AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Baptiste Dupin (Traducteur)
ISBN : 2264048557
Éditeur : 10-18 (05/02/2009)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 211 notes)
Résumé :
En cette fin de siècle trépidante, Oscar Wilde, dandy éclairé, virevolte de mondanités en rendez-vous discrets, lorsqu'un drame vient bouleverser sa vie. Tandis qu'il s'apprête à écrire Le Portrait de Dorian Gray, il découvre dans un meublé le corps d'un jeune garçon de sa connaissance. Tout semble indiquer un meurtre rituel. Et en ami fidèle, Oscar Wilde s'est juré de ne pas trouver le repos tant que justice n'aura pas été faite pour Billy Wood.

«J'a... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (58) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  09 janvier 2017
Ce livre est le premier tome de la série mettant en scène Oscar Wilde et Robert Sherard menant des enquêtes policières.

Dans ce premier opus, Oscar Wilde découvre le corps de Billy Wood gisant au milieu de bougies et d'encens dans une pièce. Pris de panique, il s'enfuit puis, raconte tout à son ami Sherard et Conan Doyle. Une fois arrivé sur les lieux, le corps n'est plus là, la pièce est propre.... Ceux-ci lui conseillent d'en faire part à la police et, notamment à l'inspecteur Aiden Fraser (un ami de Conan Doyle). L'enquête débute....

J'ai toujours une crainte quand je vois le nom d'un auteur associé à un livre si celui-ci n'est pas une biographie. Eh bien, après la lecture de ce premier volet des aventures d'Oscar Wilde relaté par Robert Sherard, je suis sans hésitation emballée et séduite. J'ai adoré les allusions à l'oeuvre d'Oscar Wilde, à sa vie, à ses penchants. Ajouté à cela un récit où l'on côtoie Arthur Conan Doyle qui commence à se faire connaître après la publication de "Une étude en Rouge" et Sherard, l'un des meilleurs biographes d'Oscar Wilde et vous serez séduits.

En ce qui concerne l'intrigue, c'est purement un mélange de Sherlock Holmes dans les grandes lignes où Sherard incarne Watson avec, dès le début du livre l'annonce que ce récit n'a pas pu être publié en son temps pour ne blesser personnes ; Oscar Wilde en Sherlock Holmes dandy et maniéré et Arthur Conan Doyle ici en tant que donneur de réplique et s'inspirant d'Oscar pour son personnage. de nombreux éléments rappellent Sherlock Holmes, que cela soit l'intrigue mystérieuse, la présence d'espion d'Oscar Wilde qui rappelleront les enfants qu'utilisait Sherlock dans ses enquêtes, les faux-semblants, les déductions....
La seconde inspiration vient un peu d'Agatha Christie avec un final grandiose où Oscar Wilde réunit tout le monde pour relater les faits et résoudre l'énigme.

L'enquête est prenante et assez bien ficelée. J'avais déjà une idée de suspect dès la moitié du livre et Gyles Brandreth a su m'étonner en me donnant raison et tort !! ^^ Oui j'avais trouvé le suspect mais pas pour le bon meurtre. Vicieux cet auteur !!! L'écriture est fluide sans descriptions lourdes. Cela se lit avec plaisir.

Comme toujours avec ce type de série, le cadre historique est merveilleusement décrit. Nous avons ici une Angleterre victorienne très puritaine où l'homosexualité est interdite et où, les grands de ce monde qu'ils soient politiques ou religieux trouvent le moyen de contourner le système pour assouvir leurs penchants.

Pour conclure, totalement conquise par ce premier livre même si Oscar Wilde est caricaturé voire réduit à quelques grands éléments de sa vie. En terminant ce livre, on éprouve l'envie de découvrir ou redécouvrir les écrits de cet auteur. J'ai apprécié l'utilisation que fait Gyles Brandreth de Sherlock Holmes pour apporter une dynamique à son récit. J'espère que le prochain opus confirmera cette impression....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1073
Lorraine47
  20 décembre 2012
Avec ce roman léger et pétillant comme un champagne j'ai passé de bien agréables moments en compagnie de trois gentlemen assez extraordinaires: Oscar Wilde et Conan Doyle, les deux irlandais et Robert Scherard, un peu moins illustre et néanmoins journaliste et écrivain, proche ami d'Oscar et pur londonien(il fallait bien qu'il ait quelques défauts!).
Oscar se trouve confronté fin août 1890 à un terrible assassinat mais le cadavre du jeune homme disparaît mystérieusement, un meutre sans cadavre voilà une affaire pour le père de Scherlock Holmes! Mais ce dernier délègue à un ami fraîchement nommé à Scotland Yard.
Où nous parcourons le Londres de cette fin de XIXème siècle alors que la fée électricité commence à pointer son nez. Mais l'enquête paraît presque secondaire face à la compagnie d'Oscar Wilde, son humour à nul autre pareil et son grand appétit des bonnes choses de la vie.
Il nous embarque pour un court séjour à Paris où notre chère tour Eiffel vient juste de s'inviter dans le paysage de notre capitale. le plus parisien des irlandais s'y est installé à la fin de sa vie et on peut lui rendre hommage au Père Lachaise...
Mais revenons à notre affaire, l'enquête quoique secondaire surprendra cependant le lecteur.
Laissez vous embarquer par ce roman très bien écrit, il vous ravira et vous donnera sans doute envie de relire le portait de Dorian Gray!
L'auteur semble en tous cas avoir ressuscité Oscar le temps d'un roman, petit clin d'oeil à l'homme épris de la jeunesse (il portait le deuil le jour de son anniversaire), lui octroyant un moment d'éternité mais dans ce domaine l'auteur Wilde y a pourvu car son oeuvre est intemporelle.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          640
joedi
  20 février 2015
Cette histoire débute le 31 août 1889 lorsque Oscar Wilde entre dans une modeste petite maison et se trouve face au cadavre d'un jeune homme de 16 ans, étendu nu sur le sol, la gorge tranchée, entouré d'une demi-douzaine de chandelles aux flammes vacillantes. le lendemain, Oscar Wilde raconte sa macabre découverte à ses deux amis, Robert Sherard et Arthur Conan Doyle ; ce dernier invite Oscar Wilde à aller faire une déposition à Scotland Yard auprès d'une de ses connaissances, l'inspecteur Aidan Frazer. Gyles Brandreth raconte l'enquête que mène Oscar Wilde en compagnie de son meilleur ami Robert Sherard. L'auteur réussit à maintenir le suspens quant au dénouement de l'enquête jusqu'à la fin du roman.
À la fin du livre, des condensés biographiques d'Oscar Wilde, d'Arthur Conan Doyle, de Robert Sherard et de Gyles Brandreth se révèlent intéressants.
Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles est le premier d'une série que j'ai l'intention de continuer. À lire !
Commenter  J’apprécie          462
missmolko1
  21 avril 2014
Oscar Wilde est un auteur que j'aime beaucoup alors le voir en personnage dans un roman, c'est forcement intriguant. Ayant terminé ma lecture, je ne regrette qu'une chose, c'est de ne pas l'avoir lu avant. En tout cas ce premier tome d'une saga policière est vraiment prometteur.
Mais de quoi est-il question ? Et bien prenait un roman de Arthur Conan Doyle, dont le héros serait Sherlock Holmes, remplacer ce dernier par Oscar Wilde, et Watson pas Robert et cela donne Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles. Bon c'est un peu simpliste comme résumé. Oscar Wilde et son ami Robert vont être confronté a une sordide histoire de meurtres et vont se lancer dans une enquête passionnante. Alors petit conseil quand même, accrochez-vous car la première moitié est très bien écrite mais un peu plate niveau action, l'intrigue se met doucement en place. Mais après cela, impossible de lâcher le livre.
Pour une fois, je suis même fière de moi, j'ai réussi a résoudre l'enquête en parti et a trouver un coupable, chose qui ne m'arrive jamais (oui oui je suis très mauvaise enquêtrice !)
Gyles Brandreth est un auteur parfaitement inconnu pour moi, mais je suis vraiment conquise par son style. le récit est très fluide et très bien documenté. On plonge au coeur de Londres a la fin du XIXe siècle avec le plus grand plaisir.
Maintenant il me tarde de lire la suite des aventures Oscar Wilde détective a ses heures perdues.
Lien : http://missmolko1.blogspot.i..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          431
belette2911
  19 janvier 2013
Tout simplement jouissif de découvrir Oscar Wilde mener l'enquête aux côtés de son Watson : Sherard Robert !
Nous sommes en 1889 et bien que l'enquête ne soit pas "trépidante" au sens premier du terme, je n'ai pas vu le temps passer pendant que je suivais Wilde au cours de ses investigations pour découvrir qui avait bien pu assassiner le jeune et joli Billy Wood.
Il est de ces livres qui, en peu de temps de lecture, nous font arriver à la page cent sans même qu'on le sente. Ici, pas de ça. le roman se lit plus lentement, on s'imprègne des lieux, des personnages, de la société de l'époque que nous découvrons aux travers des yeux et du récit de Robert Sherard.
Le plat est consistant, rien à voir avec du fast-food déjà prémâché.
Non, pas de course poursuite, même si suivre Wilde est fatiguant tant il est magnifique et très prolixe. Pas à dire, avec un ami pareil, on ne s'ennuie pas.
Ce qui m'a fait jouir dans cette lecture, c'est dû au fait que Conan Doyle soit lui aussi présent. Pas beaucoup, ses apparitions étant trop peu nombreuses à mon goût, mais sa présence se fait surtout sentir parce que Wilde admire son détective...
En 1889, Conan Doyle a déjà publié "Une étude en rouge" (novembre 1887, dans "The Beeton's Christmas Annual") et là, il vient de se faire commander une autre aventure de Sherlock Holmes par Stoddart, l'éditeur américain. Oui, Wilde nous parle de ce fameux dîner avec monsieur Stoddart...
Pour ceux qui ne le sauraient pas, Conan Doyle écrira "Le signe des quatre" (publié en février 1890 dans le "Lippincott's") et Wilde, de son côté, nous livrera "Le portrait de Dorian Gray". Les amateurs de Sherlock Holmes disent merci à qui ? A monsieur Stoddart, of course !
Le récit de la naissance de leurs romans respectifs ne change pas par rapport à ce que j'ai toujours lu : Stoddart leur a commandé à chacun une histoire en insistant sur le fait qu'il voulait du Sherlock Holmes chez Conan Doyle. le livre reste fidèle à cet épisode auquel j'aurais aimé assister...
Comme je le disais plus haut, l'enquête n'est pas trépidante, il n'y a pas trop d'empressement, Wilde va à son aise, comme Mycroft Holmes le ferait, avec indolence.
Avec indolence, oui, mais s'il donne l'impression d'aller à son aise, Wilde remarque de nombreux détails sans nous en faire part.
En fait, l'ombre de Sherlock et de son fidèle Watson planera tout au long du roman, Wilde étant fan des déductions du détective, nous gratifiant même de certaines déductions que n'aurait pas renié le locataire terrible du 221b.
De plus, les quelques apparitions de Conan Doyle nous donneront quelques dialogues jubilatoires entre lui et Wilde. Instructifs aussi.
D'accord, c'est du roman, mais suivre des personnages ayant réellement existé, c'est très enivrant et très inhabituel pour moi.
L'auteur connaît son sujet, l'a potassé, ce qui fait que tout est réaliste. On a l'impression de lire une partie de l'autobiographie deWilde. Je ne connaissais pas bien Oscar et là, j'ai fait connaissance avec lui de manière très agréable. Ma lecture fut réjouissante tout au long des 374 pages.
Bien que j'aie entrevu assez tôt l'identité du coupable, je n'avais pas aperçu la partie immergée de l'iceberg.
Moi qui me targuait d'avoir trouvé la solution, je n'avais soulevé qu'un coin du voile, ce qui me fit suffoquer lorsque je compris ma légère méprise... Ma terrible méprise et ma grande omission.
Je n'étais pas tout à fait dans le faux, mais j'aurais tout de même fait une grosse faute. Oh le joli coup de pied lorsque je compris...
Heureusement que je n'appartiens pas à la maison poulaga ! Sinon, j'aurais quelques erreurs judiciaires à mon compte...

Lien : http://the-cannibal-lecteur...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          353
Citations et extraits (70) Voir plus Ajouter une citation
Souri7Souri7   07 janvier 2017
Quelle chance ont les acteurs! Ils peuvent choisir de jouer dans une tragédie ou une comédie, de souffrir ou de rendre heureux, de faire rire ou pleurer. Mais dans le monde réel, les choses sont différentes. Il n'y a pas de choix possible. Le monde est une vaste scène, mais nous ne pouvons y jouer d'autre rôle que celui qui nous a été attribué.
Commenter  J’apprécie          540
Lorraine47Lorraine47   16 décembre 2012
-Qu'est-il advenu de votre envie d'huîtres et de champagne?
-C'était il y a un quart d'heure et nous nous trouvions au sud de la Tamise. J'ai changé d'avis depuis. La constance, comme vous le savez, est l'ultime refuge de ceux qui manquent d'imagination.
Commenter  J’apprécie          440
Lorraine47Lorraine47   19 décembre 2012
Nous détestons parfois ce que nous aimons le plus.
Et nous nous détestons d'aimer ce que nous ne devrions pas aimer, d'aimer ceux que nous savons indignes de notre amour.
Commenter  J’apprécie          530
Lorraine47Lorraine47   17 décembre 2012
Je suis le prince de la procrastination, dit-il.
C'est un péché qui me guette sans cesse. Je ne remets jamais au lendemain ce que je peux faire... Le surlendemain.
Commenter  J’apprécie          500
joedijoedi   14 février 2015
— Il avait la beauté de la jeunesse. Et j'ai une passion pour la beauté. Comme Wordsworth, comme Robert. Comme vous-même, docteur, j'en suis sûr. La poésie est «l'afflux spontané de sentiments puissants». Une passion pour la beauté n'est rien d'autre qu'un désir sublimé de vie.

[ le docteur à qui s'adresse Oscar Wilde est Conan Doyle ]
[ la phrase entre guillemets est de Wordsworth ]
Commenter  J’apprécie          200
Videos de Gyles Brandreth (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Gyles Brandreth
Gyles Brandreth on the great Oscar Wilde
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles

Quel écrivain est le narrateur du livre ?

Oscar Wilde
Robert Sherard
Arthur Conan Doyle
Charles Dickens

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Oscar Wilde et le meurtre aux chandelles de Gyles BrandrethCréer un quiz sur ce livre