AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702449123
Éditeur : Le Masque (07/11/2018)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 962 notes)
Résumé :
Bien sûr, la retraite a ses charmes... Cependant, Hercule Poirot ne peut s'empêcher, de temps à autre, de reprendre du service. Oh ! pas pour n'importe quelle affaire, bien entendu. Un détective aussi célèbre que lui ne se dérangerait pas pour un meurtre ordinaire. Non, Hercule Poirot ne s'intéresse qu'aux crimes les plus déroutants, les plus passionnants, les plus...
Bref, à la crème des crimes. Et quelque chose lui dit que cette curieuse lettre signée A.B.C... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (95) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  10 mai 2018
Une nouvelle enquête d'Hercule Poirot face à un serial killer.😈

Hercule Poirot n'a pas de temps à perdre. Au courrier, une lettre émanant d'un certain A.B.C lui annonce un meurtre dans la ville d'Andover pour le 21 du mois. le jour annoncé, Mrs Ascher est assassinée dans son bureau de tabac avec un guide des chemins de fer près d'elle. Peu de temps après, nouvelle lettre où A.B.C se gausse de l'incapacité d'Hercule Poirot et lui annonce un nouveau crime à Bexhill. Malheureusement, notre détective arrive trop tard puisque la jeune Betty Barnard est retrouvée étranglée sur la plage avec toujours ce fameux guide des chemins de fer. Pas le temps de s'appesantir sur les faits, qu'un troisième crime est annoncé et perpétré à Churston sur la personne de Sir Carmichael Clark.
Hercule Poirot décide de mettre toutes les chances de son côté en proposant une enquête conjointe entre la police et les familles de ces trois victimes. Mais voilà qu'une quatrième lettre arrive par la poste, annonçant une prochaine victime à Doncaster...

A.B.C. contre Poirot est selon moi l'un des romans les plus atypiques d'Agatha Christie. D'une part, à la différence de ses précédents romans, Agatha Christie nous propose une série de meurtres sans liens les uns avec les autres... donc pas de possibilité de "cuisiner" les suspects habituels le long du livre afin d'en faire émerger un coupable ; d'autre part, le style des chapitres mélange narration du Capitaine Hastings et interlude d'Alexandre Bonaparte Cust. Bref, plus de huis-clos, d'interrogatoires en pagaille... mais de l'action et une course contre la montre.
Le scénario élaboré par Agatha Christie dans ce roman est assez tordu, ce qui rend cette enquête encore plus captivante. Voir Hercule Poirot dépasser par les événements et narguer par un serial killer à de quoi nous mettre en joie.

Pour conclure, Agatha Christie tente de renouveler les enquêtes d'Hercule Poirot en y apportant une nouvelle dimension. C'est plutôt réussi.😈
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1071
cicou45
  17 août 2012
Il est vrai que je suis assez nostalgique de l'époque, où je regardais les téléfilms d'Hercule Poirot avec mon père et ma soeur (très bonne adaptation, soit dit entre temps) mais je n'avais jamais pris le temps de lire les oeuvres en elles-mêmes. Aussi, quelle ne fut pas ma surprise lorsque je retrouvais cet ouvrage que j'avais projeté de lire depuis un moment déjà et que je n'avais toujours pas lu.
Alors là, je tire mon chapeau à Agatha Christie car, même s'il est vrai que ce roman peut paraître un peu obsolète aujourd'hui en raison de la signature de l'assassin, celle du dépôt d'un exemplaire de l'indicateur A.B.C. auprès de ses victimes qui indiquait les horaires pour une ligne de chemin de fer, et pourtant il n'en n'est rien. le lecteur se laisse toujours captiver par l'enquête dans laquelle la police mais également Scotland Yard ont été impliquées, même si les lettres annonçant la date et le lieu du prochain meurtre ne s'adressent qu'au célèbre détective belge Hercule Poirot. Mais pourquoi lui justement ? Et quel est cette manie de respecter l'ordre alphabétique en assassinant une personne dont l'initiale du nom correspond à celle de la ville choisie ?
Serait-ce l'oeuvre d'un maniaque, d'un homme (ou femme d'ailleurs) dérangé ? Poirot, lui, n'en croit rien et c'est là que l'histoire devient extrêmement intéressante.
Il est vrai qu'à certains moments, ce dernier peut se montrer exécrable, voire inhumain, attendant presque avec impatience le prochain meurtre pour pouvoir cerner la logique de l'assassin mais son raisonnement n'en n'est pourtant pas moins exact, amener le tueur à commettre une erreur fatale, celle qui le démasquera !
Bref, un roman très accrocheur, passionnant et extrêmement bien écrit mais, est-il encore besoin de le préciser lorsqu'on parle d'Agatha Christie ? A lire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Crazynath
  24 juillet 2018
Plus je continue ma découverte au rythme très tranquille de l'oeuvre de madame Agatha Christie, plus j'apprécie ses qualités de « reine du crime ».
Une fois de plus, j'ai été sous le charme de l'enquête menée par Hercule Poirot. Pas seulement sous le charme, mais d'ailleurs complètement bluffée par cette enquête que je qualifierais de résolument moderne.
Ici, mon cher Hercule Poirot (oui, mon cher Hercule, j'assume cette expression, n'en déplaise à dame Agatha, qui n'appréciait pas plus que cela ce petit détective un petit peu arrogant) se retrouve confronté à un tueur en série. Ce dernier le nargue et se fait fort de le tenir en échec ainsi que la police.
Les tueurs en série sont devenus plus qu'à la mode ces dernières années avec le succès que l'on connait des polars en littérature. Et je ne parle pas même pas des séries télévisées sur le même thème qui ont elles aussi le vent en poupe.
Bien avant cette mode, Hercule se retrouve confronté à un maitre du genre. Et pour trouver l'identité du coupable, il est loin de posséder les moyens et matériels modernes mis entre les mains de tous les experts et compagnie. Pensez donc, il ne dispose ni pas d'un téléphone portable ni d'un spectromètre de masse… Notre Hercule a cependant une arme redoutable (pas si secrète que cela d'ailleurs car il ne s'en cache pas) : ses fameuses petites cellules grises.
Elles vont être mises plus qu'à contribution pour lui permettre d'avancer dans son enquête et permettre l'arrestation du coupable avant qu'il ne poursuive ses méfaits. Ce cher Hercule (oui, je sais, j'insiste), va carrément dresser un portrait psychologique du tueur bien avant l'ère des profileurs et compagnie.
Alors, oui, il y a de quoi rester admirative devant le talent de cette auteur plus qu'avant-gardiste finalement, n'en déplaise aux amateurs de thrillers truffés de rebondissements spectaculaires. Tout est ici dans la subtilité et c'est bien cela qui fait la force et la pérennité de son oeuvre.

Challenge Agatha Christie
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          310
Darkcook
  29 mai 2016
J'avais annoncé, après moult palabres sur James Ellroy et David Peace, un retour aux classiques... Ce que je fis un temps. Mais décidément, malgré les années, il faut toujours que la vie me rappelle l'évidence : quand ça ne va pas, qu'on traverse une période noire, UN seul remède, dans toute la littérature : Agatha Christie!! Et je suis infiniment conscient de radoter comme un vieillard édenté à ce sujet, mais cela ne cesse de se vérifier.
Je m'emparai d'un culte parmi les cultes, dont je connaissais l'épisode TV par coeur (si ce n'est quelques détails de la solution, mais j'étais bien au fait de l'astuce), pour vraiment me détendre, et savourer encore une fois les indices si habilement disséminés par Dame Agatha au coeur même d'une illusion totale. Pour les profanes, Agatha Christie s'essaie ici à l'exercice du tueur en série, et A.B.C. Contre Poirot possède un rythme et une ambiance tout particuliers, plutôt atypiques, de thriller effréné, de perpétuel mouvement, à des années-lumière du crime en huis-clos dans un cadre rural idyllique entouré par la bonne société. le meurtrier écrit des lettres à Poirot, annonce ses forfaits, tue de pauvres gens apparemment au hasard, choisis par ordre alphabétique et dans des villes sélectionnées sur le même critère. Un jeu on ne peut plus espiègle mais qui démarque vraiment ce Poirot devenu inoubliable pour les amateurs. J'ajoute que cette mobilité parmi les bourgades d'Angleterre et le caractère aléatoire des meurtres nous font d'un coup côtoyer une populace qu'on voit rarement chez Agatha Christie, quelques fois incarnée à la rigueur par un seul personnage, qui sera le coupable idéal! Ici, toute une ribambelle de locaux lambda, un regard vers la misère auquel on est pas habitué dans cet univers (sans qu'il s'y appesantisse, mais je pense particulièrement à Andover), et la traductrice nous livre du vocabulaire presque sorti de Céline! Les spectres fugaces de Céline, Hugo ou Dickens chez Agatha Christie, en plus de l'ombre de Dostoïevski qui plane sur les chapitres concernant Alexandre Bonaparte Cust, on a rarement vu ça!
Mais il y a bel et bien un truc, Agatha nous mène en bateau, fait un pied de nez au motif du tueur en série, balade son lecteur, et lorsqu'on connaît la solution, les clins d'oeil à la vérité nous apparaissent dans toute leur splendeur au fil du roman, dans un jeu jouissif. Peut-être a t-elle un peu recyclé (ne cliquez pas si vous ne voulez rien savoir) , il n'empêche qu'elle nous a offert un des antagonistes les plus vils et les plus abominables qu'il nous ait été donné à voir, avec un leitmotiv resté dans les esprits. L'énigme, et le twist, valent le détour, c'est un incontournable, et la démonstration de Poirot est comme toujours, magistrale. Agatha était un génie, à la fois par son regard amplement sagace sur l'humanité, mais pour cette clarté désarmante avec laquelle, derrière Poirot, elle défait les noeuds qu'elle a elle-même fabriqués. La présence d'Hastings, doit-on le rappeler, est à elle seule un gage de qualité.
Quelle va être ma prochaine lecture (et critique sur Babelio)? Tels Poirot et Hastings en train d'écumer la liste des villes et individus potentielles cibles d'ABC, j'interroge ma bibliothèque...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          232
sylvaine
  14 décembre 2014
Plonger dans un roman d'Agatha Christie est pour moi un véritable plaisir; Certes c'est accepter des histoires qui se déroulent à une époque où les téléphones portables , les ordinateurs , les caméras de surveillance à chaque coin de rue relevaient de la science fiction mais une fois ce défi relevé quel talent!
Comment un individu ABC ose t'il provoquer notre héros H Poirot ? Mettre au défi Poirot de découvrir le meurtrier en série obsédé par l'ordre alphabétique et les guides ABC de chemins de fer ; Seul un fou peut se hasarder dans cette aventure .
Mrs Ascher est assassinée à Andover, Betty Barnard à Bexhill sur mer Sir Carmichael Clark à Churston qui sera le quatrième ?
Nous passons d'une ville à l'autre d'une atmosphère à l 'autre , d'un milieu social à un autre c'est l'occasion pour A Christie de brosser un tableau de la société britannique de l'époque ; Il est à noter d'ailleurs qu'elle s'attache à donner du relief à ses personnages secondaires
Vous l'aurez deviné une fois de plus je me suis laissée embarquée et je sais que très vite je retrouverais avec plaisir l'univers d'A Christie . Bonne lecture
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          261
Citations et extraits (81) Voir plus Ajouter une citation
BislysBislys   10 septembre 2019
Prétendre que l'homme était mentalement dérangé n'est pas une réponse. Affirmer qu'un homme commet des actes déments parce que c'est un dément est aussi stupide que vite dit. Il y a autant de logique et de raison dans les actes d'un fou que dans ceux d'un homme sain d'esprit, à condition toutefois de se placer de son point de vue. Si, par exemple, un homme veut à toutes forces aller s'asseoir en tailleur dans la rue, vêtu d'un simple pagne, son comportement nous paraît aberrant. Mais si l'on sait que cet homme se prend pour le Mahatma Gandhi, alors sa conduite devient parfaitement raisonnable et logique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Souri7Souri7   08 mai 2018
— [...] Vous savez, Hastings, que je vous considère un peu comme une mascotte.
— Vraiment ? En quel sens ?
Sans répondre directement à ma question, il poursuivit :
— Dès que j’ai appris votre arrivée, je me suis dit : Il va sûrement se passer quelque chose. Comme autrefois, nous allons faire ensemble la chasse au malfaiteur. Mais nous ne nous contenterons point d’un crime ordinaire. Il nous faut quelque chose de rare… de recherché… de fin…
— Ma parole, Poirot, ne dirait-on pas que vous êtes en train de commander votre menu au Ritz ?
— Avec cette différence qu’on ne saurait préparer un crime sur commande.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          772
Souri7Souri7   10 mai 2018
— Si vous avez quelques questions à me poser sur l’affaire de Bexhill, je vous en prie, n’hésitez pas.
— Vous n’avez sans doute pas un signalement de la jeune fille ?
— Elle était âgée de vingt-trois ans et travaillait comme serveuse au café de la Chatte Rousse…
— Non, pas ça… Je vous demande si elle était jolie, fit Poirot.
— J’ignore ce détail, répondit l’inspecteur d’une voix détachée.
Son ton signifiait : « Vraiment, ces étrangers ! Tous les mêmes ! »
Une lueur de gaieté passa dans les yeux de Poirot.
— Selon vous, cela n’a pas d’importance. J’estime, au contraire, que, pour une femme, c’est capital : sa beauté décide souvent de sa destinée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          630
Nastasia-BNastasia-B   21 juillet 2018
Sachez, Hastings, qu'il n'est rien de plus dangereux que la conversation pour celui qui veut dissimuler quelque chose. Un vieux philosophe français m'a dit un jour que la conversation est une invention humaine destinée à empêcher l'homme de penser. C'est aussi un moyen infaillible de découvrir ce qu'il cherche à cacher. L'être humain, Hastings, ne sait résister au plaisir de parler de lui, d'exprimer sa personnalité et la conversation lui en offre une occasion unique.

Chapitre 31 : Hercule Poirot interroge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Pixie-FlorePixie-Flore   20 août 2013
- Sans doute une photographie de mariage, dit Poirot. Regardez, Hastings. Ne vous ai-je pas dit que cette femme avait dû être jolie ?
Il ne se trompait point. Malgré la coiffure surannée et les ridicules vêtements de l'époque, cette jeune personne possédait une beauté indéniable dans ses traits réguliers et son port gracieux. J'examinai de près son compagnon et j'avoue qu'il me fut impossible de reconnaître le père Ascher dans cet élégant jeune homme à l'allure altière.
Me souvenant du vieil ivrogne au regard sournois et de sa femme au visage ravagé par les veilles et les fatigues je frémis devant la cruauté impitoyable du temps.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Agatha Christie (48) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agatha Christie
Emmanuel Couly reçoit Anne Martinetti pour son livre, "Mortels Cocktails" aux Editions du Masque, au Duke's bar de l'Hôtel Westminster, 13 rue de la Paix, 75002, Paris. « le vrai crime, c?est de ne pas savoir préparer un martini. » Francisco G. Haghenbeck, L?affaire tequila de Philip Kerr à Patricia Cornwell en passant par Ian Rankin, Stephen King, Fred Vargas ou l?éternelle Agatha Christie, les maîtres du genre vous servent leurs meilleurs cocktails et vous invitent à replonger dans leur univers? le temps d?un verre. 50 recettes de cocktails pétillants et dangereusement exquis à savourer comme un bon polar !
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Agatha Christie

Quel surnom donne-t-on à Agatha Christie ?

La Dame du Crime
La Reine du Meurtre
La Dame de l'Intrigue
La Reine du Crime

10 questions
1202 lecteurs ont répondu
Thème : Agatha ChristieCréer un quiz sur ce livre
.. ..