AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Stéphane Mosès (Traducteur)
ISBN : 2864323427
Éditeur : Verdier (31/07/2001)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 22 notes)
Résumé :

Composé en août 1959, l'Entretien dans la montagne, l'un des très rares écrits en prose de Celan, occupe une place centrale dans son oeuvre. Sa rédaction intervient quelques mois après la parution de Grille de parole, son troisième recueil; sa publication en revue l'année suivante précédera de peu l'attribution à Celais du Prix Büchner, qui lui donnera l'occasion d'écrire le célèbr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
ay_guadalquivir
  17 janvier 2013
Sous la belle peau ocre de Verdier se cache un petit livre magnifique. un texte qui ne se lit pas aisément, qui n'enchaîne pas le récit que l'on imagine aux premiers mots, mais qui de façon magistrale, trace le chemin où se retrouvent l'être, le sujet, le langage et le discours. Paul Celan est l'un des grands auteurs de la confrontation à la barbarie : quels mots après Auschwitz? Dans ce texte qui emmène le Juif dans la montagne, sur les pas du Lenz de Büchner (que je m'empresse de lire...), il reconstitue la langue et la poésie autour de l'être disparu. Des langues allemandes de différents degrés, des ILS qui deviennent peu à peu JE-TU, il semble retisser une unité et une langue abîmée.
Le commentaire de Stéphane Mosès en fin de livre est sans doute nécessaire à une lecture sensible de ce texte. Mais qu'importe. Cet entretien dans la montagne est à la fois mystère et révélation.
Commenter  J’apprécie          130
Siladola
  07 septembre 2014
L'étrange beauté de l'une des rares proses de Celan ne serait pas si elle n'était également mystérieuse. Mais mystérieux ne signifie pas inaccessible. Ce texte abscons reste curieusement familier. C'est la vertu des grands poèmes : comme la nature, on peut les admirer sans jamais les comprendre complètement. Ils parlent au coeur aussi bien qu'à l'esprit.
Commenter  J’apprécie          30
chartel
  19 janvier 2016
Deux Juifs s'en vont là-haut, au bout du chemin, Gross et Klein, un soir pour se faire entendre. le bâton et la pierre font silence. Mais le silence est impossible
:"Tu es venu de loin, venu jusqu'ici..."
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
RaviRavi   21 septembre 2019
Un soir que le soleil, pas lui seulement, avait sombré
Commenter  J’apprécie          10
chartelchartel   19 janvier 2016
J'aimais la bougie qui brûlait, à gauche dans le coin, je l'aimais parce qu'elle se consumait, elle, car elle c'était sa bougie que lui, le père de nos mères, avait allumée, parce que ce soir-là un jour commença, précisément, un jour qui était le septième, le septième auquel le premier devait succéder, le septième, pas le dernier, ce n'est pas elle, cousin, que j'aimais, j'aimais la voir se consumer, et sais-tu, je n'ai plus rien aimé depuis;
rien, non; ou cela, peut-être, qui allait se consumant là comme une bougie en ce jour, le septième et non le dernier;
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
ay_guadalquiviray_guadalquivir   17 janvier 2013
INCIPIT :
"Un soir, le soleil, et pas seulement lui, avait disparu, le Juif s'en alla, sortit de sa petite maison et s'en alla, lui le Juif et fils d'un Juif, et avec lui s'en alla son nom, l'imprononçable, il s'en alla et s'en vint, s'en vint, clopinant, se fit entendre, s'en vint bâton en main, s'en vint foulant la pierre, m'entends-tu, tu m'entends, c'est moi, moi, moi et celui que tu entends, que tu crois entendre, moi et l'autre [...]"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
ay_guadalquiviray_guadalquivir   17 janvier 2013
"Alors la pierre se tut, elle aussi, et le silence se fit dans la montagne, là où ils allaient, l'un et l'autre."

"So schwieg auch der Stein, und es war still im Gebirg, wo sie gingen, der und jener."
Commenter  J’apprécie          50
SiladolaSiladola   07 septembre 2014
- Tu sais. Tu sais et tu vois : La terre s'est plissée, ici en haut, s'est plissée une fois, deux fois, trois fois, et s'est ouverte au milieu, et au milieu s'étend une eau, et l'eau est verte, et le vert est blanc, et le blanc vient de plus haut encore, vient des glaciers...
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Paul Celan (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Paul Celan
Les vignerons, Paul Celan Lu par Sylvia Bergé et Stéphane Varupenne
Dans la catégorie : Mélanges littérairesVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues germaniques. Allemand>Mélanges littéraires (189)
autres livres classés : poésieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
754 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre