AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782210743489
192 pages
Éditeur : Magnard (24/04/2015)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 8 notes)
Résumé :

Témoin privilégié de la vie des tranchées, Ferdinand retrace ses années de rat-combattant au côté du soldat Juvenet qui l'a pris sous sa protection. De l'arrière au feu de Verdun, il partage la vie quotidienne des poilus, les changements d'affectation, les diverses offensives, mais aussi les permissions, l'attente avide d'informations et la naissance des rumeurs les plus persistantes, la solitude et surtout la peur.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
sabine59
  11 octobre 2017

J'ai découvert Pierre Chaine un peu par hasard, car je cherchais une oeuvre satirique concernant la guerre, qui pourrait plaire à des élèves de troisième.
Ce livre m'a beaucoup intéressée, et j'espère qu'il en a été de même pour au moins quelques-uns de mes adolescents faussement blasés, soupirant dès qu'il est question de devoir lire un livre...
L'auteur a participé à la première guerre mondiale, il a été très tôt envoyé au front. C'est dans les tranchées, en 1915, qu'il écrit ce récit qui le rendra à son époque célèbre. A noter, il a d'abord été publié sous forme de feuilleton dans un journal pacifiste populaire. En 1918, il écrit à la suite, présente dans cette édition.
" Je ne suis pas un rat d'opéra. Je ne suis pas non plus un rat de cave dont les lumières pourraient être utiles aux amateurs de pinard.(...) Né dans les champs, j'ai connu, dès l'âge le plus tendre, les champs de bataille; mes parents m'ont nourri d'espoirs glorieux et de détritus miltaires. Vous avez déjà deviné que l'auteur de ces lignes est un des innombrables rats de tranchées, qui , de la mer aux Vosges, ont juré de tenir, eux aussi, "jusqu'au bout!"
le ton est immédiatement donné : ironique, mordant.Avec vivacité et sens du dérisoire, à travers ce rat, Ferdinand ( pas Firmin, bien tranquillement en train de lire...), l'auteur offre un regard sans concession sur les cruautés de la guerre. Il va devenir "l'animal de compagnie" de Juvenet, simple soldat, échappant aux campagnes de dératisation qui survenaient sur le front.
Il l'accompagne au quotidien, se sentant lié à lui, subissant les mêmes horreurs. En évoquant Verdun, il écrit par exemple:" Murés entre deux zones de mort, nous nous sentions déjà retranchés des vivants."
Très bien écrit, alliant humour et vérité crue, ce récit est une bonne approche, je trouve, du vécu de la guerre. de ses méfaits, de sa déshumanisation. Ferdinand le rat semblant plus vivant ici que ces milliers d'hommes brisés ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          303

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
sabine59sabine59   11 octobre 2017
A quoi bon ces descriptions malsaines puisqu'elles n'ont pas le pouvoir de supprimer les guerres? Ces tableaux sont douloureux s'ils évoquent en nous des visions vécues. Ils sont inutiles s'ils s'adressent à l'imagination des curieux: rien ne pourra jamais donner la sensation d'un champ de bataille à celui qui n'en a pas vu.
Commenter  J’apprécie          100
sabine59sabine59   11 octobre 2017
Qui donc aurait pu se douter que nous traversions une forêt, si les cartes n'avaient pas donné la dénomination de bois à ces déserts pétrifiés où quelques souches noircies demeuraient les seuls vestiges des anciens ombrages ?
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Pierre Chaine (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Chaine
" Ruy Blas 38" de Pierre Chaine.
autres livres classés : première guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox