AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070704552
308 pages
Éditeur : Gallimard (14/11/1985)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 63 notes)
Résumé :
Joël, un petit garçon de douze ans qui n'a jamais connu son père parti pour on ne sait quelles mystérieuses aventures, est un jour rappelé auprès de lui. Ce père, qu'il a le plus grand désir de voir enfin, habite maintenant le Landing, une vieille maison perdue au fond d'une contrée lointaine...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  22 avril 2011
Là encore, nous découvrons de profondes blessures laissées par l'abandon soit d'un père, soit d'une mère. le personnage principal, ici, est un jeune garçon de 12 ans prénommé Joël. Celui-ci n'a jamais connu son père puisque ce dernier l'a abandonné bien avant sa naissance, parti pour des aventures dont on ignore exactement la nature. Joël a donc grandi sans père jusqu'au jour où il reçoit une lettre déclamant que son père le réclame à ses côtés. Ce dernier habitant dans un coin perdu, la Landing, que ni car ni train ne dessert, entreprend donc ce voyage tout seul, apprenant à se débrouiller par ses propres moyens tant il est excité à l'idée de rencontrer enfin ce père qu'il n'a jamais vu. Aussi, quelle n'est pas se déception lorsque il arrive lorsque les personnes qui l'accueillent lors de son arrivée sont Miss Amy, le cousin Randolph et la jeune servante noire Missouri...bref, toutes les personnes habitant dans la vieille demeure sauf son père. À chaque fois que Joël demande à voir son père, on lui répond «Plus tard» ou «il n'est pas encore temps».
Le temps passe et le jeune garçon va très vite se lier d'amitié avec Ibabel et Florabel, deux soeurs de son âge au caractère complètement opposé puisque l'une est un véritable garçon manqué tandis que assez distinguée.
Bien que Joël s'habitue à sa nouvelle vie et que tout le monde soit très serviable avec lui, le mystère de son père le hante. Pourquoi celui-ci l'a-t-il réclamé à ses côtés s'il ne souhaite pas le rencontrer ?
Que lui cache-t-on au juste ?
Une fois encore, le génie de Capote se fait sentir dans son écriture. Il laisse planer le mystère jusqu'au bout et intrigue le lecteur au fur et à mesure de sa progression dans le roman. Les personnages sont attachants et l'auteur sait parfaitement rendre compte des sentiments humains.
Magnifique ouvrage !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
emdicanna
  14 avril 2018
Préface de Maurice Edgar Coindreau, 1949, pour "Les domaines hantés" de Truman Capote :
L'oeuvre de Truman Capote est empreinte de désespoir et la tristesse en est d'autant plus poignante que, par instants, un sourire d'espièglerie en trahit l'extrême jeunesse. L'enfance n'est pas si loin de lui, qu'il ne s'en puisse rappeler les gaîtés et les sortilèges. mais la vie, le monde et ses malices, lui ont montré ce qui se cache sous les masques.
Commenter  J’apprécie          90
Akeera
  07 octobre 2011
Les domaines hantés est le premier roman publié de Truman Capote, celui qui lui fera connaître le succès en premier. Et ben c'est mérité, je vous le dis!
Une ambiance hyper soignée, c'est à la fois gothique et burlesque, et ça baigne dans les marais de Louisianne sur une musique de violon fou et grinçant! On suit notre jeune héros parti à la rencontre de son père qu'il n'a jamais connu et qui va découvrir une maison digne des films les plus lugubres, apercevoir un fantôme derrière une fenêtre, rencontrer des jumelles aussi différentes qu'étonnantes et un ermite habitant dans un vieil hôtel en ruine où rodent des spectres inquiétants, le tout nourri de vaudou et de culture des esclaves noirs. Bref, je pense que le terme de chef-d'oeuvre n'est pas volé, en gros c'est comme la princesse et la grenouille réadapté par Disney, mais en 100 fois mieux et sans les chansons sirupeuses!
Au cas où je n'aurais pas été claire, je vous le conseille à 200%.
Commenter  J’apprécie          50
alexSole
  30 mars 2020
Un premier roman intéressant avec une véritable ambiance envoutante et mystérieuse tant par l'environnement décrit: maisons abandonnées en Louisiane, nature sauvage, magie des anciens esclaves, et personnages fantasques. C'est une sorte de roman d'apprentissage où le héros, un pré-adolescent est contraint d'aller vivre chez son père qu'il ne connait pas dans une maison assez isolée. Là-bas, il est livré à lui-même et les adultes qui habitent la maison avec son père sont étranges et semblent vivre dans une bulle.
Mes pages préférées sont celles narrant sa ballade avec Idabel, jeune fille intrépide et garçon manqué, au coeur de la nature. L'écriture est poétique dans la description de rêves, ou de souvenirs du passé et de ses vestiges. Dommage que la fin du roman nous frustre un peu en apportant pas de réponses à nos questions.
Commenter  J’apprécie          20
VanessaV
  20 février 2008
(...)Joel, un enfant de douze ans, va découvrir son père, après des années d'absence paternelle et la mort de sa mère. Il part dans une contrée lointaine peuplée de personnages fantomatiques. L'histoire est belle mais plus encore ce sont les émotions à fleur de pages qui ne vous laissent pas indemnes. Les rencontres humaines sont à chaque fois comme une découverte d'un pan caché de sa personnalité. Et loin d'être une quête de père, il s'agit bien là d'une quête de soi : son paternel n'a pas la clef de toute son existence en devenir et les réponses et personnes référentes ne sont pas là où il les croyait. (...)
l'avis complet ici http://iam-like-iam.blogspot.com/2008/01/autres-voix-autres-chambres.html
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Alice_Alice_   21 août 2013
Quand il fut vide, Joel prit le bocal pour attraper des fourmis. Les Pieux Insectes, les appelait Randolph qui dit :
- Elles me remplissent de tant d’admiration, mais de tant de tristesse aussi. Quel esprit puritain dans le déroulement aveugle de leur divine industrie. Comment un gouvernement aussi anti-individualiste pourrait-il admettre la poésie de ce qui dépasse l’entendement ? Sans aucun doute , celle qui refuserait de transporter sa petite miette verrait des assassins à ses trousses et pourrait lire sa perte dans chacun de leur sourire. Pour moi, je préfère la taupe solitaire ; elle, au moins, n’est pas une rose esclave de son épine et de ses racines, elle n’est pas non plus un fourmi dont la vie est organisée par l’inaltérable troupeau ; aveugle, elle va son chemin, sachant que la vérité et la liberté ne sont que des attitudes de l’esprit.
Il se lissa les cheveux et se mit à rire, de lui-même aurait-on dit.
- Si j’étais sage comme la taupe, si je connaissais la liberté et l‘égalité, oh ! alors, de quel magnifique bordel je pourrais être la maquerelle ! Plus vraisemblablement, je finirais comme Madame Qui Vous Voudrez, une grosse mère avachie avec un mari obtus, toute une marmaille, et un pot-au-feu sur la cuisinière.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Alice_Alice_   21 août 2013
J’étais si petite que je pouvais m’asseoir dans la corbeille à ouvrage de ma mère, et en plaisantant elle me disait que je pourrais passer par le chas de son aiguille ; Maudy avait un amoureux qui pouvait me balancer dans le creux de sa main, et à dix-sept ans j’étais encore obligée de m’asseoir dans une chaise de bébé pour manger à table. On me disait que je n’étais pas obligée de jouer toute seule, qu’il existe d’autres petites gens, que je n’avais qu’à les chercher dans les fleurs où ils habitent. J’ai arraché bien des pétales, mais les lilas sont des lilas, et dans toutes les roses que j’ai vues il n’y avait jamais personne ; l’os à souhaits ne laisse qu’une tache de graisse, et dans les sabots de Noël on ne trouve que des bonbons. Quand j’eus vingt ans, maman pensa qu’il n’était pas juste que je n’aie pas d’amoureux. Elle prit sa plume et écrivit sans plus attendre à une agence matrimoniale de Newark, New-Jersey. Et croiriez-vous qu’un homme s’est présenté pour m’épouser ; seulement il était bien trop grand et trop vilain, et il avait soixante-dix-sept ans. Et néanmoins, je me serais bien mariée avec lui, seulement quand il a vu que j’étais si petite, il m’a tiré sa révérence et il a reprit le train pour s’en retourner d’où il venait. Je n’ai jamais trouvé personne de tout petit qui fût gentil. Il y a les enfants mais parfois je me mets à pleurer quand je pense que les petits garçons deviendront grands.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Alice_Alice_   21 août 2013
Aussi, parfois était-il sur le point de lui confesser son amour, mais il est toujours dangereux de laisser voir aux gens à quel point on les aime, à quel point on les connaît. Supposez, comme il l’avait souvent fait, que vous soyez enlevé, la meilleure défense n’est-elle pas de laisser le ravisseur ignorer que vous savez qu’il est en un. Si la dissimulation est la seule arme, alors un traître n’est jamais un traître : on garde le sourire jusqu’à la fin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
VanessaVVanessaV   20 février 2008
Notre suprême désir c’est qu’on nous tienne…qu’on nous dise…que tout (tout est une drôle de chose : le lait de l’enfant, les yeux de papa, les bûches ronflantes dans le froid du matin, les hiboux, le camarade qui fait pleurer après l’école, c’est les cheveux de maman, c’est avoir peur, et les figures grimaçantes sur le mur de la chambre)…que tout finira par s’arranger.
Commenter  J’apprécie          80
Alice_Alice_   21 août 2013
Le monde est une chose effrayante, oui, il le savait bien : éphémère. Rien y saurait-il durer ? Ou être simplement conforme aux apparences ? Les roches s’effritent, les rivières gèlent, les fruits pourrissent ; sous la lame, le sang des noirs et des blancs coule de la même façon ; les perroquets apprivoisés disent plus de vérité que la plupart des gens, et qui est le plus seul : l’épervier ou le ver ? Chaque cœur épanoui se dessèche comme l’herbe d’où est sortie sa fleur, et tandis que le vieil homme tourne à la vieille fille, la lèvre de sa femme s’ombre d’une moustache ; changements, changements toujours, de minute en minute, comme les nacelles de la Grande Roue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Truman Capote (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Truman Capote
Frissons et effrois à tous les étages Tous les titres à retrouvez : https://www.librest.com/nos-selections/voir-toutes-nos-selections/les-barbares/liste,1048-814.html?modeAffichage=liste&librairie=Le-Genre-Urbain&isMedialog=&nbResult=32&tri=SortDatParut&debut=0
- "LES GRANDS PROCÈS DE L'HISTOIRE. DE L'AFFAIRE TROPPMANN AU PROCÈS D'OUTREAU", PIERRAT EMMANUEL, MARTINIERE BL - "REDEMPTION", RONAN VANESSA, RIVAGES - "LES BIENVEILLANTES", LITTELL JONATHAN, GALLIMARD - "LE LIVRE NOIR DES SERIAL KILLERS - DANS LA TETE DES TUEURS EN SERIE", BOURGOIN STEPHANE, POINTS - "LE SILENCE DES AGNEAUX", HARRIS THOMAS, POCKET - "UN SINGULIER GARÇON", SUMMERSCALE KATE, 10 X 18 - "L'ORANGE MECANIQUE", BURGESS ANTHONY, ROBERT LAFFONT - "LE POETE", CONNELLY MICHAEL, LGF - "L'ETRANGE CAS DU DOCTEUR JEKYLL ET DE M. HYDE", STEVENSON R L., GALLIMARD - "EICHMANN A JÉRUSALEM", ARENDT HANNAH, GALLIMARD - "AVENUE DES GÉANTS", DUGAIN MARC, GALLIMARD - "UNE SI JOLIE PETITE FILLE - LES CRIMES DE MARY BELL", SERENY GITTA, POINTS - "L'ELIMINATION", PANH RITHY, LGF - "DE SANG-FROID", CAPOTE TRUMAN, GALLIMARD - "MONSTER INTEGRALE DELUXE T1", NAOKI URASAWA, KANA - "LA BARBARIE DES HOMMES ORDINAIRES", DANIEL ZAGURY, L'OBSERVATOIRE - "BLACK-OUT", DELARUE CECILE, PLEIN JOUR - "LA MORT EST MON METIER", MERLE ROBERT, GALLIMARD - "MON AMI DAHMER, BACKDERF DERF, POINTS - "CALIFORNIA GIRLS" LIBERATI SIMON LGF CE SOIR JE VAIS TUER L'ASSASSIN DE MON FILS EXPERT JACQUES LGF RAGE NOIRE THOMPSON JIM RIVAGES LA DEPOSITION ROBERT-DIARD PASCALE GALLIMARD UNE SAISON DE MACHETTES HATZFELD JEAN POINTS DANS LA TETE DES TUEURS DE MASSE COLLECTIF INCULTE LES ARPENTEURS ROMAN ZUPAN KIM GALLMEISTER
+ Lire la suite
autres livres classés : truman capoteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

Truman Capote

Truman Garcia Capote (nom de naissance Truman Streckfus Persons) est né à la Nouvelle-Orléans en ...

1904
1914
1924
1934

10 questions
99 lecteurs ont répondu
Thème : Truman CapoteCréer un quiz sur ce livre

.. ..