AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2350785122
Éditeur : Bamboo Edition (05/06/2008)

Note moyenne : 4.28/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Un paumé se retrouve à la tête d'un gang... Et en plus, il est amoureux d'une fliquette à tomber par terre. Ça promet ! Ken, un jeune japonais, débarque à Séoul avec un seul but : devenir agent de police comme Yumin, la fille qu'il aime. Mais c'est loin d'être gagné ! Alors qu'il pleure son désespoir au comptoir d'une gargote, des mafieux agressent le patron. Le sang de Ken ne fait qu'un tour et les coups de poings volent ! Impressionné par sa performance, le boss d... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Alfaric
  08 janvier 2019
Boichi a connu la dictature et la pauvreté qui l'ont beaucoup marqué, les espoirs de la transition démocratique et le grand mouvement populaire de la fin des années 1990 qui a obligé les élites a quadruplé les salaires ce qui a fait de la Corée du Sud le 12e puissance mondiale (phénomène rigoureusement impossible selon tous les principes du TINA reagano-thatchéro-macronien), mais aussi des années durant la destitution à répétition d'élus, de députés, de ministres et de présidents aussi moralisateurs que corrompus qui ont voulu et veulent toujours imposer à leur pays l'ultralibérale et hypercapitaliste « politique de l'offre » alimentée par la « théorie du ruissellement » aussi appelée « miettes tombant de la table des puissants » avec pour seul résultat le grand déclassement de la majorité de la population avec l'explosion des inégalités, de la précarité et de la pauvreté*… On ne s'étonnera donc pas que Boichi soit un mangaka antisystème voire carrément anarchiste, et qu'il s'éclate depuis que la Planète Manga a repris les thématiques de la lutte des classes ! Pour ne rien gâcher c'est aussi quelqu'un de très engagé dans le domaine caritatif, et on n'en dira pas temps de tous ses collègues sans parler des donneurs de leçons prestitués… Mais artistiquement il a aussi connu les années 1980 où la liberté était souvent totale et la tonalité parfois « Métal Hurlant » (comme les "Angel Dick" et les "Armagedon" de Lee Hyun Se, vedette populaire en Corée du Sud autant pour ses oeuvres que pour ses 4 années de bataille judiciaire acharnées contre les autorités qui l'accusaient d'exercer selon l'expression consacrée mais éculée « une influence pernicieuse sur la jeunesse »*), donc il a très mal vécu la chape de plomb qui s'est abattu sur son média à la fin des années 1990 quand le gouvernement a décidé de tout censurer selon un modèle débile, hypocrite et malheureusement trop bien connu car il a sévi à répétition aux États-Unis, en Europe et en Asie Orientale : on considère que les bandes dessinées / dessins animés sont 100 % jeunesse en prenant comme référence la Disney Corporation experte en temps de cerveau disponible et en bourrage de crâne pour la jeunesse, donc au nom de la « protection de la jeunesse » on interdit tout ce qui pourrait gêner donc faire réfléchir quelqu'un de plus de 7 ans. Les cons ça ose tout et c'est à cela qu'on les reconnaît : ici ce n'est même pas de la connerie mais de l'inquisition culturelle, et intéressée par de-dessus le marché puisqu'on n'a pas le droit de s'adresser à ceux qui veulent être adulte ou le devenir, mais qu'on a le droit d'abreuver la jeunesse de publicités et de produits dérivés. Certains ont fait de la résistance en réalisant des séries véritables déclarations de guerre aux élites à la botte de la ploutocratie mondialisée, d'autres se sont tournés vers les webcartoons ou les turbomédias pour échapper à la censure, et Boichi lui s'est exilé au Japon… Étrange destinée que celle de Boichi qui fit des études de sciences uniquement par amour de la Science-Fiction, qui devint artiste en dessinant de shojos (remember Buichi Terasawa ^^), qui passa au shonen et au seinen en rendant hommage à ces mentors, et qui atteint la plénitude de son talent en revenant à ses premières amours car "Origin" son Pinocchio cyberpunk n'a pas grand-chose à envier à "Astro, le petit robot" le chef-d'oeuvre d'Osamu Tezuka le dieu du manga ! Oh Yeah !!!

Boichi présente "Sun-Ken Rock" comme une série à 60% action & baston, 30 % romance et 10 % mafia. Il oubli l'humour omniprésent, l'érotisme très présent et la critique sociale très marquante. Déjà il a beau réalisé un manga japonais, il monte une histoire pas possible pour amener directement ses personnages en Corée du Sud avec une adolescente officière de police (mais bien sûr ! ^^) et un adolescent japonais parrain d'un gang coréen (mais bien sûr ! ^^), avant de rétropédaler sûrement à la demande de ses éditeurs ce qui aboutit à un des personnages et des situations capillotractées et c'est bien dommage...
Ken Kitano est adolescent anéanti par la perte de ses parents qui multiplie provocations, rébellions et bagarres. Il est en train de mal tourner, mais il est amoureux de sa camarade de classe Yumin et il lui fait sa déclaration : pas de bol, elle n'est pas japonaise mais coréenne et elle part réaliser son rêve en revenant dans son pays pour devenir policière… Il n'en démord pas et apprend le coréen pour la rejoindre, mais après des mois et des mois de galère il ne trouve qu'une sortie par le bas en intégrant un gang mafieux dirigé par Tae-Soo Park (idiot idéaliste ou génie machiavélique ?). En fait c'est plus compliqué que cela car les mafieux ayant échoué à le recruter, ils ont décidé de se mettre en son service. Parrain malgré lui d'un gang fauché de 4 membres lui y compris (Athos, Porthos, Aramis et D Artagnan ?), il recrute un 5e membre en la personne du colosse culturiste Do-Heun Chang pour obtenir une voiture pour se déplacer et exproprie des vautours numériques pour obtenir un local pour se réunir…. du coup le voilà bien emmerdé quand il croise à nouveau la route de Yumin, et plus encore avec l'hôtesse de bar Miss Yoo qui veut se donner à lui parce qu'il a voulu la délivrer et la sauver ^^
On aurait pu croire que Boichi allait faire le pendant coréen des récits de mafieux très sérieux et très stylés de Ryoichi Ikegami, mais on est plutôt dans le tragi-comique alternant planches ultra classes et planches ultra déjantées avec un anti-héros bastonneur mais bolosse rattrapé à répétition par son allergie à l'injustice. La série déclare le plus sérieusement du monde que gang, entreprise et gouvernement c'est du pareil au même, donc c'est tout naturellement que comme les gansta rebelles d'Hirohiko Aaraki dans "Vento Aureo" / "Golden Wind" la 5e partie de la saga "JoJo's Bizarre Adventure" les gansta rebelles de Boichi veulent se hisser au sommet de la société pour la révolutionner (mais malheureusement dans notre Monde de Merde tu ne changes pas le système, c'est le système qui te change). Ah ça le look de Kitano Ken emprunte au "Trigun" de Yasuhiro Nightow, ah ça on retrouve pas mal d'ingrédients des mangas de Yukito Kishiro, et un bon connaisseur de la Planète Manga comprendra assez vite qu'il a emprunté à Masakazu Katsura un côté ecchi, trop exagéré pour être productif certes et qui à mon grand désarroi peut tomber avec le monde phallocrate de la mafia dans le hentai pur et dur (qu'est-ce que c'est que ces scènes de viols avec BDSM, tortures et actes de barbarie ? Je ne cache pas que la série perd des étoiles uniquement à cause de cela !).

* Tiens donc les membres du ministère des relations avec le parlement, qui soit dit en passant ne sert strictement à rien, ont vu leurs émoluments augmentr de 86 % depuis l'arrivée du donneur de leçons prestitué Benjamin Griveaux qui nous explique que le SMIC est déjà trop élevé et qu'il ne faut pas l'augmenter… Après il ne faudra pas s'étonner que l'arroseur soit arrosé, car qui sème le vent récolte la tempête...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          440
Catilina38
  21 décembre 2017
Ken est un jeune japonais parti en Corée pour suivre la fille qu'il aime, engagée dans la police de Séoul. Se retrouvant à la tête d'un gang local, il va gravir les échelons entre ses idéaux de justice et le pragmatisme de la vie de criminel...
Boichi est l'un des prodiges du manga asiatique. Contrairement à son personnage, il est coréen et vit au Japon. Sun-Ken Rock est l'un de ses premiers manga; sur le plan graphique le premier volume ne sort pas de l'ordinaire de la masse des BD japonaises... ce qui changera rapidement dès les tomes suivants, jusqu'à fournir certaines planches absolument sublimes et un niveau moyen très au-dessus des standards. Boichi est précis, ses personnages sont caractérisés et son dessin impulse une énergie propre au média Manga mais qui sort ici vraiment du lot. La maîtrise des anatomies (hum...), des plans et cadrages délirants, font de cette série un must du manga d'action.
Sur le plan de l'histoire, dans ce volume de démarrage on est vite dans le n'importe quoi, les scènes d'humour débile étant plus nombreuses que des scènes de combat improbables, assez rapidement menées et dotées d'un découpage parfois abrupte... Ce qui anime Boichi et ce manga ce sont la baston, les gags et les filles dénudées. Sun-Ken Rock n'est d'ailleurs pas à mettre entre toutes les mains car c'est assez cru et violent par moments. Les jeunes hommes sont des machines de combat et les filles de la chair fraîche à abuser ou à défendre: on est dans la psychologie et l'univers des mafia. On est néanmoins surpris de lire certains échanges assez intelligents (le débat sur le statut de l'Etat et celui du gang, la responsabilité de la Corée dans san participation à la guerre du Vietnam) et qui entraîne des réflexions que l'on ne s'attend pas à trouver au milieu de ces planches délirantes.
Je ne m'étendrais pas sur un scénario assez dérisoire sur le premier volume et qui va se poursuivre dans une ascension du héros au sein des guerres de gang, scénario linéaire, simple, permettant les successions d'affrontements verbaux ou aux poings. On reste dans l'esprit de beaucoup de Mangas: humour décalé et combats.
Je découvre juste cet auteur et en parcourant les planches de ses différentes oeuvres (qui commencent à être nombreuses) je retrouve une maestria que je n'ai jamais retrouvé depuis le chef d'oeuvre de Masamune Shirow: Appleseed 4, notamment dans les scènes de combat. C'est brut, c'est cru, c'est violent, c'est précis. C'est le Manga comme je l'aime! Boichi a en outre le mérite de réaliser des séries assez courtes, ce qui permet de garder l'intensité nécessaire à ces histoires de rage et de fureur. Je lis peu de manga car j'ai du mal à trouver (un peu comme dans le comics) autre chose que de la grande consommation reproductible. Parfois pourtant je déniche des auteurs, comme Shin'ichi Sakamoto sur Ascension et en général c'est la baffe. Boichi et le manga c'est un peu comme quand on compare un comics de Jerôme Opena ou de Travis Charest au commun des BD US... on voit la différence! Dans la foulée je vais me lire sa dernière publi en France: Wallman, série sur un assassin en 3 volumes qui s'annonce dantesque.
Lien : https://etagereimaginaire.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Mero
  13 juin 2013
Me voilà déjà conquis par Ken, un jeune Japonais paumé en Corée qui va devenir par le plus grand des hasards chef de gang alors qu'il cherchait à retrouver son premier amour.
Sa personnalité m'a beaucoup rappelé celle du Great Teacher Onizuka chez lequel on retrouve toujours cette dimension propre à la déconnade entre deux bastons. Sun Ken Rock est une oeuvre qui fait du bien. L'humour y est savamment distillé pour garantir une lecture agréable et légère.
Et que dire du dessin de Boichi ? Il alterne paysages coréens, scènes de combat, et interludes coquines avec une maîtrise du réalisme à couper le souffle. Nul doute que ses origines coréennes jouent un rôle essentiel dans l'élaboration du manga qui nous fait découvrir le pays du Matin calme sous les meilleurs hospices.
Commenter  J’apprécie          40
fantasyisland
  02 novembre 2013
Nouvelle série de Seinen que je viens de commencer : Sun Ken Rock.
L'histoire nous emmène à la rencontre de Ken un jeune Japonais
complètement pommé et amoureux de Yumin une jolie Coréenne. Malheureusement pour lui Yumin s'en va en Corée pour devenir policière. Après avoir enchainé les petit boulots Ken par pour la Corée seulement les ennuis vont commencer pour lui...
Sun Ken Rock est un seinen mélangeant actions beaucoup d' humour et un brin d'érotisme. Ici le paysage n'est pas le Japon mais la Corée ce qui apportent une autre touche d'exotisme.
Commenter  J’apprécie          50
Himesama
  31 janvier 2017
UNE TUE-RIE!!!
Ce manga est bourré d'action et d'humour. On suit ken, jeune japonais expatrié en Corée pour retrouver la fille dont il est amoureux et comme elle devenir policier. Or après plusieurs déconvenues, il se retrouve à la tête d'un gang !
Ce premier tome est très drôle, les scènes de combat sont très bien faites et arrivent au bon moment. Un très bon premier tome pour moi.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
MeroMero   13 juin 2013
Si le jour où je meurs, je tombe en enfer, je suis sûr que ça pourra pas être pire qu'ici...
Commenter  J’apprécie          30
MeroMero   13 juin 2013
Sans dignité, la culture ne vaut pas mieux qu'une âme pourrie.
Commenter  J’apprécie          40
Lire un extrait
Videos de Boichi (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Boichi
[MANGA] LA CHRONIQUE DE THOMAS - SUN-KEN ROCK
autres livres classés : mafiaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le manga en quelques mots (facile)

Quel est le pays d'origine du manga ?

La Chine
Le Laos
Le Vietnam
Le Japon

5 questions
823 lecteurs ont répondu
Thèmes : manga , mangakaCréer un quiz sur ce livre