AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253065188
Éditeur : Le Livre de Poche (01/11/1993)

Note moyenne : 3.58/5 (sur 30 notes)
Résumé :
Je m'appelle Patricia, " patriche " pour les intimes. Quand j'avais quatre ans, maman est partie " pour une autre vie en Californie ", m'a expliqué papa. Depuis, plus de nouvelles! Toutes ces nuits où j'ai rêvé qu'elle revenait me chercher: la plus belle, la plus douce des mamans..." J'ai vingt ans, je viens d'apprendre que ma mère était de passage à Paris: on parle d'elle dans les journaux. J'ai décidé d'aller me présenter. Il me semble que je l'attendais pour gran... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
brigittelascombe
  28 août 2012
"Ce n'est pas le deuil de ma mère que je dois faire-une mère, ça n'est jamais fini-c'est celui d'une enfance que j'aurais tant voulue comme les autres."
Comme Sophie Fontanel dans Grandir, Patricia Forgeot va devoir faire le deuil de son enfance pour grandir (d'où le titre Une grande petite fille).
Mais alors que le roman de la première est autobiographique, celui de Janine Boissard est une pure fiction, dont l'écriture est plus simple mais la trame émotionnelle, plus riche, parle d'abandon et de toute la gamme de sentiments qui se rattachent à ce traumatisme.
"Quand j'avais quatre ans, maman est partie 'pour une autre vie en Californie', m'a expliqué papa".
Enfant élevée par un père tendre et une tante en mal d'enfant, Patricia dite "Patriche (Pas-triche: signifiant quand on se parle on ne triche pas) a trouvé son équilibre entre son père, sa belle-mère sympa et une demi-soeur tour à tour "Miss-sangsue" ou Miss-bonté d'âme". Elle apprend par inadvertance que cette mère, dont elle n'a plus eu de nouvelles durant 16 ans revient sur Paris pour l'inauguration d'une marque de vêtements. Comment ne pas chercher à revoir celle dont elle a tant rêvé et dont elle rêve toujours de conquérir l'amour? Ses attentes seront-elles comblées?
Cette Patricia, tout feu tout flamme, m'a rappellé Pauline, l'une des filles de L'esprit de famille. J'ai apprécié l'opposion des milieux sociaux: celui du père français moyen en pavillon de banlieue et celui de la mère très jet set. le choix est dur à faire car le deuxième éblouit. Janine Boissard est proche des jeunes dans ce livre (qui pourrait être écrit pour des ados) car elle évoque la "génération SIDA",l'incompréhension familiale,la violence des mots ("pute", "salope", "faire ça" qui blessent), le manque de communication avec les adultes,le fait de se réaliser (ici par le chant puisque Patricia en BTS de comptabilité est par ailleurs soprano).J'ai aimé les portraits forts du père tendre mais maladroit et celui de la mauvaise mère (que l'auteur sait rendre antipathique puis dont elle brise la froideur d'enfant de la DASS).
Un roman facile à lire bourré d'émotions à fleur de peau comme tous les romans de Janine Boissard (romancière, scénariste dont des feuilletons télé ont été issus de certains de ses livres comme L'esprit de famille )
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
VACHARDTUAPIED
  02 avril 2013
Je lis toujours avec plaisir Boissard.......
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
brigittelascombebrigittelascombe   28 août 2012
Dans mon devoir sur l'avenir,j'ai marqué:"Il n'y a pas d'avenir sans raison de vivre et la seule raison de vivre ce sont les autres,au moins UN autre.Le regard de l'autre,c'est le soleil et l'eau qui permettent de devenir,le geste de mon père 'donnant de l'amour' à ses rosiers en retournant la terre pour que les racines puissent respirer."
Commenter  J’apprécie          20
brigittelascombebrigittelascombe   28 août 2012
Pour grandir, mademoiselle Forgeot, il faut parfois aller au-dessus de ses forces.
Commenter  J’apprécie          70
Cognet_MarieCognet_Marie   21 mars 2015
Une sorte de sommeil. Voici que je me réveille. On éprouve cela au début d'un amour. On se répète : " Avant, je ne vivais pas vraiment ", et l'idée de perdre cette fièvre, même si elle brûle, n'est pas acceptable.
Commenter  J’apprécie          20
brigittelascombebrigittelascombe   28 août 2012
Il montre au fond de la classe les ordinateurs dans leurs housses:Et puis l'avenir,on l'a rentré là-dedans,c'est plus sûr.L'ordinateur répond "plan de carrière,cible,stratégie,chômage",des mots comme ça,rien de vraiment grisant.Il répond même "retraite" avant qu'on ait démarré.Gaffe à l'avenir, plus jamais "Vive l'avenir!" A nouveau il s'interrompt:Alors tout ça,ça vous donne pas envie de vous magner,laisse-t-il tomber.
Applaudissements de la classe,courbette de Steph, moi j'ai peur!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
zazimuthzazimuth   01 août 2011
Il faut reconnaître qu'il était très drôle, Steph, désopilant même, pour ceux qui ne voulaient pas comprendre avec son front tout rouge et les gestes désordonnés de ceux qui craignent que les mots ne leur suffisent pas. (p.44)
Commenter  J’apprécie          10
Lire un extrait
Videos de Janine Boissard (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Janine Boissard
Janine Boissard était présente au salon le Livre sur la Place de Nancy. A cette occasion, l'auteur de "Dis, t'en souviendras-tu ?" nous parle de ses références littéraires, du rôle de l'écrivain et de ses lecteurs. En savoir plus sur le livre : https://bit.ly/2qG6Qih
autres livres classés : espoirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2141 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre