AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070324109
Éditeur : Gallimard (10/04/1987)

Note moyenne : 4.19/5 (sur 16 notes)
Résumé :
C'est en effet dans le mythe que l'on saisit le mieux, à vif, la collusion des postulations les plus secrètes, les plus virulentes du psychisme individuel et des pressions les plus impératives et les plus troublantes de l'existence sociale.
Il n'en faut pas plus pour lui accorder une situation éminente et pour inciter à ordonner par rapport à lui quelques-uns de ces problèmes essentiels qui touchent à la fois au monde de la connaissance et à celui de l'action... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
lecteur84
  14 avril 2014
Le mythe serait l'exutoire des non-dits, des pensées refoulées, voire des contradictions, devenues insoutenables pour l'homme...Largement influencé par la géographie, la sociologie, l'histoire, le mythe crée un héros, qui lui permet de concrétiser tout ce qui est impossible ou interdit...Ainsi le mythe permet d'assouvir tout ce que la faiblesse ou la morale interdit à l'homme.
Puis l'auteur nous entraine dans de précises observations entomologiques, et lui permet de rattacher certaines croyances, à la vie, ou aux pratiques de certains insectes...Le besoin de rêver de s'évader a poussé les hommes à créer des mythes...notre monde moderne n'en crée plus depuis bien longtemps, n'aurions nous plus d'interdits? N'aurions nous plus besoin de rêver...a voir...
Commenter  J’apprécie          102
darkon31
  18 décembre 2010
Les fondements imaginaires de la représentation, des mythes et des structures psycho-sociales. Une pensée très originale, une écriture poétique, de quoi ouvrir de nouvelles perspectives : que demander de plus ?
PS : il n'y a de structure qu'imaginaire, le reste ce n'est que du bla-bla...
Commenter  J’apprécie          10
anaurel
  17 décembre 2017
Bien
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
lanardlanard   09 novembre 2015
La mante religieuse (conclusion)
Il y a donc une sorte de conditionnement biologique de l'imagination, venu de déterminations fondamentales susceptibles d'intervenir chaque fois que l'intelligence ne dirige pas son libre jeu vers un but précis. Aussi agissent-elles également dans les mythes et les délires, pour prendre les pôles extrêmes de l'affabulation. Tant s'en faut d'ailleurs qu'elles rendent comptent intégralement du contenu des uns et des autres. Elles ne sont que des tendances, virtualités directrices. Aucun lien nécessaire et suffisant ne peut les orienter dans le choix des détails concrets dont elles sont besoin pour constituer une "imagination" proprement dite. Elles préforment seulement les lignes de force qui cristalliseront ceux-ci en thèmes et en motifs, puisant à satiété dans le particulier et l'anecdotique, utilisant les structures imposées par les données historiques et l'organisation sociale. Là est notamment l'erreur de la psychanalyse qui ne s'est tant ridiculisée dans la plupart de ses tentatives d'exégèse mythographique que pour avoir voulu trouver coûte que coûte dans les circonstances des récits ce qu'il fallait chercher dans leur schème dynamique: le ressort affectif qui donne au mythe son pouvoir d'emprise sur la conscience individuelle.
Le caractère collectif de l'imagination mythique garantit assez qu'elle soit de substance sociale, existant à la faveur de la société et en sa faveur. C'est là, certes, sont être propre, sa fonction spécifique. Mais son innervation, pour ainsi dire, est d'essence affective et renvoie aux conflits primordiaux suscités çà et là par les lois de la vie élémentaire. Le mythe représente à la conscience l'image d'une conduite dont elles ressent la sollicitation. Quand cette conduite existe ailleurs dans la nature, il trouve donc sa réalisation effective dans le monde objectif. De ce point de vue, on définirait les mœurs des mantidés comme un mythe en acte: le thème de la femelle démoniaque dévorant l'homme qu'elle a séduit par ses caresses. Phantasme pour l'homme, idée fixe de délire ou motif légendaire, cette situation est pour l'insecte la forme même de son destin.
De la réalité extérieure au monde de l'imagination, de l'orthoptère à l'homme, de l'activité réflexe à l'image, la route est peut-être longue, mais elle est sans coupure. Partout les même fils tissent les mêmes dessins. Il n'est rien d'autonome, rien d'isolable, rien de gratuit, sans cause et sans fin; le mythe même est l'équivalent d'un acte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lanardlanard   10 novembre 2015
En somme, dès l'instant où il ne peut plus être un processus de défense, le mimétisme ne peut être que cela. Du reste, la perception de l'espace est sans nul doute un phénomène complexe: l'espace est indissolublement perçu et représenté. A ce point de vue, c'est un double dièdre changeant à tout moment de grandeur et de situation (1): dièdre de l'action dont le plan horizontal est formé par le sol et le plan vertical par l'homme même qui marche et qui, de ce fait, entraîne le dièdre avec lui; le dièdre de la représentation déterminé par le même plan horizontal que le précédent (mais représenté et non perçu) coupé verticalement à la distance où l'objet apparaît. C'est avec l'espace représenté que le drame se précise, car l'être vivant, l'organisme, n'est plus l'origine des coordonnées, mais un point parmi d'autres; il est dépossédé de son privilège et, au sens fort de l'expression, ne sait plus où se mettre. On a déjà reconnu le propre de l'attitude scientifique (2) et, de fait, il est remarquable que la science contemporaine multiplie précisément les espaces représentés: espaces de Finsler, de Fermat, hyper-espace de Riemann-Christoffer, espaces abstraits, généralisés, ouverts, fermés, denses en soi, clairsemés, etc. Le sentiment de la personnalité, en tant que sentiment de la distinction de l'organisme dans le milieu, de la liaison de la conscience et d'un point particulier de l'espace ne tarde pas dans ces conditions à être gravement miné; on entre alors dans la psychologie de la psychasthénie et plus précisément de la"psychasthénie légendaire", si l'on consent à nommer ainsi le trouble des rapports définis ci-dessus de la personnalité et de l'espace.


1. Cf. L. Lavelle, La Perception visuelle de la profondeur, Strasbourg, 1921, p. 13
2. A la limite, pour la science tout est milieu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
lanardlanard   11 novembre 2015
Le début du siècle aura fait vieillir la Grèce de plus de deux mille ans, comme les fouilles antérieures avaient étendu son empire à l'Est et à l'Ouest jusqu'aux rivages extrêmes de la Méditerranée. Dans cette double immensité d'espace et de durée, l'hégémonie politique et culturelle d'Athènes n'est jamais que le plus transitoire, le plus localisé des phénomènes. Réduire par goût ou par habitude à l'histoire d'une ville pendant quelques dizaines d'années une civilisation dont le domaine s'inscrit de la Sicile à l'Asie Mineure et qui, par la première période du Minoen ancien, touche le néolithique, est une bien étrange entreprise. Pratiquement, elle semble surtout fondée sur l'ignorance: aussi n'est-ce pas dans la réalité qu'il conviendrait de chercher les origines de l'image commune de la Grèce, mais dans les lois psychologiques qui commandent la formation des idées simples.

໋Jeux d'ombres sur l'Hellade
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Video de Roger Caillois (13) Voir plusAjouter une vidéo

Chronique de Max Pol Fouchet sur le livre "Poétique de Saint John Perse" de Roger Caillois
A l'occasion de la sortie de l'essai critique de Roger CAILLOIS consacrée au poète Saint John Perse, intitulée "L'oeuvre poétique de Saint John Perse", Max Pol FOUCHET présente le poète.
Dans la catégorie : MythologieVoir plus
>Religion comparée>Religion et société>Mythologie (23)
autres livres classés : anthropologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
420 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre