AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791037104281
352 pages
Éditeur : Quai Voltaire (25/06/2020)

Note moyenne : 4.15/5 (sur 49 notes)
Résumé :
Tu n'auras jamais de mari avec tes genoux écorchés, tes cheveux en bataille et ta folie des livres», déclarait-elle. Elle ne soupçonnait pas que, la guerre venue, il y aurait pires obstacles que les livres et les écorchures pour empêcher Violet de trouver un mari. » 1932. Violet Speedwell est l'une de ces millions de femmes anglaises restées célibataires depuis que la Première Guerre mondiale a décimé toute une génération de fiancés potentiels. Méprisées dans les jo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
Kirzy
  29 juin 2020
Sic parvis magna. « Des petites choses naît la grandeur ».
Tout peut sembler terriblement ordinaire et banal lorsqu'on lit les premiers chapitres du dernier roman de Tracy Chevalier. Tout n'est en fait que subtilité et récit en dentelle ne dévoilant l'habileté de sa construction qu'à fleur de mots, dans l'écrin de quelques phrases, deci delà, qui ravissent le coeur du lecteur, le mien en tout cas.
J'avais tout pour être conquise rien qu'avec la référence à Jane Austen, morte et enterrée à Winchester, dans la cathédrale, à 41 ans et sans enfant. le clin d'oeil à Jane Austen n'est pas gratuit, c'est même une évidence tant cette brodeuse de Winchester aurait pu être une de ses héroïnes transportée en 1932.
Violet a 38 ans, c'est une des 2 millions de «  femmes excédentaires », terrible expression qui désigne cette génération de femmes sans possibilité de se marier après l'hécatombe de la Première guerre mondiale. Dans une société où seul le mariage offre un statut, Violet, dont le fiancé est mort dans les tranchées, doit trouver sa voix, entre mépris pour la vieille fille qu'elle deviendra sans doute et suspicion pour cette femme seule qui pourrait constituer une menacer pour un ménage.
Lorsqu'on fait sa connaissance, elle vient de faire le choix de quitter, douloureux mais nécessaire, une mère insupportable et castratrice pour emménager à Winchester et travailler comme secrétaire, tant pis pour l'indigence dans lequel elle vit, tant pis pour sa douleur, elle est libre. le roman est l'histoire de sa renaissance à travers son émancipation, de son réveil pour se détacher du passé et revenir à la vie. Sa quête du bonheur est jalonnée de rencontres, de promesses qu'elle aura à saisir pour devenir celle qu'elle veut sans se soucier du regard des autres.
Ordinaires, oui, banals, sans aucun doute, sont les petits événements de la vie de Violet, mais l'écriture ciselée et juste de Tracy Chevalier vibre d'empathie pour son personnage, pour ses personnages, tous admirablement campés, que ce soit dans les portraits physiques, moraux ou leur évolution psychologique. Jane Austen n'est vraiment pas loin, avec la pointe d'humour qu'il faut pour relever le tout. Tracy Chevalier excelle à écrire sur ces personnages lambda qui se retrouvent comme accidentellement au centre d'une histoire.
Et quel magnifique portrait de femme, après celui de Griet la jeune fille à la perle ou de la chasseuse de fossiles Mary Anning ( Prodigieuses créatures ) ou Honor ( La Dernière fugitive ). Quelle audace aussi de faire reposer l'émancipation de Violet sur des univers aussi singuliers que celui de la broderie d'agenouilloirs religieux ou des sonneurs de cloches !
Le tempo s'accélère dans les cinquante dernières lignes et tous les petits détails parsemés dans les chapitres précédents prennent sens dans un urgence vitale emplie d'émotions qui fait du bien. Je déteste cette expression « feel good » accolée à certaines romans, mais là, c'est vraiment cela, mais sans neuneterie ni niaiserie, et avec intelligence et élégance. J'ai refermé ce roman heureuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11919
LePamplemousse
  13 juillet 2020
Un roman qui parle de broderies religieuses n'avait que peu de chance de me plaire et pourtant, j'ai été complètement sous le charme de ce roman.
L'écriture est délicate et sensible comme celle d'Angela Huth et les thèmes abordés rappellent ceux des romans de Barbara Pym et de Sarah Waters.
L'auteur nous emmène durant quelques mois dans la ville de Winchester, en 1932, aux côtés de Violet, une femme de 38 ans, célibataire, ou plutôt « vieille fille » comme on disait à l'époque.
Sa vie est assez monotone : elle est secrétaire dans un cabinet d'assurance, s'occupe de sa mère âgée, se rend régulièrement à l'église, s'accorde une sortie au cinéma de temps en temps…
Mais sa rencontre avec les membres d'un club de brodeuses va lui permettre non seulement de se découvrir une passion, celle de broder des agenouilloirs et des coussins religieux, mais aussi de rencontrer de nouvelles personnes, de s'ouvrir aux autres, de prendre confiance en elle et de s'émanciper peu à peu. A trente-huit, il était temps !
J'ai lu ce roman avec gourmandise, tant l'héroïne est touchante et les thèmes abordés toujours d'actualité. Il y est question d'amour, de passion et de différence.
Les thèmes de la broderie et des sonneurs de cloche sont bien expliqués et se révèlent bien plus passionnants que je ne l'aurais cru. Une très belle lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          473
alexb27
  09 juillet 2020
De Tracy Chevalier, j'ai dévoré tous les romans avec une préférence pour La dernière fugitive, Prodigieuses créatures et bien sûr La jeune fille à la perle, premier roman de cette autrice que j'ai lu. La brodeuse de Winchester rejoint le panthéon de mes titres préférés de cette écrivaine prolifique. Comme à chaque fois, j'ai apprécié de découvrir des arts que je connaissais peu (ici la broderie et la campanologie ou l'art de sonner les cloches) et surtout d'accompagner des femmes dans leur émancipation et leurs choix de vie. Tracy Chevalier sait en effet parfaitement tricoter des personnages forts et attachants et rendre l'atmosphère d'une époque. Dans ce roman de l'entre deux guerres, la difficulté d'être une femme non mariée, sans tutelle masculine (Violet a fait le choix de vivre seule) est parfaitement explicitée, le contexte de nazisme montant également. Il y a une délicatesse, une minutie dans l'écriture et un vrai sens du romanesque chez cette auteure passionnante (et passionnée). J'ai passé un joli moment . Un roman à glisser dans sa valise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          463
ghislainemota
  30 juillet 2020
Le babil des brodeuses
Elle bavarde ou elle brode
quand elle brode, ses mains sont
prises et toute son attention se
porte sur la pièce: elle est muette
et grave.
Quand elle bavarde, elle joue
avec ses mains
parle beaucoup et à
propos de rien
C'est continuel, c'est enfantin ou c'est
Futil,
C'est le babil de la brodeuse-
-Silence-
( et pendant qu'elle brode on entend
de nouveau le même air de piano,
une bagatelle
Bethov, de préférence)
Texte de Laurent Mariot

Pas le meilleur roman de l'auteure mais Tracy Chevalier trace sa route: jeter un regard sur le passé de la condition féminine. Après "La jeune fille à la perle" ou "Prodigieuses créatures", elle continue de scruter la vie des femmes pour témoigner du long combat des féministes.
La guerre est fini et en 1932, Violet Speeweet a quitté le carcan familial que représente sa mère odieuse. Ayant perdu un frère et un fiancé à la guerre, l'esprit d'indépendance de Violet l'incite à s'installer à Winchester pour travailler comme dactylo dans une compagnie d'assurances. Mais la solitude la gagne et la découverte des coussins de la cathédrale de Winchester va ouvrir la voie de la créativité. Guidée par une femme intelligente Louisa Pesel, Violet deviendra une Pénélope du XIX siècle où le point de croix est à l'honneur.Mais l'objectif de cette femme est de broder un agenouilloir afin de laisser une emprunte sur terre.
Mêlant le pouvoir de la créativité et l'amour impossible avec un carillonneur, Tracy Chevalier se penche sur la femme célibataire et les homosexuelles de l'après-guerre.
Fauchée et affamée, Violet refuse de sacrifier sa vie pour s'occuper d'une mère vieillissante et quand ses deux amies brodeuses Gilda et Dorothy sont rejetées de la société, Violet tente de les aider en trouvant une âme charitable qui puisse les héberger.
Si la description de la cathédrale m'a enthousiasmé mais sans comparaison avec un Ken Follet et ses Piliers de la terre" l'histoire d'amour m'a semblé plate. Entre l'écart d'âges avec le carillonneur et le manque de sensualité, je n'ai pas été sensible à cet amour impossible. Tout comme l'art campanaire dont les descriptions m'ont paru longues et ennuyeuses.
C'est donc le traitement de l'indépendance de Violet qui m'a enthousiasmé. Car cette Pénélope est une rebelle. Lorsqu'il faut se révolter contre la montée du nazisme Violet brode des fylfots, symboles " de lumière, de vie et de bonne fortune", svastikas utilisées depuis des millénaires par maintes cultures et religions.
Non! Violet n'est pas une Artémis ringarde.
Ayez la curiosité de regarder les ouvrages de Françoise Tellier-Loumagne , de Rhian Swierat ou de la regrettée Michèle Grazier et vous vous apercevrez de l'évolution de l'art textile et de la broderie en particulier.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
montmartin
  23 juillet 2020
1932, Violet quitte la maison familiale pour échapper à une mère autoritaire et acariâtre qui passe son temps à amasser des griefs contre elle. Elle s'installe dans la ville voisine de Winchester et trouve un emploi de dactylo dans une compagnie d'assurance avec un misérable salaire qui couvre à peine le loyer qu'elle paie pour une petite chambre dans une pension où elle dîne principalement de biscuits et du thé. Violet, a 38 ans et ce n'est pas vraiment la vie qu'elle espérait. Mais Violet est une « femme excédentaire » c'est ainsi qu'on nomme les filles célibataires après que la guerre ait tué tant de jeunes hommes dont son frère Georges et son fiancé Laurence.
Par hasard, Violet découvre les brodeuses qui embellissent la cathédrale de Winchester, la broderie devient dès lors pour Violet une vraie passion, mais aussi l'occasion de belles rencontres.
Un roman résolument féministe qui nous raconte une époque, les années 30 en Angleterre, dans laquelle la valeur d'une femme est définie par son rôle comme épouse, mère ou veuve. L'histoire de la vie difficile de ces femmes lésées par la Première Guerre, ces « vieilles filles » qui, à l'époque, vivent chichement et sont un fardeau pour leur famille.
Une époque marquée par le poids de la religion où les femmes qui vivent ensemble sont considérées comme déviantes. Une histoire d'amour platonique jusqu'à une échappée dans la campagne anglaise. À la fin du roman, le lecteur n'ignorera rien des techniques de la broderie ni de celles des sonneurs de cloches qui sont une véritable confrérie.
Si certains passages peuvent paraître longs, ce roman au charme désuet porté par une écriture surannée au rythme tranquille est une agréable lecture.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310


critiques presse (2)
LaLibreBelgique   15 juillet 2020
Malgré quelques longueurs dans les épisodes mettant en scène les brodeuses et une facture des plus classiques, Tracy Chevalier signe ici l’attachant portrait - rehaussé d’un humour bienvenu - d’une femme qui n’en finit pas de relever ses manches.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
LeSoir   29 juin 2020
Entre les deux guerres mondiales, Tracy Chevalier donne à « La brodeuse de Winchester » un destin singulier où sa personnalité s’affirme.
Lire la critique sur le site : LeSoir
Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Pau_linePau_line   06 août 2020
La vie des gens cachait tellement de secrets: un mari envolé, un bébé inopiné qu'on faisait passer pour un frère ou une sœur, une passion mal placée, une épouse perdue. Peut-être un jour Violet connaîtrait-elle l'histoire de Mabel. Le défi consistait à apprendre à mener son existence en transportant de tels fardeau sans qu'ils vous rendent triste, amer ou critique
Commenter  J’apprécie          00
Pau_linePau_line   06 août 2020
Mais Violet savait qu'elle repérerait le sien dans la multitude d'agenouilloirs similaires, tout comme une mère repère son enfant dans une cour de récréation remplie d'élèves vêtus d'uniformes identiques, à une certaine façon de courir ou de tourner la tête, ou à des oreilles décollées propres à son rejeton
Commenter  J’apprécie          00
ghislainemotaghislainemota   03 août 2020
A mon retour, j'ai enseigné la broderie aux soldats convalescents. Savez-vous, Miss Speedwell, que la couture peut être extrêmement thérapeutique quand on a subi un traumatisme?
Les couleurs gaies et la répétition de points tout simples avaient un effet apaisant sur les hommes.
Le fait de créer de belles choses opérait des miracles sur leurs nerfs ébranlés. J'étais très heureuse des résultats.
Commenter  J’apprécie          120
Pau_linePau_line   06 août 2020
Devenir mère elle-même lui avait fait prendre conscience en profondeur du lien qui existait entre un parent et son enfant. La pensée de perdre Iris la faisait trembler d'une terreur viscérale
Commenter  J’apprécie          00
Pau_linePau_line   06 août 2020
Violet sourit à la vue du miracle qu'était sa fille. Pour cette enfant, elle serait capable d'affronter des épreuves bien plus graves que des pleurs
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Tracy Chevalier (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Tracy Chevalier
Abonnez-vous à la chaîne Babelio : http://bit.ly/2S2aZcm Toutes les vidéos sur http://bit.ly/2CVP0zs
Entretien avec Tracy Chevalier à l'occasion de la rencontre entre l'auteur et les lecteurs de Babelio.com le 8 février 2019. Découvrez les mots choisis par l'auteur pour évoquer son roman "Le Nouveau", paru aux éditions Phébus.
Un grand merci à Fabienne Gondrand pour l'interprétation. Retrouvez toutes les critiques de ?Le Nouveau? de Tracy Chevalier sur Babelio : https://www.babelio.com/livres/Chevalier-Le-nouveau/1095861 Suivez-nous pour trouver les meilleurs livres à lire : ?Babelio, le site : https://www.babelio.com/ ?Babelio sur Twitter : https://twitter.com/babelio ?Babelio sur Facebook : https://www.facebook.com/babelio/ ?Babelio sur Instagram : https://www.instagram.com/babelio_/
+ Lire la suite
autres livres classés : années 30Voir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Prodigieuses créatures

Que cherche les deux amies sur la plage ?

des cacahuêtes
du sable
des fossiles
du poisson

7 questions
169 lecteurs ont répondu
Thème : Prodigieuses créatures de Tracy ChevalierCréer un quiz sur ce livre

.. ..