AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9791030703139
Éditeur : Au Diable Vauvert (20/08/2020)
3.41/5   40 notes
Résumé :
« J'ai attendu la tombée de la nuit et je suis allé poser mes feuilles sur les ruches, les unes à côté des autres, et sur chaque feuille j'ai posé une pierre pour ne pas qu'elles s'envolent. « Je veux apprendre à vous aimer, j'ai écrit. » ». C'est un roman dans lequel on plonge pour ne plus le lâcher. Et pourtant il ne raconte que la vie aujourd'hui et l'amour de deux personnages Tom, habité par la musique, et Marie, apicultrice, la très libre « fille du chasse-neig... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (21) Voir plus Ajouter une critique
3,41

sur 40 notes
5
4 avis
4
9 avis
3
3 avis
2
1 avis
1
2 avis

MadameTapioca
  20 août 2020
[ Crumble d'amour ]
C'est terriblement banal une histoire d'amour... sauf si pour la vivre vous mettez un musicien hypersensible et une apicultrice à laquelle toute les femmes voudrait ressembler. Pour que ça pétille vous rajoutez un manager complètent halluciné, un groupe de zicos qui ressemble aux pieds nickelés, un chilien révolutionnaire, une famille imparfaitement parfaite, des personnages tous plus énervants les uns que les autres mais attachants.
Vous aspergez le tout de couleur, avec des rouges cerises, des grenats, des bleus nuit, bleus cobalt, bleus denim, des verts olives, des verts absinthe, et dans cette explosion de nuances vous découvrez un roman d'une vitalité rare.
Ce livre c'est vraiment une belle surprise qui m'a cueillie alors que je ne m'y attendais pas. L'écriture de Fabrice Capizzano est mélodieuse, tantôt turbulente, tantôt paisible. Chaque phrase te donnes envie de la faire tourner 10 fois dans ta bouche, dans ta tête. Sur chaque mot, tu entends de la musique, des riffs de guitares et même la neige qui tombe.
Je sais bien que vous ne comprenez rien à ce que j'écris mais comment fait-on pour expliquer ce qui vous a surpris? C'est vivant, virevoltant, ça irradie, solaire et pourtant c'est plus mélancolique que n'importe quelle chanson de Nick Cave.
« Du jus de vie » en intraveineuse avec la pulpe... et tous les pépins
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          391
zabeth55
  16 septembre 2020
Un roman de couleurs et de musiques, de chansons et de poésie.
Le roman d'un grand amour.
Le roman d'un jeune homme hyper sensible et fragile doté d'une voix sublime.
Le début ne m'a pas emballée. Je trouvais tout cela léger et pas spécialement bien écrit, le style tâtonnant.
Et puis je me suis laissée prendre.
Par les personnages aussi divers que possible
Par cette famille si unie malgré les apparences
Par la poésie et la musicalité
Par l'humour acéré
Par la belle et indépendante Marie
Par leur amour fou
Par Frank, l'original manager et par l'équipe de musiciens.
Et tous m'ont embarquée dans une belle aventure.
Commenter  J’apprécie          340
blandine5674
  20 juin 2021
Tom, parolier, chanteur et guitariste, va courtiser Marie à l'ancienne avec des poèmes. La suite n'est pas sans penser à Cantat. Ce qui est super bon c'est le contenu. Je me suis vite sentie en symbiose avec ce bouquin puisque l'auteur y parle des chanteurs et écrivains que j'aime, des champignons, des abeilles et de la région Rhône-Alpes. Lui-même a été apiculteur à La Chapelle-en-Vercors. Il possède ce que j'apprécie le plus qui est cette liberté d'écriture qu'il se donne, dotée d'une verve bien à lui. Une panoplie de personnages singuliers et attachants, du son, des couleurs, de la faune et flore, de la neige. Premier roman à prendre tel qu'il est sans s'arrêter sur les fautes de syntaxe et sur ce grand écart entre romantisme et vulgarité. Merci à Fabrice Capizzano pour cette évasion qui nous rendrait presque nostalgique au vu de toutes ces libertés perdues depuis ce p..... de virus.
Commenter  J’apprécie          300
Milie_Baker
  17 août 2020
Tom, chanteur et musicien rêveur à plein temps, rencontre Marie, la fille du chasse-neige. C'est l'amour, le vrai : les chansons d'amour, les poèmes récités au creux de l'oreille et la découverte de l'autre avec passion.
Puis la réalité revient : les obligations, les changements et le quotidien. Avec cela la jalousie, la méfiance et parfois de la violence.
Tom est un passionné, peut-être un peu trop, qui n'arrive pas à se contenter de ce qu'il a et qui se concentre plutôt sur ce qui pourrait arriver.
Une écriture poétique, tout en musique avec des phrases parfois si belles que l'on s'arrête dessus pendant quelques secondes. Une histoire qui nous fait voyager et qui nous parle de la vie, la vraie. Avec ses joies, ses déceptions, ses colères et ses bonheurs. La rédemption est toujours possible pour ceux qui se donne la force de l'obtenir.
Commenter  J’apprécie          220
Bazart
  30 octobre 2020
Tom, musicien talentueux qui accède peu à peu à la célébrité et à la sensibilité exarcerbée rencontre dans sa montagne natale où il est revenu vivre quelques temps, une jeune apicultrice, Marie, amoureuse de la nature.
Tom va alors tomber raide dingue de cette fille irrésistible qui conduit un chasse-neige. Il découvrira peu à peu qui est cette Marie apicultrice indépendante et travailleuse.
Tom et Marie, ce couple torturé et pourtant si attachant; forment les personnages principaux d'un histoire d'amour atypique qui allie réalisme et beauté stylistique
D'autres personnages secondaires, Franck manager , flambeur et gouailleur ou tous les membres de cette famille à la fois agacante et attachante forment le choeur de cette histoire d'amour pleine d'energie rock.
La fille du chasse neige de Fabrice Capizzano fait partie de ces bijoux littéraires qui enchante et bouscule en même temps le lecteur ravi de ce genre de sensations . Même si parfois, sans doute on aimerait un peu plus de retenue et de nuances, on trouve énormément de charme à ce roman tour à tour vivant, virevoltant, , solaire et également profondément mélancolique .
Et cerise sur le gâteau (au miel), le romancier qui a pratiqué pendant dix ans l'apiculture, connait fort bien le sujet tant les descriptions du milieu sont criantes de vérité
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160


critiques presse (1)
Actualitte   27 novembre 2020
Lire La Fille du chasse-neige, c’est retrouver les sensations de la vie d’avant, la vie du temps de l’insouciance et de la liberté d’être sans entrave, ni couvre-feu ni distance respectable.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
Charybde2Charybde2   25 août 2020
Tous les pions d’Antoine étaient dans son jan intérieur, papa en avait toujours trois de coincés, ses sourcils avaient la forme d’accents circonflexes, sa lèvre inférieure était sortie, elle accentuait sa mine boudeuse, enfin une expression me disais-je, enfin autre chose sur son visage figé par la colère, le voilà atteint. A-t-il un genou à terre ?
La victoire était toute proche, je pensais que si Antoine ne merdait pas trop il pouvait même lui infliger une copieuse correction, et Dieu sait qu’elles étaient rares. Papa commençait à manquer de sang-froid, lui le sang chaud, le fils de calabrais et calabrais lui-même, je voyais ses gestes devenir moins sûrs, plus nerveux, ils trahissaient sa rage, sa frustration, son impuissance, ses émotions, oui, il semblait qu’il en fut pourvu. Lucille me regarda inquiète, elle s’approcha de maman et lui parla discrètement à l’oreille. Papa jeta ses dés un peu plus fort.
Il ne restait que quelques pions à sortir à Antoine quand le père arriva enfin à se libérer, je sentis une lueur d’espoir infime jaillir de son regard d’enfant. Jamais je n’aurais cru pouvoir voir ça un jour, oui mon père en effet avait été un enfant. J’avais toujours pensé qu’il était né vieux. Vieux, con, et en colère, imaginez la tête de la sage-femme. Bravo Madame, c’est un vieux con aigri et méchant qui communiquera uniquement par onomatopées.
Puis Antoine lui imposa le coup de grâce.
Il sortit enfin ses deux derniers pions dans un sourire à vous déchirer la peau des joues. J’entendais les cuivres et les violons, la grosse caisse, je voyais le public se lever et l’applaudir alors que la poursuite était braquée sur lui et que les journalistes se précipitaient sur le terrain.
Papa attrapa le jeu et le retourna sur la table avant de l’envoyer voler dans la pièce comme un javelot en direction de ma guitare, accompagnant le tout d’un cri de zombie tout frais sorti de sa tombe. Pause, rewind, ralenti.
Maman, qui s’était pourtant approchée pour éviter cette crise, se prit alors un grand coup de coude involontaire de papa dans l’œil, elle fit ah, bascula en arrière et glissa sur le carrelage mouillé par une poignée de neige oubliée. Les enfants se réveillèrent soudainement et se mirent à pleurer. J’hurlai, ma Takamine était cassée… Ma Takamine électro acoustique 1978 incrustation turquoise avait reçu de plein fouet un jeu de backgammon collector de 1942 luxe cuir prestige dans la caisse, elle était fendue et le son fuyait. D’un geste fou et vain j’essayais de retenir l’air qui sortait de la fente du corps, tel un soldat tenant les viscères de son frère. J’étais estomaqué. Cet homme a des émotions me répétais-je tel un vieux vinyle rayé. Lucille et Eve rassuraient leurs enfants. Furieux à son tour, Guillaume se leva et fonça sur papa. Guillaume était rugbyman, commercial, cocaïnomane aigu, on a tous pensé qu’il chargeait pour lui péter la gueule, alors Antoine dans un acte de sauveur, de justicier inconscient et naïf, il s’est interposé, oui qui comme moi est gaulé comme un poteau électrique en bois, c’était n’importe quoi.
Antoine a pris le poing de Guillaume en pleine gueule, en pleine poire, mais c’était merveilleux, car papa avait des émotions.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Charybde2Charybde2   25 août 2020
On a attaqué les travaux du studio quelques jours plus tard.
Ça ne s’est pas passé dans une folle ambiance d’excitation et de complicité, depuis quand les montagnes sont-elles des mers et les lions ont-ils des moutons comme psy ? Soyons réalistes.
Le vieux trimballait toujours du lever au coucher sa morne lassitude, sa tronche renfrognée, son humeur maussade, sa grogne statique figée dans la pierre et la mauvaise humeur. Plus il vieillissait et moins cet homme, courtois à l’époque, constant dans la politesse lorsqu’il nous élevait, employait des formules de respect. Les mercis, s’il te plaît et comparses n’étaient plus dans son vocabulaire depuis bien longtemps.
La douceur des mots lui coûtait, lui demandait une énergie qu’il n’avait plus pour ça. Tout l’énervait tout le temps, et cette façon d’être aigri se témoignait par des grognements faisant office de mots. Parler, expliquer, comprendre, communiquer, le faisait royalement chier. Il semblait de plus en plus être en paix, ou s’en approcher toutefois, mais dans le silence et la solitude. Comme si cet homme n’aimait rien. Ni sa vie, ni ses proches, ni la mésange jaune et bleue posée face à lui dans l’aubépine en fleur, ni sa gueule dans la glace.
Quant aux sourires… ils étaient emprunts d’amertume, bourrés de ressentiment, ironiques et moqueurs, couplés de regards mauvais et de poings serrés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Charybde2Charybde2   25 août 2020
Maman était à l’hôpital. Ils disaient qu’elle allait s’en sortir, que ça avait été moins une, moins une de quoi ? Le bassin était cassé. Le pire c’était le traumatisme crânien. Il y avait eu du sang partout et ça avait été long pour que les secours arrivent à cause de la neige… C’est le chasse-neige qui avait ouvert la route aux pompiers, on avait cru rêver quand on avait vu l’engin rentrer dans la cour de la maison avec cette fille en débardeur qui était à l’intérieur. Non non tu ne rêves toujours pas m’avait dit Lucille. Elle était magnifique avec ses cheveux noirs courts, je n’ai vu qu’elle quand elle attendait dans son bolide chenillé que les pompiers finissent, et qu’elle puisse à nouveau ouvrir la route jusqu’à la nationale. Je l’ai vu bouger les épaules en rythme, alors je me suis dit qu’elle devait écouter la radio, du coup j’ai allumé la nôtre, et comme ici on n’en captait qu’une, je ne pouvais pas me tromper. Je l’ai regardé danser tout le long de Don’t stop ’til you get enough de Jackson et j’ai su qu’on était sur la même longueur d’onde. Elle avait la classe, elle avait le groove, elle était dans l’instant et ça m’a bouleversé. Alors dans une espèce de parfaite normalité, je suis tombé amoureux de la fille du chasse-neige.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
PassemoilelivrePassemoilelivre   15 novembre 2020
— Dis tonton, translucide c’est comme transsexuel ?
— Pardon ? Explique-toi.
— Ben… transsexuel c’est quelqu’un qui se transforme, qui change de sexe c’est ça ?
— Oui c’est ça.
— Est-ce que translucide c’est quelqu’un qui change de lucidité ?
— Je te trouve bien précoce Paco pour tes neuf ans.



 

Qu’est-ce qu’on fait de nos folies individuelles et collectives ? Où est-ce qu’on se les colle ? On croit les toucher du doigt sur des iPhones et des applications, alors qu’elles nous échappent, et reviennent tels des boomerangs, plus tranchantes encore, plus destructrices.

Le monde est une névrose qu’il essaie de refiler à son voisin plutôt que de se rendre compte quel doux dingue il est. Il renvoie à l’autre ses angoisses, il l’accuse de tous les maux, alors que ce sont ses angoisses qu’il lit dans ce beau miroir.

Il y avait ce type sur le quai de la gare qui branchait tout le monde de façon hyper agressive. Il s’approchait des gens, sale comme un poux, torse nu, sec, il se postait à quelques centimètres de leur visage, et soudain il se mettait sur la pointe des pieds en grimaçant, tendu comme un câble en fer, sans rien dire, deux ou trois secondes, et il passait au suivant. Je le trouvais fascinant, bleu roi presque indigo, tristesse, trauma.

Papa ne le trouvait pas drôle du tout, il avait les deux poings serrés, et son regard des très mauvais jours.

— S’il s’approche je lui en colle une.

— Arrête papa il n’est pas méchant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
blandine5674blandine5674   17 juin 2021
- Pourquoi le premier réflexe d’un enfant lorsqu’il trouve une plume est-il de souffler dessus comme sur un pissenlit ? À croire que son destin est de prendre l’air.
Commenter  J’apprécie          110

autres livres classés : musiqueVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura




Quiz Voir plus

Arts et littérature ...

Quelle romancière publie "Les Hauts de Hurle-vent" en 1847 ?

Charlotte Brontë
Anne Brontë
Emily Brontë

16 questions
842 lecteurs ont répondu
Thèmes : culture générale , littérature , art , musique , peinture , cinemaCréer un quiz sur ce livre

.. ..