AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9780225301236
Éditeur : Le Livre de Poche (30/11/-1)

Note moyenne : 3.28/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Le Milord a fui Paris qui lui semblait vide depuis que la guerre a enrôlé de force l'Edredon sous les drapeaux. il « s'occupe » en province mais, s'il grappille assez d'argent pour éblouir à Besançon la jeune Mlle Savonnette et son frère N'a-qu'un-oeil, Panam lui manque. Il finit par ne plus résister au désir d'égaler son maître l'Edredon et revient à Paris. Les copains qu'il revoit ne sont pas de taille. Tant pis, il travaillera en solitaire. Dans les bars qu'il fr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
nilebeh
  04 janvier 2019
Écrit en 1916, en pleine guerre donc, ce roman de Francis Carco met en scène une certaine jeunesse française, entre Besançon d'où vient le jeune surnommé le Milord qui y a laissé son amoureuse, la Savonnette, éplorée et les quartiers de Paris. Nous circulons de Montmartre à Pigalle, au Quartier latin, sur les boulevards, dans l'Ile-Saint-Louis (que Carco connaissait bien pour y avoir habité). le plus souvent dans des bars louches.
Ce sont des jeunes entre quinze et vingt ans, à la fois très mûrs, conscients de ce qu'il leur faut trouver à se loger et à se nourrir, conscients aussi qu'ils peuvent, pour les garçons, partir à la guerre si leur « classe » est appelée ; mais assez loin des réalités tout de même car ils s'imaginent passer au travers du conflit, pouvoir gagner facilement de l'argent en devenant des « apaches ».
Avec une tranquillité déconcertante, le Milord dévalise la vieille fille qui habite dans l'immeuble où sa propre mère est concierge (pas de « gardienne » en 1916!) ; il vit avec Winnie, une Anglaise pas farouche prête à arrondir ses fins de mois s'il le lui demande.
Le Milord a quitté Besançon le lendemain de la déclaration de son amour par la Savonnette, son amoureuse de quinze ans. Il veut croquer la vie, la vraie, et c'est à Paris qu'il pense le faire. En partant, il lui recommande de ne pas se vendre.
Mais...la vie est dure pour la jeune fille qui a quitté son atelier de modiste...Elle vend ce qu'elle possède, en toute indépendance, du haut de ses quinze ans tandis que son frère, N'a qu'un oeil, se verrait bien devenir son proxénète. Et sanglote après son grand amour perdu.
On a l'impression d'être dans un vieux film en noir et blanc, où les personnages s'appellent N'a qu'un oeil, Mes Fesses, Bébert la Demoiselle etc. Rien ne semble grave, ni le vol d'une vieille femme, ni la prostitution, ni la défonce à l'absinthe. Carco raconte tout cela avec une légèreté trompeuse. Car la guerre est bien là, avec ses horreurs, avec la terreur de ceux qui y sont et de ceux qui doivent y aller.
Et quand le Milord s'engage (il a à peine 18 ans), le roman sombre dans une sorte de ronde mélancolique et fantomatique. Les silhouettes bougent doucement dans les rues et, dans les bars, les conversations semblent feutrées et désespérantes. Carco restitue l'ambiance morose de guerre qui s'éternise, des soldats de retour au pays, blessés, indésirés, désenchantés. Et l'intervention de deux énigmatiques femmes anglaises, Béatrice et Winnie, va faire basculer l'histoire dans la manipulation sordide.
C'est le parcours d'une toute jeune vie, déjà abîmée, d'un gamin qui veut devenir un homme, d'un petit malfrat de province qui vise le rang de caïd, le tout servi par une langue à la fois ciselée et savante et émaillée d'expressions populaires ou argotiques désuètes, qu'on ne comprend pas toujours. le Milord ne maîtrise rien, et veut tout contrôler. Pour être un vrai homme.
Le dénouement, terrible, semble l'aboutissement d'un processus tragique inéluctable. Winnie, la femme-écrivain qui veut raconter son histoire, va précipiter le personnage dans une faille insupportable.
On adorerait voir ce livre porté à l'écran, dans toute sa violence et sa mélancolie.
Il n'est pas si facile d'entrer dans cet univers devenu totalement dépassé où rien ne ressemble à aujourd'hui. On a peine à imaginer dans ce contexte nos ados, pour la grande majorité d'entre eux, bien nourris, bien chauffés, le nez dans leur portable, inquiets de savoir si le Père Noël leur apportera le dernier e-quelque chose à la mode. Au même âge, en 1916, ils se préparaient à l'horreur ou décidaient d'aller à sa rencontre.
Un moment de découverte d'un livre - et d'un auteur aussi - oubliés, à redécouvrir entre deux publications récentes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          93
garanemsa
  30 août 2020
Carco Francis
Les innocents
(par contre magnifique résumé fait par nilebeh, merci )
Un jeune homme appelé Milord vit à Besançon et fait la connaissance de Mademoiselle Savonnette et son frère n'a qu'un oeil . Savonnette est amoureuse de lui car il semble être un jeune homme qui trouve toujours de l'argent pour l'aider, mais a un petit air de voyou.
Il part souvent, quand il n'a plus rien, et va à Parie pour retrouver ses amis dont l'Edredon, des amis pas toujours très convenables qui grappillent un peu partout, pas toujours honnêtement, de l'argent et guettant toujours la bonne occasion.
Il rencontre une anglaise Winnie qui écrit un livre.
Le voilà partagé, son amour pour Savonnette ou paraître un voyou au regard de sa nouvelle amie.
Mais l'Edredon décède à la guerre, il va falloir qu'il décide de pratiquer seul.
Mais malheur à Winnie qui voulait mieux comprendre cette âme de voyou, elle le paiera bien cher car comme dit l'auteur : ils sont dangereux ces innocents, graine de pègre déboussolée.
Petit livre facile à lire, d'un grand coup, mais que j'ai eu vite envie de terminé, l'intrigue ne m'ayant
pas trop accrochée
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
nilebehnilebeh   04 janvier 2019
P. 177 : « Une vague horreur de ses souvenirs le tenait éveillé pendant des heures interminables. Il avait peur, se rappelait les cris des blessés en dehors de la tranchée après l'attaque. Il ne gémissait pas. La fièvre s'emparait de lui et il s'efforçait de rester solitaire, comme au milieu des balles et des obus, dont il connaissait le brisement frais et l'éclatement dans la terre. »
Commenter  J’apprécie          30
nilebehnilebeh   04 janvier 2019
Béatrice : « Ceux qui font la guerre et reviennent, ils sont déjà presque au bout du désert. Ils ont le mépris de leur vie. Vous dites encore : et moi ? je suis tout petit...oh ! yes...tout à fait et je dois aller à la guerre, non pour défendre quelque chose qui n'est pas à moi mais pour défendre ma peau. »
Commenter  J’apprécie          20
nilebehnilebeh   04 janvier 2019
P. 157 : «- L'Edredon ?
Je l'ai vu tomber sur la Marne, le jour qu'on a donné. Le Milord ne dit pas un mot. Il devint horriblement pâle et ses yeux jaunes s'enflammèrent.[...]
Il est mort comme un mec vivant, dans la charge...une balle dans la gueule. Pan ! Tout entier. »
Commenter  J’apprécie          20
nilebehnilebeh   04 janvier 2019
P. 143 : il s'écriait : Fumier de guerre ! Il était une de ses innombrables victimes et, peut-être, une des plus innocentes parce qu'il appartenait à la race de ceux qu'aucune loi n'affranchit du mal.
Commenter  J’apprécie          20
nilebehnilebeh   04 janvier 2019
« En perdant le Milord dont elle était éprise, Mlle Savonnette apprit que l'amour peut devenir un sentiment. »
Commenter  J’apprécie          20

Video de Francis Carco (14) Voir plusAjouter une vidéo

Les Goncourt reçoivent le Prince Rainier de Monaco
Les membres du Goncourt reçoivent le Prince Rainier de MONACO à leur table du restaurant Drouant à Paris. Plans de COLETTE parlant à RAINIER et tous les "Goncourt" attablés parmi lesquels Francis CARCO. Tour de table sous les flashes des photographes.
autres livres classés : début 20ème siècleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3844 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre