AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782253048374
188 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (31/05/2000)

Note moyenne : 3.49/5 (sur 217 notes)
Résumé :
Six nouvelles... et autant de coups de génie. Qu'il s'agisse de comprendre comment ce banquier londonien s'est volatilisé, de savoir qui, du petit jeune homme équivoque ou de la pétulante comtesse russe, a pu voler les bijoux dans le coffre du collectionneur, d'empêcher un grand malade de se suicider pour faire accuser son rival d'un crime... point n'est besoin d'analyses chimiques ni d'expertises balistiques.
Hercule Poirot est là, avec ses petites cellules ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  03 septembre 2019
Recueil très court d'Agatha Christie répertoriant quelques nouvelles variées.

💎La disparition de M. Davenheim💎 : L'inspecteur Japp relate à Hercule Poirot et au Capitaine Hastings la dernière de ses enquêtes qui lui pose bien du souci. Par jeu, Hercule Poirot assure qu'en une semaine il pourra résoudre cette enquête concernant la disparition de M. Davenheim, banquier et des bijoux de madame...
💫Un indice de trop💫 : Marcus Hardman sollicite l'aide et la discrétion d'Hercule Poirot. Lors d'une soirée avec des amis, les bijoux contenus dans le coffre se sont volatilisés. le coupable ne peut être qu'un de ses proches...
🐝Le guêpier🐝 : John Harrisson installé à la campagne voit surgir Hercule Poirot. Celui-ci lui annonce qu'il est là pour empêcher un meurtre... son meurtre...
🧸La poupée de la couturière🧸 : Sybil Fox et Mrs Fellow-Brown dirigent une maison de couture très cotée. Apparait un jour sans prévenir une poupée étrange qui au fil du temps va prendre de plus en plus de place... et effrayer les deux femmes.
🌡Le signal rouge🌡 : Un dîner entre amis. Une discussion qui dérive sur le danger et la perception de ce danger. Pour Dermot West, cette conversation le met mal à l'aise, car depuis le commencement de ce dîner, son esprit ne cesse de lui dire de prendre garde...
⚠️S.O.S⚠️ : Une crevaison en pleine nuit et sous la neige. Une lueur au loin conduisant à une étrange maison où vive les membres de la famille Dinsmead sur le point de prendre le thé. Pour Mortimer Cleveland, cette situation vire rapidement à l'étrange surtout lorsqu'il trouve écrit S.O.S sur une table...

Dans ce recueil, les nouvelles regroupées sont assez variées. Les 3 premières (La disparition de M. Davenheim, Un indice de trop et le guêpier) font interagir le personnage mythique d'Agatha Christie : Hercule Poirot. Les intrigues restent dans le domaine du mystère policier que maîtrise l'auteur. Par contre, les 3 suivantes (La poupée de la couturière, le signal rouge et S.O.S) prennent une atmosphère plus fantastique, plus étrange dans le sens ésotérique.

Au final, ce recueil de nouvelles ravira surement de nombreux lecteurs, tant les intrigues sont variées et passionnantes. 😉
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1130
Biblioroz
  02 mai 2020
Un recueil de six nouvelles plutôt brèves. Seules les trois premières répondent au Allô du titre avec notre héros à moustache qui fait activer sa matière grise.
La première est à mon goût la meilleure. Japp tente audacieusement un pari avec le grand détective qui, rivé sur sa chaise, affirme pouvoir retrouver en une semaine un homme disparu. Les faits rapportés par Scotland Yard se combinent aux petites cellules grises et le tour est joué ! L'intrigue est excellente et l'humour illumine chaque avancée car elle est racontée par un Hastings toujours aussi candide.
Vient ensuite un vol plutôt simpliste puis une mise à mort d'un guêpier avec du cyanure de potassium, une nouvelle triste mais ingénieuse, où l'on découvre que notre fameux Poirot connaît des tours de passe-passe de pickpocket. Bravo !
S'ensuivent trois autres intrigues, plutôt bien menées, dont une à l'atmosphère lourde, ressentie dans un cottage hanté, loin de toute agglomération, et un sentiment étrange qui plane sur une famille. Ces nouvelles s'apprécient pour leur côté surnaturel qui envahit peu à peu chaque page.
Beaucoup de dialogues, peu de ces descriptions de l'Angleterre Victorienne qui me passionnent d'habitude au fil des lectures de la reine du crime. Quelques intrigues parcourues rapidement, avec bonheur tout de même, mais qui laissent un goût de trop peu et invitent plutôt à se plonger ou se replonger dans un des nombreux romans d'Agatha Christie beaucoup plus riches d'humour, de finesse et d'atmosphère Victorienne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
saphoo
  17 septembre 2020
Une lecture pour répondre à un challenge, ce qui me permet de voir un peu autre chose. Car en effet, ce genre de littérature ne vient pas à moi seule, ce n'est pas mon élément, malgré tout, j'apprécie ces courts récits et ne peux nier le talent d'Agatha Christie. si j'ai bien aimé les récits avec notre légendaire Hercule Poirot, j'ai également bien aimé les trois dernières, qui détonnent un peu avec ce côté mystérieux, surnaturel. Celle de la poupée est flippante.
c'est une lecture toujours pleine de surprises, le scénario est tellement bien mené, qu'il se déroule comme un tapis, nous offrant une fin toujours à l'opposé de ce que nous aurions pu supposer.
Et c'es en cela que j'apprécie lire parfois ce genre de littérature pour le côté surprise et mystérieux.
Commenter  J’apprécie          200
MissSherlock
  05 mars 2017
N'ayant pas consulté Babelio avant de débuter ma lecture, j'ai naïvement cru que toutes les nouvelles de ce recueil mettaient en scène ce brave Hercule Poirot. Aussi, qu'elle ne fut pas ma (mauvaise) surprise de le voir absent des trois derniers récits. Non pas que ces nouvelles soient mauvaises mais il y a tromperie sur la marchandise.
Je me suis sentie flouée. Décidément, les éditions du Masque se fichent du monde.
Ceci étant dit, les six nouvelles de ce recueil sont sympathiques bien qu'inégales. Et puis le format nouvelle n'est pas, à mon avis, celui qui convient le mieux à Agatha Christie. Je la trouve plus à l'aise et brillante dans les romans.
La Disparition de Mr Davenheim met en scène un Hercule Poirot au mieux de sa forme puisqu'il va résoudre une enquête sans bouger de son fauteuil et sans interroger un seul témoin. du grand art ! L'intrigue est chouette, le dénouement introuvable et joyeusement tiré par les cheveux.
Un indice de trop est une nouvelle intéressante mais j'ai vite trouvé le coupable. Il n'empêche que le duo Poirot - Hastings fonctionne toujours aussi bien et que leurs chamailleries sont hilarantes.
Le Guêpier est de loin ma nouvelle préférée. Je me suis fait rouler dans la farine ! le coupable a un esprit diabolique qui fait froid dans le dos.
La Poupée de la Couturière flirte avec le fantastique. C'est une nouvelle que j'ai apprécié, le suspense monte crescendo mais il est totalement gâché par une fin inepte et bâclée
Le signal rouge ne m'a pas spécialement enthousiasmée. L'intrigue met un temps fou à s'installer alors que le dénouement est rapidement expédié.
S.O.S est une nouvelle tordue qui ne m'a pas vraiment plu. J'ai vite compris ce qui se passait sans trouver le mobile. Et une fois que je l'ai connu, je l'ai trouvé un peu facile.
Ce recueil n'est pas ce que j'ai lu de mieux venant de Miss Agatha mais j'ai tout de même passé un moment agréable ce qui n'est déjà pas si mal.
CHALLENGE AGATHA CHRISTIE
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
leinavaleski
  24 octobre 2014
Bon à savoir avant de commencer ce recueil : seules trois nouvelles font intervenir le détective belge, les autres sont plutôt axées sur le surnaturel. Je vais parler de chaque nouvelle séparément car comme souvent, je préfère ça à un avis général.

La disparition : Vu récemment à la télévision, cette nouvelle ne m'a pas beaucoup surprise. Et ce, même si le téléfilm et le récit écrit divergent. En effet, ici, les interrogations de Poirot sont tout de suite satisfaites alors que dans le téléfilm, c'est Hastings qui se prête à quelques expériences. Pour résoudre cette affaire, Poirot ne sort pas de son bureau, ce qui est original. C'est très court, intéressant mais peut être que sur cette énigme, le détective fait montre de trop de talent pour qu'on y croie vraiment.
Le guêpier : Ici, Poirot montre que s'il sait résoudre les meurtres, il s'emploie parfois à l'empêcher. Même quand il ne met pas en scène les résultats de son enquête et les révélations associées, moments que j'adore, il se montre toujours très intéressant. J'ai adoré.
Un indice de trop : Dans cette nouvelle, on pourrait presque trouver la solution soi même puisque Poirot nous met sur la piste. Mais moi, je suis plutôt comme Hastings, je passe à côté de la solution et j'attends que le détective fasse son travail. Encore une nouvelle intéressante, même si je préfère les enquêtes longues.

La poupée : Cette nouvelle est la première du recueil où Poirot n'apparaît pas. Et comme je l'attendais, j'ai été un peu frustrée. Hormis ça, l'énigme autour de la poupée est intéressante, limite angoissante. Mais la fin un peu niaise, même si jolie, ne m'a pas franchement plu (mais c'est un ressenti personnel).
Le signal rouge : Au départ, le récit est assez calme mais il monte en intensité par la suite, jusqu'au point culminant qu'est le meurtre d'un des personnages présentés au début. Suit une accusation puis une explication qui revient sur tout ce qui a été dit. Ca aurait pu largement faire un roman je pense, il y avait assez de matière pour ça. J'ai beaucoup aimé cette nouvelle même si je trouve la partie « enquête » trop rapide par rapport au reste. Ça se finit un peu trop facilement. Mais il faut reconnaître que parfois, la partie pendant laquelle on attend le meurtre est aussi intéressante que celle où on le résout. Ce n'est pas tout à fait le cas ici mais ça n'en est pas loin.
SOS : Je garde de cette nouvelle un souvenir assez confus. Comme pour les deux précédentes, il est question de spiritisme (après la hantise et la folie, place aux mauvais esprits). J'ai bien aimé les questions soulevées par le personnage qui fait office d'enquêteur. Il a vu des problèmes là où on ne les devinerait même pas, même si la mauvaise ambiance est palpable. C'était assez intéressant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (31) Voir plus Ajouter une citation
Souri7Souri7   03 septembre 2019
— J’aurais cru, remarquai-je, qu’il était impossible de disparaître à l’heure actuelle.
Poirot avança une assiette de minuscules tartines beurrées et dit vivement :
— Soyez précis, mon ami. Qu’entendez-vous par disparaître ? À quelle sorte de disparition faites-vous allusion ?
— Les disparitions sont-elles donc classées et étiquetées ? demandai-je en riant.
— Mais naturellement, elles le sont. Elles se ramènent à trois catégories : la première et la plus connue, est la disparition volontaire ; la deuxième, la perte de mémoire et de personnalité, cas rare mais qui se rencontre de temps en temps. La troisième, meurtre avec escamotage plus ou moins heureux du cadavre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          450
genougenou   15 août 2015
Assis auprès de la table à thé, Poirot et moi, nous attendions notre vieil ami l’inspecteur Japp qui devait partager notre goûter. Un coup sec précéda de quelques instants l’entrée brusque de Japp.
— J’espère que je ne suis pas en retard, dit-il en nous saluant ; pour ne rien vous cacher, j’étais en train de bavarder avec Miller, l’inspecteur qui s’occupe de l’affaire Davenheim. Je dressai l’oreille. Depuis trois jours, les journaux étaient pleins de l’étrange disparition de Mr Davenheim, principal associé de la firme Davenheim & Salmon, les financiers et banquiers bien connus. On l’avait vu sortir de chez lui le samedi précédent et il n’avait pas reparu. Je brûlais d’arracher à Japp quelque détail intéressant.
— J’aurais cru, remarquai-je, qu’il était impossible de disparaître à l’heure actuelle.
Poirot avança une assiette de minuscules tartines beurrées et dit vivement :
— Soyez précis, mon ami. Qu’entendez-vous par disparaître ? À quelle sorte de disparition faites-vous allusion ?
— Les disparitions sont-elles donc classées et étiquetées ? demandai-je en riant.
— Mais naturellement, elles le sont. Elles se ramènent à trois catégories : la première et la plus connue, est la disparition volontaire ; la deuxième, la perte de mémoire et de personnalité, cas rare mais qui se rencontre de temps en temps. La troisième, meurtre avec escamotage plus ou moins heureux du cadavre. Considérez-vous ces trois cas comme impossibles ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
MissSherlockMissSherlock   05 mars 2017
- La police, peut-être ; mais pas vous ? dit Japp avec bonne humeur et le regard brillant de malice. On ne trompe pas Hercule Poirot.
Le détective essaya sans beaucoup de succès de paraître modeste.
- Mais si, moi aussi. Pourquoi pas ? Il est vrai que j’aborde ce genre de problèmes avec une science exacte, une précision mathématique qui semblent, hélas ! trop rares parmi les détectives de la nouvelle génération.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Dionysos89Dionysos89   15 juin 2012
Je ne crois pas aux prémonitions, dit Claire d'un ton sec, ni à l'intuition, ni au sixième sens, ni à toutes les choses dont nous discutons sans réfléchir. Nous ressemblons à des trains qui foncent dans la nuit vers des destinations inconnues.
Commenter  J’apprécie          100
Dionysos89Dionysos89   15 novembre 2012
Voilà le hic. Comme le dit Hastings, les corps ont l’habitude de réapparaître avec une persistance fatale.

Commenter  J’apprécie          210

Videos de Agatha Christie (49) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Agatha Christie
Dans ce nouvel épisode, nous continuons notre visite des coulisses du genre en compagnie de Fabienne Gondrand, traductrice littéraire, qui nous raconte ses débuts dans le métier et sa passion pour les éditions du Masque, héritage d'un grand-père italien fan des polars d'Agatha Christie et de Simenon. Au fil de la conversation, on évoque sa traduction "jubilatoire" de Meurtres à Kingfisher Hill de Sophie Hannah, l'héritière de la Reine du crime, ainsi que les romans noirs électriques de Joseph Knox, où la ville de Manchester se dresse comme un personnage. Pour finir, Fabienne nous parle en avant-première de la nouvelle aventure de l'inspecteur John Rebus, par l'immense Ian Rankin, auteur phare de la maison. Bonne écoute !
CRÉDITS : Conversation dans le noir est un podcast des éditions du Masque. Réalisation : Paul Sanfourche Générique : Longing - Joachim Karud
+ Lire la suite
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Agatha Christie

Quel surnom donne-t-on à Agatha Christie ?

La Dame du Crime
La Reine du Meurtre
La Dame de l'Intrigue
La Reine du Crime

10 questions
1266 lecteurs ont répondu
Thème : Agatha ChristieCréer un quiz sur ce livre

.. ..