AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Alexandre Chardin (Autre)
EAN : 9782203222397
240 pages
Éditeur : Casterman (03/03/2021)
3.84/5   43 notes
Résumé :
Julien craint le pire pour la rentrée. Son père l’a inscrit au collège Rostand où vont les jeunes les plus défavorisés de la cité.
Premier défi pour Julien : s’intégrer en étant le fils du maire, le blanc-bec de service qui préfère le groove d’une trompette au flow du rap.
Deuxième défi : briller aux yeux de la fière Nour, et survivre au regard-mitraillette de son frère. Les choses semblent mal parties, et pourtant...

Alexandre Chardin ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (35) Voir plus Ajouter une critique
3,84

sur 43 notes
5
9 avis
4
15 avis
3
9 avis
2
0 avis
1
0 avis

marina53
  14 mars 2021
À Casterman et Babelio
Merci pour ce joli cadeau...
Pour son entrée en sixième, Julien sera scolarisé
Avec des enfants moins favorisés.
Quelle galère, pour le fils du maire,
Quand tous ses copains vont au collège Voltaire !
D'autant que deux gamins de la cité
deux jours avant l'ont taquiné, menacé
Julien, lui, n'avait d'yeux que pour l'oiselle
qu'il avait déjà envie de prendre sous ses ailes.
Julien est trop heureux, le jour de la rentrée,
de voir la belle Nour s'installer à ses côtés.
Mais aussi désemparé et attristé
d'apprendre que le mec à la casquette,
celui qui lui a promis de lui faire sa fête,
n'est autre que le frère de sa bien-aimée.
Nour à ses côtés, Julien saura affronter
les railleries et autres pieds de nez.
Mais il ne sait pas encore
que la musique,
rap ou classique,
fera vibrer les coeurs et les corps...
Alexandre Chardin, professeur, maîtrise plutôt bien
la langue, les mots, les alexandrins.
Dans ce court roman,
destiné aux enfants
et autres adolescents,
il fait rimer les mots
avec un sens du tempo.
Si Nour rime
avec amour,
les gars de la cité
avec inimitiés,
ces gamins, que tout semble opposer,
ont pourtant beaucoup à partager.
S'il y est question d'amour, d'amitié,
de musique, de cité, de libertés,
l'auteur aborde, avec intelligence,
les différences culturelles et aussi la violence.
Original, un roman qui allie
humanité, tendresse et poésie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          707
sabine59
  05 mars 2021
Professeur de français , Alexandre Chardin
Fait parler ô merveille en beaux alexandrins
Les élèves d'un collège peu réputé
Mais qui s'appelle Rostand, nom prédestiné,
Où Julien, fils du maire devra s'intégrer
Alors que solitaire , il galère toujours
Il croise les yeux velours de la jolie Nour
Et le regard haineux du frère de la belle
C'est la musique qui adoucira leur ciel...
Idée originale que de décliner ce roman jeunesse en alexandrins! Gageure aussi, car nos adolescents vont-ils adhérer? Personnellement, j'espère que oui, car on se laisse très vite emporter par le rythme des vers, et je pense que l'histoire devrait leur plaire: amitié, amour, obstacles socio-culturels, le quotidien d'un collège, certes difficile, mais où des valeurs de respect et de courage peuvent prévaloir. Et les passages poétiques, dans cet univers ancré dans le réel, apportent tendresse et élan.
Il sera intéressant de le tester auprès des élèves. J'ai un peu peur que la forme les rebute et les empêche de poursuivre leur lecture.J'aimerais découvrir du même auteur " Mentir aux étoiles", qui m'a l'air émouvant . Merci à Babelio et aux éditions Casterman pour cet envoi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          445
jeunejane
  07 mars 2021
Julien, le fils du maire, va rentrer en 6ème.
Il va devoir rentrer dans un collège défavorisé, le collège Rostand. La peur s'empare de lui car les jeunes de cette école ne lui ressemblent pas du tout.
Comment s'intégrer ?
Le premier jour, il tombe amoureux de Nour, un mirage magnifique.
Dans ce livre, les préjugés tombent un à un et les jeunes ados s'enrichissent les uns les autres.
La musique et le chant réunissent les personnages.
Le livre est une longue poésie avec de très nombreux alexandrins.
Pour ma part, j'ai fait très attention à la poésie, très belle d'ailleurs mais parfois cela a gêné ma concentration.
Devais-je le lire sur le ton du rap ? J'étais un peu décontenancée.
Une idée très originale de roman jeunesse.
Je vois bien ce roman lu à voix haute en classe avec les collégiens mais eux tout seuls devant leur livre, je ne vois pas comment ce serait possible. Ils pourraient à ce moment, en classe, lui donner un rythme se rapprochant du rap ou du slam.
Je remercie Masse Critique de Babelio et les éditions Casterman pour m'avoir permis de découvrir un style très original et de qualité qu'est "Bande de poètes " d'Alexandre Chardin.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          430
Ziliz
  04 mars 2021
Alex' Chardin, Alexandrins... ♪♫
Alexandrins, et l'amour chante dans la té-ci... ♪♫
Ah non, je me trompe d'hommage, c'est pas avec Cloclo qu'on nous saoule ces jours-ci. Je m'y perds dans tous ceux qui aim(ai)ent les très jeunes femmes/filles. Mais je suis hors sujet.
.
Pour m'aventurer entre les lignes de 'Bande de poètes', j'ai dû sortir de mes 'zones de confort' (BD, romans, polars... en prose), comme on dit dans le monde merveilleux de l'entreprise lorsqu'il s'agit de 'monter en compétence'.
Coût d'entrée assez élevé, comme lorsque j'ai relu récemment 'L'école des femmes' de Molière : s'habituer, prendre le rythme, compter en base 12, penser à Depardieu dans 'Cyrano' et aux règles de lecture en poésie (liaisons, 'e' muets ou non).
Le mieux, comme le conseille l'auteur en préambule, est de lire à haute voix :
« Car ce texte, lecteur, ne doit pas qu'être lu !
N'hésite pas, dis-le ! Il veut être entendu. »
.
L'histoire est simple : le maire a décidé que son fils fréquenterait le collège Ronsard, dans un quartier 'défavorisé' - question d'image à donner aux administrés sur la mixité sociale.
Le doux gamin n'est pas un rebelle, il se plie à la volonté paternelle, mais à contrecoeur : il perd tous ses copains, et il sait qu'en tant que 'petit bourge', il va se faire bouffer. Amir, notamment, semble bien décidé à se le payer, ce bouffon. Et la meute est prête à hurler avec le mâle alpha.
.
J'ai été surprise de me régaler à ce point ! L'intrigue est riche : il n'est pas seulement question de conflits, d'amitié, d'amour entre collégiens. Ce roman original fait également passer quelques messages intéressants sur les problèmes et rêves adolescents, sur la douceur et le pouvoir maternels, sur les rencontres culturelles au-delà des milieux d'origine.
Le texte en alexandrins est amusant, nourri d'images évocatrices. Et les répliques sont jubilatoires, comme dans un match d'impro au théâtre, une battle de slam, un clash de rap...
.
• Un grand MERCI à Babelio et à Casterman !
------
à écouter jusqu'au bout :
>> https://www.youtube.com/watch?v=qR6fMXlIsxs
>> https://www.youtube.com/watch?v=c1LOpgjdTsU
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          362
book-en-stock
  04 mars 2021
Une couverture hyper colorée et très contemporaine pour un texte hyper travaillé et tout autant contemporain !
Faut-il pour autant le classer en roman ? Beau texte chantant puisque composé en… alexandrins ! Et oui l'auteur a osé ! 207 pages de vers comptés pour nous narrer une histoire très actuelle qui a tout du roman (en dehors de la forme des phrases) : une intrigue, des chapitres, et des personnages charismatiques même si l'on reste dans le cliché.
Une brève présentation (en alexandrins) de l'auteur nous annonce d'emblée :
« Car ce texte, lecteur, ne doit pas qu'être lu !
N'hésite pas, dis-le ! Il veut être entendu. »
Et effectivement il m'a été impossible d'en faire une lecture silencieuse tant les mots veulent être prononcés. J'ai beaucoup aimé cette oralité qui se module selon les moments du récit : parfois on le chuchote, parfois on le crie. Plus qu'à la poésie, je le rapprocherai au théâtre et ses grands classiques (Le Cid, mon amour de collège !) car il nous propose des dialogues savoureux aux répliques claquantes.
Je ne ferai pas de résumé car celui de la Quatrième de couverture convient parfaitement. Inutile de spoiler davantage, laissons les futurs lecteurs découvrir, il n'y a rien de plus chouette !
L'intrigue est assez basique et sans surprise. Cette forme d'écriture ne permet pas de longues digressions aussi ai-je trouvé le récit très rapide et les personnages assez caricaturaux. Ils n'en demeurent pas moins touchants car ce qu'ils ont à dire est fort et puissant comme un coup porté. Les paroles cinglent, les personnages ne mâchent pas leurs mots et sortent « ce qu'ils ont dans les tripes ». le lecteur est d'autant plus frappé que le texte est condensé en quelques pieds. Au cours de ma lecture j'ai souri, rit aux éclats, vibré et même senti les larmes monter…
Les images créées sont tout aussi fortes et restent en mémoire. Vous l'aurez compris on passe d'émotions en émotions, avec l'émotion ultime : le plaisir des mots !
Un bel exercice de style qui ne s'arrête pas à un simple exercice mais devient, par la magie du talent, une véritable et belle histoire ! Chapeau l'auteur, et merci pour ce voyage immobile porté par notre magnifique langue française !
Merci d'offrir un si beau texte à notre jeunesse !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310


critiques presse (1)
Culturebox   15 mars 2021
Cette semaine, place à la "Bande de poètes" avec une histoire et une lecture tout en rimes et en rythme !
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   01 mars 2021
Faut qu'j't'avoue autre chose, j'aim'pas l'injustice
Et dès le premier jour,
Quand j't'ai vu dans la cour,
T'avais l'air si paumé
Qu'j'ai pas pu m'empêcher
De calmer les caïds,
Et leurs paris stupides.
Moi j'm'en fous qu'tu sois riche,
Et d'ta couleur pois chiche,
J'vois juste que t'es tout seul
Contre cent forts en gueule.

(p. 36)
Commenter  J’apprécie          70
JuinJuin   27 février 2021
Il observe, discret, il entend, ébahi,
Les prénoms fabuleux venus de tous pays.
Ses copains s'appelaient Marin, Lola, Kévin.
Désormais il côtoie Kékéli, Zinédine,
Aroon, Fatima, Song, Memet et Salomon.
Quand les profs font l'appel, c'est presque une chanson.


( p 20)
Commenter  J’apprécie          80
ZilizZiliz   02 mars 2021
Pourtant, deux jours plus tard, Julien n'hésite plus,
Assez de voir tomber cette pluie froide et drue !
(...)
« Où vas-tu par ce temps ? lui demande sa mère.
Dehors tout est liquide ! On a le mal de mer ! »

(p. 133)
Commenter  J’apprécie          70
Virgule-MagazineVirgule-Magazine   16 avril 2021
Cher lecteur, permets-moi, avant de commencer,
De t’expliquer dans quoi tu viens de te lancer.
Tu reconnais des rimes et des vers... “Oh, misère !”
Tu te dis : “Non, pitié ! Je vais vivre l’enfer !
Il est fou cet auteur ? Il nous fait un caprice,
C’est pas pour moi, ce truc ! Non merci, le supplice !” [...]
Si j’ai choisi les vers, c’est que mes personnages
Sont des aventuriers : écoute leur courage.
Les rimes et les vers pour des actes héroïques,
Une histoire d’enfants passionnés de musique.
Amir, Abou, Julien, la valeureuse Nour,
N’attendent que ta voix pour voir vraiment le jour.
Car ce texte, lecteur, ne doit pas qu’être lu !
N’hésite pas, dis-le ! Il veut être entendu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
jeunejanejeunejane   07 mars 2021
- Facil' ! J' aim'rais t'y voir !
J'ai pas d'super pouvoirs !
Moi, quand j'rapp', c'est tout seul ! Sans accompagnements,
Le piano m'embrouill' grav', je galèr' carrément !
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Alexandre Chardin (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alexandre Chardin
Pour ce premier épisode de la série d'interviews d'auteurs en podcast « Ecrire des mots », Interbibly vous invite à découvrir Alexandre Chardin, écrivain alsacien en proie à une grande joie de vivre et d'écrire ! « Pour en finir avec le Groc », à paraître le 19 mai 2021 aux éditions Magnard jeunesse, est son prochain livre. Installez vos écouteurs et bonne écoute !
Qui est Alexandre Chardin ? Il aurait voulu être Rahan ou Davy Crocket et devenir éleveur de colibris ou surfeur de vagues géantes. Mais il est né à Strasbourg, ce qui n'est déjà pas si mal. Après des études de lettres, il déménage à Mulhouse dans un immeuble plein de yorkshires et de sorciers et devient professeur de français. Il est l'auteur de nombreux romans à succès chez Magnard Jeunesse : le goût sucré de la peur, Des vacances d'Apache, Ma fugue dans les arbres et Lola à la folie.
+ Lire la suite
autres livres classés : Hip-hopVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

le goût sucré de la peur

Qui est la narratrice(comment s'appelle-t-elle)?

Lucie
Louise
Kochka
Julie

8 questions
10 lecteurs ont répondu
Thème : Le goût sucré de la peur de Alexandre ChardinCréer un quiz sur ce livre

.. ..