AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2283031427
Éditeur : Buchet-Chastel (11/01/2018)

Note moyenne : 3.86/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Je vais vous raconter monsieur, ça a eu lieu dans la nuit du lundi au mardi, très tôt, vers 2 heures du matin, même cette date du 29 février est étrange vous ne trouvez pas, un jour qui n’existera plus pendant 4 ans, on voudrait gommer les traces on ne ferait pas mieux, ça se passe donc cette nuit-là et nous on ne se doute de rien, comment voulez-vous que nous puissions nous douter d’une chose pareille, et il ne faut pas compter sur ce grand benêt de Dédé pour infor... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  20 février 2018
Voici un livre original qui traite d'un sujet difficile , l'histoire d'une naissance inopinée et les quelques jours qui suivent cet événement narrée par différents personnages denses : la grand- mère, Baptiste, le Pére, Marion, la mère, la sage femme , la bavarde madame Peyre et l'ami cher du couple .
Baptiste et Marion , leur chienne Sucette mènent une vie simple, une vie de labeur , dans un village reculé .
Ils élèvent des bêtes.. Ils ont un rapport charnel à la nature et aux animaux.
Une nuit de tempête de neige, Marion est prise de violentes douleurs: elle est en train d'accoucher , seule dans sa salle de bains ........
Personne n'a absolument rien deviné ni soupçonné pendant ces neuf derniers mois, aucun signe qu'un enfant grandissait en Marion......
La jeune femme , en état de sidération, muette , n'exprimait rien, pas un mot , pas un geste ni un cri , elle était hébétée, , ne parvenait plus à revenir à la réalité , anéantie .......devant la petite fille qu'elle venait de mettre au monde .
Pour les femmes victimes d'un déni de grossesse , ce qui leur arrive est trop inconcevable pour qu'elles puissent l'accepter .Un bébé qui sort de leur corps , cela dépasse l'entendement !
Quelle souffrance psychologique peut conduire une jeune femme à laisser grandir un bébé dans son ventre sans l'autoriser à exister ?
De quoi se protège Marion pour refuser de s'écouter à ce point ?
Parviendra t- elle à tisser des liens avec cette petite fille ?
A l'aide d'une écriture précise,rapide , pressée,tout en tension psychologique,telle une course folle menée dans l'urgence d'aider cette femme , des phrases justes , coups de poing , l'auteur traduit le cyclone mental qui s'abat sur la vie de Marion, le choc salutaire afin d'aider une femme à se dépêtrer de sa douleur, une intrusion et une souillure intolérables pour elle et l'extraordinaire puissance de vie de ces enfants - là !
Un livre écrit avec intelligence , originalité , profondeur et sensibilité qui ne peut ne pas plaire à tout lemonde à cause de sa construction, chacun peut le lire de deux façons, en effet !
Je n'ai jamais lu d'ouvrage traitant ce sujet , je ne connais pas l'auteur .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          373
mumuboc
  02 avril 2018
Je me suis dit : je vais attendre demain pour mettre le billet mais je ne résiste pas à l'impatience que j'ai de vous parler de ce petit roman que j'ai lu dans le cadre du Comité de lecture Adultes..... Voilà pourquoi je lis pour découvrir des petites pépites dont personne ne parle, qui n'ont l'air de rien et pourtant.
Une femme, éleveuse de chèvres accouche seule dans sa salle de bains. Personne n'a rien vu, même Baptiste son mari ne s'est douté de rien et pourtant ce 29 février va rester graver dans la mémoire de tous les habitants de ce petit village montagnard.
Oui vous allez me dire, c'est télescopé, tous les ingrédients sont là pour en faire une petite histoire à fond philosophique... Oui et non !
Commençons pas le non : une écriture originale : vous pouvez aborder le livre de deux façons : commencer par le chapitre 5 et suivre en prenant à la suite le chapitre indiqué à sa fin ou commencer par le début, normalement. Dans la première façon vous suivez un personnage dans ses pensées, dans la deuxième vous passez d'un personnage à l'autre au fil des 5 jours qui constituent le récit. Moi j'ai pris tout d'abord la première pour comprendre l'originalité puis j'ai repris la manière traditionnelle afin de respecter la chronologie et passer de l'un à l'autre.
Ensuite c'est très représentatif d'une communauté : la commère amère mais que cette naissance va réveiller un événement où sa conscience a souffert, le voisin éleveur qui passer de ses vaches aux chèvres et qui fait le rapprochement en celles-ci et ce bébé qu'il a découvert dans la baignoire, la sage-femme qui ne peut s'empêcher de chercher le moyen d'aider ce couple, et puis Baptiste qui va se révéler un père extraordinaire.
Ensuite l'écriture : c'est frais, vivant, on retrouve le "parler" d'un petit village et ses "figures emblématiques" chacun racontant ce qu'il a vu, vécu de cette arrivée avec son passé, son présent, sa culture et son savoir, tout cela sans point, une succession de courtes phrases pleines de réalisme, d'humour parfois, de vécu dans un petit village rural, de tendresse et de douceur. On est jamais perdu car par la tournure des phrases, de la situation on sait très bien qui prend la parole et où l'on en est avec une petite part de mystère.
Pour le Oui : oui bien sûr c'est un peu facile, tout est beau tout est gentil mais au détour de certaines attitudes on retrouve une bonne observation de ce microcosme qui fait la vie d'un village (qu'il soit de montagne ou d'ailleurs) mais surtout de la compréhension de cette non-grossesse pour chacun : mère, père, grand-parents, sage-femme, de ce bébé qui arrive sans être annoncé. Il y a de l'amour, de la tendresse et une pointe de tension qui donne un juste équilibre.
Je l'ai lu d'une traite, j'ai passé un bon moment et cela fait du bien de trouver une oeuvre originale, une recherche d'écriture, de narration.
Je nous savais désormais indéfectiblement liés l'un à l'autre, elle était l'un de mes organes vitaux, l'éloigner de moi revenait à me vider de mon sang, j'avais enfin découvert ce que je cherchais vainement depuis si longtemps, la réponse à mes errements.(p131)
Livre lu dans le cadre du Comité de Lecture Adultes 
Lien : http://mumudanslebocage.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
cathulu
  11 janvier 2018
Marion et Baptiste, un couple d'éleveurs, vivent heureux à la lisière d'une village.Une nuit d'hiver,Marion est prise de douleurs violentes. A leur grande surprise, il s'agit d'un accouchement.
Déni de grossesse. cette expression- pas très jolie d'ailleurs- ne sera jamais prononcée dans ce roman choral. Il épinglerait comme un papillon une situation que l'auteure envisage avec délicatesse, sous différents angles, via le prisme de ses personnages.
Pendant trois jours, vont ainsi alterner le point de vue du voisin qui a sauvé l'enfant, de l'employé du couple, de la sage-femme,de la grand-mère maternelle, de Baptiste et Marion, sans oublier celui plus trouble de Madame Peyre. Cette dernière, toujours à sa fenêtre, tout à la fois en retrait et aux premières loges, pourrait être la caricature d'une commère de village. Mais,au fil du texte, son personnage prendra de la densité et gagnera en subtilités. Il fonctionnera aussi en contrepoint du vent de folie et de solidarité qui s'empare du village à l'annonce de cette naissance.
Le parti-pris de l'auteure est de nous présenter sous forme de fragments numérotés qui s'enchaînent avec fluidité les points de vue différents, libre à nous de consulter si nécessaire (cela a été rarement mon cas) les grilles de lecture fournies en fin de volume. On peut aussi choisir de suivre les numéros à partir du 5 (je vais bientôt le faire).
En 160 pages, Violaine Bérot réussit un pari fou : traiter d'un thème qui se tient à la frontière du sordide et du cas psychologique, sans tomber ni dans le pathos ni dans l'angélisme. Ses personnages ont chacun leur voix, bien identifiable, la majorité d'entre eux n'est pas dans le jugement, mais dans l'action. Seul le grand-père, dans un premier temps, se préoccupera du regard des autres et des explicitations à fournir. Quant à la mère, elle ne prend la parole qu'au fragment 31 et semble au sens propre Tombée des nues, puisqu'elle se réfugie dans le monde des nues, des nuages. Seule la voix de Dédé, qui s'occupe du troupeau de chèvres de Marion en son absence, parvient dans un premier temps à la ramener sur terre. Quant à la fin, elle est juste sublime.
L'écriture, toujours sur le fil du rasoir, est à la fois poétique et précise. Les personnages sont denses et savent préserver leur part de mystère.
Un formidable roman sur une maternité déroutante s'inscrivant dans un rapport charnel aux animaux et à la nature. Un pur bonheur ! Et zou, sur l'étagère des indispensables !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51
Mamzellegazelle
  29 janvier 2018
Masse Critique janvier 2018.
Merci à Babelio et aux Editions Buchet-Chastel.
Ce livre peut se lire de deux façons différentes :
- soit comme un livre normal : en suivant les paragraphes et bien sûr les pages.
- soit en suivant un autre ordre : on commence par le paragraphe 5 et en fin de paragraphe on trouve entre parenthèses le numéro du paragraphe suivant.
J'ai commencé la lecture avec la 2ème solution, j'ai pensé que ce serait amusant ... mais je perdais le fil de la lecture et le fait de rechercher les paragraphes m'ont vite ennuyée.
J'ai donc repris le livre "normalement" ....
Rien à faire je n'ai pas accroché du tout à cette histoire de déni de grossesse. Déjà le thème n'est pas facile !
Marion et Baptiste sont éleveurs et vivent loin de tout à l'extérieur du village. Un soir d'hiver, Marion est prise de douleurs effroyable et accouche. L'enfant, est simplement posé dans la baignoire. Tous deux étaient loin d'imaginer avoir un bébé cette nuit-là.
Tout au long du livre, vont s'alterner les points de vue des voisins, de la sage-femme, de la grand-mère, de Marion et Baptiste et de la commère Madame Peyre.
Je ne me suis pas du tout retrouvée dans ces échanges souvent sordides.
J'ai d'ailleurs du mal à faire cette critique tant le livre m'a profondément ennuyée.
Il en faut pour tous les goûts !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
VivianeB
  04 février 2018
Pépite ! J'ai été touchée par ce livre écrit tout en profondeur et sensibilité, qui traite du déni de grossesse. Tomber des nues est le titre qu'il fallait choisir pour relater l'onde de choc que provoque l'arrivée inattendue et surprise d'un enfant pour ses parents et pour leur entourage. J'ai également apprécié d'être actrice de ma lecture en choisissant comme proposé par l'auteur la façon de lire ce roman.
Commenter  J’apprécie          142

critiques presse (2)
LeMonde   30 mars 2018
Au terme d’une grossesse non remarquée, un bébé vient au monde. Avec « Tombée des nues », la romancière livre le beau récit choral de son acceptation.
Lire la critique sur le site : LeMonde
LaCroix   16 février 2018
Ce magnifique roman raconte une naissance hors norme et les quelques jours qui suivent par les voix croisées de l’entourage et des principaux concernés.
Lire la critique sur le site : LaCroix
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Annette55Annette55   20 février 2018
"Que ce bébé se soit permis de pénétrer à l'intérieur de moi sans ma permission m'était intolérable, je n'acceptais pas la violence avec laquelle il s'était imposé dans mon corps, je ne pouvais pas supporter cette intrusion, cette "souillure", mais à qui aurais-je pu raconter cela, à qui aurais- je pu dire ces mots inaudibles, ce bébé m'a Violée.."
Commenter  J’apprécie          90
mumubocmumuboc   02 avril 2018
Je nous savais désormais indéfectiblement liés l'un à l'autre, elle était l'un de mes organes vitaux, l'éloigner de moi revenait à me vider de mon sang, j'avais enfin découvert ce que je cherchais vainement depuis si longtemps, la réponse à mes errements.(p131)
Commenter  J’apprécie          60
lolo291lolo291   08 mai 2018
je ne voyais plus alors que le bébé et la nausée montait, j'avais besoin de vomir, de me vider encore, j'étais persuader que restaient égarés en moi des morceaux de lui, des bouts pourrissants que je n'avais pas fini d'expulser, je sentais leur odeur, je puais la charogne, j'avais des spasmes qui me déchiraient le ventre, que ce bébé se soit permis de pénétrer à l'intérieur de moi sans ma permission m'était intolérable,je n'acceptais pas la violence avec laquelle il s'était imposé dans mon corps, je ne pouvais pas supporter cette intrusion, cette souillure, mais à qui aurais-je pu raconter tout ça, mais à qui aurais-je pu dire ces mots inaudibles, ce bébé m'a violée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   14 janvier 2018
Je ne sais pas si vous le savez mais mettre un enfant au monde toute seule est inhumain, dans toutes les civilisations à toutes les époques on a systématiquement assisté les femmes en couche, il faut savoir que le bassin des mères est trop étroit, les épaules du bébé doivent donc passer l’une après l’autre, or il est impossible de réaliser sur soi-même ce mouvement qui implique de pousser la tête vers l’arrière, alors imaginez le cas d’une femme qui de surcroît ne se sait pas enceinte, elle est prise de douleurs fulgurantes, incompréhensibles, elle veut à tout prix extraire d’elle cette chose qui la fait atrocement souffrir, plus rien d’autre ne compte que de stopper la douleur, parce que ne l’oubliez pas il n’est pas question pour elle d’un enfant mais d’une chose indéfinissable, de l’ordre d’une tumeur, elle veut donc expulser cette chose, elle agit par réflexe, c’est de la survie, plus rien n’est réfléchi, elle lutte contre la peur de mourir, elle en est réellement à cette extrémité, elle se débat pour sauver sa peau, je vous laisse imaginer à quel point un tel accouchement va être traumatisant non seulement pour la mère mais aussi pour l’enfant, dans un cas pareil il ne s’agit plus de faire naître un bébé, il s’agit de se l’arracher du corps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   14 janvier 2018
Je ne sais pas comment réagissent les autres pères lorsqu’ils voient pour la première fois leur enfant, je ne sais pas comment fonctionne un père normal, moi j’ai suivi l’infirmière, elle m’avait dit on va y aller ensemble, je marchais derrière elle, je n’arrivais même pas à marcher à côté, j’étais encore décalé, je me répétais je vais voir le bébé, et j’entendais la voix de Marion me parler de chèvres, Marion refusait de comprendre, d’admettre, je me disais fais rentre pas dans son délire, tu sais que Marion peut avoir des réactions étranges, pense au bébé, le bébé d’abord, ne te laisse pas influencer par ce que raconte Marion, l’infirmière a ouvert la porte et je ne sais pas à quoi je m’attendais, découvrir un nourrisson tout seul dans un joli berceau, mais ils étaient dans des sortes de boîtes transparentes, des bébés identiques recouverts de draps de la même couleur, je me suis dit jamais je ne reconnaîtrai le mien, je me suis arrêté, je ne pouvais plus avancer, alors elle a dit c’est celui-ci c’est lui votre bébé attention.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Violaine Bérot (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Violaine Bérot
Chronique de Pas moins que lui, de Violaine Bérot dans le cadre de l’émission La Minute Livre (17 novembre 2015), Radio Cultures Dijon.
autres livres classés : Déni de grossesseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Jehanne Violaine Bérot

Quel âge a Jehanne ?

15
16
18
19

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Jehanne de Violaine BérotCréer un quiz sur ce livre