit.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Geronim0
  28 août 2019
L'aventure du dernier chef comanche, Quanah Parker, et sa lutte acharnée pour défendre son territoire et son mode de vie.
À partir de faits réels, Nathalie Bernard nous transporte dans les plaines de l'ouest et laisse Quanah nous raconter son histoire, depuis le massacre de la Pease River jusqu'à sa reddition, dans un tumulte de chevauchées, de batailles et de rivalité amoureuse. le tour de force de ce roman est de montrer le changement d'un monde à travers les yeux du héros et du point de vue comanche, sans pour autant tomber dans la caricature ou le manichéisme.
Un régal.
Commenter  J’apprécie          30
leathian
  02 septembre 2019
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
IleauxtresorsIleauxtresors   01 octobre 2019
Toujours en mouvement, nous suivons la transhumance des bisons. La terre est notre mère, le soleil est notre père. Les plaines sur lesquelles nous chevauchons ne nous appartiennent pas, mais notre territoire s’étend à perte de vue. Herbe haute, arbustes, rocaille, immense ciel bleu.
Commenter  J’apprécie          100
IleauxtresorsIleauxtresors   01 octobre 2019
Si les bisons n’avaient pas été exterminés, je serais resté dans les plaines.
Mais je ne peux pas revenir en arrière.
Alors, je regarde vers l’avenir.
Commenter  J’apprécie          10
Video de Nathalie Bernard (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nathalie Bernard
Sur France 5, Nathalie Le Breton vous conseille l'album "Un oisetier".
autres livres classés : comanchesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1740 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre