AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2080800116
Éditeur : Flammarion (12/02/2002)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Dans Nos temps modernes, Daniel Cohen interroge notre époque, ses paradoxes et ses désillusions, pour y découvrir comment la nouvelle société industrielle se sépare de l'ancienne, celle du travail taylorisé que le film de Charlie Chaplin Les Temps modernes avait dévoilée. L'élucidation de cette interrogation s'effectue par petites touches, en abordant successivement les thèmes majeurs de l'actualité éc... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
YvesParis
  25 juillet 2012
Les deux premiers ouvrages de Daniel Cohen avait fait connaître au grand public cet économiste discret et brillant. En particulier, Richesse du monde, pauvretés des nations, publié début 1997, en plein débat sur la mondialisation, proposait une réappréciation sereine de l'impact de la globalisation financière sur nos économies.
Il revient en 2000 avec un petit essai stimulant dont l'ambition n'est rien moins que de percer les clés de «nos temps modernes». Notre époque, soutient-il ironiquement, n'est pas menacée par la fin du travail. Au contraire, c'est la surcharge de travail, le «travail sans fin» que doit craindre l'individu.
Daniel Cohen analyse le malaise contemporain comme un «décalage» (p. 33) entre l'économie et la société. Il plonge ses racines dans la crise de mai 1968. En mai 1968, «les jeunes récusent le monde de leurs parents» (p. 39). Ils rejettent en bloc le système fordiste qui, en son temps, eut le mérite de faire rentrer les masses illettrées du XIXème siècle dans les usines du XXème siècle (et donc de corriger le «décalage» qu'avait fait naître la Révolution industrielle), mais qui, en déshumanisant le travail, n'offrait pas aux hommes «une signification qui les porte» (p. 39). Les baby-boomers hédonistes entendent, l'informatique aidant, imposer une organisation du travail plus libre. Avec le toyotisme, la souplesse et la polyvalence sont substituées à la spécialisation et à la hiérarchie prônées en son temps par Taylor. La révolution toyotiste répond à la fois aux progrès de la robotique qui déqualifie le travail posté et aux frustrations d'une main d'oeuvre qu'abrutissait le travail à la chaîne.
Le toyotisme explique comment le travail s'est sorti du piège productiviste que lui tendait le fordisme. Loin de prendre le travail de l'homme, la machine (l'ordinateur après la machine à tisser) a «offert à l'homme de faire plus de choses» (p. 140). Mais la plus éclatante réfutation des théories sur la «fin du travail» ne se trouve pas du côté de l'offre mais de la demande. Si le travail n'est pas condamné à disparaître, c'est non seulement parce que les robots ne remplaceront jamais tout à fait l'homme dans sa tâche de production - ou, pour reprendre la métaphore aristotélicienne, parce que la navette ne courra jamais d'elle-même sur la trame - mais surtout parce que l'homme consommateur se crée toujours de nouveaux besoins.

La thèse traditionnelle du «déversement» soutient que le travail humain, après s'être «déversé» de l'agriculture à l'industrie, puis de l'industrie aux services, est en voie de tertiarisation. Mais cette lecture est trompeuse. Daniel Cohen montre que les activités liées, directement ou indirectement, à la production d'objets matériels emploie, en 1920, comme en 1990, en France comme aux États-Unis, la même proportion de la population active. Il en va de même du secteur de l'intermédiation (commerce, banques, assurances). La grande mutation de l'emploi au XXème siècle est dans l'agriculture - qui n'emploie plus personne - et dans les services sociaux (éducation, santé) qui, épargnés par le machinisme et plébiscités par les consommateurs, deviennent les principaux pourvoyeurs d'emplois.
Pour illustrer autrement que le chômage n'est pas une fatalité qu'expliquent les progrès techniques, Daniel Cohen imagine une île déserte où seraient exilés l'ensemble des chômeurs que compte un pays. On n'imagine pas, nécessité faisant loi, que cette population oisive le reste longtemps. Chacun, utilisant ses compétences, ou développant les compétences dont la société a besoin, trouverait vite à s'employer. CQFD : le chômage n'est pas un solde, entre une offre de travail et une demande de main d'oeuvre bornée par les progrès techniques, mais le produit d'un rapport social. La seule question qui vaille est celle que pose Daniel Cohen : «qu'est-ce qui permet aux chômeurs de trouver un emploi lorsqu'ils sont séparés du reste de la société et de devoir rester inactifs lorsqu'ils sont mêlés à celui-ci ?» (p. 123).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Maldoror
  31 août 2012
Lorsque j'avais lu le livre à sa parution en 2000, j'avais pas mal rêvé sur le chapitre dissertant sur la notion de capital humain et la prédiction de sa valeur croissante dans l'économie, voire sa prépondérance. Etant alors au début du nouveau millénaire, je m'étais écrié : "Ca y est, c'est donc vrai : oublié le bug, nous entrons bien dans l'ère du Verseau, dans les 1000 ans de bonheur avant la fin du monde (j'avais oublié 2012 à l'époque), dans le millénaire spirituel prévu par Malraux". Hélas, en une douzaine d'années, la prophétie semble avoir un peu de retard à l'allumage et notamment la crise de 2008 et ses épisodes postérieurs ne laissent pas présager une arrivée rapide du grand soir du capital humain.
Mais quel est le véritable temps du prophète ?
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
MaldororMaldoror   21 octobre 2012
À ne considérer le droit du travail que comme un coût, on se prive de toute possibilité de créer un environnement coopératif. On crée plutôt un monde "toxique", qui n'est pas la meilleure façon de valoriser le capital humain de la firme, à l'heure où son rôle devient essentiel.
Commenter  J’apprécie          00
MaldororMaldoror   21 octobre 2012
La difficulté de parler de façon positive (et non pas seulement défensive) des droits des travailleurs tient en partie au fait qu'il est quasiment impossible de fixer pour le capital humain un critère analogue à la valeur boursière du capital financier.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Daniel Cohen (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Daniel Cohen
Daniel Cohen publie « Il faut dire que les temps ont changé »
Dans la catégorie : Travail (Sociologie)Voir plus
>Culture et normes de comportement>Comportements économiques>Travail (Sociologie) (68)
autres livres classés : Sociologie du travailVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1771 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre