AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070325207
279 pages
Éditeur : Gallimard (04/10/1989)

Note moyenne : 4.41/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Mythes, rêves et mystères est un ouvrage synthétique de Mircea Eliade, destiné au grand public mais renseignant sur les projets (que certains qualifient d'ésotériques) et les convictions d'un chercheur à la croisée de l'histoire des religions, de l'anthropologie, de la sociologie du fait religieux et de la psychologie.

wikipédia

"La compréhension du mythe comptera un jour parmi les plus utiles découvertes du XXe siècle. L'homme occident... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Apoapo
  03 mai 2020
Ce livre rassemble une série d'articles datant de la première moitié des années 1950, qui démontrent la thèse suivante : plusieurs mythes religieux, mais aussi certains aspects de la religiosité (entendue comme le sentiment du sacré) voire même la symbolique liée à certains rites sont remarquablement communs entre les « modernes » et les membres des sociétés archaïques, à quelque tradition religieuse qu'ils appartiennent. Outre le rejet du concept de « primitif » et d'une quelconque hiérarchisation des religions anciennes et contemporaines, polythéistes ou monothéistes, un certain structuralisme dans l'analyse de ces mythes, croyances, pratiques ne doit pas cependant être confondu avec le matérialisme qui consisterait à corréler ceux-ci avec l'organisation (sociale, politique ou économique) de la société – même le lien entre une certaine mythologie et de prétendues sociétés matriarcales préhistoriques est récusé – ni à les réduire à des créations de l'inconscient. L'hypothèse très séduisante est énoncée, dans l'Avant-propos et passim, qu'il existe une corrélation entre les « rêves », tels qu'ils sont étudiés par ce que l'auteur qualifie de « psychologies des profondeurs » – pour ne pas l'appeler psychanalyse, bien que Freud et surtout Jung soient plusieurs fois cités –, ainsi qu'entre la « pensée collective » et les mythes religieux ; toutefois Eliade, en historien des religions, refuse totalement une approche « profane » - ou athée – qui réduirait le phénomène religieux aux fruits de l'imaginaire (cf. cit. 1).
Conformément à cette démarche, je trouve particulièrement appréciable que l'ouvrage s'ouvre par une étude de certains « mythes du monde moderne » - parmi lesquels j'ai relevé la lecture (cf cit. 2), même si je suis sûr que l'auteur, s'il avait pu écrire le texte aujourd'hui, presque 70 ans plus tard, en eût choisi d'autres...
Dans la même optique, « l'angoisse » qui fait l'objet du chap. III, a trait à la conception contemporaine « laïque » de la mort, sentie comme une fin absolue, associée au néant : inversement, dans toutes leurs différences, les religions sont presque unanimes à « valoriser » cette angoisse, dans la mesure où elles identifient la mort à un passage. Comportent également de très fortes et profondes analogies inter-religieuses le paradis (et sa « nostalgie »), les expériences sensorielles et mystiques du sacré, le « symbolisme de l'ascension » - voire simplement de la localisation du transcendantal « là-haut » dans les cieux -, ainsi que toutes les autres mythologies que la table de matières (infra) illustre clairement. le lien entre religion et maladie-guérison est aussi incroyablement similaire.
Les traditions religieuses explorées sont impressionnantes par leur variété, dans L Histoire et la géographie : néanmoins, conformément avec le magnum opus d'Eliade sur le chamanisme, déjà publié avant cet ouvrage, les références aux traditions chamaniques présentes de tous temps dans quasi tous les continents, et par conséquent à tant de rites centrés sur l'initiation et les mystères (conçus comme des processus de progression spirituelle et généralement caractérisés par la présence d'un enseignement secret), concernant aussi bien des hommes que des femmes, semblent nettement prévaloir dans toutes les analyses.

Table des matières :
I. « Les mythes du monde moderne » (1953)
II. « Le mythe du bon sauvage ou les prestiges de l'origine » (1955)
III. « Symbolisme religieux et valorisation de l'angoisse » (1953)
IV. « La nostalgie du paradis [...] » (1952)
V. « Expérience sensorielle et expérience mystique [...] » (1953)
VI. « Symbolismes de l'ascension et "rêves éveillés" » (1946, 1955)
VII. « Puissance et sacralité [...] » (1952)
VIII. « La Terre-Mère et les hiérogamies cosmiques » (1953)
IX. « Mystères et régénération spirituelle » (1954)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Anassete
  04 mai 2010
J'ai trouvé ce livre plus intéressant que "Aspect du mythe" parce qu'il faisait des études intéressantes : par exemple la mort initiatique. cependant, je préviens également ici que ceux qui veulent avoir une définition du mythe plus actuelle doivent se tourner vers d'autres ouvrages. Mircea Eliade a fait une étude anthropologique, qui n'est plus d'actualité totalement d'actualité dans la recherche. Vous pouvez donc compléter votre lecture avec "L'homme nu" de Lévi-Strauss ou "Le Mythe de la métamorphose" et "Mythopoétique" de Pierre Brunel.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
psechpsech   30 juin 2017
Nous savons combien ce choix est difficile : dans l'Histoire, la séparation entre le sacré et le profane — si claire et si nette dans les temps pré-chrétiens — n'est plus évidente. D'autant plus que, depuis deux siècles, la chute de l'homme dans l'histoire est devenue vertigineuse. Nous appelons « chute dans l'histoire » la prise de conscience, par l'homme moderne, des multiples conditionnements historiques dont il est victime. Combien le chrétien moderne envie-t-il la chance de l'Hindou ! Dans la conception indienne, l'homme du kali-yuga est, lui aussi, déchu, c'est-à-dire conditionné par la vie charnelle : l'occultation de l'Esprit dans la chair est presque totale, et il faut partir de la chair pour retrouver la liberté spirituelle. Mais le chrétien moderne se sent déchu non seulement par sa condition charnelle, mais aussi à cause de sa condition historique. Ce n'est plus le Cosmos, ni la Chair la Vie — qui lui crée des obstacles dans le chemin de son Salut : c'est l'Histoire, la terreur de l'Histoire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
jeanlouisrjeanlouisr   18 novembre 2019
D'une part, il prouve que les racines de la liberté doivent être cherchées dans les profondeurs de la psyché et non pas dans les conditions crées par certains moments historiques ; autrement dit, que le désir de la liberté absolue se range parmi les nostalgies essentielles de l'homme, quels que soient son stade de culture et sa forme d'organisation sociale. La création infiniment reprise de ces innombrables Univers imaginaires ou l'espace est transcendé et la pesanteur abolie, en dit long sur la véritable dimension de l’être humain. Le désir de rompre les liens qui le tiennent rivé à la terre, n'est pas le résultat de la pression cosmique ou de la précarité économique - elle constitue l'homme en tant qu'existant, jouissant d'un mode d’être unique dans le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
psechpsech   30 juin 2017
D'une part, il prouve que les racines de la liberté doivent être cherchées dans les profondeurs de la psyché et non pas dans les conditions crées par certains moments historiques; autrement dit, que le désir de la liberté absolue se range parmi les nostalgies essentielles de l'homme, quels que soient son stade de culture et sa forme d'organisation sociale. La création infiniment reprise de ces innombrables Univers imaginaires ou l'espace est transcende et la pesanteur abolie, en dit long sur la véritable dimension de l’être humain. Le désir de rompre les liens qui le tiennent rive a la terre, n'est pas le résultat de la pression cosmique ou de la précarité économique - elle constitue l'homme en tant qu'existant, jouissant d'un mode d’être unique dans le monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
psechpsech   30 juin 2017
Pour la pensée indienne, notre monde aussi bien que notre expérience vitale et psychologique sont les produits plus ou moins directs de l’illusion cosmique, de la Mâyâ. Sans entrer ici dans les détails, rappelons que « le voile de la Mâyâ » est une formule imagée pour exprimer l’irréalité ontologique, à la fois du monde et de toute expérience humaine ; nous précisons ontologique, car ni le monde ni l’expérience humaine ne participent à l’Être absolu. Le monde physique, de même que notre expérience humaine, sont constitués par le devenir universel, par la temporalité; ils sont donc illusoires, créés et détruits qu’ils sont par le Temps. Mais ceci ne veut pas dire qu’ils n’existent pas, qu’ils sont une création de mon imagination. Le monde n’est pas un mirage ou une illusion dans le sens immédiat du terme : le monde physique, mon expérience vitale et psychique existent, mais ils existent uniquement dans le Temps, ce qui veut dire, pour la pensée indienne, qu’ils n’existeront plus demain ou d’ici cent millions d’années ; par conséquent, jugés à l’échelle de l’Être absolu, le monde, et avec lui toute expérience dépendant de la temporalité, sont illusoires. C’est dans ce sens que la Mâyâ révèle, pour la pensée indienne, une expérience particulière du Néant, du Non-Être.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ApoapoApoapo   03 mai 2020
8. « Cette valorisation religieuse de la souffrance physique est confirmée par d'autres faits : certaines maladies graves, surtout des maladies psycho-mentales, sont considérées par les "primitifs" comme une "possession démoniaque", dans le sens que le malade a été choisi par les êtres divins pour devenir un chaman, un mystique, et que, par conséquent, il est en train d'être initié, c'est-à-dire torturé, mis en pièces et tué par des "démons". Nous avons rapporté ailleurs de nombreux exemples de telles maladies initiatiques chez les futurs chamans. » (p. 255)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Mircea Eliade (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mircea Eliade
Mircea Eliade et la redécouverte du sacré (4)
Dans la catégorie : MythologieVoir plus
>Religion comparée>Religion et société>Mythologie (23)
autres livres classés : mythesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1305 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre