AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2813208892
Éditeur : TREDANIEL LA MAISNIE (06/11/2015)

Note moyenne : 4.3/5 (sur 10 notes)
Résumé :
"Je ne te connais pas, je ne sais pas qui tu es ni quel âge tu as ; 7 ans, 12 ans, 17 ans ?... Beaucoup plus ? Peut être es-tu très triste ? Triste comme jamais car tu viens de perdre quelqu'un que tu aimes beaucoup ou un animal qui tenait une place énorme dans ton cœur.

Ou bien alors, peut être as-tu simplement très peur que ces moments difficiles arrivent un jour ? Peut être aussi que la seule idée de mourir t'es insupportable ?

Je ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (4) Ajouter une critique
grasshopers
  01 décembre 2015
Pour les parents que nous sommes, voilà bien un sujet ou l'on est rarement à l'aise quand il s'agit de l'aborder avec nos enfants -la mort- pour ma part, j'ai largement préféré aborder le thème de la contraception ou la sexualité que celui-ci. Mais il ne sert à rien de l'éluder tôt ou tard, il faut s'y soumettre... Les petits grandissent et il faut bien répondre à leurs attentes.
Dans cet ouvrage, Jean Jacques Charbonnier, nous livre avec des mots très simples, le grand mystère de notre départ, il dédramatise cet aspect de notre existence.
Pour ma part, il m'a donné la clé, les mots pour aborder ce sujet avec ma petite dernière, pour qui je le sais, le moment est venu d'aborder ce thème. Et c'est bien plus sereine après cette lecture, -que je recommande à tous et toutes, enfants, et adultes- que je me sens de répondre à toutes ses questions.
Commenter  J’apprécie          140
viedefun
  01 octobre 2016
Evoquer la mort et ce qui peut se passer après la fin de notre corps physique est un sujet plus que délicat et je dirai même que c'est totalement tabou dans notre société occidentale - et plus particulièrement française - qui semble vivre ces quelques dernières années sur une sorte d'oscillation schizophrénique où une partie de la population se dit « athée » et rejette en bloc le « surnaturel » – en traitant les médiums et autres magnétiseurs ou ceux qui disent avoir vécu des « trucs bizarres » comme des fous ou des escrocs - tout en permettant, d'un autre côté une liberté des cultes et des croyances des plus inquiétantes. Néanmoins, tout le monde doit mourir un jour et même si notre société moderne « cache » les morts, il est intéressant de lire ce livre écrit par un spécialiste reconnu de la médecine qui, de par son métier, anesthésiste réanimateur, est malheureusement parfois amené à faire face au décès de ses patients et a pu assister à des choses qui ne lui permettent plus de douter sur l'existence de l'au-delà. le Dr Charbonier a eu raison de destiner son livre aux plus jeunes même si, à mon avis, ce livre devrait être lu par tout le monde : d'abord les enfants, qui ont, par leur nature, l'esprit encore ouvert à « tous les possibles » mais aussi les adultes curieux (et intelligents) qui s'interrogent et qui ne font pas l'autruche par rapport à tout ce qui concerne la mort, comme beaucoup de gens qui – à force de refuser l'inévitable - se retrouvent finalement complètement démunis « psychologiquement » quand la mort vient frapper à leur porte ou, plus douloureusement, à celle de leurs proches. Après, évidemment, il faut faire très attention quand on aborde le sujet de la mort, notamment auprès des adolescents qui traversent parfois des moments difficiles et sont plus ou moins fragiles et influençables et qui pourraient choisir la mort – le suicide - comme solution à leurs problèmes puisque « ça a l'air si bien de l'autre côté »….Je pourrai écrire des pages et des pages sur ce que ce livre m'inspire mais je voudrais tout de même préciser qu'il ne faut pas non plus le considérer comme la référence absolue, même si, à mon sens, il est assez bien documenté et se rapproche dans beaucoup de points à mes opinions personnelles. Mais vous comprendrez que c'est vraiment complexe d'affirmer quelque chose, de prendre pour soi le ressenti des autres. C'est comme décrire un pays. Je vais vous donner un exemple. Si je demande à mon mari ce qu'il pense de la Chine, où il est allé pour son travail, il va me décrire un pays austère, triste, aux tours immenses et à la grisaille du nuage de pollution qui plane constamment au-dessus des grandes villes. Par contre, j'ai une collègue de travail qui est allée dans ce pays en vacances et elle en est revenue enchantée et a donc eu une opinion opposée à celle de mon mari…Alors qu'il s'agissait dans les deux cas du même pays, la Chine…..Tout ça pour vous dire que vous avez TOUJOURS votre libre-arbitre, ne vous laissez pas influencer par les autres, malgré ce qu'en disent les religions ou les scientifiques, et que si vous vous intéressez un peu au sujet de l'au-delà, vous trouverez facilement des éléments de réponses, des discussions, des témoignages et des échanges d'opinions sur internet. La mort expliquée aux enfants peut déjà, en tout cas, répondre à pas mal de questions que vous vous posez ou que vos enfants peuvent vous poser sur la mort et ce serait dommage de passer à côté de ce livre. Je vous le recommande donc totalement.
Ma note : 18/20
Lien : http://lespassionsdeviedefun..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ViolaineB
  06 novembre 2016
J'ai beaucoup plus que 17 ans et ai perdu deux êtres très chers.
Ces pertes impactent mes deux jeunes enfants qui se et me posent beaucoup de questions sur la mort, sujet très difficile et douloureux pour moi. Ces pertes crééent également en eux une peur de me voir partir trop tôt.
Et comme l'écrivait un lecteur dans sa critique, sujet plus difficile à aborder que la sexualité.
Je suis "tombée" sur ce livre par hasard et j'en ressors grandie et apaisée : il existe finalement peut-être un espace après la mort et il faut s'ouvrir pour comprendre les signes envoyés de l'au delà.
Chacun est libre ensuite de croire ou pas les témoignages de ceux qui ont vécu l'expérience de la mort, mais ce livre distille de l'espoir
Commenter  J’apprécie          32
florinette
  03 janvier 2016
Voilà un livre qu'il faut mettre entre toutes les mains, petites et grandes, car le docteur Jean-Jacques Charbonier démontre avec humour et simplicité que la peur de la mort peut être vaincue, parce que la mort n'est pas le néant que pense encore la majorité des gens - malgré l'avancée scientifique actuelle dans le domaine des expériences péri-mortem - elle est plutôt synonyme de vie. La mort ne doit donc plus être un sujet tabou puisqu'elle est comme la naissance, inhérente à la vie et non son opposé.
Admettre cette évidence peut changer radicalement notre façon d'appréhender la vie, d'être pleinement dans la vie, d'en comprendre le sens, son importance… C'est ce que propose le Dr Jean-Jacques Charbonier en dévoilant divers témoignages qui vont dans ce sens et qui lui permettent également d'étayer les explications qu'il donne tout au long de cet ouvrage que ce soit sur le cerveau, la conscience, les médiums, etc. et tout ceci d'une manière très limpide et ludique. Les enfants, comme les parents, vont adorer !!

Lien : http://leslecturesdeflorinet..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations & extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
viedefunviedefun   01 octobre 2016
Il y a à peine quelques siècles, les scientifiques n’étaient pas très écoutés. On a longtemps considéré que tout ce que disaient les religieux était, selon la célèbre expression, « parole d’Évangile ». Cela signifie que l’on ne pouvait ni contester ni discuter ce qu’ils affirmaient. Celles et ceux qui s’y risquaient finissaient brûlés vifs sur des bûchers en pleine place publique sous les insultes des gens venus assister à ce cruel spectacle. Il faut dire que les scientifiques racontaient beaucoup de bêtises si bien que presque personne ne les croyait. Ils prétendaient entre autres choses fausses que la Terre était plate ou cylindrique, que le sang devait être enlevé du corps pour être fortifié, ils opéraient sans se laver les mains, pensaient qu’on pouvait guérir les gens en leur faisant avaler des mixtures qui finissaient par les tuer, que les îles étaient des morceaux de terre qui flottaient sur les mers, que la Lune était composée d’os et de corne et que Mars était liquide, que les étoiles étaient des trous dans le cosmos, que la Terre était au centre de l’univers et que toutes les planètes tournaient autour d’elle, que l’électricité était de la lumière compressée, que le charbon se changeait en argent une fois arrivé sur la Lune, que retirer un cheveu blanc en faisait apparaître dix, que se caresser le zizi rendait sourd, que les pensées et les souvenirs se situaient dans le liquide qui baigne le cerveau, et j’en passe des bien meilleures encore. La médecine, et la science en général, obtenait plus de mauvais résultats que de bons. Les religieux bénéficiaient de ces échecs répétés. Les gens leur accordaient toute leur confiance ; à leurs yeux, seuls eux détenaient la vérité ; ils pouvaient donc tout se permettre. Puis, progressivement, cette tendance s’est inversée. Devant les prouesses croissantes des technologies assimilées aux sciences et aux multiples services qu’elles rendent, les scientifiques ont peu à peu pris le dessus tandis que les religieux s’embourbaient dans des conflits guerriers en se massacrant entre eux. Aujourd’hui, les hommes de sciences ont le pouvoir et comptent bien le conserver. La majorité des gens pense qu’eux et eux seuls détiennent la vérité ! Nous en sommes donc arrivés à la situation suivante : pour qu’une vérité soit reconnue, il faut et il suffit qu’elle soit scientifiquement démontrée. Oui mais comment ? me demanderas-tu sans doute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
viedefunviedefun   01 octobre 2016
De l’autre côté, le temps n’existe pas. Il ne s’écoule pas comme dans notre dimension terrestre. Dans l’au-delà, les secondes, les minutes, les heures, les jours, les années, les siècles et les millénaires n’ont aucune signification, si bien que les réincarnations peuvent se faire à n’importe quelle époque. Si tu suis bien mon raisonnement, il y aurait donc des esprits qui pourraient se réincarner dans notre passé et d’autres dans notre futur. Oui, c’est ça, tu as bien compris ; des esprits qui ont déjà connu ce que nous réserve notre avenir seraient en mesure de se réincarner à notre époque. Comme tous les esprits, ils garderaient une certaine mémoire de ce qu’ils ont vécu. On a pu en effet constater que des personnes avaient des facultés de « visionnaires » en prévoyant ce qui allait se passer bien plus tard. Léonard de Vinci est l’illustre peintre qui, comme tu le sais sans doute, est l’auteur du célèbre portrait La Joconde. Il est mort en 1519 à l’âge de 67 ans. Cet ingénieur et inventeur de génie dessina des avions, des hélicoptères et des automobiles qui n’ont existé que plusieurs siècles plus tard. Comment cela aurait-il pu être possible sans qu’il eût connu l’époque où ces objets furent réalisés ? Chico Xavier est le médium brésilien le plus connu et le plus prolifique du xxe siècle. Il est mort le 30 juin 2002 à l’âge de 92 ans après avoir écrit plus de 400 livres. Il a notamment retranscrit des formules chimiques de médicaments qui ne furent inventés que plusieurs dizaines d’années plus tard. D’où lui venaient ces informations si ce n’est du futur ? Autre visionnaire encore, ce fameux Jules Verne, mort en 1905 après avoir écrit tous ces merveilleux romans de science-fiction totalement avant-gardistes où il était aussi question de voyage sur la Lune à bord d’une fusée ou de déplacements en sous-marin à une période où tout cela n’existait pas encore. Oui, tout cela s’expliquerait facilement si l’on acceptait l’idée que certains d’entre nous pourraient venir du futur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
viedefunviedefun   01 octobre 2016
Eben Alexander est un professeur qui enseignait à l’université de Harvard la chirurgie du cerveau à ses étudiants. Pour en arriver là, il avait dû faire des études très longues et très difficiles, où on lui avait appris que le cerveau était cette petite boule gélatineuse dont je t’ai déjà parlé. À un certain moment de sa vie, il était persuadé que les neurones contenus dans le crâne fabriquaient toutes nos pensées et qu’au moment de la mort ces dernières disparaissaient aussitôt sans laisser aucune trace. Comme on lui avait répété cela presque tous les jours pendant plusieurs années, le béton de ses certitudes était devenu très dur et presque indestructible. Pour lui, tous ces récits de personnes qui disaient avoir connu l’au-delà pendant leur coma ou leur arrêt cardiaque étaient soit des mensonges, soit des hallucinations. Et rien ni personne n’aurait pu le faire changer d’avis. Du moins c’est ce qu’il croyait. Oui mais voilà, un jour, une grave infection due à une méchante bactérie contenue dans ses intestins attaque son cerveau et lui fait vivre une bien étrange expérience. Les neurones d’Eben Alexander ne peuvent plus fonctionner normalement car cette fameuse bactérie se multiplie dans sa tête et le plonge dans un coma très grave qui manque le tuer. Pourtant, à son réveil, le neurochirurgien raconte avoir voyagé sur une aile de papillon géant et visité des paysages magnifiques. Durant tout ce long et merveilleux périple, il est accompagné par une jeune fille au sourire charmant. Une fois guéri, une impression bizarre le poursuit ; son aventure dans l’au-delà ne ressemble ni à un rêve, ni à une hallucination. Le béton de son savoir se craquelle ; il a une sorte d’intuition et se demande : et si tout cela était vrai ? Et si son voyage avait été réel ? Il aura la confirmation de son pressentiment quatre mois plus tard lorsqu’il reconnaîtra le portrait d’une sœur décédée dont il ignorait l’existence. Il aura beaucoup de mal à cacher son émotion. Oui, le visage de la photo encadrée devant ses yeux mouillés de larmes est bel et bien celui de la jeune fille au sourire charmant ; cette douce et aimante présence qui était avec lui dans l’au-delà ; cette personne bienveillante pourtant morte depuis bien longtemps au moment de son coma. Époustouflé par cette découverte, il publie un livre qui devient un best-seller mondial. Son titre, La Preuve du paradis, en dit long sur son changement d’avis. En effet, pour Eben Alexander, le fait d’avoir rencontré cette sœur décédée pendant son expérience constitue une preuve solide. Elle était morte et il ne l’avait jamais vue avant puisque, je te le répète, il ignorait totalement son existence !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
viedefunviedefun   01 octobre 2016
Dans beaucoup de cas que j’ai étudiés, un être de lumière se présente devant l’esprit. Tu veux savoir qui est cet être de lumière ? Dieu ? Sans doute. Ce sera à toi de le deviner le moment venu. Une question te sera posée. On ne te demandera pas si tu as été bon à l’école, si tu as obtenu beaucoup de diplômes, si tu as gagné beaucoup d’argent ou si tu as eu beaucoup de personnes sous tes ordres. Non, rien de tout ça. On te demandera simplement comment tu as aimé les autres et ce que tu as fait pour eux. L’amour est ce qui est le plus important quand on est de l’autre côté. Ce n’est ni la richesse matérielle, ni la reconnaissance sociale. Arrivera ensuite l’instant où une frontière apparaîtra entre un monde d’où l’on ne revient plus et celui où il est possible de faire marche arrière pour réintégrer son corps. Cette limite peut être un mur, un grillage, une haie, un buisson, une ligne blanche. Peu importe. Tous ceux qui m’ont raconté leur voyage n’ont pu la franchir. Le retour à la vie terrestre est pénible. Les gens sont tellement bien de l’autre côté qu’ils n’ont pas du tout envie de quitter ce lieu baigné d’amour. Souvent les esprits qui entourent la personne qui vit cette expérience d’aller-retour dans l’au-delà doivent vraiment insister pour la faire revenir dans son corps de chair. Certains disent être rentrés dans leur corps comme l’aurait fait une main dans un gant trop étroit ou comme s’il leur avait fallu enfiler une combinaison devenue trop petite, ou encore comme s’ils avaient été poussés dans une piscine d’eau glacée. Bref, on voit dans tous ces témoignages que le retour n’est pas aussi agréable que l’aller !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
grasshopersgrasshopers   01 décembre 2015
La première chose que tu dois savoir est que tu es un esprit qui "habite" un corps.
J'entends déja ta question. Tu vas me demander :
-C'est quoi un esprit ?
Eh bien moi, je vais te répondre :
-C'est toi ! oui toi. Ton véritable toi. Ton corps n'est pas toi ; tu l'habites. C'est différent.
Commenter  J’apprécie          130
Videos de Jean-Jacques Charbonier (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Jacques Charbonier
http://www.clubnouvellescles.com/S-eveiller_f4X/Divers_sf49/La_Conscience_intuitive_extraneuronale_r510297/? Pour accompagner et commenter le nouveau livre du docteur Jean-Jacques Charbonier, La Conscience intuitive extraneuronale,, le Club Nouvelles Clés a demandé à Patrice van Eersel de l'interviewer. Qui mieux que l'auteur de la Source noire (1986) et de Réapprivoiser la mort (1996) pouvait interroger le médecin réanimateur sur ses motivations personnelles, son parcours et sa passion pour un sujet qu'ils connaissent tous les deux très bien ? L'entretien fait l'objet d'un CD audio qui accompagne le livre.
+ Lire la suite
autres livres classés : simplicitéVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il Juif ?

Oui
non
il était Zen
catholique

10 questions
863 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre