AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 225300927X
Éditeur : Le Livre de Poche (01/01/1980)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 763 notes)
Résumé :
Un lieu, une date : l'assassin annonce ses crimes et lance un défi à Hercule Poirot. L'assassin est-il un maniaque des annuaires téléphoniques et des indicateurs de chemins de fer ? Celui qui signe A.B.C. tue par ordre alphabétique.

Source : Le Livre de Poche :
"Un lieu, une date : l'assassin annonce ses crimes et lance un défi à Hercule Poirot. Est-ce un maniaque des annuaires téléphoniques et des indicateurs de chemins de fer? Celui qui signe... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (62) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
17 août 2012
Il est vrai que je suis assez nostalgique de l'époque, où je regardais les téléfilms d'Hercule Poirot avec mon père et ma soeur (très bonne adaptation, soit dit entre temps) mais je n'avais jamais pris le temps de lire les oeuvres en elles-mêmes. Aussi, quelle ne fut pas ma surprise lorsque je retrouvais cet ouvrage que j'avais projeté de lire depuis un moment déjà et que je n'avais toujours pas lu.
Alors là, je tire mon chapeau à Agatha Christie car, même s'il est vrai que ce roman peut paraître un peu obsolète aujourd'hui en raison de la signature de l'assassin, celle du dépôt d'un exemplaire de l'indicateur A.B.C. auprès de ses victimes qui indiquait les horaires pour une ligne de chemin de fer, et pourtant il n'en n'est rien. le lecteur se laisse toujours captiver par l'enquête dans laquelle la police mais également Scotland Yard ont été impliquées, même si les lettres annonçant la date et le lieu du prochain meurtre ne s'adressent qu'au célèbre détective belge Hercule Poirot. Mais pourquoi lui justement ? Et quel est cette manie de respecter l'ordre alphabétique en assassinant une personne dont l'initiale du nom correspond à celle de la ville choisie ?
Serait-ce l'oeuvre d'un maniaque, d'un homme (ou femme d'ailleurs) dérangé ? Poirot, lui, n'en croit rien et c'est là que l'histoire devient extrêmement intéressante.
Il est vrai qu'à certains moments, ce dernier peut se montrer exécrable, voire inhumain, attendant presque avec impatience le prochain meurtre pour pouvoir cerner la logique de l'assassin mais son raisonnement n'en n'est pourtant pas moins exact, amener le tueur à commettre une erreur fatale, celle qui le démasquera !
Bref, un roman très accrocheur, passionnant et extrêmement bien écrit mais, est-il encore besoin de le préciser lorsqu'on parle d'Agatha Christie ? A lire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Darkcook
29 mai 2016
J'avais annoncé, après moult palabres sur James Ellroy et David Peace, un retour aux classiques... Ce que je fis un temps. Mais décidément, malgré les années, il faut toujours que la vie me rappelle l'évidence : quand ça ne va pas, qu'on traverse une période noire, UN seul remède, dans toute la littérature : Agatha Christie!! Et je suis infiniment conscient de radoter comme un vieillard édenté à ce sujet, mais cela ne cesse de se vérifier.
Je m'emparai d'un culte parmi les cultes, dont je connaissais l'épisode TV par coeur (si ce n'est quelques détails de la solution, mais j'étais bien au fait de l'astuce), pour vraiment me détendre, et savourer encore une fois les indices si habilement disséminés par Dame Agatha au coeur même d'une illusion totale. Pour les profanes, Agatha Christie s'essaie ici à l'exercice du tueur en série, et A.B.C. Contre Poirot possède un rythme et une ambiance tout particuliers, plutôt atypiques, de thriller effréné, de perpétuel mouvement, à des années-lumière du crime en huis-clos dans un cadre rural idyllique entouré par la bonne société. le meurtrier écrit des lettres à Poirot, annonce ses forfaits, tue de pauvres gens apparemment au hasard, choisis par ordre alphabétique et dans des villes sélectionnées sur le même critère. Un jeu on ne peut plus espiègle mais qui démarque vraiment ce Poirot devenu inoubliable pour les amateurs. J'ajoute que cette mobilité parmi les bourgades d'Angleterre et le caractère aléatoire des meurtres nous font d'un coup côtoyer une populace qu'on voit rarement chez Agatha Christie, quelques fois incarnée à la rigueur par un seul personnage, qui sera le coupable idéal! Ici, toute une ribambelle de locaux lambda, un regard vers la misère auquel on est pas habitué dans cet univers (sans qu'il s'y appesantisse, mais je pense particulièrement à Andover), et la traductrice nous livre du vocabulaire presque sorti de Céline! Les spectres fugaces de Céline, Hugo ou Dickens chez Agatha Christie, en plus de l'ombre de Dostoïevski qui plane sur les chapitres concernant Alexandre Bonaparte Cust, on a rarement vu ça!
Mais il y a bel et bien un truc, Agatha nous mène en bateau, fait un pied de nez au motif du tueur en série, balade son lecteur, et lorsqu'on connaît la solution, les clins d'oeil à la vérité nous apparaissent dans toute leur splendeur au fil du roman, dans un jeu jouissif. Peut-être a t-elle un peu recyclé (ne cliquez pas si vous ne voulez rien savoir) , il n'empêche qu'elle nous a offert un des antagonistes les plus vils et les plus abominables qu'il nous ait été donné à voir, avec un leitmotiv resté dans les esprits. L'énigme, et le twist, valent le détour, c'est un incontournable, et la démonstration de Poirot est comme toujours, magistrale. Agatha était un génie, à la fois par son regard amplement sagace sur l'humanité, mais pour cette clarté désarmante avec laquelle, derrière Poirot, elle défait les noeuds qu'elle a elle-même fabriqués. La présence d'Hastings, doit-on le rappeler, est à elle seule un gage de qualité.
Quelle va être ma prochaine lecture (et critique sur Babelio)? Tels Poirot et Hastings en train d'écumer la liste des villes et individus potentielles cibles d'ABC, j'interroge ma bibliothèque...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          202
sylvaine
14 décembre 2014
Plonger dans un roman d'Agatha Christie est pour moi un véritable plaisir; Certes c'est accepter des histoires qui se déroulent à une époque où les téléphones portables , les ordinateurs , les caméras de surveillance à chaque coin de rue relevaient de la science fiction mais une fois ce défi relevé quel talent!
Comment un individu ABC ose t'il provoquer notre héros H Poirot ? Mettre au défi Poirot de découvrir le meurtrier en série obsédé par l'ordre alphabétique et les guides ABC de chemins de fer ; Seul un fou peut se hasarder dans cette aventure .
Mrs Ascher est assassinée à Andover, Betty Barnard à Bexhill sur mer Sir Carmichael Clark à Churston qui sera le quatrième ?
Nous passons d'une ville à l'autre d'une atmosphère à l 'autre , d'un milieu social à un autre c'est l'occasion pour A Christie de brosser un tableau de la société britannique de l'époque ; Il est à noter d'ailleurs qu'elle s'attache à donner du relief à ses personnages secondaires
Vous l'aurez deviné une fois de plus je me suis laissée embarquée et je sais que très vite je retrouverais avec plaisir l'univers d'A Christie . Bonne lecture
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          241
MissSherlock
22 novembre 2013
Je poursuis ma relecture des romans d'Agatha Christie et j'avoue que mes enquêtes favorites sont celles où Hercule Poirot intervient. L'égocentrisme du détective allié à sa formidable perspicacité sont jubilatoires. Dans A.B.C contre Poirot, un autre personnage d'importance intervient : le capitaine Hastings à la naïveté légendaire.
Ainsi les deux amis se retrouvent plongés au coeur d'une enquête pas comme les autres. le criminel lance un défi à Poirot et se moque des autorités. Plusieurs crimes seront commis de la main de celui qui signe ses missives "A.B.C" jusqu'à ce que les petites cellules grises de Poirot se mettent en marche. Ce sera la fin d'A.B.C.
J'ai beaucoup aimé ce livre riche en fausses pistes et en rebondissements. En outre, l'utilisation des guides de chemins de fer A.B.C confère au roman un aspect agréablement suranné.
Une fois de plus, je n'ai pas découvert le coupable et c'est tant mieux : j'adore me laisser berner par la Reine du Crime !
Commenter  J’apprécie          210
LePamplemousse
01 septembre 2016
Encore une enquête d'Hercule Poirot mais c'est loin d'être ma préférée.
J'ai trouvé l'intrigue de départ originale, puisqu'un tueur annonce à Hercule Poirot ses futurs meurtres dans des lettres, mais très vite, j'ai trouvé que ça traînait en longueur. Les meurtres semblent commis par ordre alphabétique, doit-on envisager d'être les témoins de 26 meurtres ?
Je ne me suis pas attachée du tout aux personnages, car ici, pas de huis clos avec les mêmes personnages rassemblés du début à la fin, que ce soit dans une maison bourgeoise, un wagon de train, un bateau ou autre, mais des personnages qui vont et viennent au fil de l'histoire.
Hercule Poirot est fidèle à lui-même, un brin prétentieux et agaçant mais évidemment plus malin que tout le monde au final.
La résolution de l'enquête semble véritablement tirée par les cheveux et je reconnais que ce manque de crédibilité m'a un peu agacée.
Commenter  J’apprécie          190
Citations & extraits (60) Voir plus Ajouter une citation
Pixie-FlorePixie-Flore20 août 2013
- Sans doute une photographie de mariage, dit Poirot. Regardez, Hastings. Ne vous ai-je pas dit que cette femme avait dû être jolie ?
Il ne se trompait point. Malgré la coiffure surannée et les ridicules vêtements de l'époque, cette jeune personne possédait une beauté indéniable dans ses traits réguliers et son port gracieux. J'examinai de près son compagnon et j'avoue qu'il me fut impossible de reconnaître le père Ascher dans cet élégant jeune homme à l'allure altière.
Me souvenant du vieil ivrogne au regard sournois et de sa femme au visage ravagé par les veilles et les fatigues je frémis devant la cruauté impitoyable du temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Pixie-FlorePixie-Flore24 août 2013
Mademoiselle, la mort entoure les défunts d'une auréole. Je viens d'entendre ce que vous avez dit à mon ami Hastings: "Ma soeur était une excellente fille, très jolie, sans fréquentations masculines." Vous avez prononcé ces paroles sur un ton de moquerie pour la presse. Dès qu'une jeune personne meurt, voilà, en effet, les phrases que chacun répète. Elle était intelligente, d'humeur enjouée... elle n'avait aucun souci, pas de fréquentations équivoques. On se montre extrêmement charitable envers les morts. Savez-vous ce que je souhaiterais le plus en ce moment ? Parler à quelqu'un qui a connu Elisabeth Barnard et ignore sa mort ! Alors, peut-être apprendrais-je ce que je voudrais savoir... la vérité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
genougenou15 août 2015
Au cours du mois de juin 1935, je débarquai en Angleterre pour y passer six mois. Comme tous les autres, nous n’avions pas échappé à la crise mondiale et, confiant notre ranch de l’Amérique du Sud à ma femme, j’étais venu régler en Europe certaines affaires personnelles. Inutile de dire qu’une de mes premières visites fut pour mon vieil ami Hercule Poirot.
Il avait loué un appartement meublé dans une maison toute neuve, d’un style tout à fait moderne. Histoire de le taquiner, je lui reprochai d’avoir choisi cet immeuble en raison de ses lignes parfaitement géométriques.
— Je n’en disconviens pas, mon ami, avoua-t-il. Trouvez-vous donc cette symétrie déplaisante ?
Je lui répliquai que, pour mon goût, j’y voyais trop d’angles droits. Faisant allusion à une vieille plaisanterie, je lui demandai si, dans cette hôtellerie ultra-moderne, les poules pondaient des œufs carrés.
Poirot rit de bon cœur.
— Ah ! ah ! vous vous souvenez encore de cette boutade. Hélas ! non. La science n’est pas arrivée à décider les poules à se conformer au goût actuel. Les poules donnent toujours des oeufs de tailles et de couleurs différentes !
J’examinai mon ami et le trouvai florissant de santé. Il avait à peine vieilli depuis notre dernière séparation.
— Poirot ? vous paraissez rutiler de santé et même rajeunir. Si la chose était possible, je dirais même que vous avez moins de cheveux gris.
Le visage de Poirot s’épanouit en un sourire.
— Pourquoi ne serait-elle pas possible ? C’est la vérité pure.
— Vous prétendez que vos cheveux noircissent au lieu de grisonner ?
— Parfaitement.
— Mais cela est scientifiquement irréalisable ?
— Pas du tout.
— En tout cas, ce phénomène me paraît extraordinaire… et contre nature.
— Comme toujours, mon cher Hastings, vous conservez un esprit candide. Les années ne vous changent pas. Un fait vous étonne, vous en donnez aussitôt la solution, sans vous en apercevoir.
Intrigué, je le regardai bien en face.
Sans prononcer une parole, il se rendit dans sa chambre à coucher et reparut avec, à la main, une bouteille qu’il me tendit.
Je la pris étonné.
Je lus :
« Revivit. Restitue à la chevelure sa nuance naturelle. Revivit n’est pas une teinture. Se fait en cinq couleurs : cendre, marron, blond vénitien,...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Celine_72Celine_7223 mars 2012
- Le crime, commença mon ami, a été commis par un individu de taille moyenne, aux cheveux rouges et aux yeux louches, qui boîte légèrement du pied droit et qui a une verrue au-dessus de l'omoplate.
- Poirot ? m'écriai-je
J'étais prêt à le croire, mais un clignement d’œil de Poirot me fit comprendre qu'il se moquait de moi.
- Poirot ! répétai-je, cette fois sur un ton de reproche.
- Que voulez-vous, mon ami ? Vous me regardez avec des yeux de chien fidèle et vous me demandez de faire une déclaration à la Sherlock Holmes ! Parlons franchement : j'ignore la signature du meurtrier, où il habite et comment lui mettre la main au collet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
cicou45cicou4517 août 2012
"_Notre corps est un fardeau, monsieur Poirot, surtout quand il se met à occuper le devant de la scène. On n'a plus qu'une obsession : la douleur va-t-elle s'apaiser ou non ? Rien d'autre n'a d'importance.
_Je sais, lady Clarke. C'est là une des grandes tragédies de l'existence."
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Agatha Christie (28) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agatha Christie
M. C. Beaton vous parle des nouvelles aventures d'Agatha Raisin ."Agatha Raisin, c?est comme si la Miss Marple d?Agatha Christie avait rajeuni, adopté des m?urs de cougar et un humour caustique et mangé de la vache folle? C?est un régal." (Le Point)
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Agatha Christie

Quel surnom donne-t-on à Agatha Christie ?

La Dame du Crime
La Reine du Meurtre
La Dame de l'Intrigue
La Reine du Crime

10 questions
997 lecteurs ont répondu
Thème : Agatha ChristieCréer un quiz sur ce livre
. .