AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253146100
151 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/04/1999)

Note moyenne : 3.92/5 (sur 155 notes)
Résumé :
Marthe a soixante-dix ans. On pourrait croire que ce n’est plus l’âge de la passion. Pourtant, elle va s’autoriser à la vivre avec Félix, l’homme aux écharpes multicolores, son aîné de dix ans... Une passion faite de l’émerveillement des âmes et aussi celui des corps.

Tout ce qu’une longue vie d’épouse et de mère ne lui a pas donné. Enfants et petits-enfants, qui l’avaient assez vite rangée à la rubrique "troisième âge" et "grand-mère gâteau," devront... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (33) Voir plus Ajouter une critique
Ladybirdy
  06 décembre 2018
En voilà une bien jolie histoire traitant de l'amour passé un certain âge. Je prends ici ma revanche sur le clafoutis, lecture qui m'avait laissée indifférente. Ici, c'est juste beau, propre, élancé, c'est de la vie qu'on ajoute à ses années et non l'inverse.

Marthe a soixante-dix ans ou septante pour nous les belges, elle est installée dans sa routine, entourée de la protection de ses enfants. Survient alors le plus beau jour de sa vie lorsqu'elle rencontre Félix au café du coin. Les deux âmes se font de l'oeil et s'enivrent de toute la beauté qui peut naître dans un regard, puis dans la douceur d'une main.
L'amour n'a vraiment pas d'âge et quand il est décrit avec autant de sensibilité, il en devient joyau éternel. Ce petit roman est une caresse sur la peau, un pied de nez à la jeunesse et un bel hommage à ces petits vieux qui se bécotent sur les bancs publics... bancs publics... 🎶
Quand l'amour est exposé avec une telle brillance, la lumière éclate dans l'âme de la lectrice que je suis.
C'est beau l'amour et j'en reste pantoise.
Même s'il naît au crépuscule d'une vie, même s'il n'est pas d'emblée compris des siens, la peau est née pour caresser, l'âme pour briller, le coeur pour exalter. Et de tout temps, seul l'amour aura ce talent de faire danser corps, âme et coeur dans un même tandem.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10316
Eric76
  15 janvier 2017
Il n'y a pas d'âge pour l'amour.
Marthe attendra soixante-dix ans pour aimer, aimer passionnément, férocement, sans discernement…
Elle attendra d'être Mamie Marthe, d'être Bonne-maman, d'avoir cette poitrine plate, un peu osseuse, ses doigts raides, un peu déformés, avant de rencontrer l'homme qui viendra remplir sa vie de joie, de rires et de plaisirs.
Elle n'est pourtant pas malheureuse, Marthe ! Ses enfants l'aiment, la couvent, la protègent. Ses petits-enfants, ses chers boucles blondes, l'adorent. Ils viennent souvent chez elle, « trombe d'énergie, de jeunesse, de dit, de pas dit, de joie plutôt grande, d'agacement relativement petits. »
Mais c'est peut-être là que le bât blesse, dans cette vie bien rangée, calme, une vie pleine de sacrifice, de dévouement, d'oubli de soi pour la famille, le mari, les enfants, et maintenant les petits enfants.
Il aurait pu en être ainsi jusqu'au bout du chemin pour Marthe, mais il y eut cette rencontre au café des « Trois canons » avec Félix. Une rencontre qui bouleverse son destin, écarte brutalement sa mélancolie et sa vie routinière, lui rappelle des sensations tellement lointaines, lui met le rouge au front, lui fait oublier les médicaments et cette douleur lancinante à la hanche gauche, lui donne enfin le goût de la liberté.
Un sacré canaillou que ce Félix ! Surnommé par Marthe « l'homme au mille cache-col ». Félix ! le chevalier de la lame de fond, le pourfendeur des galets clos… le flamboyant Seigneur aux épaules affaissées…
Ils mettront un peu de temps à s'apprivoiser les deux « vieux » tourtereaux, mais ils vont vivre leur passion jusqu'au bout. Marthe dut s'efforcer de calmer les enfants inquiets de cette aventure arrivée sur le tard, vaguement choqués de voir leur vieille maman qui…
Une histoire racontée avec beaucoup de tendresse et de retenue. Comment ne pas aimer Marthe et Félix qui ne demandent pas à retrouver une seconde jeunesse, surtout pas, mais décident de vivre leur âge avec fièvre et enthousiasme.
Vive l'amour qui autorise la déraison et transporte vers les cimes ; vive l'amour qui se moque des convenances, tourneboule les coeurs, ne fait plus toucher terre… Et tant pis si la hanche gauche de Marthe parfois renâcle un peu !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          929
babounette
  01 novembre 2015
Rien que du bonheur dans ce livre traitant de l'amour quand on est âgé(e). Noëlle Châtelet a traité ce sujet qui en dérange plus d'un(e) avec
émotion, humour, finesse, tendresse et une grande délicatesse. Pourquoi ne pourrait-on plus vivre un grand amour quand on a un certain âge?
Dans ce petit livre, Marthe et Félix éprouvent absolument tous les sentiments qu'éprouvent des plus jeunes lorsqu'ils tombent amoureux, et c'est beau, c'est propre, c'est lumineux, rien de grivois, rien de malsain.
Marthe est passée de "femme transparente" à femme coquelicot grâce à Félix.
Les enfants de Marthe ont plus ou moins du mal à accepter Félix, mais les petits-enfants, eux, dans leur innocence, l'adoptent tout de suite, ils ne s'interrogent pas, ils laissent parler leur coeur. Les adultes ont beaucoup plus de mal à laisser parler le leur. Une très belle histoire à lire.
Commenter  J’apprécie          9717
Lorraine47
  14 avril 2013
La vie est passée sur Marthe comme une brise légère sur un coquelicot.
Elle s'est laissé imposer le choix de son mari par son père comme cela s'était fait pour de nombreuses femmes de sa génération.
Elle a vécu pour les autres, ses enfants puis ses petits enfants, vivant un bonheur par procuration sans jamais se plaindre.
Bel amour que celui de cette femme dévouée aux siens, j'entends déjà quelques grincements de dents chez mes consoeurs féministes...
Mais soyez un peu patientes, la vie bien évidemment se charge de semer la panique dans la vie de cette veuve septuagénaire!
Le bonheur conjugal, elle ne l'a pas connu pour ainsi dire, son falot et fruste mari a mis sa femme coquelicot en dormance au lieu de l'aider à s'épanouir!
Une rencontre fulgurante vient bousculer la vie bien ordonnée de Marthe, non pas un petit jeune, nous n'avons pas affaire à la cougar en vogue de nos jours, un homme, Félix, octogénaire raffiné et peintre de son état.
Pas de guimauve, non je vous assure, cette histoire d'amour vécue par deux personnes au crépuscule de leur vie est admirablement racontée par Noëlle Châtelet, des premiers émois de leur rencontre à la concrétisation charnelle de leur amour...
C'est émouvant, tendre, pétillant d'humour!
Si la valeur n'attend pas le nombre des années, on peut dire à l'inverse que la vie garde toute sa saveur pour qui sait s'autoriser le bonheur et cela quel que soit son âge.
La femme coquelicot, vous m'en mettrez deux bouquets!

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          743
isabelleisapure
  05 janvier 2016
Ce court roman est un petit bijou, qui m'a enchantée, une fois de plus.
Un livre lu et relu avec toujours ce sentiment de tendresse pour cette dame, Marthe qui vit ses premiers émois d'amour à un âge où l'on elle ne devrait avoir, pense-t-elle, d'autres préoccupations que sa maison et ses petits-enfants.
Félix dessinait dans un café, Marthe faisait des mots croisés et un jour ils se sont parlés, se sont assis à la même table peu à peu la vie, leur vie a commencée.
Je suis sans doute fleur bleue, mais cette histoire tellement belle m'arrache toujours une larme.
Il faut un grand talent fait à la fois de pudeur et de sensibilité pour évoquer les amours du troisième âge. Noëlle Chatelet y réussi avec brio.

Commenter  J’apprécie          542

Citations et extraits (49) Voir plus Ajouter une citation
Eric76Eric76   12 janvier 2017
Marthe est dans son lit.
Les yeux mi-clos, elle fait durer le moment de l'éveil, ces minutes singulières de flottement où elle est sans âge, où elle déambule parmi tous les âges de son passé. Elle va et vient ainsi d'une Marthe à l'autre, laissant sa mémoire s'attarder comme elle veut, au grès de son humeur, enjouée, chagrine. C'est selon.
Et elle soupire. Elle aime soupirer, même sans raison. C'est apaisant, frais, ces petits coups de vent de l'âme.
Après le soupir et seulement après, elle ouvre grand les yeux, sur sa chambre, sur sa vie. Sa vie de vieille dame.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
araucariaaraucaria   27 juillet 2017
Ouvrir une lettre d'homme, d'un homme qui écrit pour la première fois, qui n'est ni un mari, ni un fils, ni un fonctionnaire à la caisse des retraites... Ouvrir la lettre de l'homme aux mille cache-col exige des précautions tant pour la lettre que pour la femme à laquelle elle est destinée, fragile comme son poignet.
Marthe va donc quérir son coupe-papier d'ivoire dans le secrétaire de sa chambre et elle soupire, trois fois, de trois manières différentes et conjuratrices car la morsure du trac est un peu moins douce. Elle en sent les petits crocs acérés comme lorsque le chien joue à mordiller la main amie qui lui flatte le museau, histoire de rappeler qu'il reste quand même un chien.
Ce qu'elle lit sera lu. Relu. Ce qu'elle lit ne peut pas se dire. Se raconter. Ce qu'elle lit parle à sa tête, à son corps, à ses sens endormis qu'un chevalier réveille.
Cette lettre est la lettre qu'elle aurait dû recevoir à dix-sept ans - avant que son père la fiance à Edmond - d'un autre qu'Edmond, du chevalier, de celui qu'elle espérait et qu'elle a toujours attendu, jusqu'à aujourd'hui.
Marthe vient de recevoir sa première lettre d'amour. Elle a soixante-dix ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Eric76Eric76   14 janvier 2017
Marthe le voit se déplacer au ralenti, comme en songe.
D'abord, il va tirer les rideaux et la chambre se transforme en alcôve où d'autres brassées de fleurs semblent pleuvoir sur eux.
Puis, lentement, chaque geste semblant éterniser l'attente décidée mais un peu tremblante de Marthe, il se dévêt.
Tous les cache-col tombent à terre, jusqu'à la nudité.
Marthe ne pense plus à rien. Elle se dit seulement : "J'aime le vieillard nu qui s'approche de mon lit."
Elle en est assez sûre pour se dévêtir à son tour sur le couvre-lit fleuri, avec la même lenteur, la même simplicité, jusqu'à la nudité.
Marthe ne pense plus à rien. Elle se dit seulement : " Lui aussi aime la vieille femme nue qui l'attend sur le lit... "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          315
Lorraine47Lorraine47   15 avril 2013
Ouvrir une lettre d'homme qui écrit pour la première fois, qui n'est ni un mari, ni un fils, ni un fonctionnaire à la caisse des retraites...
Ce qu'elle lit sera lu. Relu. Ce qu'elle lit ne peut pas se dire. Se raconter. Ce qu'elle lit parle à sa tête, à son corps, à ses sens endormis qu'un chevalier réveille.
Commenter  J’apprécie          470
LadybirdyLadybirdy   07 décembre 2018
Pourtant, se sentir amoureuse ne fait pas regretter à Marthe d’être une vieille dame. Pour rien au monde elle ne voudrait rajeunir, repasser par les épreuves de la vie, y compris celle du vieillissement dont l’acceptation ne fut pas sans tourments. Au contraire, elle se dit que c’est maintenant, maintenant seulement, qu’elle a vraiment le temps d’aimer, d’en faire son unique loisir, sa distraction exclusive.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280

Videos de Noëlle Châtelet (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Noëlle Châtelet
https://elansud.com/boutique/elan-delles/84-camille-claudel-nos-enfants-de-marbre-9782911137655.html Camille Claudel, nos enfants de marbre, de Laurence Creton, chez Elan Sud Fragments épistolaires Sculptrices, Camille Claudel et Jessie Lipscomb se sont connues dans l'atelier de Rodin. En France, comme en Angleterre, être artiste-femme est compliqué, surtout dans l'ombre du Maître. Quand le doute l'envahit, celle qui signe mademoiselle Say se raccroche à son frère Paul.
Laurence Creton reprend trente années de l'histoire de Camille Claudel, artiste au caractère complexe, dans une correspondance inspirée de sa vie. Ce nouveau regard nous donne envie de redécouvrir son travail fabuleux.
Préface de Noëlle Châtelet
Laurence Creton Professeure de Lettres, responsable de la maison d'édition du Revif à Paris, l'auteure baigne dans la littérature jusque dans ses activités associatives. Passionnée par toutes les formes artistiques, elle explore aujourd'hui celle de la sculpture. Avec Camille Claudel, nos enfants de marbre, Laurence rejoint la tradition du roman épistolaire.
248 pages Prix : 18e EAN : 9782911137655 www.elansud.fr/creton
+ Lire la suite
autres livres classés : vieillesseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3841 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..