AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2490288342
Éditeur : Editions Nouvelle Bibliothèque (23/11/2018)

Note moyenne : 4.54/5 (sur 67 notes)
Résumé :
Le jour où sa mère est retrouvée morte, la vie de Lucas bascule.
Délaissé par la police qui conclut à un suicide, ses doutes l’incitent à surmonter sa douleur pour mener sa propre enquête. La lettre anonyme qu’il reçoit confirme ses soupçons : quelque chose ne tourne pas rond. Et lorsqu’un mystérieux individu s’attaque à ses proches, il n’a plus qu’une solution : lui échapper et tout faire pour établir la vérité…

GRAND FROID a été finaliste du... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (55) Voir plus Ajouter une critique
Soukiang
  16 décembre 2018
Connait-on vraiment nos proches ? Faut-il attendre que ceux qui nous sont chers disparaissent pour découvrir des pans cachés de leur histoire ?
Pour Lucas, un médécin urgentiste de Nantes, sa vie bascule un soir sans savoir que le cauchemar ne fait que commencer.
Mais que se passe-t-il dans la belle cité du Grand Ouest Français ?
Bienvenue dans Grand Froid, une histoire à résonance tragique mais pas seulement ...
Il est important de préciser que ce roman a été écrit dans le cadre du concours Fyctia, l'idée est de publier chaque jour un chapitre, les lecteurs peuvent alors interagir pour donner leur opinion ou ressenti, comme ce fut le cas d'un autre thriller qui m'avait agréablement surpris et que j'avais adoré par son style addictif, Je ne t'oublie pas de Sébastien Didier "Un thriller décoiffant, une histoire étourdissante pour les fans du genre !", autant ne pas tourner autour du pot, voici une nouvelle façon de lire des thrillers, c'est rapide comme la vitesse de l'éclair, les personnages donnent cette impression d'évoluer dans un tourbillon de rebondissements, pas de temps morts pour des actions fulgurantes, les cliffhanger quand ils s'enchaînent habilement demeurent l'essence même du thriller, inutile de prendre des gants pour lutter contre ce froid qui se conjugue aussi bien au sens propre par la marque de l'intrigue en octobre qu'au sens figuré, cette sensation qui suit la perte d'un être cher à son coeur, comment s'en remet-on pour faire face au deuil et surtout quand on apprend combien sa propre vie est basée sur des mensonges ?
Entre faux-semblants et manipulations qui vont de pair et pousser tous les personnages à dévoiler leur jeu, au fil des chapitres, passé le choc initial, on se laisse emporter par un déluge de révélations, impuissant à ralentir la marche inexorable des évènements, aucun risque de s'ennuyer pour tourner les pages et approcher de la vérité, celle-ci ne s'en laisse pas conter facilement, chacun semble cacher un passé douloureux ou des blessures à vif, une certaine jubilation de ressentir cette collision qui est propice à toutes les étincelles, j'aime lire des thrillers qui font exploser des codes, qui surprennent dans la mesure où personne n'est à l'abri, tout un chacun est voué à lutter contre vents et marées, dans cette fragile envergure et portraits de citoyens au-dessus de tout soupçon, il est des vérités qu'il aurait mieux fallu cadenasser à double tour, c'est sans compter sur la fatalité du destin et l'écheveau savamment orchestré depuis des lustres qui prendra alors d'autres funestes réalités, rira bien qui rira le dernier, les méchants ne sont pas toujours ceux que l'on croit et réciproquement, rien ne laisse supposer que les protagonistes ne sont pas en train d'échafauder d'autres plans ...
Une plume qui pousse dans les derniers retranchements, des séquences imagées pour le meilleur du thriller dans l'action, toujours dans ce mouvement perpétuel d'un sentiment d'urgence, de l'eau a coulé sous les ponts de la Loire, si seulement la vie voulait suivre un cours tranquille, l'occasion d'aborder des réflexions intriguantes comme cette envie de connaître ses origines, de plonger dans des souvenirs mystérieux et plein de surprises, la boîte de Pandore est ouverte, ce sera alors au lecteur d'apprendre comment les choses ont-elles pu déraper à ce point ? Jusqu'où peut-on aller pour protéger les siens par amour ou devoir ?
Reste que l'ambiguité des personnages participe à faire douter à chaque pierre retournée, à chaque rebondissements, à force de gratter la surface des apparences, préparez-vous à subir des électrochocs, des souffrances indicibles qui fouettent, qui laissent des traces impérissables par l'usure du temps qui défile, dans cette impermanence des choses, Lucas devra apprendre à ses dépens combien cette épreuve de la perte subite est l'amorce d'un engrenage terrifiant et mortel, pour celui qui pensait avoir tout vu à travers ses interventions d'urgentiste, le ressenti d'une détresse, d'un chamboulement, d'un déchirement intérieur, ce déni de ne pas affronter la solitude dans l'imbroglio d'indices concomittants et compromettants, les obstacles sont légion pour celui qui n'espérait rien d'autre que de sauver des vies, il va comprendre une autre définition du mot survie.
Dans cette lutte presque inégale, le combat d'un homme seul face à ses adversaires, face au danger permanent, la superbe couverture de Brian Merrant donne le ton dans cet isolement qui donne déjà des frissons d'angoisse, une ambiance oppressante, un tempo incontrôlable devant des variables inconnues, ces facteurs qui n'en finissent pas de remplir l'échiquier du mal dans une autre dimension, intemporalité persistante d'un couperet qui peut surgir inopinément tellement l'inconsistance est diamétralement vive, les sentiments des personnages sont décriés sans détours, une construction de l'histoire dans les aléas et le désespoir, entre stupeur et encaissement tangible des coups, un thriller qui se bonifie au fil des pages, rare sont les phases au relâchement, le fameux lâcher-prise, l'endorphine générée par l'effort physique, l'ambiance glaciale de ce mois d'octobre 2014, les séquelles relatives à l'embrasement qui n'épargne personne, une lecture palpitante qui pourrait vous faire sentir alors la morsure du froid, il est fortement conseillé de se protéger, de se préparer à des moments d'une indicible cruauté, surtout quand la Loire n'a pas encore dévoiler tous ses secrets ...
Grand Froid ne s'arrête pas une succession maîtrisée de péripéties, les sentiments contrastés ne sont pas en reste, dans le déni mais aussi la colère, la peine incommensurable qui accompagne le chaos de l'annonce, ne vous trompez pas, les personnages souffrent, témoins d'un passé peu glorieux ou rattrapé par la culpabilité, le poids des décisions déterminantes, prendre la vie c'est aussi accepter qu'un jour, celle-ci est comptée, combattre les démons c'est vivre sur la corde raide du compromis, des choix cruciaux à bousculer jusqu'à ses propres valeurs, chacun est conscient que la vie ne tient alors qu'à un fil, cette fameuse chaîne des actions et conséquences, une quête passionnante de la vérité pour briser la dette générationnelle, pour Lucas mais aussi toute la sphère qui navigue autour, tout reste encore à découvrir et à affronter ... Grand Froid !!!
Je remercie les Editions Nouvelle Bibliothèque pour leur confiance et de m'avoir fait connaître la plume prometteuse d'un auteur qui n'en est pas à son coup d'essai, son premier roman, le glas de l'innocence est paru le 14 août 2018 aux Editions le Lys Bleu.
Retenez bien ce nom Cyril Carrere, vous n'avez pas fini d'en entendre parler, le thriller français se porte bien, merci pour lui, merci à tous ces auteurs qui continuent de publier des romans de qualité, dans le suspense comme dans la réflexion, dans la violence comme dans l'intrigue intelligente, dans la construction de ses personnages qui se dévoile en fligrane et jamais dans la linéarité, assurément une des plus belles révélations de l'année !!!
❤️
Grand Froid de Cyril Carrere est un thriller époustouflant pour une quête de la vérité vertigineuse !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
musemania
  19 décembre 2018
Un tout grand merci à l'auteur, Cyril Carrere pour sa confiance, qu'il m'a accordée une seconde fois avec son nouveau livre, "Grand froid". C'est toujours un réel plaisir de lire sa plume. En voilà un grand auteur en devenir qu'il faudra suivre avec beaucoup d'intérêts.
C'est déjà le deuxième livre que je lis de Cyril Carrere car j'avais eu la chance de découvrir "Le glas de l'innocence" peu de temps après sa parution et je l'avais déjà beaucoup apprécié. Voici le lien de ma chronique pour ceux qui ne l'auraient pas lue : https://musemaniasbooks.blogspot.com/2018/10/le-glas-de-linnocence-de-cyril-carrere.html
Quand Lucas apprend la mort de sa mère, célèbre avocate, il ne peut adhérer à la thèse officielle d'un banal suicide. "Abandonné" par tous, il prend conscience qu'il ne pourra compter que sur lui-même et fera tomber les certitudes qui ont émaillé le cours de sa vie. Je n'en fais qu'un très bref résumé car je vous conseille de découvrir cette histoire par vous-mêmes.
Pour ce second opus, pour commencer, j'ai déjà beaucoup apprécié son "design" : une couverture dotée d'un dessin mystérieux qui donne envie d'ouvrir le livre pour en découvrir l'histoire, un toucher granelé très pro qui change des couvertures classiques si lisses. Moi qui suis très tactile, j'y accorde beaucoup d'importance surtout que - même si je lis souvent des ebooks sur ma liseuse - je garde une certaine préférence pour les bons vieux livres papiers. Voilà donc de très bons points avant d'en commencer la lecture.
La suite suivra le même chemin tout aussi positif : un suspens qui grandit au fil des pages, des chapitres courts laissant planer le mystère et obligeant alors les lecteurs ne voulant pas rester sur leur faim à continuer leur lecture malgré parfois l'heure tardive, une histoire très bien ficelée et vraiment travaillée, une fin dont même Madame Soleil n'aurait pas pu prédire dans sa boule,...
J'adore le style d'écriture de cet auteur car il permet une lecture rapide sans devoir relire les phrases mille et une fois pour en comprendre le sens. Alors qu'au départ, on commence la lecture d'un thriller somme toute traditionnel, Cyril Carrere vous en retourne le genre. Mais je n'en dirai pas plus car c'est une surprise que j'ai particulièrement appréciée à sa lecture.
A aucun moment, je n'avais pensé que l'auteur allait ainsi tourner son récit. C'est à des éléments du genre qu'on se rend compte de tout le talent dont fait preuve l'auteur qui, je pense, a encore de belles histoires à nous conter. Je comprends mieux pourquoi "Grand froid" a terminé premier auprès de la communauté des lecteurs pour le prix VSD-Michel Bussi 2018. A vite l'écriture de son prochain livre car j'avoue: je ne suis pas dotée de beaucoup de patience ;) Cyril, s'il te plaît, fonce écrire ton troisième livre! :)
Lien : https://musemaniasbooks.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
LesMotsdeLau
  18 novembre 2018
Le froid envahit les régions, l'heure d'hiver est arrivée, avec tous ces éléments propices à cette imminente période hivernale, nous arrive dans nos petites mains gantées « Grand Froid ».
Un Thriller que j'avais déjà évoqué lors de ma chronique précédente sur « le Glas de l'Innocence » ou bien encore lors de l'interview que j'ai eu la chance de faire avec Cyril Carrere.
Malgré le titre et la couverture qui nous donne de jolis frissons, je vous préviens, vous allez vite vous réchauffer et transpirer sous votre doudoune! Car ce qui vous attend dans ce livre va vous faire courir, ce n'est pas une simple et petite balade dans les rues de Nantes qui vous attend.
L'auteur aime jouer avec son texte, embarquant le lecteur dans des situations que lui seul aime à penser afin de détourner nos réflexions et nous surprendre toujours plus. Je vais ainsi vous parler de ce thriller qui va vous faire haleter et qui réchauffera ainsi vos soirées de « grand froid » pendant toute la durée de votre lecture.
Ma partie résumée sur ce livre va vraiment être succincte, pour la simple et bonne raison qu'il se passe énormément de choses dans ce roman et que c'est au lecteur à avoir la surprise de découvrir son contenu.
L'histoire part d'un point essentiel de base, pour ensuite se diriger dans des directions savamment pensées par l'esprit machiavélique d'un auteur qui maîtrise aisément son sujet.
Nous sommes en Octobre 2014, Gaëlle Morvan la soixantaine est une avocate réputée dans la région Nantaise où elle officie dans les diverses missions qu'on lui confie. Tout semble lui réussir, elle jouit d'une belle carrière au sein du barreau possédant avec son associée leur propre cabinet.
Lucas son fils, avec qui elle noue des liens profonds vient parfaire sa petite vie idyllique. Ce dernier la trentaine, est médecin urgentiste dans un hôpital également à Nantes, il fait la joie et la fierté de sa mère.
Pourtant Gaëlle le sait, elle va bientôt tout perdre. de plus, depuis quelque temps elle a ce pressentiment qui ne la quitte pas, cette sensation étrange que seul l'instinct peut nous faire ressentir, serait-elle surveillée et pourquoi ? Les vérités sont-elles toujours bonnes à dire ?

Aux grands livres les grands remèdes donc changement de décoration pour ma présentation, afin d'essayer de sublimer cette petite pépite polaire.
Allez, on respire un bon coup et on y va, car c'est un thriller à 100 à l'heure, une course effrénée qui va nous faire voir du pays.
Une histoire comme je les aime, riche en rebondissements qui partent dans tous les sens.
Les questionnements n'ont de cesse, mettant nos neurones à mal pendant tout le déroulement du récit.
Les personnages sont bien travaillés, chacun à son univers et sa vision des priorités face aux nombreuses épreuves qu'ils vont devoir affronter. Un texte au contenu riche avec des chapitres qui se veulent courts, c'est très agréable, car on se projette très facilement dans l'aventure de la première à la dernière ligne.
Un livre que je trouve vraiment précis et direct avec des scènes riches en actions et en descriptions. Un style contrôlé, une rédaction précise et terriblement efficace!
Ma déception est de l'avoir fini si vite, ce qui prouve qu'on vit carrément dans cette intrigue et non qu'on lit un simple livre. le réalisme des images qui défilent dans notre tête est digne des meilleurs films d'action et de suspens. D'ailleurs, on imagine très bien « Grand Froid » adapté sur grand écran, tel le héros des films bien connus de l'écrivain Robert Ludlum. Plusieurs genres sont intégrés dans ce thriller haut en couleur, des scènes d'action ultra concrète, des courses diaboliquement bien menées, des angoisses à chaque page, un travail fantastique sur les personnages, le lecteur averti n'a qu'à bien se tenir !
Quand les secrets sont percés à jour et que ceux-ci se mêlent à une affaire de grande ampleur, la vague emporte tout sur son chemin, balayant les vies de ceux qui gravitent dans ce récit.
J'ai adoré la balade que l'auteur nous propose au fil des pages, j'ai réussi à braver le froid, et j'ai voyagé ainsi dans plusieurs régions de France et d'ailleurs.
Un page-turner rempli de secrets au suspens omniprésent, qui peut laisser planer le doux espoir d'une éventuelle suite à ce livre !?!?
« le glas de l'innocence » était déjà un bon thriller atypique, Grand Froid monte encore d'un cran, tant par son histoire que j'ai adorée que par son écriture percutante et chirurgicale. Je le dis je suis fan! Et moi qui suis frileuse, j'ai réussi à alterner le froid glacial de cette histoire avec le chaud bouillant de ce rythme infernal, je suis sortie de ce "Grand Froid" épuisée et totalement vidée !
UN COUP DE COEUR À DÉCOUVRIR DE TOUTE URGENCE !
Je tiens à souligner également cette magnifique couverture signée Brian Merrant, elle est très jolie et réfléchie. le contenu de cette image colle parfaitement dans le sens de ce thriller qui est bien plus complexe que ce qui est visible…
N'oublions pas que ce texte de qualité est arrivé premier au classement sur plus de cent participants, à l'issue du vote des lecteurs du concours thriller VSD- RTL, présidé par Michel Bussi. Je n'ai qu'une chose à rajouter : lisez ce livre et vous comprendrez pourquoi ! C'est amplement mérité, c'est du bon, du très bon thriller ! Et j'ai déjà hâte de lire le prochain, alors Mr Cyril Carrere à votre clavier et au boulot votre lectorat vous attend !

Lien : https://lesmotsdelau.fr/l/gr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
sarahauger
  19 novembre 2018
Grand froid de Cyril Carrere est un thriller politique qui démarre sur les chapeaux de roues et qui laisse planer, jusqu'au bout, un voile de mystère.
Qu'est-ce qui se passe au juste ? Je ne peux m'empêcher de me poser des questions. Où veux-tu nous conduire Cyril ? Les indices sont bien cachés et ne nous sont divulgués qu'avec parcimonie.
Je chemine dans le flou, au même titre que les protagonistes de cette histoire. Et plus j'avance, moins je comprends les liens qu'il peut y avoir entre les différents événements, révélations et personnes rencontrées. Mais je poursuis, prise par une tension palpable, à l'affût de la moindre bribe d'information, entourée d'un danger omniprésent, mais difficile à situer.
Un secret qui engage des hommes à haut niveau de responsabilité menace de faire surface. Tout du long, on suit la piste de ce secret qui se dévoile au compte-gouttes. Ça, au moins, c'est facile à comprendre.
La nature du mystère ? Eh bien, il faudra attendre la fin pour tout savoir. Oh, bien sûr, j'ai cherché à échafauder des hypothèses, sans grand succès je dois le reconnaître.
Qu'est-ce que les personnes concernées peuvent bien avoir fait pour être mêlées à un secret d'État ?
Tout est gangréné, en qui avoir confiance ? La peur est forte, beaucoup se plient à la volonté du plus puissant. Enfin pas totalement, tel d'irréductibles gaulois, la raison, la loyauté, le désir de faire éclater la vérité gardent leurs droits chez certains.
La police n'est pas complètement fiable, certains membres sont poings liés, et doivent louvoyer pour agir.
Jeu de pouvoir, tentatives de déstabilisation, bluff, qui se montrera le meilleur à ce jeu, et surtout, que cherche-t-on à tout prix à cacher à la face du monde ?
Toute personne impliquée de près où de loin finit par se trouver en danger pour les plus chanceux, assassinées pour les autres.
Le fils d'une avocate, un flic, une journaliste, tous trois sont pris au coeur de la tourmente pour des raisons personnelles qui les poussent dans la même direction. Tous ces personnages sont finement développés, bon nombre de situations périlleuses m'ont fait trembler pour eux, une course folle s'engage et nous fait voir du pays.
Des vies s'effondrent, basées depuis toujours sur un mensonge. Toute vérité n'est pas bonne à afficher, du moins pour les responsables. Les victimes collatérales n'auront d'autre choix que d'encaisser rapidement les différentes découvertes pour espérer sortir indemne de ce guêpier avant que tout ne s'écroule autour d'eux.
Soudain tout s'accélère, action et révélation vont de pair, il faut aller vite, ne pas se laisser piéger pour compter s'en tirer.
Grand froid c'est… je vous invite à le découvrir, en tout cas, c'est la sensation que j'ai ressentie face au dénouement qui se profilait devant moi, après avoir eu bien chaud tant j'ai eu l'impression de courir avec tout ce petit monde.
Le pouvoir des uns peut détruire la vie des autres, il monte à la tête, et pousse à des extrêmes pour ne surtout pas le perdre et en acquérir encore et toujours plus. Quand un traquenard se referme sur vous, il n'y a pas beaucoup de solutions pour s'en sortir. Il peut arriver qu'on ne choisisse pas la bonne et qu'on s'en rende compte trop tard, au moment où d'autres en paient les conséquences, quitte à s'en mordre les doigts impuissants, le reste de sa vie.
Ce thriller est efficace, il joue avec mes nerfs et le suspense tient jusqu'au bout. de nombreux rebondissements sont au rendez-vous sans pour autant pousser à la surenchère. C'est à la fois crédible et rythmé. Je me suis surprise à lire en apnée à plusieurs moments, prise dans l'intrigue, coincée au milieu de ce complot et tous les secrets qui vont avec.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
AlexianeTh
  17 décembre 2018
ous avons déjà pu (re) découvrir le Glas de l'Innocence de Cyril Carrere il y a peu et c'est avec un certain plaisir et une grande curiosité que nous avons plongé dans le nouveau roman de l'auteur : Grand Froid, ayant des thématiques différentes, un contexte plus classique (exit le Japon) et des protagonistes qui, même s'ils ne sont pas aussi atypiques qu'Hayato Ishida, gardent des particularités les rendant uniques et attachants.
Ce récit a lui aussi été finaliste lors d'un concours sur le net, mais pas n'importe lequel : le VSD-Michel Bussi 2018. Il s'est hissé à la première place suite aux votes de la communauté de lecteurs, sur la plateforme.
Un petit mot concernant la couverture que nous trouvons tout à fait approprié à l'histoire, l'ambiance qu'elle dégage. La première version a été réalisée par Luna Joice pour le concours ; pour l'édition, nous pouvons citer Brian Merrant.
Gaëlle Morvan est une brillante avocate à qui tout réussit. Elle enchaine les importantes affaires et ne cesse de glorifier son nom au sein de la cité nantaise. En charge d'un procès médiatique, tous les regards sont tournés vers elle ainsi que vers sa cliente. Pourtant, Gaëlle sait que le temps lui est compté, mais pourquoi ? Et d'où lui vient cet effroyable ressenti qu'elle n'est jamais seule, qu'elle est suivie et épiée ?
Lucas Morvan, fils de Gaëlle et assidu urgentiste nantais, est troublé par une multitude de questions sans réponses lorsqu'on lui annonce le suicide de sa mère. Néanmoins, quelque chose ne tourne pas rond. Jamais Gaëlle n'aurait attenté à sa vie. Rien ne colle selon lui. Motivé par le chagrin et la colère, il se lance dans une enquête dangereuse, mettant en péril sa vie et celle de son entourage.
Cyril Carrere s'émancipe du Glas de l'Innocence et installe son écriture ainsi que son intrigue dans un « moule » plus connu et familier. L'on peut constater que l'expérience engendrée impacte sa plume qui aborde un style différent, plus dense, mais toujours respectueuse du background de ses protagonistes. En effet, un soin très particulier qui les rend humains, attachants et pour cause : nous passons par divers points de vue (narration extérieure au récit) et au vu de la palette de personnages, il est plus judicieux à notre sens de veiller à leur cohérence et crédibilité. Nous pensons que c'était déjà un pari réussi dans le Glas, plus réussi encore pour Grand Froid.
Lucas Morvan est un jeune trentenaire qu'il est difficile de ne pas apprécier : il passe par diverses phases de deuil et il lui faut un certain temps, légué à son développement, pour que sa facette la plus déterminée et téméraire fasse surface et donne un autre rythme à l'intrigue. Compliqué aussi de ne pas partager sa peine en premier, puis ses nombreux doutes et ses interrogations quant à son courage et tout ce qu'il a à perdre : tant s'il ne poursuit pas sa quête que s'il y coupe court.
Mais nous avons aussi Loïc qui se révèle le personnage à sang chaud qu'il peut être parfois difficile de cerner. le commissaire qui, tel un oignon, devra passer sous les doigts du lecteur pour en distinguer les couches et en toucher le coeur. Caro, Anna, même de charmants voisins… Cyril Carrere leur confie une histoire à chacun, des attitudes et habitudes, une vie en somme dans laquelle on peut se reconnaître. Nous parlions de charmants voisins : nous avons nous-mêmes pu grandir auprès d'un vieux couple, ces trop courts étés de notre enfance, avec qui nous pouvions boire un chocolat, grignoter des friandises dans un salon vieillot, mais curieusement nostalgique une fois que l'on y repense. Pas d'inquiétude néanmoins : peu ou pas de lourdeurs/longueurs. Détailler et approfondir les protagonistes ne pénalisent pas le rythme de l'intrigue.
Grand Froid tient un tempo haletant qui démarre assez vite dès les premiers chapitres. Sans parler d'actions à toutes les pages au départ, on perçoit les premières notes qui grimpent, grimpent encore jusqu'au choeur. le refrain se ponctue, là, il est vrai, de courses poursuites, de scènes sous haute tension, puis s'atténue et entame un nouveau coupler avant le crescendo. Nous pensons que Cyril Carrere tient d'une main ferme son rythme et s'amuse à tourmenter le lectorat avec celui-ci, distillant les cliffangers à son bon gré, trifouillant nos nerfs pour mieux nous tenir en haleine. Rares sont les pauses et la frustration éclot à la fin d'un chapitre qui nous reste au bord des lèvres.
Au-delà des meurtres, l'auteur nous offre une intrigue qui s'enrichit au fur et à mesure, allant bien plus loin qu'une simple suspicion de suicide. En revanche, nous ne développerons pas plus. Il est quelque peu délicat de rédiger une chronique au vu de tout ce qu'il y a à en dire sur le fond, mais si peu qu'il est possible de révéler au risque de gâcher votre découverte.
L'auteur s'est appuyé sur de très nombreuses recherches pour étoffer son texte, si bien que l'on pourrait croire qu'il est natif de Nantes. Il en va de même pour les scènes de crime, les autopsies, des informations historiques, les différents décors jusqu'aux noms de certains établissements, et nous passons encore sur beaucoup de détails. Rien de tel pour une immersion des plus satisfaisantes, capable de nous permettre d'apprécier davantage notre lecture.
Cyril Carrere garde le cap d'une écriture cinématographique ; l'on verrait bien Tom Cruise jeter sa veste en cuir pour endosser le manteau de Lucas Morvan.
Entre complots, actions, suspicion, protagonistes ambigus, enquête tendue, politique, services secrets, mystères à élucider qui ne font que s'amplifier à mesure, Grand Froid s'installe tranquillement dans son succès thriller. Il est fort probable que nous ayons une suite.
Lien : http://marmiteauxplumes.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
LesMotsdeLauLesMotsdeLau   18 novembre 2018
Être assimilé aux autres, à la « masse » comme il la qualifiait, le rebutait. Il avait toujours vécu à l’écart des autres, comme un loup séparé de sa meute. Dès le plus jeune âge, il avait traversé, de force, des ordalies envahies par l’odeur de la mort. Il avait tué. Beaucoup. Ici, ailleurs.Des hommes, des femmes, et même des adolescents. Tout ça dans le seul but de le fortifier, transformer ses émotions les plus basiques en un mélange difforme et confus, pour le préparer à ce qui se présenterait un jour à lui. S’en était suivi un entraînement à la dure, tant physique que psychique. Il devait être fort, rapide, agile. Ingénieux, vivace, prompt à parer à toute situation. Discret, cultivé. En un mot : multitâche. Tout l’arsenal pour se fondre dans la société. Vivre sous l’identité nécessaire à l’accomplissement de ses missions. Le panel de compétences ultime, acquis au travers d’un travail acharné. Infernal.
Pourquoi l’avait-on choisi, lui ? La question se posait depuis très longtemps. Trop longtemps. Mais maintenant, il savait.

L’homme se contempla pendant de longues secondes dans le miroir central, se plongeant dans ses deux billes noires, opaques. Froides. Elles brillaient toujours de la même lueur, du même éclat après une opération rondement menée. Son entrejambe durcit à l’idée d’exécuter sa prochaine cible, et se procurer à nouveau ces poussées d’endorphines libératrices. Pas besoin des autres pour se satisfaire. Sa personne lui suffisait amplement. Il n’aimait que lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   11 décembre 2018
Que savait Michèle Rougier ? Connaissait-elle l’identité de ses parents biologiques ? Ses origines ? Toutes ces questions nouvelles le stimulaient autant qu’elles l’effrayaient. Car il voulait savoir. C’était un fait. Il le fallait, pour trouver un semblant de paix après la nouvelle de son adoption. Mais il craignait de s’éloigner de celle qu’il considérait toujours comme sa véritable mère. Celle qui l’avait élevé toutes ces années, inculqué les valeurs qui étaie nt les siennes aujourd’hui. Celle qui l’aimait du plus profond de son être et qui avait péri pour ça. Est-ce que s’enquérir de sa réelle identité signifiait piétiner cepassé avec Gaëlle ? Oublier toutes ces joies, ces peines, ces épreuves, ces victoires, ces déceptions traversées ensemble ? Certaines le pensaient. D’autres non. Et les cas de figure existants devaient tous avoir leurs propres spécificités. Rien ne servait de les comparer. Seule sa propre perception comptait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   11 décembre 2018
Avec les médecins légistes, c’était toujours un peu la même règle. Tout ou rien. Soit on vous louait, vous adulait pour votre force de caractère et votre capacité à surpasser les émotions pour ouvrir des corps humains, soit on vous regardait de travers, les yeux emplis de dégoût, de mépris et d’incompréhension. Cet adage s’appliquait aux autres médecins et personnels hospitaliers, ainsi qu’aux personnes à qui il dévoilait sa profession dans les soirées Meetup auxquelles il participait deux fois par mois. Il passait parfois en quelques secondes du cliché du docteur sociable, marrant et sexy à celui du praticien asocial et fou à lier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   11 décembre 2018
Son nom retentit et l’impression d’un écho insubmersible résonna en elle. Certains ne s’embêtaient pas avec les formalités et se permettaient de l’appeler par son prénom. Impossible d’échapper aux sollicitations. Mais elle se devait d’être honnête envers elle-même : elle adorait ces instants où il fallait se montrer vive, percutante, bonne communicante. En un mot : compétente.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   11 décembre 2018
En son for intérieur, la voix grinçante de son paternel lui ordonnait de ne pas céder. Ne jamais presser la détente, au risque de perdre son humanité. De plonger dans les profondeurs abyssales de la brutalité, de la confusion et des émotions primaires. Celles qui le mèneraient tout droit vers la démence. L’intempérance. Il le regretterait pour l’éternité.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : page turnerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Cyril Carrere (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1560 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..