AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2501122291
Éditeur : MARAbulles (22/08/2018)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 15 notes)
Résumé :
Adolescente mal dans sa peau, Manon a du mal à trouver sa place dans sa famille. L'arrivée pour le réveillon de Nadia, sa marraine exilée à New York, une violoncelliste de renom, l'aide peu à peu à s'affirmer et à dépasser ses craintes. Entre la vieille dame et l'adolescente naît une relation singulière, presque fusionnelle, dont la musique est le médiateur.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  19 octobre 2018
Manon est une adolescente réservée, discrète et mal dans sa peau. À l'approche des fêtes de Noël, elle redoute une fois encore de se retrouver en famille, avec ses tantes autoritaires, son père qui ne pipe mot et ses cousins qui l'ignorent la plupart du temps. Incomprise, la jeune fille se sent invisible. Mais, lorsque son père lui annonce que tante Nadia, sa marraine, violoncelliste de renom qui habite New-York et se produit dans le monde entier, sera là pour le réveillon du nouvel-an, la jeune fille s'en réjouit aussitôt. Elle-même pianiste, le trac l'empêche souvent de jouer. Elle espère ainsi, qu'au contact de Nadia, elle saura retrouver confiance en elle...
Dans cet album, Charlotte Bousquet dépeint les relations familiales, fussent-elles compliquées, conflictuelles ou au contraire bienfaitrices et émouvantes. Rabaissée par ses tantes, moquée parfois, ce n'est pas en son père qui l'a élevée seule que Manon va trouver du réconfort mais en la personne de la tante de ce dernier, Nadia. Celle-ci croit en elle et en ses capacités à surmonter les épreuves et le trac qui la paralyse. L'auteure s'attarde également sur les relations difficiles et pleines de non-dits entre le père de Manon et ses soeurs mais aussi entre Nadia et son frère. Ce roman graphique traite intelligemment des problèmes de l'adolescence et du poids de la famille. Manon est un personnage auquel bon nombre d'adolescentes pourront se retrouver. Un personnage fort attendrissant. Graphiquement, Stéphanie Rubini nous plonge dans une ambiance intimiste et sensible.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          670
angelita.manchado
  01 septembre 2018
Résumé Hiver Indien de Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini
Manon appréhende de passer les fêtes de Noël avec sa famille qui ne la comprend pas, qui la rejette.
Toute la famille est réunie. Mais ils attendent l'arrivée de Nadia qui semble être en retard. L'impatience et la colère commencent à poindre.
Avis Hiver Indien de Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini
C'est Noël. Manon est une jeune fille de 16 ans qui va passer les fêtes dans la famille de son père qui l'élève seul. Mais Manon n'est pas franchement heureuse. Elle est délaissée, voire rejetée par les membres de son clan, notamment ses cousins avec lesquels elle aimerait pouvoir discuter. Arrive, Nadia, une tante. Elle est une pianiste mondialement reconnue. Pratiquement tout le monde, dans la famille, veut se l'accaparer, qu'elle passe toutes les fêtes, Noël et Jour de l'An, avec la famille. Mais Nadia est fâchée avec son frère. Et elle souhaite passer du temps avec son neveu et Manon. Parce qu'elle a compris que Manon a besoin d'elle et elle souhaite la voir réaliser ses rêves.
Je ne suis pas, à proprement parlé, une lectrice de BD, même si j'en ai lu quelques unes. Lorsque l'éditeur de Charlotte Bousquet m'a contacté, à la demande de l'auteur, j'ai été absolument ravie. J'ai déjà lu quelques romans de Charlotte Bousquet. Et je dois dire que Charlotte Bousquet est à suivre. En plus, elle est très proche de ses lecteurs avec lesquels elle partage pas mal de choses sur Facebook. Donc, quand j'ai reçu cette bande dessinée, j'ai attendu d'avoir fini mon roman avant de me lancer.
Je ne connaissais pas les dessins de Stéphanie Rubini. Quelle maîtrise, quel art. Moi qui rêve de savoir dessiner et ce depuis des années, j'ai été absolument enchantée de les regarder, de les détailler. Je pense d'ailleurs que je reviendrai dessus car j'ai dû passer à côté de certains éléments. le trait est absolument parfait, les scènes très réalistes. Avec ses dessins, Stéphanie Rubini sait donner au lecteur des scènes vivantes, comme si on y était. Elle sait retranscrire toutes les émotions ressenties par les personnages, comme l'ennui, la colère, la joie, les rires. Mais également le rejet ressenti par Manon et cette connivence qu'elle a avec Nadia, tout comme les confidences qu'elles échangent. Les regards échangés sont également bien vivants.
Si les dessins retranscrivent à merveille l'histoire, le talent de Charlotte Bousquet n'est plus à démontrer. Connue pour ses romans, donc pour des textes plus longs, les phrases courtes de la bande dessinée, ces bulles, doivent être précises, concises, pour faire passer au maximum le message du dessin. Et Charlotte Bousquet excelle dans cet art. Phrases concises, explicites, qui détaillent très bien cette famille, qui se mêle de tout, notamment de la vie de Manon et de son père. D'ailleurs, on comprend très bien la jeune fille à ce sujet. Histoire familiale, secrets, culpabilité, jalousies, rien n'est rose pour quelqu'un qui souhaite réussir par son art. Avec les textes de Charlotte Bousquet, on se rend bien compte que Manon manque de confiance en elle, qu'elle est prête à tout abandonner, que le trac lui fait perdre tous ses moyens. Mais la musique est son univers. Et grâce à Nadia, cette tante avec qui elle passe quelques moments, qui vont rester gravés dans sa mémoire, Manon va pouvoir se révéler. Grâce à ce petit coup de pouce du destin, une compréhension d'un adulte envers un enfant, le message est clair. Il faut réaliser ses rêves quels qu'ils soient. Cela permet d'être heureux et de rester en vie. Et la musique est la base de tout. On ne peut pas vivre sans amour, mais on ne peut pas vivre, non plus, sans musique.
Je remercie Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini pour les charmantes dédicaces, les petits mots que je vais conserver précieusement. Heureusement que cette BD n'est pas restée au fond d'un tiroir et qu'un éditeur l'a publiée. Une petite question pour Charlotte Bousquet. Est-il plus difficile de passer de l'écriture d'un roman à celle d'une BD, ou inversement ?
Lien : http://livresaprofusion.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
shmileblik
  21 septembre 2018
L'adolescence et les moments de doute. Avec un sentiment de toute puissance pour certains , de vulnérabilité pour d'autres ou encore d'invisibilité. C'est ce que ressent Manon, une insignifiance du quotidien, dans sa famille, face à son piano, face à l'absence de sa mère et la mise en retrait de son père.
Certains adultes brisent, cassent, rabaissent sans même le réaliser du haut de leurs années de plus. D'autres adultes, rares, viennent parfois réveiller, adoucir l'âpreté des sentiment et éclairer les jours obscurs. C'est ce que fait Nadia. Avec toute sa fragilité, elle parvient à offrir de la force à Manon, à la révéler à elle-même , notamment en lui parlant avec la musique et en la réconciliant avec les touches blanches et noires du piano.
Un joli récit sur les doutes et les douces rencontres qui peuvent nous changer.
Commenter  J’apprécie          70
temps-de-livres
  12 novembre 2018
Manon n'aime pas Noël. Ces repas de famille où elle se sent invisible ou rabaissée, ces cadeaux qui ne reflètent pas ce qu'elle aime. Cette année, Nadia revient exprès de New-York. Nadia, l'enfant terrible de la famille. Manon et elles ont un point commun. Toutes les deux pratiquent musique. Noël pourrait être différent cette année…
Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini avaient formé un duo pour la collection Graphique des éditions Gulf Stream. Elles traitaient des difficultés des adolescents au collège. Avec Hiver Indien, elles reforment ce duo. Si le thème reste le même (l'adolescence), le milieu est différent puisqu'il est question de la famille.
Charlotte Bousquet nous offre un livre qui parle à tous. La famille et ses non-dits, ses colères, les attentes des uns et des autres. Des émotions qui sont mises à rude épreuve durant la période des fêtes de fin d'année. Intelligemment, l'autrice ne montre que les points de vue de la jeune femme, ses doutes, ses rancoeurs envers sa famille. Ce n'est qu'avec l'arrivée de Nadia qu'on aura un point de vue différent. On suit l'évolution de la jeune femme à travers ses différentes rencontres avec Nadia, leur complicité musicale, avant de laisser Manon prendre son envol. C'est un scénario tout en finesse, qui évite tous les clichés et qui ne prend pas le lecteur pour un imbécile. On doute avant de se laisser surprendre par l'écriture de Charlotte Bousquet.
Le graphisme de Stéphanie Rubini nous a toujours transporté. Ici, elle change son traitement pour calquer à l'émotion du scénario. le trait est noir, les décors sont simples, presque inexistants. Quelques touches de couleurs pour rehausser le ton, mais sans plus. l'important n'est pas là. Les personnages de Stéphanie, vivent, bougent, ressentent des émotions. Son trait expressif permet cette magie. Un trait d'autant plus important qu'il est question de faire vibrer le lecteur au son d'une musique. Musique qui n'est pas présente dans le livre (mais qu'il serait bon d'écouter)… Au lieu de nous placer les sempiternelles portées et notes pour une musique imaginée, l'autrice a utilisé divers stratagèmes. Reproduire la partition en entier, faire naître quelques notes qui sont le début du morceau de musique, montrer ce que fait le trac, comment il brouille nos sens. Ce ne sont plus des dessins, ce sont des émotions qui nous transportent, qui nous frappent jusqu'à la dernière page.
Si Manon ou Nadia parlent si bien de la musique, si le livre est imprégné de cet art, ce n'est pas un hasard. Les deux autrices connaissent la musique. Qu'il soit question d'oeuvres contemporaines, classiques ou cinématographiques, on se retrouve bercé par les différents univers musicaux qu'elles nous offrent. Chaque morceau cité pourrait être une playlist du livre. Ce serait dommage de passer à côté de Schubert, Beethoven ou Scelsi. Pour ceux qui veulent aller plus loin, qu'ils regardent les dernières interviews de Sonia Wieder-Atherton, ils comprendront mieux les dernières pages.
Autre point spécial, Hiver Indien n'a pas de fin. On pourrait voir ce récit comme un prologue, ou un premier acte, à la vie de Manon.
Une jeune femme qui doute, le repas familial de Noël et l'arrivée impromptue d'une tierce personne. Les deux autrices auraient presque pu glisser vers ses récits de Noël où tout se termine bien (d'Un Chant de Noël en passant par Love Actually, vous les connaissez), mais ces deux talentueuses artistes préfèrent montrer ce qu'est la vie. Elle n'est jamais tout à fait gaie ou tout à fait triste. Hiver Indien fait partie de ces récits qui vous touchent et vont avancer le lectorat. Merci à vous deux et merci à l'équipe de Marabulles d'avoir fait exister ce livre.
Lien : https://tempsdelivresdotcom...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
DreamBookeuse
  14 septembre 2018
Charlotte Bousquet et Stéphanie Rubini collaborent déjà depuis quelques temps sur la collection Les Graphiques de Gulf Stream Editeur (Bulles et Blues, invisibles, Rouge Tagada, et Mots rumeurs, Mots cutters) que je vous invite à aller voir ! Elles abordent des thématiques dures, parfois violentes comme la sexualité, le harcèlement, etc. C'est toutefois la première fois qu'elles publient une de leur collaboration en dehors de cette collection et on les retrouve donc chez Marabulles.
Mon résumé
A chaque noël, partout sur la planète des milliers de familles se réunissent autour d'un bon repas afin de se réconcilier et échanger des cadeaux. Pourtant, pour Manon, noël rime avec calvaire. Entre les remarques perfides de ses tantes qui ne perdent jamais un instant pour glisser deux trois mots sur son physique, et l'attention entièrement retenue par ses cousins, elle pourrait très bien ne plus être là. D'ailleurs elle préférerait ne pas être là. Cesser d'exister.
Pourtant un noël pourrait bien tout changer, celui du retour de Nadia, l'enfant rebelle, la marraine de son père, violoncelliste de renom qui pourrait bien réussir à lui redonner confiance en elle.
Mon avis
Manon est une adolescente mal dans sa peau, élevée seule par un père à qui on a toujours reproché d'être le chouchou de la famille elle doit désormais se coltiner les remarques incessantes de ses tantes « Manon pourrait être si jolie », « tu devrais l'emmener chez le coiffeur, tu sais, histoire de donner une forme à ses cheveux et de la rendre plus féminine », etc.
Pianiste plutôt douée elle a perdu toute confiance en elle lorsqu'elle n'a pas pu sortir une seule note de son instrument, tétanisée par l'angoisse et le trac. Pourtant c'est bien aux notes des sonates de Beethoven, ou les sons endiablés des violoncelles d'Apocalyptica que la jeune fille rêve, aspire à se présenter sur scène…
Un Noël tout va changer. La figure maternelle que ses tantes appelaient de leurs voeux afin de la rendre plus agréable à regarder, plus féminine, vient de débarquer. Nadia, la talentueuse violoncelliste. Après un long processus de transmission transgénérationnelle à travers lequel Manon, comme Nadia, vont pouvoir exprimer leur complicité, leurs regards, et leur amour pour la musique, c'est toute une famille qui se doit d'avancer.
Tout en notes et en légèreté, Hiver Indien retranscrit avec beaucoup de tendresse les relations familiales qui peuvent être conflictuelles, difficiles voire cruelles mais aussi émouvantes, belles et sensibles. Sans toutefois s'éloigner de notre héroïne, l'autrice et l'illustratrice ont su, par quelques touches, quelques phrases, quelques cases, nous offrir un cadre plus large, croisant l'histoire de Manon avec celle de son père, ses mains larges remontant sa couverture, sa volonté de ne pas la décevoir et d'écouter les conseils des femmes de sa famille même s'ils sont parfois mauvais, parfois malintentionnés, mais aussi avec celle de Nadia et de son frère, pleine de non dits et de colère.
La fin, si brusque mais aussi inévitable marque également le début d'un nouveau départ, comme si l'une avait passé le relais à l'autre et que Manon n'aurait plus qu'à attendre, à son tour, afin de transmettre son héritage.
En résumé
Hiver Indien est une histoire touchante et sensible servit par un dessin feutré entraînant le lecteur dans une parenthèse musicale. Bien travaillés, les images et le texte nous font partager l'intimité de cette famille conflictuelle, touchante et familière et nous délivrent un message de confiance et d'espoir.
Lien : https://lesdreamdreamdunebou..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Actualitte   22 octobre 2018
L’histoire de Charlotte Bousquet est parfaitement accompagnée par le trait jeune et souple de Stéphanie Rubini. Une collaboration très réussie : les personnages sont attachants, le dénouement est émouvant. Une belle histoire d’amitié intergénérationnelle.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
DreamBookeuseDreamBookeuse   14 septembre 2018
Noires ou blanches, les touches me jugent, s’enfoncent en rechignant, laissent échapper des soupirs réprobateurs, et je me sens d’autant plus nulle que le compte à rebours a commencé.
Commenter  J’apprécie          10
DreamBookeuseDreamBookeuse   14 septembre 2018
Ne te laisse pas détruire par le regard des autres. Ne renonce pas à tes rêves ni à ce que tu es […]
Commenter  J’apprécie          10
DreamBookeuseDreamBookeuse   14 septembre 2018
J’ai disparu. Pas physiquement : pour ça, il aurait fallu que je quitte la table. Impossible à moins d’être malade à crever. Je me suis contentée de ne pas exister.
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Charlotte Bousquet (47) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charlotte Bousquet
Présentation de livres mettant à l'honneur des personnages LGBT+, par Opalyne, dans le cadre de l'opération Littera-Queer. Livres présentés : - "Les seigneurs de Bohen " par Estelle Faye - "Un eclat de givre" par Estelle Faye - "A darker Shade of magic" par V.E. Schwab - "Saga" par Brian K. Vaughan et Fiona Staples - "Sang-de-lune" par Charlotte Bousquet - "Le vrai sexe de la vraie vie" par Cy - "Nous les filles de nulle part" par Amy Reed
autres livres classés : tracVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Le dernier ours

Qui est le personnage humain principal ?

Anuri
Karen Avike
Svendsen
Kiviuq

12 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Le dernier ours de Charlotte BousquetCréer un quiz sur ce livre