AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782211206549
181 pages
Éditeur : L'Ecole des loisirs (27/10/2011)

Note moyenne : 3.29/5 (sur 19 notes)
Résumé :

Tout à commencé à cause de l'exposition Louise Bourgeois : Moi, Eugénie Grandet… C'est Anne-Louise qui a eu l'idée d'y emmener sa petite soeur, Alice. Anne-Louise est excessive, passionnée : un danger public de l'émotion incontrôlable. Sa soeur est sa digue, son rempart. Alice a essayé de lire Eugénie Grandet, le roman de Balzac, mais l'histoire de cette jeune fille sacrifiée, qui se fane sous les yeux du lecteur, la perturbe. En contemplant les oeuvres ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
argali
  25 janvier 2012
Ce livre estampillé « roman jeunesse » n'est pas particulièrement facile à comprendre. le parallèle que fait Alice, 17 ans, entre la vie et la personnalité d'Eugénie, la sienne et celle de sa grand-mère n'est pas aussi simple et anodin qu'il n'y parait. On y découvre aussi une seconde oeuvre clé de la littérature « La Cerisaie » de Tchékhov. le proposer à des lecteurs de 12 ans me semble un peu précoce.

Le récit se découpe en trois parties : la première où Alice découvre le roman De Balzac, avant de se rendre à l'exposition de Louise Bourgeois qui lui rend hommage : la deuxième où elle nous parle de sa tyrannique grand-mère et découvre sans s'y attendre, qu'elle n'est pas tout à fait celle qu'elle a cru ; la troisième, enfin, qui nous parle de « La Cerisaie » mise en scène par Max, l'ami de sa soeur.

Le début m'a un peu surprise tant les personnages sont bizarres, farfelus ou obsessionnels et parfois difficiles à suivre. Mais très vite, on s'attache à eux et on souhaite les découvrir vraiment.
Pourquoi Alice est-elle si angoissée dans cette exposition, devant les oeuvres de Louise Bourgeois ? Pourquoi son attitude frôle-t-elle l'hystérie ?
En fait, elle a peur. Peur de perdre ses repères ; peur de perdre ceux qu'elle aime ; peur d'être abandonné ou de vivre dans la solitude… et le départ précipité de sa mère, lorsqu'elle était enfant, renforce davantage ces sentiments.

Son départ chez sa grand-mère pour les fêtes est censé lui changer les idées (bien que ce ne soit pas une partie de plaisir) mais elle va là aussi, continuer à s'interroger sur sa vie et le monde qui l'entoure.
Ensuite, cela devient un peu brouillon à mon sens. le personnage d'Alice passe au second plan et la grand-mère devient le centre d'intérêt.

Arrive la 3e partie et on ne parle plus ni de la grand-mère ni même d'Alice bien qu'elle reste narratrice. On partage les inquiétudes de Max, metteur en scène et ami d'Anne-Louise la veille de la dernière représentation de la pièce « La Cerisaie ».

Bien qu'agréable à lire et de qualité stylistiquement, j'ai trouvé ce récit poétique un peu décousu. Chaque situation aurait pu être exploitée davantage et faire l'objet d'une histoire à part entière. Au lieu de ça, nous avons trois parties qui se juxtaposent sans vraiment avoir de lien entre elles, si ce n'est évoquer le temps qui passe inexorablement et révéler peu à peu Alice à elle-même. Mais même là, on reste sur sa faim.
J'ai bien aimé mais il m'a manqué quelque chose que je ne peux définir, tout au long de l'histoire.
Il donne cependant envie de lire ou relire « Eugénie Grandet » et « La Cerisaie » et ce n'est déjà pas si mal.

Malgache d'origine indienne, Shaïne Cassim vit et publie en France depuis 7 ans. Elle a signé d'autres romans, jeunesse et adultes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
claraetlesmots
  28 novembre 2011
Alice étouffe. Cette adolescente a peur de rater sa vie face à une soeur fantaisiste et à l'absence de sa mère partie quand elle avait neuf ans. En se rendant à une exposition de l'artiste Louise Bourgois sur Eugénie Grandet, Alice en proie à une crise de panique réalise qu'il est temps pour elle d'affronter ses démons.
Dès les premières pages, j'ai su que cette histoire allait me toucher. Forcément même si ça n'a pas été immédiat. Alice se définit elle-même comme une digue, un rempart contre les émotions excessives de sa soeur. Bien qu'adolescente, elle a l'impression de vivre dans l'ombre de sa soeur aînée Anne-Louise et de devoir veiller sur elle. Anne-Louise partage la passion et la vie de Max qui met en scène la Cerisaie de Tchekhov. Même si elle n'a pas terminé le livre De Balzac, Alice a une peur viscérale de rater sa vie. de se dessécher comme Eugénie Grandet. Sans compter le poids de l'absence de la mère et la certitude de passer à côté de sa propre vie même si cette dernière est devant elle. Au lieu de fuir ou de s'enfermer sur elle-même, Alice va avoir le courage de relever la tête.
Même si ce livre n'est pas parfait, il mérite qu'on s'y attarde. Bonus : l'art y trouve sa place aisément et naturellement. L'écriture de Shaïne Cassim est belle et sensible, un roman ado très loin de la guimauve !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
4e5_clauzades2015
  20 décembre 2015
Cette histoire parle d'Alice Pratt une jeune femme qui n 'espère pas avoir la même vie que Eugénie Grandet.Dans la première histoire Alice va enquêter pour savoir qui envoie des fleurs à un personnage d'un livre qui est Eugénie.Dans la deuxième histoire Alice et Anne-Louise vont chez leur grand-mère Anabelle mais cette dernière dissimule une maladie.Dans la troisième histoire Max un ami de Anne-Louise prépare une pièce de théâtre qui s'appelle la "Cerisaie" mais cela va tourner au drame....
Ce livre est divisé en 3 histoires avec les mêmes personnages.
Tout d'abord ce livre m'a paru bizarre car on ne comprenait pas l'intérêt de l'histoire: il n'y a pas de suspense, comme dans les livres que j'ai l'habitude de lire. puis au fil des pages on commençait à comprendre le sens de l'histoire surtout avec la grand-mère qui a son caractère bien particulier.On commence à découvrir plus en détails la famille d'Alice et sa vie.
Florian
------------------------------------------------------------------------------------
Alice est une adolescente qui ne sait pas trop dans quel état psychologique elle se trouve du haut de ses 16 ans. Un jour sa sœur Anna-Louïse, l’emmène dans une exposition sur Eugenie Grandet. A ce moment là, Alice est sûr d'une chose: Elle ne veut pas avoir la même vis que cette Eugenie Grandet. Elle n'arrive pas à le supporter et tombe des les pommes. Elle rencontre Alphonse, Plus tard, Anne-Louïse et max, le petit copain de sa sœur, vont chez leurs grand-mère. Alice découvre beaucoup de choses, notamment sur sa grand-mère et sa famille. Encore après , ils accompagnent la troupe de Max. Une troupe de théâtre qui joue la cerisaie .
Je n'ai pas tout de suite compris à quelle sorte de livre j'avais a faire, il faut croire qu'il m'intriquait pour je ne sais quelle raison. Toujours est-il que quand j'ai fermer le livre après avoir lus la dernière page, j'vais le sourire aux lèvres. Il ma beaucoup plu. il m'a aussi fais rire, mais aussi réfléchir. Après tout la situation d'Alice est classique pour une jeune adulte de 16 ans. Je me suis sentie concernée.
Ce roman est court est très facile à lire,moins à comprendre,mais drôle.
Lisa Cro
-----------------------------------------------------------------------------------
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
barbabulle
  11 novembre 2011
Un coup de coeur en littérature jeunesse, un roman léger, drôle mais qui questionne sur l'adolescence, l'émancipation, l'envie d'exister en tant que personne, de grandir et d'avancer.
Tout commence quand Alice rejoint sa soeur pour aller voir une expo de Louise Bourgeois : Moi, Eugénie Grandet. Comme d'habitude sa soeur un peu tête en l'air est en retard. Pendant la visite Alice est prise d'un vertige et sort prendre l'air. Elle va rencontrer un jeune homme qui livre des fleurs pour Eugénie Grandet.
C'est l'histoire d'une ado qui n'a pas pu lire Eugénie Grandet, qui ne veut pas être comme elle, qui souhaite s'émanciper de sa soeur Anne Louise, voler de ses propres ailes, qui se questionne pour prendre des décisions et ne pas rater sa vie. C'est l'histoire d'une ado qui grandi et qui va sur le chemin de l'âge adulte.
On s'attache à Alice et son amoureux fleuriste à sa soeur costumière et son fiancée qui ne vit que pour sa pièce « la ceriseraie » qu'il met en scène. On s'attache même à cette grand mère « sans amour » dont Alice apprends qu'elle est malade lors d'une visite que les soeurs font chaque années. Elle n'est pas attachée à sa grand mère et pourtant elle va l'accompagner.
C'est une histoire drôle et émouvante où Alice dix sept ans prend le chemin de l'âge adulte mais continue de rêver, est amoureuse.
En lisant ce roman on relirait bien volontiers Eugénie Grandet mais Alice ne sera pas comme elle !!!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
atchoumgirl
  15 février 2012
Accrochée par la quatrième de couverture, par le parallèle mis en place entre la vie d'Alice, adolescente actuelle et Eugénie Grandet, héroine tragique, j'avais trouvé l'idée originale.
On rencontre donc Alice et sa soeur Anne-Louise qui se rendent à une exposition consacrée à l'oeuvre de Louise Bourgeois et à ses travaux sur l'héroine De Balzac. Cette rencontre avec l'oeuvre et l'histoire d'Eugénie va déclencher chez Alice un véritable choc...Elle ne veut pas finir comme elle, elle a peur de faner sans avoir vécu. S'en suivent une série de remise en question sur le rôle que s'attribue Alice par rapport à sa grande soeur, une rencontre romanesque autour d'un bouquet, une évolution du regard qu'elle porte sur sa grand mère et les péripéties autour de la mise en scène de la cerisaie par le compagnon d'Anne-Louise. le personnage d'Alice sort de sa coquille et s'ouvre aux autres comme s'il sortait d'une longue hibernation...
Je n'ai pas du tout accroché à l'histoire ni aux personnages qui m'ont paru superficiels et vivre dans un univers bohème, loin des réalités et très auto-centrés. Je me suis ennuyée malgré les pointes d'humour et la qualité du style.Je suis passée complètement à côté de ce roman...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
CaliebibCaliebib   25 novembre 2012
"Le sublime côtoie l'insignifiant". Je me dis que cette phrase est magique, irréelle, vitale et aride. Le tout et le rien se mélangent, à égalité. Peut-être est-ce notre regard sur notre misère qui fait la différence. Notre capacité à observer avec humanité ce qui est petit et dérisoire comme ce qui est grand et enchanteur.
Commenter  J’apprécie          30
claraetlesmotsclaraetlesmots   28 novembre 2011
On ne peut pas toujours être au premier rang de la vie des autres, vois-tu. On a sa propre vie à mener et ce n'est pas facile d'être soi.
Commenter  J’apprécie          50
zazimuthzazimuth   19 octobre 2012
 Qui te dit que c'est parce qu'il y a des portables, Internet ou les cafés qu'on connaît la solitude des gens ?  (p.54)
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : premier amourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Je ne suis pas Eugénie Grandet - Shaïne Cassim

Comment se prénomme la narratrice ?

Anne Louise
Annabelle
Hélène
Alice

10 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Je ne suis pas Eugénie Grandet de Shaïne CassimCréer un quiz sur ce livre