AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266246286
576 pages
Éditeur : Pocket (12/02/2015)

Note moyenne : 4.03/5 (sur 59 notes)
Résumé :
A Londres, soir du 31 août. En regagnant sa voiture, la jeune policière Lacey Flint découvre une femme lacérée de coups de couteau, qui finira par mourir dans ses bras. Quelques heures plus tard, une journaliste reçoit une étrange lettre anonyme rappelant celles qu'envoyait Jack l'Eventreur aux journaux. Lorsqu'un deuxième meurtre a lieu, les ressemblances ne font plus aucun doute pour Lacey : l'assassin utilise le même mode opératoire et frappe les mêmes jours de l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
  02 octobre 2013
Ce que j'aime dans les romans de Sharon Bolton c'est que les héroïnes sont toujours des femmes relativement normales, pas forcément grandes, jolies avec un QI de 180. Il s'agit plutôt de femmes ayant un passé plus ou moins compliqué, un cerveau en bon état de marche ce qui fait qu'elles ne se laissent pas émouvoir par le premier crétin venu qui mesure plus d'un mètre quatre-vingt et surtout, elles se retrouvent toujours impliquées dans des histoires sacrément originales, passionnantes et tout à fait crédibles malgré tout.
Ici, nous faisons connaissance avec Lacey Flint, une jeune policière témoin d'un meurtre horrible, lequel semble avoir des ressemblances flagrantes avec les crimes de Jack l'éventreur, commis une centaine d'années plus tôt.
Je suis rentrée très lentement dans l'histoire, Lacy ne me semblant pas très attachante au début et l'intrigue a mis un peu de temps à vraiment démarrer mais ensuite, j'ai lu presque d'une traite les 550 pages de ce très bon polar bien ficelé.
En résumé : une bonne intrigue, une héroïne atypique, une visite de Londres bien documentée et une toile de fond historique passionnante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          323
ladesiderienne
  20 février 2016
CHALLENGE PAVES 2015/2016 (9/10)
Après "Sacrifice", "Venin" et "Moisson de sang", ma découverte de Sharon Bolton se poursuit sous les meilleurs auspices. "Écrit en lettres de sang" (et avec un talent indiscutable) est un polar dense et tortueux comme je les aime...
Quand une femme lacérée de coups de couteaux vient mourir entre ses bras dans une rue londonienne, aux yeux de ses collègues, Lacey Flint perd son statut de policière pour devenir témoin principal. le beau commandant Joesbury, détaché de Scotland Yard pour mener l'enquête aux côtés de Dana Tulloch est même à deux doigts de la soupçonner d'être l'auteure du meurtre. Il est vrai que son passé dissolu et la vie nocturne qu'elle mène ne joue pas en sa faveur. Lorsqu'un deuxième crime encore plus atroce que le premier est commis, divers indices laissent à penser que l'assassin est un fan de Jack l'Éventreur puisqu'il utilise le même mode opératoire et agit aux mêmes dates, autre fait troublant puisque Lacey avoue elle-même que le célèbre criminel est son personnage historique préféré.
Comme dans ses romans précédents, Sharon Bolton nous dépeint un personnage féminin haut en couleur, ambivalent et tourmenté à souhait. de la bouche même de l'héroïne puisque c'est elle la narratrice, par petites touches, par des phrases à double tranchant (principalement situées en fin de chapitre pour l'effet page-turner), l'auteure sème le doute dans l'esprit du lecteur comme dans celui de l'équipe de policiers. L'intrigue policière démente se double d'une visite de Londres inédite, vous connaîtrez tout de ses bas-fonds, de ses lieux mal famés et même des profondeurs de la Tamise. Vous découvrirez aussi l'ambiance glauque de la ville en 1888 à l'époque où Jack l'Eventreur semait la terreur parmi les prostituées.
Si je veux être tatillonne, je reprocherais à Sharon Bolton quelques longueurs vers la fin (comme dans "Venin") et un dénouement pressenti qui tarde à venir. Malgré cela, j'accorde un 18/20 à ce polar non conventionnel (et à ma 500ième critique) et j'ai hâte de lire la suite des aventures de Lacey Flint car "Sous emprises" m'attend déjà dans ma PAL.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
PeaceandBooks
  27 novembre 2016
Vu que j'ai lu la suite (Sous Emprises) avant ce roman-ci, je m'étais faîte une idée assez précise des personnages principaux. Et pourtant, je l'ai aient découvert sous un nouveau jour.
Ici, c'est un thriller pur et dur avec une enquête policière et une série de meurtres qui n'est pas sans rappeler Jack l'Eventreur. J'ai toujours été fascinée par ce meurtrier du XIXème siècle. Et en apprendre davantage sur ce tueur était à la fois effrayant mais tellement fascinant. Une jeune policière, Lacey Flint va par hasard se retrouvée au milieu d'une scène de crime. A partir de ce moment-là, elle se retrouve impliquée dans une enquête qui va faire l'objet d'une chasse à l'homme sans précédent.
Joesbury est l'un des enquêteurs et va devoir collaborer avec Lacey pour son plus grand déplaisir. Il se montre très méfiant et doute de la sincérité de Flint dès le départ. Ce n'est pas un homme particulièrement chaleureux, voire souriant et pourtant à certains moments j'aurai plus qu'aimer me retrouver dans la tête de ce personnage. Dans ce thriller nous n'avons que le point de vue de Lacey, ce que j'ai trouvé un peu dommage. J'aurais apprécié avoir une diversité de points de vue.
Lacey quant à elle, paraît comme une femme courageuse, très têtue et ayant un fort caractère. Elle a un bon instinct et est fascinée par Jack l'Eventreur depuis son enfance ... Elle a l'air insouciant et ne se rend pas compte du danger qu'elle encourt dans cette enquête très spéciale.
Les descriptions des meurtres perpétrés m'ont fait froid dans le dos sans pour autant me dégoûter. L'auteure a réussi à trouver le bon équilibre entre le dégoût et le morbide. A ma plus grande surprise, je n'ai pas eu si peur que ça. J'ai quand même eu des moments de frousses quand je sentais que les personnages étaient en danger mais pas au point d'en faire des cauchemars :)
Ce qui m'a le plus impressionnée, c'est le dénouement de l'intrigue. La fin m'a laissée sans voix, j'étais comme paralysée. Je ne m'attendais absolument pas à ça ! J'étais vraiment choquée. J'ai bien mis 20 minutes pour comprendre l'implication des dernières paroles prononcées par l'un des personnages principaux tellement c'était inattendue. Bon après, je sais que mes proches (qui sont adeptes de thrillers) auraient deviné facilement cette fin par expérience mais moi, je me suis prise une claque !
le suspense est à son comble pendant toute l'intrigue. Je n'ai RIEN vu venir. C'était très frustrant. Sharon Bolton a très bien joué son coup ... Toutes nos certitudes sont remises en cause pour ainsi dire à chaque nouveau chapitre. Je ne savais pas où l'auteure voulais m'emmener tellement l'enquête était prenante et imprévisible. C'est une course contre la montre. Chaque heure est précieuse, plus que l'on ne le pense en lisant ce roman.
Un thriller à lire absolument pour les adeptes mais surtout à découvrir pour les curieux : au programme une enquête folle autour de Jack l'Eventreur et un suspense à en devenir malade !
Lien : http://peaceandbook.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Cinder6
  13 septembre 2015
Génialissime! Un vrai Thriller comme je les aime : du suspense à n'en plus finir et ce, jusqu'à la fin. Certes, j'ai essayé d'émettre quelques hypothèses sur la fin, mais impossible d'être sûre, on peut dire qu'il est loin d'être prévisible. J'ai adoré la relation entre Lacey et Joesbury, même si au final ca reste sur le point mort. Moi qui aime les héroïnes un peu torturées, qui ne suivent pas du tout " la morale" , j'ai été plus que bien servie! Et quand on apprend la fin, c'est la cerise sur le gâteau. La description des meurtres est effroyable et c'est aussi un point fort car on a vraiment l'impression de voir les morts ce qui nous plonge encore plus dans l'ambiance. Jack l'Eventreur devant être un sujet assez souvent traité en policier, j'ai pourtant aimé ce côté original : cette supposition que ce serait une femme. Les autres personnages, les collègues de Lacey sont assez attachants en particulier Dana Tully ( une belle femme, chef et lesbienne, ça c'est encore original! En général, dans ce genre de romans, les belles policières sont hétéro et couchent avec les collègues), j'ai beaucoup aimé son personnage, cependant j'aurais aimé en savoir plus sur ce qui lui était vraiment arrivé, mais bon, ca laisse une part de mystère. Et il faut dire que le Mystère et l'Ombre sont deux mots qui caractérisent très bien ce fantastique roman.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Tounet
  10 octobre 2015
Comme la plupart des gens, les crimes mystérieux de Jack l' éventreur titillent ma curiosité; aussi ai-je lu et vu de nombreuses histoires inspirées de ceux-ci. Ce roman-ci toutefois n'est pas qu'une énième adaptation sur le sujet, la trame en est réellement originale et inattendue. La jeune policière Lacey Flint découvre une femme égorgée accrochée à sa voiture... Les crimes atroces s'enchaînent ensuite autour la jeune femme dont le passé trouble semble vouloir revenir à la surface. Un livre palpitant de bout en bout, au style moderne, des personnages intéressants et attachants, les prémisses d'un possible développement romantique entre Lacey et son supérieur Mark Joeysbury... tout contribue à vous donner envie de connaître la suite.
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
ladesiderienneladesiderienne   13 février 2016
- (...) Je ne sais rien de Jack l’Éventreur. Comment avez-vous dit que les cinq meurtres s'appelaient déjà ? Ceux qui sont censés être l’œuvre de l’Éventreur ?
- Des meurtres canoniques.
- Qu'est-ce que ça veut dire ? On dirait un terme religieux.
- Conformes à l'ordre établi - ici, au modus operandi, a répliqué Joesbury, réduisant les choses à leur forme la plus simple.
Tulloch est restée interdite.
- Je ne vois toujours pas...
- Personne ne sait vraiment pourquoi on les a appelés comme ça, suis-je intervenue. C'est juste une tradition parmi les gens qui se décrivent comme des éventrologues. Cinq des meurtres, entre août et décembre, sont appelés les cinq meurtres canoniques.
Joesbury a levé un sourcil. Son œil droit était toujours injecté de sang
- Comment se fait-il que vous en sachiez autant sur Jack l’Éventreur ? a -t-il demandé.
Je me suis abstenue de lui dire que Jack était mon personnage historique préféré. Pour une raison obscure, je doutais que cela soit bien vu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
ladesiderienneladesiderienne   14 février 2016
Mes toutes premières expériences avec les hommes et le sexe avaient été empreintes de violence. Rien de bien étonnant à ça, mais je me suis rendu compte il y a quelques années que les femmes avec le même passé ont le choix. Trop souvent, elles deviennent méfiantes, redoutant toute intimité quelle qu'elle soit, puis collantes et dépendantes pour peu qu'un type bien vienne à passer par là. Certaines évitent totalement les hommes et prennent les choses en main, si vous voyez ce que je veux dire. Et puis, il y a celles qui prennent le contrôle.
(...)
Oh, je sais que je m'expose à un risque en puissance, je ne suis pas idiote, mais je suis devenue assez bon juge du sexe fort au fil des ans. Les rares fois où je me trompe, je sais me débrouiller seule. (...)
Tout bien considéré, je ne redoute pas le moins du monde la moindre forme d'agression masculine. J'en ai bien assez de mon côté pour la contrer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
ladesiderienneladesiderienne   17 février 2016
- Le viol change les femmes, ai-je affirmé, en patientant pour voir si quiconque avait envie d'entendre ce que j'avais à dire.
Personne ne s'est détourné.
- Les victimes de viol se décrivent comme étant, avant, et après le viol, deux personnes distinctes.
- On sait que le traumatisme affecte les gens, a admis Anderson. Mais ça ne...
- Je ne parle pas d'un épisode dépressif ou du fait qu'elles deviennent un peu nerveuses. Les victimes de viol emploient des termes très spécifiques. Elles disent que ce viol a tué celle qu'elles étaient et qu'elles doivent apprendre à vivre avec la nouvelle personne qu'elles sont devenues.
- Oui, mais sans vouloir vous...
Tulloch a posé une main sur son bras.
- Continuez, Lacey, a-t-elle dit.
- Pour la plupart des femmes, leur vie après le viol est gouvernée par la peur. Elles ont peur du noir, peur d'être seule, peur des bruits bizarres, la nuit, peur de rencontrer des étrangers, peur de la foule.
- De tout, a résumé Mizon.
- Oui. Une fois qu'une femme a été brutalement violée, la force dominante dans sa vie, durant des années parfois, devient la peur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
emi13emi13   05 novembre 2013
Je ne devais pas fumer , a-t-elle dit , mais mes poumons sont foutus de toute façon , alors quelle différence ?
Commenter  J’apprécie          80
emi13emi13   01 novembre 2013
Tout ce qu'elle peut faire , c'est tourner sur elle-même , tel un rat pris dans un piège.
Commenter  J’apprécie          90

autres livres classés : jack l' éventreurVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1912 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre