AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jean Esch (Traducteur)
EAN : 9782253012566
288 pages
Le Livre de Poche (26/05/2021)
3.55/5   244 notes
Résumé :
Une mère et son fils en cavale trouvent refuge dans la petite communauté de Mill Grove, en Pennsylvanie.
Mais dans ce havre de paix, le petit garçon disparaît.
Quand il émerge de la forêt six jours plus tard, il a l’air indemne.
Lui seul sait que quelque chose a changé.
La voix du bois est dans sa tête et lui dicte une mission.
S’il ne lui obéit pas, sa mère et tous les habitants de Mill Grove risquent son courroux…

... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (95) Voir plus Ajouter une critique
3,55

sur 244 notes

gruz
  17 juin 2020
Si vous comptez rester sain d'esprit, ne lisez pas ce livre.
Si vous voulez vivre une expérience unique, loin du cadre trop cartésien de nombreux romans, lisez-le.
Mais prenez conscience que Stephen Chbosky va devenir votre ami imaginaire durant un long moment. Déjà, par le temps de lecture que vous allez lui consacrer, le livre fait 750 pages. Puis par la manière dont son histoire et ses personnages vont insidieusement s'incruster dans votre cerveau. Même après l'avoir définitivement posé, vous y penserez encore, en vous disant que vous n'avez pas souvent lu un livre pareil (jamais ?).
"Tu dois leur dire, tu dois leur dire…"
L'écrivain l'annonce haut et fort, les accroches commerciales tout autant, Stephen King est l'inspirateur central de tout. le Dieu qui a engendré le monstre. Il est là, présent comme une entêtante petite voix lancinante, comme s'il veillait sur votre lecture (surveillait ?).
On parle du King des années 80 et 90, celui de Ça ou Simetierre, mais aussi du Fléau, avec une pointe du Talisman des territoires (et d'autres encore). La période où on le qualifiait de Maître de l'horreur. Mais on ne pense pas qu'à lui, aussi à toute cette mouvance féconde de l'époque qui a terrorisé nombre d'adolescents et d'adultes. J'ai fait partie de ces adolescents-là.
D'ailleurs, pour en rajouter dans l'ambiance, Calmann-Lévy a eu la judicieuse idée de confier la traduction à celui qui s'est occupé des derniers livres de Stephen King, l'excellent Jean Esch.
"Arrête de l'aider ! Ne quitte pas la rue, tu vas mourir."
L'ami imaginaire est donc un vrai roman d'horreur, comme on n'en fait plus beaucoup. Et je me demande même si quelqu'un a osé en écrire un pareil avant… Parce qu'inspiration ne veut pas dire recopiage. L'influence est prégnante, mais Stephen Chbosky arrive vite à imprimer sa patte, à vous déchirer l'âme de ses propres griffes (mais à vous toucher au coeur aussi).
Son style s'impose, ses trouvailles narratives sont singulières. Son histoire, qui démarre sobrement, prend ensuite une tournure hallucinante.
Cela fait des décennies que les livres (ou les films) ne me font plus peur. Une émotion bien lointaine. Jusqu'à ce livre. J'ai flippé, souvent…
"Ne pas s'endormir… Les personnes boite aux lettres viennent de se réveiller… Si je renverse un cerf, je serai sauvé…"
Ce roman est complètement dingue, follement terrifiant. Je crois ne jamais avoir vu une telle histoire, poussée aussi loin dans ses extrémités, encore et encore, toujours plus profondément dans la folie.
Entendons-nous bien, il n'est pas question d'un livre gore, la violence est davantage dans les actions, les ressentis et la psychologie.
"Tout ira bien, le gentil monsieur veille…"
Sauf que rien n'est normal, vous vous mettez peu à peu à entendre des voix dans votre tête, tant l'histoire et la manière de la raconter colonisent votre esprit tel un virus. Je les sens d'ailleurs qui viennent perturber jusqu'à cette chronique…
"2h17. C'est l'heure…"
Ce n'est pas qu'une simple lecture, c'est une expérience. Clairement, il faut avoir l'esprit ouvert, l'envie de lâcher prise et de se laisser emporter dans ce monde fantasmagorique (à ce propos, j'aime l'une des définitions de ce mot dans le Larousse : « Procédé consistant à produire dans l'obscurité, sur une toile transparente, au moyen d'appareils de projection dissimulés, des figures lumineuses diaboliques ». C'est exactement ce que fait l'auteur).
Clairement, cette expérience n'est pas faite pour tous les lecteurs. Par son histoire et sa narration. Et parce que Chbosky a, lui, un talent inné de conteur populaire débridé et timbré !
Un cauchemar n'est qu'un rêve qui a mal tourné.
"Tout dépend si je dors ou si je suis éveillé…"
Une mère, son jeune fils, une forêt. Une vie à reconstruire, dans le calme. Sauf que le petit bonhomme disparaît. Et réapparaît. le début du cauchemar.
L'enfance, l'amitié, des thèmes chers à Stephen King, qu'on retrouve ici. Ça ressemble à ce qu'il propose souvent, mais au fil des pages Stephen Chbosky s'extirpe de la référence et trouve sa voix (voie) dans cette petite ville et cette forêt pleine de cerfs.
"Si je renverse un cerf, ça sera un signe, Dieu faites que je renverse un cerf…"
Les pièces sont en place, l'enfer peut se déchaîner. 750 pages d'événements surnaturels qui vont engendrer le chaos. La fièvre va toucher tous les protagonistes (et les lecteurs) dans un suspense inouï qui prend des proportions aussi atypiques qu'ahurissantes.
"2h17. C'est l'heure !"
L'Amérique et sa fascination pour le bien et le mal, où la religion est incrustée aux plus profond des strates de la société, des familles, des femmes et des hommes. L'écrivain utilise cette composante dans son intrigue et pour construire certains de ses personnages. Logique de parler de chaînes, quand on parle d'enfer qui se déchaîne, non ? Certains vont être remués dans leurs croyances.
Vous connaissez cette citation ? « Quand une personne a un ami imaginaire, on appelle ça de la démence. Quand plusieurs personnes ont le même ami imaginaire, on appelle ça une religion ». Alléluia ! Heureux les fous dans la maison de Dieu. Ils brûleront avec le sourire.
"Dieu est un assassin."
Ce livre prend le contre-piEd, à l'heure où les livres sont de plus en plus formatés, l'art de la perte de repères pour les lecteurs quI ont l'ouVeRture d'Esprit et l'amusEment de laiSser Toutes leurs marques de côté, pour suivre Follement cette Originale intrigUe.
Ce livre va diviser, Stephen Chbosky est le Moïse du livre surnaturel. Il faut arriver à entrer dans son univers, dans son délire fascinant (paradoxalement aussi libre que construit). Ça a été diablement mon cas, fasciné que je fus du début à la fin. le seul petit bémol est que j'aurais enlevé une cinquantaine de pages à ce pavé si consistant, mais sans que ça me gâche mon plaisir de lecture (immense).
"2h17. C'est l'heure !!"
Ce roman apporte une nouvelle dimension au mot « fantastique ». Il le développe dans tous les sens du terme. Une histoire surnaturelle follement originale tout en marquant clairement ses références au modèle du genre, Stephen King.
Une ambiance addictive, genre Les griffes de la nuit en version forêt, mais en plus psychologique, où le bien et le mal s'affrontent, où il devient difficile de distinguer la réalité du cauchemar.
Stephen Chbosky pave son enfer de bonnes intentions, et réussit magistralement son suspense aussi maîtrisé que complètement barré. Et surtout, sans oublier les émotions, et les bonnes valeurs ; la lumière qui tente de transpercer les ténèbres.
"C'est l'heure !"
Lien : https://gruznamur.com/2020/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          437
Latulu
  16 mars 2022
2h17 C'est l'heure
Tout ira bien le gentil monsieur veille
Arrête de l'aider
Ne pas s'endormir
Dieu est un assassin
Mon Dieu faites que je renverse un cerf !
Ne quitte pas la rue, tu vas mourir
Ca vous paraît décousu ? Quand vous aurez lu ce récit ou si vous l'avez déjà lu, vous offrirez un sourire complice à ce petit préambule.
Stephen Chbowsky et son ami imaginaire m'ont filé une sacrée claque avec cette histoire.
Ne vous fiez pas à la longueur du roman (750 pages dans son format chez Calmann Levy noir), ce livre est un vrai page-turner.
Un condensé de tout ce qui me plaît dans la littérature et les films horrifiques que je dévorais durant l'adolescence.
Bien sûr on ne peut pas passer sous silence Stephen King quand tout est fait pour vous y faire penser jusqu'au marketing autour du livre : la police d'écriture pour le nom de l'auteur et le titre, Jean Esch, le traducteur de Stephen King pour la version française depuis 2018.
Le thème de l'enfance et de l'amitié sont aussi au coeur du récit avec une nette référence au club des ratés dans Ca.
Mais assez de cela. Si Stephen Chbosky reprend certains arcs narratifs du King, il écrit avant tout une histoire originale et surtout terrifiante dont certains passages vous hantent longtemps, même après avoir refermé le livre.
Christopher a sept ans et demi. Pour fuir un petite ami violent, sa mère emmène Christopher avec elle en cavale jusqu'à ce qu'ils s'installent dans une petite ville en Pennsylvanie.
Chrisopher est un garçon timide et sa dyslexie le pénalise dans son parcours scolaire. Il a beaucoup de mal à se faire des amis.
Jusqu'à ce qu'il disparaisse un jour dans les bois. Pendant six jours la communauté va tenter sans succès de le retrouver. Il réapparaîtra au bout de ces six jours et dès lors, des changements apparaissent. La situation financière de sa mère, au bord de la misère, s'améliore. Christopher obtient d'excellents résultats à l'école. Pourtant le garçon semble obsédé par la construction d'une cabane dans la forêt. Et pour cause. C'est le gentil monsieur de la forêt qui lui a demandé de le faire sans quoi, tout le monde mourra.
L'ami Imaginaire est un roman pour adulte même si le récit est souvent vu du point de vue d'un jeune garçon de sept ans et demi (la demi à cet âge ça compte énormément, surtout pour l'intéressé, un beau clin d'oeil de l'auteur).
Il est question avant tout de courage, de pardon, d'amour maternel et des douleurs de l'enfance. J'avais oublié à quel point le monde à cet âge est cruel. L'auteur nous le rappelle parfaitement bien. Les copains d'école et les ennemis sont très bien construits.
L'auteur apporte beaucoup de soin et de réalisme dans la description de ses personnages, que ce soient les adultes ou les enfants, il manie parfaitement la narration en fonction de la psychologie des différents protagonistes.
Lorsque Christopher évolue dans la réalité ou dans l'autre-monde, nous avons bien le point de vue d'un enfant avec son propre vocabulaire, y compris dans la description des choses horribles – les gens boîte-aux-lettres, la dame qui siffle, le gentil monsieur – ce qui, loin d'adoucir l'horreur, la renforce. Une part de notre imagination d'adulte voit plus loin que ce que la raison de l'enfant comprend. Et cela nous terrifie.
Une belle part est faite aux tourments de l'enfance : l'école, les difficultés scolaires, le harcèlement, la difficulté de se faire des copains et, point d'orgue central du récit et symbole de l'enfance : la construction d'une cabane dans la forêt.
Tout est parfaitement maîtrisé pour que ces éléments s'inscrivent dans la normalité du récit et dérivent rapidement vers l'horreur.
L'auteur n'y va pas de main morte avec la religion. Dieu est un assassin nous le rappelle-t-il souvent.
Il critique également les travers de la société américaine : capitalisme, hypocrisie, fanatisme religieux.
Une belle plongée dans les premiers émois horrifiques de mon adolescence.
Un auteur qui aura sûrement été marqué lui aussi par Stephen King et les Griffes de la Nuit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          321
Brooklyn_by_the_sea
  03 septembre 2021
C'était pourtant bien parti : Christopher, 7 ans, commence une nouvelle vie dans une nouvelle ville avec sa Maman, qui fuit un concubin violent. Alors qu'il tente de s'intégrer au mieux à son nouvel environnement, il disparaît brusquement ; quand il réapparaîtra, au bout de 6 jours, sa vie ne sera plus jamais la même...
On est clairement dans une ambiance à la Stephen King, avec le gentil petit garçon et sa mère-courage, le shérif humain et juste, le vieux monsieur protecteur, et les forces du Bien et du Mal qui entament une énième lutte. J'ai aimé cette incursion chez les petites gens des petites villes (ici en Pennsylvanie), qui lorgne du côté de Springsteen, et qui permet aussi à l'auteur de dépeindre une Amérique névrosée, violente, bigote et hypocrite. Pendant les 2/3 du livre, j'étais plongée avec ravissement dans cette histoire. Mais je me suis trainée sur le dernier tiers : Chbosky a étiré son dénouement sur plus de de 300 pages, rendant sa construction incohérente (fantastique ou pas, il faut quand même maîtriser son intrigue), et m'égarant par moments ; j'avais hâte d'en terminer. Cependant, la dernière page est géniale !
Par ailleurs, j'ai été très sensible au style : l'auteur écrit comme s'il s'adressait à de grands enfants -et c'est plutôt agréable d'être pris par la main et de se laisser entrainer dans une histoire étrange. Avec son ton enveloppant et doux, c'est un peu comme si le livre dégageait une odeur de barbe-à-papa ou de pop-corn caramélisé, et cet aspect régressif m'a beaucoup charmée.
Tout n'est donc pas à jeter dans ce roman mal proportionné qui, à mon sens, aurait été plus réussi s'il avait été allégé de 250 pages (sur ses 980).
Ce qui démontre, une fois encore, que ce n'est pas la taille qui compte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          336
Foufoubella
  11 janvier 2022
L'ami imaginaire ou je ne sais pas ce que l'auteur a fumé, mais ça devait être de la bonne.
Ce roman est un pavé de presque 1000 pages. Et si je n'ai pas vu passer les 300 premières, ce ne fut pas la même chanson pour le reste.
Christopher est un petit garçon âgé de 9 ans qui vit seul avec sa mère. Cette dernière, mère courage, à qui la vie n'a pas vraiment fait de cadeau, veut que son fils ait l'enfance la plus heureuse et insouciante possible. Arrivés dans une petite ville de Pennsylvanie, même si joindre les deux bouts est difficile, elle pense que la roue va tourner. Jusqu'au moment où Christopher disparaît; on ne le reverra pas durant six jours. A son retour, quelque chose a changé. D'imperceptible certes mais de tangible. Et si la chance semble être au rendez-vous les semaines suivantes, l'expérience va vite tourner au cauchemar.
Le parallèle avec Stephen King est vite trouvé avec cet auteur, et pas seulement parce qu'il porte le même prénom. Clairement, même si je ne peux pas me proclamer spécialise du King, il me reste trop d'ouvrages à découvrir, le style, la manière et les thèmes abordés ne peuvent pas ne pas faire penser à l'autre Stephen, celui de l'horreur, de Simetierre ou du Ça. Mais la différence est que si j'ai apprécié Simetierre dans la mesure où il y avait une vraie histoire derrière, je ne peux pas en dire autant de cet opus.
En effet, j'ai beaucoup aimé le premier tiers du roman, me plongeant à chaque fois dans le livre avec plaisir, ayant cette impression d'être dans une sorte de cocon, d'être bien tout simplement. Mais, à partir d'un certain moment, le plaisir s'est émoussé et j'ai commencé à trouver le temps long, très long. L'incursion du fantastique fut fatal à ma lecture.
Entendons-nous bien, je savais bien que ce roman ferait plus que flirter avec le fantastique, que j'aurais les deux pieds dedans – ou plutôt les deux yeux – pendant une large partie de ma lecture, mais, là, ici, ça ne l'a pas fait. Et j'en étais doublement frustrée parce que jusque-là j'appréciais beaucoup l'histoire. C'est un peu l'effet Rose Madder, du King, dès que le fantastique est venu se mêler à l'histoire, j'ai décroché.
Je ne saurais pas vraiment dire pourquoi, peut-être parce que c'était trop gros, ou parce que j'aurais voulu que l'histoire aille dans une autre direction.
Ici, surtout, j'ai trouvé que le dénouement était long, mais long, ça n'en finissait pas, et qu'il y avait beaucoup trop de répétitions. Les références religieuses m'ont également beaucoup gênée. Non pas que je sois anti-cléricale mais je n'ai pas vraiment compris où l'auteur voulait en venir. Et, selon moi, il souhaitait réellement nous mener quelque part, la toute dernière ligne du roman en est la preuve. Mais chez moi, au lieu de faire « oh my God ! », ça a plutôt fait « hein ? ». Il faut peut-être être américain pour apprécier, leur rapport au religieux étant très différent du nôtre.
En résumé, un roman qui m'aura finalement laissé un sentiment étrange et pour lequel je reste, et resterai encore à l'avenir, dubitative. Je ne l'ai pas abandonné, preuve s'il en est que ma lecture ne fut pas non plus pénible, mais j'en attendais certainement beaucoup plus, en tout cas autre chose. Je peux comprendre qu'on l'adore comme je peux entendre qu'on le déteste. Pour ma part, ça restera une drôle de lecture qui m'aura quand même perdue en cours de route malgré ses qualités.
Lu en décembre 2021 – janvier 2022
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Dupuisalex
  05 juillet 2020
Après avoir lu ce roman vous ne verrais plus d'un bon oeil l'ami imaginaire de votre enfant.
Christopher et sa mère Kate, vivent galère sur galère. Après le suicide de son mari, Kate s'embarrasse d'un petit ami violent, Jerry, qu'elle fuit après un geste de trop.
Elle emménage dans la petite ville de Mill Grove.
Kate pensait trouver la paix et la tranquillité jusqu'à ce que Christopher disparaît.
Aucune trace de lui pendant 6 jours. Celui ci réapparaît sur le bord de la route. Mais pas seul. Il chuchote seul avec quelqu'un que lui seul voit. Fait des chose que lui seul comprend. Changer. Plus intelligent. Tout à un prix. Une mission: construire une cabane avant Noël. Mais dans quel but.
Second roman de stephen Chbosky, premier dans le genre horreur-terreur. Il vous donnera des sueurs froides
L'auteur nous fait passer du monde réel au monde imaginaire, et on y croit. On plonge dans un univers grandissant, devenant de plus en plus anxiogène. Où le jeune Christopher, 7 ans, porte le poids de la survie de sa mère et des habitants, du pouvoir et de course poursuite contre un ennemi : « la dame qui siffle ».
e seul bémol est l'âge des enfants et leurs actions, ne concorde pas.
Malgré tout l'action va monter en puissance. L'histoire va vous subjuguer. Mais malheureusement la fin n'a pas été à la hauteur de mes espérances. Ça part à gauche et à droite pour finir sur une histoire avec un fond de religion.
Les question sont :
Lisons nous un livre pour sa fin?
Une fin ratée, peut-elle nous faire oublier une histoire qui nous a tenu en haleine?
Je ne pense pas
L'ami imaginaire de Stephen Chbosky, fera parti de mes coups de coeur de cette année.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270

Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
JulitlesmotsJulitlesmots   24 juin 2020
Premières lignes…


50 ans plus tôt…

Reste dans la rue. Ils ne peuvent pas t’attraper si tu restes dans la rue.

Le petit David Olson savait qu’il était dans de sales draps. Dès que sa mère rentrerait avec papa, il y aurait droit. Son seul espoir, c’était l’oreiller glissé sous la couverture, pour faire croire qu’il se trouvait encore dans son lit. Comme dans les séries télé. Mais tout cela n’avait plus d’importance maintenant. Il était sorti en douce par la fenêtre, il était descendu en s’accrochant au lierre, il avait glissé et s’était fait mal au pied. Ce n’était pas trop grave. Pas comme son grand frère, au football. Ce n’était pas trop grave ça.

Le petit David Olson descendit Hays Road en clopinant. La brume sur son visage. Le brouillard s’installait sur la colline. Il leva les yeux vers la lune. Elle était pleine. Pour la deuxième nuit d’affilée. Une lune bleue. Comme lui avait dit son grand frère. Comme la chanson sur laquelle maman et papa dansaient parfois. À l’époque où ils étaient heureux. Avant qu’ils aient peur, par sa faute.

Blue Moon.

You saw me standing alone.

Le petit David Olson entendit un bruit dans les fourrés. L’espace d’une seconde, il crut que c’était peut-être encore un de ses rêves. Mais non. Il savait bien que non. Il s’obligea à rester éveillé. Malgré les migraines. Il devait y aller ce soir.

Une voiture passa, noyant le brouillard dans la lumière des phares. Le petit David Olson se cacha derrière une boîte aux lettres, alors que du rock’n’roll se déversait de la vieille Ford Mustang. Deux des ados rigolèrent. Beaucoup de gamins étaient incorporés dans l’armée et les délits de conduite en état d’ivresse augmentaient. À en croire son père, du moins.

« David ? » murmura une voix. Tranchante. Un sifflement.

Quelqu’un avait prononcé son nom ? Ou l’avait-il juste entendu dans sa tête ?

« Qui est là ? » demanda-t-il.

Silence.

Ça devait être dans sa tête. Tout allait bien. Au moins, ce n’était pas la dame à la voix sifflante. Au moins, il ne rêvait pas.

Si ?

David regarda, au pied de la colline, le gros lampadaire allumé au coin de Monterey Drive. Les adolescents passèrent devant, emportant tous les bruits avec eux. David vit alors l’ombre d’une personne. Une silhouette se tenait au centre de la flaque de lumière. Elle attendait et sifflotait. Elle sifflotait et attendait. Une chanson qui ressemblait un peu à

Blue Moon.

Les cheveux de David se dressèrent sur sa tête.

N’approche pas de ce coin de rue.

Reste à l’écart de cette personne.

Le petit David Olson coupa à travers les jardins.

Il s’approcha d’une vieille clôture, à pas feutrés. Il ne faut pas qu’ils t’entendent. Ou qu’ils te voient. Tu as quitté la rue. C’est dangereux. Par une fenêtre, il vit une baby-sitter qui se bécotait avec son petit copain pendant que le bébé pleurait. Mais on aurait cru un chat. Il était toujours certain de ne pas rêver, mais c’était de plus en plus difficile à dire. Il se faufila sous la clôture et salit son pantalon de pyjama dans l’herbe humide. Il savait qu’il ne pourrait pas cacher les taches à sa mère. Elle lui poserait des questions. Auxquelles il serait incapable de répondre.

Pas à voix haute.

Il avança à travers le petit bois derrière la maison des Maruca. Passa devant le portique que M. Maruca avait installé avec ses fils. Après une dure journée de travail, il y avait toujours deux Oreo et un verre de lait qui les attendaient. Le petit David Olson les avait aidés une ou deux fois. Il adorait les Oreo. Surtout quand ils étaient un peu mous et vieux.

« David ? »

Le murmure était plus fort. Il se retourna. Personne. Il scruta le lampadaire au-delà des maisons. L’ombre humaine avait disparu. La silhouette pouvait être n’importe où. Elle pouvait se trouver juste derrière lui. Oh, par pitié, faites que ça ne soit pas la femme qui siffle. Par pitié, faites que je ne dorme pas.

Crac.

La brindille se brisa dans son dos. Oubliant sa douleur au pied, le petit David Olson se mit à courir. Il traversa la pelouse des Pruzan, jusque dans Carmell Drive, et tourna à gauche. Il entendait des chiens haleter. Se rapprocher. Mais il n’y avait pas de chiens. C’étaient uniquement des bruits. Comme les rêves. Comme le bébé chat qui pleurait. Ils couraient derrière lui. Alors, il accéléra. Ses petites bottines frappaient le trottoir mouillé. Smac smac, un baiser de grand-mère.

Lorsqu’il atteignit enfin le coin de Monterey Drive, il tourna à droite. Et courut au milieu de la rue. Un radeau sur une rivière. Reste dans la rue. Ils ne peuvent pas t’attraper si tu restes dans la rue. Il entendait les bruits des deux côtés. De petits sifflements. Des chiens qui haletaient. Donnaient des coups de langue. Des bébés chats. Et toujours ces murmures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
JulitlesmotsJulitlesmots   27 août 2020
- Mon mari est toujours vivant ?
- Oui madame. Il s'accroche.
- Tant mieux. J'espère qu'il va s'en tirer.

Le shérif a hoché la tête. La vieille femme a souri de nouveau.

- Parce que j'ai vraiment envie de le poignarder de nouveau.

Sur ce, Mme Henderson s'est replongée dans la lecture de la Bible.
Commenter  J’apprécie          153
collectifpolarcollectifpolar   14 septembre 2020
Le petit David Olson entendit un bruit dans les fourrés. L’espace d’une seconde, il crut que c’était peut-être encore un de ses rêves. Mais non. Il savait bien que non. Il s’obligea à rester éveillé. Malgré les migraines. Il devait y aller ce soir.
Une voiture passa, noyant le brouillard dans la lumière des phares. Le petit David Olson se cacha derrière une boîte aux lettres, alors que du rock’n’roll se déversait de la vieille Ford Mustang. Deux des ados rigolèrent. Beaucoup de gamins étaient incorporés dans l’armée et les délits de conduite en état d’ivresse augmentaient. À en croire son père, du moins.
« David ? » murmura une voix. Tranchante. Un sifflement.
Quelqu’un avait prononcé son nom ? Ou l’avait-il juste entendu dans sa tête ?
« Qui est là ? » demanda-t-il.
Silence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
JulitlesmotsJulitlesmots   24 juin 2020
« Il adore voyager à l’avant quand sa mère conduit. Il a le sentiment d’appartenir à un club. Un club spécial pour lui et cette dame très mince et super. Il la regarde, dans l’encadrement du soleil matinal. Sa peau colle au siège en vinyle. Ses épaules sont rougies autour des bretelles de son débardeur. Sa peau est pâle à la limite du short découpé dans un jean. Elle tient sa cigarette dans une main, ça fait très chic. Comme ces vedettes dans les vieux films qu’ils regardent ensemble lors de leurs Soirées Ciné du vendredi. Il aime le rouge à lèvres à l’extrémité de sa cigarette. Les professeurs, là-bas à Denver, disaient que c’était mauvais pour la santé de fumer. Quand il avait répété ça à sa mère, elle avait plaisanté en répondant que les professeurs étaient mauvais pour la santé, et elle avait continué à fumer. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
EsablonEsablon   29 août 2021
Le nuage est là.
Et il a toujours le même visage.
Parfois gros. Parfois petit. Un jour, il s'était même caché derrière les autres formes dans les nuages. Un marteau, un chien ou une tache d'encre comme celles que le monsieur lui a montrées après que son père est mort accidentellement dans la baignoire. Il est toujours là. Ni homme. Ni femme. Juste un joli visage fait de nuages.
Et Christopher jurerait que ce visage l'observe.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Stephen Chbosky (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stephen Chbosky
Aujourd'hui, je vous présente le dernier roman de Stephen Chbosky, un conte horrifique qui a marqué mon année littéraire 2021 et qui me tenait à cœur de partager avec vous.
autres livres classés : horreurVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura