AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246696518
Éditeur : Grasset (10/03/2010)

Note moyenne : 2.88/5 (sur 24 notes)
Résumé :
Qui est ce garçon asiatique surnommé Bouk et qui, le dimanche à la maison Boissier, apparaît comme par enchantement dans cette paisible famille française ? Un prince déchu, un parent caché ou, tout simplement, un orphelin arraché au Cambodge en guerre ? Une amitié se noue alors entre lui et le narrateur, dans un sentiment tissé de fascination, de trouble et de crainte.
Avec ce roman ému, écrit à vif, Jean-Luc Coatalem, écrivain et journaliste à Géo, dont on ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
carre
  05 mars 2013
Lucas le narrateur décide de partir à la recherche d'un jeune cambodgien ? habitué des réunions familiales de leur enfance. Bouk (surnom du jeune garçon) a disparu du jour au lendemain, sans explications des adultes. Devenu adulte lui-même, Lucas, entre deux histoires d'amour, se lance dans une improbable quête, retrouver ce frère de coeur.
Jean-Luc Coatalem que je découvre avec ce livre, à une petite musique intérieure qui m'a séduit. Un roman tout en douceur, empreint de mélancolie, Coatalem installe son histoire, avec un style plein de poésie et de délicatesse. Certains lui reprocheront un manque de rythme, mais ces voyages dans la mémoire et dans la mystérieuse Angkor ne manquent pas de charme. Jolie découverte, qui me donne envie de retrouver cet auteur prochainement.
Commenter  J’apprécie          290
sylvaine
  18 avril 2017
Une citation de Victor Segalen " On fit comme toujours un voyage au loin de ce qui n'était qu'un voyage au fond de soi"
ouvre ce très beau roman de Jean-Luc Coatalem.
Lucas , la trentaine bien passée, est journaliste, devrais-je plutôt dire globe-trotter! Il a parcouru le monde à la recherche de sujets d'actualité pour différents magazines. Sa rencontre avec la belle Linh, une eurasienne , va faire remonter à la surface des souvenirs de l'enfance , surtout le visage de Louis Noël , l' orphelin qui venait régulièrement dans la maison de son grand-père à Viroflay . Cet enfant un peu plus âgé que lui était son frère de jeu , son ami et puis un jour il a disparu sans laisser de traces. Quel avenir a été celui de cet orphelin cambodgien arrivé en France suite à la débâcle d'Indochine ? Bien longtemps que cette question ne s'était pas posée ! Mais Lucas décide de chercher Louis . La tradition familiale a toujours dit qu'il était reparti au Cambodge, ceux qui en savaient sans doute plus ne sont plus là pour le confirmer . Organisant un reportage sur le site d'Angkor, Lucas part à sa recherche ....
Un très beau roman sur la quête de l'ami disparu, sur la quête de son enfance, sur en définitive la quête de soi avec en toile de fond un très beau pays qui se relève peu à peu après des années de souffrance .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
moustafette
  04 janvier 2012
S'il y a un lieu qui a marqué mon enfance, et où pourtant je ne suis jamais allée, c'est bien l'antique et célèbre cité d'Angkor.
J'ai grandi au milieu de souvenirs de cette immense cité de pierres séculaires et de jungle mêlées et Phnom Penh était un mot mystérieux, un sésame qui ouvrait sur un monde lointain et magique dont je pouvais toucher un petit bout de réalité. Comme d'autres aux petits soldats, moi je jouais avec les bouddhas et les dizaines de statuettes de bronze d'un orchestre khmer et, enveloppée de tissus chamarés et de quelques colifichés, je m'échinais à prendre les poses et m'imaginais la plus belle des Apsara dansant sur la table de la salle à manger. Si un bandit ou un démon tentaient de m'attaquer pour me dérober le trésor dont j'étais la gardienne, la fascinante boule de Canton, mon fidèle compagnon, gros chat noir des plus inoffensifs, se transformait en panthère protégeant ma fuite à dos d'éléphant, dont les défenses étaient presque plus lourdes que moi, tout en brandissant au dessus de ma tête le sabre d'apparat de mon père.
Pour avoir la paix, il suffisait de me brancher le projecteur et dans le noir j'assistais inlassablement aux festivités colorées du couronnement de Norodom Sihanouk, je sautais de pierre en pierre dans la cité d'Angkor Vat. Quand j'ouvrais à nouveau les volets, le monde du XVIIIe arrondissement me paraissait bien gris mais j'avais puisé là de quoi m'évader et alimenter mes jeux futurs.
J'ai retrouvé cette atmosphère d'enfance dans le roman de Jean-Luc Coatalem où Lucas, le narrateur approchant la cinquantaine, se souvient de Bouk, un orphelin cambodgien d'une dizaine d'années parrainé par son grand-père et qui, à ce titre, était présent lors des dimanches et des fêtes de famille. Entre poulet rôti et tarte aux pommes, les deux gamins s'embarquaient pour des épopées au fond de la jungle du jardin d'une maison bourgeoise de Viroflay dans les années 50.
Lucas, reporter de son état, se lance à la recherche de Bouk dont la légende familiale avait le bon ton de dire qu'il était reparti à Angkor, formule polie pour masquer la disparition du jeune garçon devenu un adolescent ingérable. Lucas part pour le Cambodge traîner son malaise parmi les ruines d'Angkor à l'affût d'il ne sait trop quoi.
Un court roman émouvant et empli de nostalgie, ambiance bourgeoise d'une famille marquée par le temps de l'Indochine, réminiscences savoureuses de l'enfance, promenade littéraire aussi puisqu'on y croise Tintin et Hergé ainsi que Rudyard Kipling et Kim, et atmosphère étrange et oppressante des ruines d'Angkor. Petite frustration, on n'apprend peu de choses à propos de Bouk, ni sur le mystère de son arrivée en France, ni sur sa disparition soudaine. Mais finalement rien d'étonnant, c'est bien connu que ce que l'on va souvent chercher au bout du monde n'est autre que soi-même.

Lien : http://moustafette.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
ChtiBaboun
  31 mai 2018
La médiathèque où je suis affilié à procéder à un "désherbage" à savoir l'envoi de certains livres au pilon ou plus agréablement chez des lecteurs qui seraient interéssés à récupérer un certain nombre de livres.
Et dans ces caisses de livres m'attendait entr'autre le dernier roi d'Angkor de Jean Luc Coatalem.
Et bien je suis heureux de cette pioche
Le dernier roi d'Angkor est un roman émotionnel , tenu , et écrit délicatement.
Le narrateur se rappelle de son enfance et d'un jeune garçon un peu plus âgé que lui, prénommait Bouk , et qui venait passer du temps dans sa famille les fins de semaines et les vacances.
Et reviennent les souvenirs d'enfances et d'enfants. Souvenirs doux , souvenirs rieurs , souvenirs de jeux , de campagne, de repas.
Les souvenirs d'enfants sont souvent beaux.
Et puis à l'adolescence Bouk disparaît et selon la légende familiale retourne à Angkor au Cambodge.
Le narrateur est devenu un adulte et le souvenir de Bouk reste bien présent.
Les souvenirs sont toujours d'enfance mais la réflexion est devenue celle d'un adulte.
Le questionnement devient primordial.
Pourquoi Bouk venait -il passer ces fins de semaines dans la famille. Où était il le reste du temps.
Et puis dans la famille il y avait des personnes qui parlait de l'Indochine.
Intrigué par ce questionnement le narrateur va partir à la recherche de Bouk mais aussi de sa jeunesse et de lui-même.
J'ai beaucoup apprécié la plume de Jean Luc Coatalem , qui se veut légère, mais précise.
Ces descriptions d'Angkor et de la forêt tropicale restituent bien l'inextricable et la disparition d'Angkor sous l'épaisse forêt.
Et cette description est un miroir à la recherche du narrateur.
Doit on se rechercher loin ou devons nous voyager au fond de nous ?
Le hasard n'existant pas , pendant que j'écris cette critique , en fond sonore une chanson passe....
Il s'agit d'une chanson de Noir Désir : le Vent te portera
C'est exactement l'état d'esprit que j'ai trouvé dans ce roman.
Que ce soit musicalement ou dans le texte
" Je n'ai pas peur de la route
Faudrait voir, faut qu'on y goûte
Des méandres au creux des reins
Et tout ira bien
Le vent l'emportera
Ton message à la grande ourse
Et la trajectoire de la course
A l'instantané de velours
Même s'il ne sert à rien
Le vent l'emportera
Tout disparaîtra
Le vent nous portera
La caresse et la mitraille
Cette plaie qui nous tiraille
Le palais des autres jours
D'hier et demain
Le vent les portera
Génétique en bandoulière
Des chromosomes dans l'atmosphère
Des taxis pour les galaxies
Et mon tapis volant dis?
Ce parfum de nos années mortes
Ceux qui peuvent frapper à ta porte
Infinité de destin
On en pose un, qu'est-ce qu'on en retient?
Le vent l'emportera
Pendant que la marée monte
Et que chacun refait ses comptes
J'emmène au creux de mon ombre
Des poussières de toi "
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
cathe
  11 août 2015
A la suite d'une rupture amoureuse, Jean-Luc Coatalem fait le point dans cet appartement familial qu'il occupe et qui porte encore les traces de ses parents et grands-parents. Beaucoup de souvenirs coloniaux, restes des voyages de membres de sa famille. Et des photos. Et, parmi elles, celle d'un garçon du même âge que lui et son frère, Bouk, qui habitait chez son grand-père. En semaine il était en pension, et le dimanche il venait à Viroflay et a fit longtemps partie de la famille avant de disparaître. Il était Cambodgien et la légende familiale disait qu'il était reparti à Angkor. Jean-Luc Coatalem, hanté par cette histoire, part à sa recherche en France, à la pension, au téléphone auprès d'homonymes. Et enfin au Cambodge où il part réaliser un reportage.

Ce récit est très personnel et cette quête est sans doute une étape importante dans la vie de l'auteur. On y assiste presque en voyeur, mais le style de Coatalem, classique et précis, nous rappelle que, plus que l'histoire elle-même (encore un secret de famille...), c'est la manière très personnelle de la raconter qui est importante. Un récit intéressant, entre confession et récit de voyage...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (2)
Lexpress   06 juillet 2011
Entre rêverie et mélancolie, la quête du royaume perdu de l'enfance se transforme en voyage intérieur. Le narrateur s'interroge sur sa propre famille - et les hasards de l'Histoire.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Telerama   14 juin 2011
Une quête intérieure, douloureuse et mélancolique, sur les rêves et les mensonges de l'enfance.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
carrecarre   03 mars 2013
La vie est un cadeau à saisir, Lucas,un cadeau décevant, certes, mais un cadeau quand même.
Commenter  J’apprécie          290
moustafettemoustafette   04 janvier 2012
Cette époque me sembla être alors une île inouïe et apaisée dans le temps. Qu'était devenu ce gamin d'origine asiatique ? Qui avait-il été ? Au milieu de troènes, il gardait le visage de l'enfance, la nôtre, avec ses minutes radieuses, ses heures iniexplicables. Sans l'avouer, même si toutes ces années l'avaient gommé, il n'avait cessé de me manquer, de me hanter. Mes mains tremblaient sur ses photos dentelées. A chaque page noire, je remontais vers un silence plus ancien, enfoui, vers ce gosse-météore, soudain coupable des jours sans lui. Pharaon sous le sable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
carrecarre   21 février 2013
Pourquoi ce nom absurde de Louis Noel ? Pourquoi pas Marc Pentecôte ou Gabriel Toussaint ?
Commenter  J’apprécie          220
tantquilyauradeslivrestantquilyauradeslivres   11 décembre 2014
Chaque fois que j'entendrais parler de l'Asie, il me paraîtrait me réveiller, toucher une part de rêve plus réelle que la réalité, des ailleurs qui m’appartiendraient.
Commenter  J’apprécie          20
moustafettemoustafette   04 janvier 2012
Il y a un proverbe chez nous qui dit : "Ce que tu trouves t'apprend ce que tu cherches." Bonne chance !
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Jean-Luc Coatalem (23) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Luc Coatalem
Jean-Luc Coatalem vous présente son ouvrage "La part du fils" aux éditions Stock. Rentrée littéraire Août 2019. Parution le 21/08.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2338939/jean-luc-coatalem-la-part-du-fils
Notes de musique : Youtube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : cambodgeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
408 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre
.. ..